Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Hôtel Despans

Dossier IA40001907 réalisé en 2015

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellations Hôtel Despans
Dénominations hôtel
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Adresse Commune : Saint-Sever
Adresse : 22-24 rue du Général-Durrieu
Cadastre : 1809 K Parcelle non numérotée ; 1844 S 363 ; 2015 AS 59-61

La demeure est située dans l'ancienne Rue Neuve où se trouvaient la plupart des hôtels particuliers de la ville.

Durant l'Ancien Régime, l'hôtel est la propriété de la famille Despans. Cette dernière détenait la seigneurie d'Estignols à Aurice. Elle s'établit à Saint-Sever au 15e siècle avec l'arrivée de Patrick de Spens, archer de la garde écossaise, qui se marie à Jeanne du Sault en 1466. Des blasons conservés font référence aux armoiries de cette famille, associées avec celles des Laporte, du fait d'une union contractée en 1726.

Du milieu du 18e siècle semble subsister le rez-de-chaussée et le premier étage aux ouvertures en arc segmentaire sur le bâtiment principal. Sur le plan d'alignement de la rue, levé en 1809, figure la demeure avec un étage et un grenier. Le bâtiment qui lui fait face, faisant office de communs, est alors décrit en rez-de-chaussée et en mauvais état.

Selon le registre des augmentations et des diminutions de la matrice cadastrale, la partie des communs est reconstruite en 1882 comme maison et écurie. Le bâtiment principal a pu être exhaussé d'un étage à cette date. Le bossage continu de son rez-de-chaussée serait également à rattacher à cette campagne, dans une recherche de cohérence stylistique entre les deux bâtiments.

Période(s) Principale : milieu 18e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1882, daté par source

L'emprise importante de l'hôtel en cœur de ville est typique de la répartition du parcellaire sur la rue du Général-Durrieu au profit des familles notables de Saint-Sever.

La demeure est composée de trois bâtiments dont deux, les communs et le corps de logis, donnent sur la rue. Ils se positionnent de part et d'autre de la parcelle. Un portail en ferronnerie soutenu par des piliers en pierre de taille ferme l'espace intermédiaire ouvrant vers le jardin à l'arrière. Les rez-de-chaussée sont traités en bossage continu. Des bandeaux intermédiaires se placent entre les étages.

Les communs sont pourvus d'un étage carré. Les ouvertures en demi-cercle à l'arrière indiquent l'emplacement des anciennes écuries.

Le corps de logis contient deux étages carrés. Les fenêtres des deux travées donnant rue du Général-Durrieu sont rectangulaires comme toutes celles du second étage. Au rez-de-chaussée et au premier étage de la façade latérale, les fenêtres sont en arc segmentaire délardé. La porte piétonne occupe le centre de la façade latérale et donne sur la cage d'escalier. Une pièce se positionne de part et d'autre. Un meuble appelé localement "boisure", à la modénature chantournée, est présent dans la salle à manger au rez-de-chaussée.

Un bâtiment à l'arrière servait certainement d'espace de stockage. Ses deux étages sont organisés en de vastes pièces avec des poteaux en bois. Les encadrements sont en pierre de taille apparente. Le reste de la façade est enduit. Des ouvertures en demi-cercle et des oculus sont présents en partie supérieure. Le premier étage est percé de fenêtres rectangulaires.

Murs calcaire pierre de taille
appareil mixte enduit
Toit tuile creuse
Étages 2 étages carrés, 1 étage carré
Couvertures toit à plusieurs pans brisés croupe brisée
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour, en charpente
Techniques
Représentations armoiries
Précision représentations

Les armoiries des familles de Spens et de Laporte sont figurées sur des tentures murales conservées dans la salle à manger du rez-de-chaussée. Le blason des de Spens est d'azur au lion et tiercé en chevron d'or, une couronne d'or est en partie supérieure. La blason des de Laporte est d'azur à une barre de gueule chargée de tourteaux d'or accostée de deux fleurs de lys d'or.

Exemple de résidence de la petite noblesse chalossaise à Saint-Sever.

Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Intérêt de l'œuvre à signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • Registre des augmentations et des diminutions des propriétés bâties, 1811-1911.

    Archives municipales, Saint-Sever : 1 G 51
Documents figurés
  • Plan d'alignement de la rue neuve, 1809. Dessin et lavis.

    Archives municipales, Saint-Sever : 2 O 29
  • Plan cadastral napoléonien de Saint-Sever, 1809.

    Section K Archives municipales, Saint-Sever : 1 G 1
  • Plan cadastral napoléonien de Saint-Sever, 1844.

    Section S Archives municipales, Saint-Sever : 1 G 2
Bibliographie
  • Baron de CAUNA, Clergé et noblesse des Landes : Armorial. Bordeaux : Justin Dupuy, 1864.

    p. 68
  • FRANCISQUE MICHEL. Les Écossais en France. Bordeaux : éditions Gounouilhou, 1862.

    Vol.1, p.252
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Commune de Saint-Sever - Ferey Marie