Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Hameau et port de Richard, ancien port ostréicole

Dossier IA33004313 réalisé en 2012

Fiche

  • Vue d'ensemble.
    Vue d'ensemble.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • cabane
    • pont
    • vanne
    • quai
    • cale

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiées cabane, pont, vanne, quai, cale
Dénominations port, rivière aménagée, écart
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Saint-Vivien-de-Médoc
Adresse Commune : Jau-Dignac-et-Loirac
Lieu-dit : Port de Richard, les Plancards
Adresse : route de Valeyrac
Cadastre : 1833 B2 non cadastré ; 2013 B9

La carte de Belleyme levée en 1763-1764 indique la présence du lieu-dit "Richard" à proximité de l'ancienne chapelle située dans les mattes : le canal de Lillote, prenant sa source au sud de Loirac, passe par Richard, traverse les mattes et se jette dans l'estuaire.

Le port n'est pas mentionné non plus sur le plan cadastral de 1833 : le hameau de Richard est composé de quelques bâtiments de part et d'autre du chenal du même nom ; un pont permet de franchir le chenal et assure la continuité de la "passe castillonnaise".

L'aménagement du port est lié au développement de l'agriculture dans les mattes ; par sa situation, Richard offre également un débouché pour le transit des denrées provenant de l'arrière-pays. Des travaux y sont réalisés au milieu du 19e siècle. Il est agrandi et amélioré en 1865 avec l’établissement d'une vanne de chasse située en amont. Les communes de Vendays, Queyrac et Vensac, qui profitent de ce port, refusent de participer au financement de ces travaux qui restent à la charge de la commune de Jau-Dignac-et-Loirac.

Dans l'édition de 1868 de l'ouvrage Bordeaux et ses vins, un propriétaire viticole est mentionné au Port de Richard : Chiché (6-8 tonneaux).

Le port se développe dans les années 1870 avec la pêche à l'huître, illustrée par des cartes postales du début du 20e siècle.

Selon un rapport des Ponts-et-chaussées de 1912, le port de Richard comprend un mur de quai, une cale inclinée, un mur de soutènement et un terre-plein.

Période(s) Principale : milieu 19e siècle

Le port est situé en retrait des rives de l'estuaire, dans les mattes, sur le canal de Richard, au niveau du pont de la route de Valeyrac.

Le pont est équipé d'une porte à flots permettant de réguler le niveau des eaux. En aval, une cale inclinée avec bites d'amarrage présente un mur de soutènement maçonné. Des pontons sont également installés sur la rive opposée.

Des cabanes de pêcheurs d'huîtres sont établies sur la rive nord-ouest du chenal.

D'autres bâtiments sur la rive sud ont été reconvertis en gîte.

Annexes

  • Documentation complémentaire

    COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils, 1874 (3e édition).

    Le port de Richard a eu, en 1871, un mouvement commercial de 1151 tonneaux aux entrées et 1959 tonneaux aux sorties.

    AM Jau-Dignac et Loirac. Registre de délibérations du conseil municipal, 1860-1875. Financement de l'agrandissement et amélioration du port de Richard, 22 mai 1865.

    Établissement d'une vanne de chasse en amont de ce port ; projet adopté par le Ministre de l'agriculture, du commerce et des travaux publics, à la condition que les communes intéressées contribueront pour la moitié à la totalité de la dépense (...).

    AM Jau-Dignac et Loirac. Registre de délibérations du conseil municipal 1860-1875. 1D3. Port. Réparations au port de Richard et financement de son entretien, Février 1866.

    Vu la lettre de M. le Ministre de l'agriculture, du commerce et des travaux publics, adressée à M. le Préfet de la Gironde le 8 février courant, et portant que son ex. accepte l’engagement pris par la commune de Jau Dignac et Loirac de contribuer pour une somme de 6500 f à l’agrandissement du port de Richard, mais à la condition que les travaux une fois exécutés, cette commune contribuera pour un tiers à leur entretien.

    Le conseil, considérant que la commune de Jau, en souscrivant une somme de 6500 frcs, s'est imposée un lourd sacrifice, tandis que les communes limitrophes, et notamment celle de Vendays, qui transporte au port de Richard une énorme quantité de matériaux ou marchandises, se sont refusées formellement à contribuer à la dépense ; considérant en outre que jusqu’à ce jour la commune de Jau n’est intervenue pour aucun frais d’entretien pour la partie du port existante, et que la condition qui est imposée de contribuer pour un tiers à l'entretien des nouveaux travaux créerait à la commune une charge permanente qu'elle n'est point en mesure de supporter ;

    Délibère à la majorité qu'il n'y a point lieu de mettre à la charge de la commune le tiers des frais d'entretien (...).

    AM Jau-Dignac et Loirac. Registre de délibérations du conseil municipal, 1860-1875. Pêche aux huîtres, 14 février 1875.

    (...) Il s'est formé sur le crassat de Richard, dans les sections de Dignac et Jau, des bancs d'huîtres qui fournissent des ressources importantes à la population de cette commune.

    Or, il circule que l’État fait des concessions à des particuliers jusqu'à la concurrence de dix hectares, et que les habitants n'auront plus la liberté de pêcher des huîtres.

    La population en a été péniblement affectée ; elle demande avec instance qu'on lui maintienne la faculté de pêcher des huîtres.

    (...) Ces huîtres sont d'ailleurs petites, informes et par suite impropres au commerce (...).

    AD Gironde. SP 1167. Port. Extrait des registres de délibérations, 10 novembre 1912.

    Le conseil municipal demande que l’administration des Ponts et chaussées surélève de 30 cm les cales de Richard et Goulée, trop basses, dont l’état constitue un danger pour l’embarquement et le débarquement des marchandises.

    AD Gironde. SP 1167. Port. Rapport du subdivisionnaire, 23 décembre 1912.

    Les deux ports de Richard et Goulée comprennent : un mur de quai avec cale inclinée terminé longitudinalement par un petit mur de soutènement dont le couronnement a été établi au niveau du terre-plein et à 0m70 cm contre haut d’un chemin d’accès de façon à permettre aux charrettes de venir commodément prendre ou déposer les marchandises sur ces terres pleins.

    AD Gironde. SP 1167. Port. Rapport du subdivisionnaire, 10 août 1931.

    A la suite d’inondations qui ont submergé une partie du territoire de Civrac-en-Médoc, les chenaux de Richard et de Goulée sont dévasés et redressés.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Financement de l'agrandissement et amélioration du port de Richard, 22 mai 1865.

    Archives municipales, Jau-Dignac-et-Loirac : Registre de délibérations du conseil municipal 1860-1875. 1D3
  • Réparations au port de Richard. Refus de participation financière des communes de Vendays, Queyrac et Vensac, 14 décembre 1865.

    Archives municipales, Jau-Dignac-et-Loirac : Registre de délibérations du conseil municipal 1860-1875. 1D3
  • Réparations au port de Richard et financement de son entretien, Février 1866.

    Archives municipales, Jau-Dignac-et-Loirac : Registre de délibérations du conseil municipal 1860-1875. 1D3
  • Versement des sommes à founir par la commune pour les travaux du port de Richard, 20 juin 1867.

    Archives municipales, Jau-Dignac-et-Loirac : Registre de délibérations du conseil municipal 1860-1875. 1D3
Documents figurés
  • Plan cadastral napoléonien, 1833.

    section B Archives départementales de la Gironde : 3 P 208
  • Carte géométrique de la Guyenne dite Carte de Belleyme, feuille n°6, levés vers 1763-1764, éch. 1/43200 env.

Bibliographie
  • COCKS Charles, FERET Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils, 1874 (3e édition).

    p. 558
(c) Conseil départemental de la Gironde ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Riberolle Jennifer