Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Laurent

Lambris de revêtement du chœur, statues de Jeanne d'Arc et de saint Michel avec leurs consoles

Dossier IM40005877 réalisé en 2014

Fiche

Dénominations lambris de demi-revêtement, statue, console
Titres Jeanne d'Arc
Saint Michel
Aire d'étude et canton Mugron
Adresse Commune : Mugron
Adresse : place Frédéric-Bastiat
Emplacement dans l'édifice choeur

D'après les archives de la paroisse, le lambris du sanctuaire de la nouvelle église, exécuté par le menuisier mugronnais Roch Larrère, fut installé en deux temps : les panneaux revêtant les murs de l'abside en 1867, peu après l'achèvement de l'édifice ; ceux de la travée droite de chœur en août 1869, grâce à un legs de Jeanne Bastiat-Celhay (morte en avril 1868), tante par alliance du célèbre économiste Frédéric Bastiat.

Les deux statues qui forment aujourd'hui ensemble avec le lambris furent acquises près d'un demi-siècle plus tard. L'effigie de Jeanne d'Arc (l'héroïne venait d'être béatifiée le 18 avril 1909), fut offerte par Mme Moulas d'Antin, belle-fille d'Agathe d'Antin (1790-1864), dont la sœur Blanche d'Antin-Domenger avait fait reconstruire l'église à ses frais ; la statue fut inaugurée le 8 mai 1910, jour de la fête de la bienheureuse. Deux ans plus tard, le 29 septembre 1912, jour de la Saint-Michel, fut solennellement installée la statue de l'archange, autre saint protecteur de la France, à la suite d'un don de Françoise Honorine Loupret (vers 1840-1920), veuve de Pierre Soubaigné. Les deux statues figurent parmi les modèles les plus connus du sculpteur Charles Desvergnes (1860-1928), diffusés par le fabricant orléanais Marcel Marron. Celle de saint Michel fut payée la somme de 374 francs. L'église Notre-Dame de Losse (canton de Gabarret) possède la même paire de statues en pendant (réf. IM40003048).

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Dates 1867, daté par source
1910, daté par source
1912, daté par source
Lieu d'exécution Commune : Mugron
Lieu d'exécution Commune : Orléans
Auteur(s) Auteur : Larrère Roch,
Roch Larrère

Menuisier à Mugron (Landes) dans la seconde moitié du XIXe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
menuisier, attribution par source
Auteur : Desvergnes Charles Jean Cléophas,
Charles Jean Cléophas Desvergnes (1860 - 1928)

Sculpteur né le 19 août 1860 à Bellegarde (Loiret) et mort le 4 mars 1928 à Meudon (Hauts-de-Seine). Élève d'Henri Chapu, second prix de Rome en 1887, puis premier prix en 1889, il installe son atelier à Paris (131, rue de Vaugirard) à partir de 1895, où il crée de nombreux monuments commémoratifs et des statues religieuses (essentiellement de Jeanne d'Arc, son sujet de prédilection). Un musée, créé à partir des œuvres offertes à sa ville natale en 1912, porte son nom à Bellegarde.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, auteur du modèle
Auteur : Marron Marcel,
Marcel Marron

Fabricant de statues ("éditeur") à Orléans.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant de statues, attribution par source
Personnalité : Bastiat Jeanne,
Jeanne Bastiat , né(e) Celhay ( - 1868)

Jeanne Celhay épousa Pierre-Justin Bastiat (1779-1862), de Mugron, oncle paternel du célèbre économiste Frédéric Bastiat ; leur fils unique Ignace-Justin (1819-1853) mourut sans postérité. Décédée le 25 avril 1868, elle fut inhumée à la chapelle du cimetière de Mugron. Son legs à la paroisse Saint-Laurent de Mugron permit l'achat de divers meubles pour la nouvelle église du bourg.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
donateur, attribution par source

Le lambris néogothique, en chêne rouge teinté, règne sur les pans coupés de l'abside et sur les murs de la travée droite du chœur, seulement interrompu par les colonnes-dosserets soutenant la voûte. S'arrêtant à hauteur de l'allège des fenêtres dans l'abside, il comporte en outre dans la travée droite un niveau supplémentaire de grands panneaux terminés par des gâbles. Le décor de remplages est partiellement sculpté dans la masse des panneaux et partiellement rapporté.

Les deux statues sont en plâtre uniformément peint en blanc (sans trace apparente d'une polychromie antérieure). Elles forment ensemble avec leurs consoles, de même matériau, lesquelles sont fixées contre le gâble central des panneaux supérieurs du lambris, sur les murs nord et sud de la travée droite de chœur. Une petite console à pans coupés, en bois, fixée un peu plus bas, devait être destinée à d'autres statues non documentées, remplacées par les sculptures actuelles.

Catégories menuiserie, sculpture
Matériaux chêne, mouluré, petit cadre élégi, tourné, décor en bas relief, décor dans la masse, décor rapporté, ciré
plâtre, moulé, peint, monochrome
Mesures h : 450.0
Iconographies ornementation, ornement architectural, remplage, frise, quadrilobe, gable, pinacle, rosace
sainte Jeanne d'Arc
saint Michel terrassant le démon
Précision représentations

Le lambris est divisé verticalement par des pinacles talutés encadrant deux niveaux de remplages gothiques composés d'arcs en tiers-point à intrados trilobé et oculus de réseau quadrilobé, couronnés d'une frise de quadrilobes ; la corniche est amortie d'une frise faîtière découpée et de petits pinacles à flèche. Sur les murs de la travée droite de chœur, le lambris est en outre surmonté de grands panneaux imitant des baies à lancettes, rose de réseau et gâble sommital à crochets et pinacles, celui du centre de plus grande hauteur et amorti d'un fleuron en chou frisé.

Saint Michel est figuré en chevalier armé de toutes pièces, rendant grâces à Dieu de sa victoire, les ailes déployées, la main gauche levée désignant le ciel, la droite tenant l'épée de feu qui transperce le démon sous les traits d'un dragon à la gueule béante ; sur le côté droit du socle, une coquille chargée de l'écu de France aux trois fleurs de lys d'or (allusion à l'ordre royal de Saint-Michel). La console est ornée de feuilles de chardon entourant un écu où se devine encore le monogramme SM.

Jeanne d'Arc est représentée en guerrière au sacre de Charles VII, les mains jointes en oraison, l'épée au côté, tenant l'étendard frappé de sa devise (Jhesus Maria) entourée d'anges orants. La console porte l'écusson de la sainte accompagné d'un phylactère avec la devise Jesus Maria, de branches de lys, d'épées en pal sur fond de drapeaux et de palmes.

Inscriptions & marques signature, en creux
Précision inscriptions

Signature (en creux sur le socle de la statue de saint Michel, à gauche [et sans doute sur celle de Jeanne d'Arc]) : Ch. Desvergnes.

Statut de la propriété propriété de la commune
propriété d'une association cultuelle

Annexes

  • Extraits du registre paroissial de la paroisse de Mugron (1842-1950) concernant la pose du lambris du choeur et l'inauguration des statues de Jeanne d'Arc et de saint Michel (AP Mugron)

    - Année 1867 (p. 49) : "La maison de Dieu doit être l'objet constant du zèle du pasteur ; aussi, quoique dans notre nouveau temple nous eussions déjà installé les choses indispensables, nous eûmes à nous préoccuper de donner satisfaction à beaucoup de regrets qu'avait excités la disparition de l'ancienne église. [Suit une liste des travaux et achats effectués.] Les boiseries du chœur, exécutées par un jeune et habile ouvrier de notre paroisse, le sieur Roch Larrère, formant dans l'abside un fond sombre, donnèrent plus d'éclat à l'autel qui se détacha alors plus sensiblement et ressortit davantage à la grande satisfaction de tous. La fabrique a payé cette dépense et songe à continuer cette boiserie décorative dans le chœur. [...]"

    - Année 1868 (p. 53) : "Legs de Jeanne Bastiat à la fabrique, 3000 fr." [Jeanne Celhay (morte à Mugron le 25 avril 1868), veuve de Pierre-Justin Bastiat]

    - Année 1869 (p. 57) : "Aussitôt que le legs de Madame Bastiat fut approuvé par le Gouvernement, que la fabrique traita avec l'ouvrier Larrère pour parachever l'ornementation du sanctuaire de l'église par des boiseries, elles furent installées vers la fin du mois d'août [...]. Cet ouvrage terminé, la fabrique procura de nouveaux sièges pour célébrant et acolytes. [...]"

    - Année 1910 (non paginé) : "Fête de Jeanne d'Arc. Dimanche 8 mai : messe chantée en musique par les Jeunes Filles [...]. Bénédiction solennelle d'une belle statue de Jeanne d'Arc (Desvergnes), offerte par Mme Moulas d'Antin, panégyrique de la Bienheureuse par M. le chanoine Lahargou. Belle décoration de l'église [...]."

    - Année 1912 (non paginé) : "Statue de St Michel. Dimanche 29 septembre [...]. Aux vêpres, bénédiction solennelle d'une statue de St Michel (Desvergnes, 374 fr.) offerte par Mme Honorine Soubaigné-Loupret."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Registre paroissial de l'église de Mugron (1842-1950) ("Diocèse d'Aire, paroisse de Mugron, doyenné de Mugron. Registre paroissial de l'église de Mugron à commencer du 25 août 1842").

    années 1867 (p. 49), 1910 et 1912 Archives paroissiales, Mugron
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe