Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Hameau de Saint-Corbian

Dossier IA33007386 réalisé en 2013

Fiche

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiées puits
Dénominations écart
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche)
Hydrographies Gironde la
Adresse Commune : Saint-Estèphe
Lieu-dit : Saint-Corbian
Cadastre : 1825 F1 et A1 ; 2015 OF et OA

Le hameau et les palus de Saint-Corbian sont attestés dès le 15e siècle dans la mouvance de la seigneurie de Vertheuil dépendant jusqu'en 1486 d'Alain d'Albret puis de Pierre Dubosc, vicaire général de l'archevêque : Pierre Dubosc fit don de ces biens au chapitre Saint-André de Bordeaux en 1489. En 1520, une requête est présentée par 28 habitants de Saint-Corbian pour être affranchis des servitudes dues à la cathédrale Saint-André de Bordeaux. En 1551, Gaillard Capdeville, commis au greffe, fait une requête à la cour au sujet de l’exécution d'un contrat d'affranchissement de questalité fait autrefois aux auteurs du dit Gaillard Capdeville, au village de Saint-Corbian, moyennant certaines redevances en nature et en argent indiquées au contrat.

L'enquête d'inventaire menée en 1974 avait repéré un bâtiment avec porte à accolade pouvant dater du Moyen Âge ; ce bâtiment a été depuis détruit. Une maison, bien que remaniée, porte la date 1656.

Au début du 17e siècle, Arnaud de Capdeville, marchand et bourgeois de Bordeaux a des possessions à Saint-Corbian. En 1651, son fils Philippe Capdeville procède à la liquidation de la succession de ses père et mère : il détient alors le domaine de Pez. En 1652, la disposition testamentaire de son oncle Gaillard Capdeville, commis au greffe de la Cour du Parlement de Bordeaux, possesseur du domaine du Boscq, lui laisse en héritage une belle étendue de prairie dans la palu de Saint-Corbian. Dans les années 1648, deux importantes palus dans la mouvance des seigneurs du château de Vertheuil se répartissaient alors en trois lots entre Gaillard Capdeville, les sieurs Dufau et Dast, et pour le dernier lot, entre les habitants du village de Saint-Corbian (une palu de plus de 2000 journaux fut concédée par bail emphythéotique à 12 habitants dont les successeurs continuèrent à en jouir jusqu'en 1639, époque à laquelle ils firent des reconnaissances au chapitre). Gaillard avait racheté dans l’année 1649 la quote-part de toutes les parcelles de terre de palu dans la possession des habitants du village de Saint-Corbian, devenant ainsi le principal possesseur des terres de ces deux grandes palus, le reste appartenant à deux membres de sa parenté. Ces terres étaient déjà l’objet d’importants et incessants travaux annexes d’assainissement (réseaux serrés de fossés).

Un arpentement de la paroisse de Saint-Corbian en 1639.

En 1723, un procès oppose Jean-Baptiste de Lauvergnac, chanoine et syndic du chapitre Saint-André, seigneur de Vertheuil et Antoine, duc de Grammont, seigneur de Lesparre, au sujet des limites des palus de Vertheuil et de Saint-Corbian.

D'après l'abbé Baurein (vers 1784), "le Chapitre de Saint-André de Bordeaux a la haute Justice dans le Village de Saint-Corbian". En 1731, le Chapitre procède à des travaux à la "maison noble de Saint-Corbian".

Le hameau est indiqué sur les cartes du 18e siècle, ainsi que les marais et palus de Saint-Corbian à l'ouest.

Le plan cadastral de 1825 représente un bâti qui s'est développé plutôt à l'ouest de la route, l'est étant principalement occupé par le château Morin, plus au nord.

Dans l'édition de 1850 de l'ouvrage de Cocks et Féret, les familles Blanchereau et Boyé produisent respectivement 12 tonneaux de vin à Saint-Corbian. Les éditions postérieures mentionnent de nombreux propriétaires viticoles dans le hameau.

Période(s) Principale : 18e siècle, 19e siècle

Le hameau de Saint-Corbian se trouve au nord-est de la commune, dans un secteur planté en vigne, situé entre le chenal de Calon au sud et l'estey d'Un au nord. Il domine notamment la vaste étendue de marais située au nord-ouest, dénommée marais ou palus de Saint-Corbian dans les archives, et assainie par la canalisation de l'estey d'Un et un réseau de fossés de drainage.

Le hameau regroupe plusieurs domaines viticoles : Château Beau-Site, Château Beau-Site-Haut-Vignoble, Château Haut-Coteau. L'ensemble des bâtiments qui constituaient le Château Morin, au nord du hameau, ont été détruits en 2015.

Quelques petits cuviers reconnaissables à leur baie de décharge sont conservés.

Couvrements
Statut de la propriété propriété privée
propriété publique

Annexes

  • Documentation complémentaire

    L. Gardeau, Actes du XVIe congrès, Fédération historique du Sud-Ouest, 1963, p.80-82.

    Terres en Médoc données à Jean de Grailly au 13e siècle.

  • Mentions du village de Saint-Corbian relevées par Daniel Frugier dans les archives du Château des Ormes de Pez

    Frugier Daniel. Archives du domaine des Ormes-de-Pez, Catalogue / Inventaire, volume 2, mai 2008.

    (23) Acte du 6 février 1649 : la somme de 1000 livres plus les intérêts due par les habitants propriétaires du village de Saint-Corbian, destinée à la construction d’un chai à faire bâtir par les habitants du village pour les seigneurs du château de Vertheuil.

    (152) Copie datée du 2 mai 1726 d’un acte notarié de Raymond Minbielle, notaire à Saint-Estèphe, daté du 12 octobre 1617, concernant une exporle en reconnaissance faite conjointement par les habitants de Saint-Corbian, de toute la palu qui est autour du village de Saint-Corbian, en faveur de messieurs les chanoines du Chapitre de Saint-André de Bordeaux, seigneurs de la terre et seigneurie de Vertheuil.

    (157) Mémoire non signé et non daté mais postérieur de peu à la date du 6 mai 1757 : rappel de la baillette du 28 juin 1491 par laquelle le Chapitre de Saint-André, comme seigneur de Vertheuil, donna à fief nouveau aux habitants de Saint-Corbian, toute la palu, vacante et par indivis, qui est autour du village de Saint-Corbian, et qui faisait partie de la grande palu ou marais appelé de Reysson.

    Mention de la levée de Saint-Corbian qui sert de chemin public pour aller de Saint-Estèphe à Saint-Seurin-de-Cadourne ; mention de la nouvelle jalle depuis le pont de la Calupeyre et tirant à droit fil vers le moulin du Gouhat.

    Une partie des palus relève de la seigneurie de Lesparre : problème de délimitation.

  • Archives de la commune

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1835 à 1862, Avis à donner au nouveau tracé du chemin de grande communication n°42 dans la traverse des villages de Saint-Corbian et de Leyssac, 1849/06/03.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1835 à 1862, Délibération relative (...) à la construction d'une fontaine à St Corbian (…), 1853/11/17.

    Projet de réaliser une fontaine à St Corbian : souscription lancée par les habitants.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Budget 1866 : Etablissement d'une pompe en bois après réparation du puits, 1865.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, mention du café de St Corbian ; nombreux désordres, demande de fermeture, 1885/02/08.

  • Archives départementales de la Gironde

    Archives non consultées ; mentions dans inventaires

    G 425 : Biens et revenus du chapitre de Saint-André de Bordeaux, Vertheuil (1590-1757) :

    -Procédure entre le chapitre et les habitants de Saint-Corbian, de Listrac, Cessac, Verteuil, au sujet des droits et des agrières qu'il revendiquait sur ces paroisses et sur la palu de Péterlan.

    - État des revenus du château de Verteuil, non compris le revenu de Saint-Corbian et de ses dépendances, s'élevant à quatre cent dix livres (1647).

    G 427 : Biens et revenus du chapitre de Saint-André de Bordeaux, Vertheuil (1422-1589) :

    Extraits des reconnaissances féodales faites par divers pour tènements relevant de la seigneurie de Verteuil et situés dans les paroisses de : Pauillac, Saint-Estèphe, Saint-Julien et Saint-Laurent, aux lieux dits : au Vigneau, aux prairies de Mapon, à Marbuis, à Radet, à la Gargota, à Saint-Corbian, à la Bia maresquayre ou Via magesquayre, etc. Ces reconnaissances sont faites jusqu'en 1489 au nom de Charles, comte d'Albret, et depuis cette époque au nom du chapitre Saint-André, devenu seigneur de Verteuil.

    - Acte par lequel vingt-huit habitants de Saint-Corbian, "subjects et questaux de messieurs de Saint-André de Bourdeaux ont présenté une grand requeste à messieurs du chapitre de ladicte esglize aux fins qu'il leur pleust avoir commisération d'eux et les vouloir affranchir, et pour cest effect, lesdits sieurs du chapitre intervenant, et ayant esgard à leur requeste, auroient depputé MM. De Savary et de Borda pour traicter dudit affranchissement, pour lesquels les dictz questaux auroient donné une certaine somme qui auroit esté employée à la réparation du chasteau de Verteuil ; plus se seroient chargés de payer annuellement une barrique de vin, rendue au chasteau, le tout assigné sur tous leurs biens" (22 novembre 1520). Plusieurs autres affranchissements de serfs questaux pour lesquels ceux-ci paient annuellement une barrique de vin, fût neuf, un boisseau froment, deux manoeuvres, l'une à boeufs et l'autre à corps, et, de plus, les droits, agrières et rentes qu'ils ont l'habitude de payer pour les biens qu'ils possèdent (21 et 24 novembre 1520).

    G 428 : Biens et revenus du chapitre de Saint-André de Bordeaux, Vertheuil (1501-1723) :

    -Notification au chapitre, seigneur de Verteuil, par Arnaud de Capdeville, procureur d'office du duc d'Épernon, sire de Lesparre, des travaux de récurement de fossés et du grand chenal dans les marais qui sont dans les seigneuries de Lesparre et de Verteuil (1651).

    -Constitution d'arbitres en fin de procès entre : Jean-Baptiste de Lauvergnac, chanoine et syndic du chapitre Saint-André, d'une part, et Jean de Constantin, seigneur de Romefort, etc., conseiller au Parlement, au nom et comme mandataire d'Antoine duc de Grammont, pair de France, sire de Lesparre, au sujet des limites des palus de Verteuil et de Saint-Corbian (1723).

    G 429 : Biens et revenus du chapitre de Saint-André de Bordeaux, Vertheuil (1589-1764) :

    -Protestation de Charles Lombard, bourgeois de Bordeaux, et fermier de la baronnie, contre Gaillard de Capdeville et autres tenanciers du village de Saint-Corbian, qui s'étaient approprié les fruits revenant audit fermier (1649).

    - Mémoire contre les possesseurs de la palu de Verteuil et de Saint-Corbian, exposant les faits de la cause et rappelant que : Me Pierre de Bosco, chanoine et chantre de l'église Saint-André, avait fait donation entre vifs, au chapitre, le 20 octobre 1489, du château, de la baronnie et de tout le domaine de Verteuil en Médoc et ses dépendances, sous certaines conditions dont le non-accomplissement rendait la donation nulle ipso facto : le chapitre donataire devait payer une rente annuelle et perpétuelle de cinquante livres au chapitre Saint-Seurin et autant à l'église Saint-Jacques ; il ne devait sous aucun prétexte, pas même de nécessité absolue, vendere, donare neque permutare in toto, nec in parte, neque aliquid de membris suis dictum castrum seu castellaniam, ladite baronnie devant toujours rester dans le patrimoine de l'église Saint-André. Une palu de plus de deux mille journaux, près du village de Saint-Corbian, fut plus tard concédée par bail emphytéotique à douze habitants dont les successeurs continuèrent d'en jouir jusqu'en 1639, époque à laquelle ils firent des reconnaissances au chapitre ; mais depuis, la plus-value avait été indument retenue par ces divers habitants à titre de propriété, contre la volonté du donateur ; le mémoire conclut à la revendication, par le chapitre, de ladite palu et de tous les fruits depuis le jour de l'occupation (1680).

    - Reconnaissances par divers habitants du village de Saint-Corbian, paroisse Saint-Estèphe, en faveur du chapitre Saint-André, seigneur de Verteuil, de divers tènements, terres, prés, vignes situés audit village (XVIIe siècle).

    - Bail à ferme par le chapitre à Joseph Colomb, prêtre, des fruits et revenus, consistant en agrières, cens, rentes, lods et ventes et autres devoirs seigneuriaux, dans le village de Saint-Corbian, pour le prix de mille trois cents livres par an et pour le terme de sept ans (1740).

    G 432 : Chapitre de Saint-André de Bordeaux, procès contre divers (1401-1500) :

    - Requête présentée au Parlement par le syndic afin d'obtenir le vidimus d'une balle de Clément V, relative à la levée des dîmes qui reviennent aux églises ; cette pièce devant être produite dans le procès en instance entre le chapitre, les habitants de Bouliac et le sieur Coustault, vicaire perpétuel de cette paroisse (1550). - Requête à la Cour par Gaillard Capdeville, commis au greffe, au sujet de l'exécution d'un contrat d'affranchissement de questalité fait autrefois aux auteurs dudit Gaillard Capdeville, au village de Saint-Corbian, moyennant certaines redevances en nature et en argent indiquées au contrat (1551).

    G 487 : Chapitre de Saint-André de Bordeaux, procès contre divers (1643-1775) :

    - Mémoires et procédures contre divers au sujet des agrières et fruits décimaux des paroisses de Saint-Corbian, Eysines, Pompignac et du lieu de Mont-ferrand, paroisse de Bassens (1765-1775).

    G 488 : Chapitre de Saint-André de Bordeaux, procès contre divers (1707-1782) :

    -Procès au sujet des baux à ferme du lieu de Saint-Corbian (XVIIIe siècle).

    G 524 : Chapitre de Saint-André de Bordeaux, inventaires anciens des archives capitulaires (1598).

    -Donation au chapitre Saint-André par le même, P. de Bosco, du château et de la seigneurie de Verteuilh ; 20 octobre 1489.

    - « Transaction entre le chapitre et Arnaud Eymeric, demeurant au courneau de Saint-Corbian, en la paroisse Saint-Estienne de Calonnes en Médoc [c'est Saint-Estèphe], homme questal tant à cause de sa personne que de ses maisons, vignes, terres, prés, bois et autres possessions, par laquelle est accordé que ledit Arnaud Eymeric demeurera exempt de ladite questalité, et que au lieu des tailles, questalité et autres debvoirs qu'il debvoit faire audit chapitre, à cause de la seigneurie de Verteuilh, il paiera audit chapitre à perpétuité une barrique de vin, bon et marchand pur et net, le fust neuf, et à deffault dudit vin, quatre francs bourdelais de cens au choix dudit chapitre, paiable à la Saint-Michel, rendu audit lieu de Verteuilh ; et fera au mandement dudit chapitre, chescun an, deux manoeuvres, l'une à boeuf et l'autre à corps ; et paiera tous autres cens, agrières, rentes, ventes et droits de seigneurie qu'il leur a accoustumé de paier chescun an pour raison de ses biens » ; 19 novembre 1520.

    G 3316 : Comptabilité du chapitre de Saint-André de Bordeaux (1732-1735)

    Pièces comptables : réparations à la maison noble de Saint-Corbian, 31 août 1731.

    Estat des réparations que moy Marie Morgue, dernière des messieurs du chapitre Saint-André ay fait en leur maison noble de Saint-Courbian, payé premièrement

    Acheté 800 tuiles pour recouvrir

    Payé aux bouviers quy ont porté la tuile

    Acheté une pipe ??

    Payé pour le charoy

    Payé au bouvier qui a charoyé le sable (?)

    Payé les massons 20 journées qu’ils ont mis à 25 sols

    Payé 20 sols pour deux tables pour accommoder les fenêtres (?)

    Payé 40 sols pour la latte feuille

    Payé au forgeron 25 sols

    Payé pour 500 clous 50 sols

    Payé pour 4 panneaux vitrés

    G 3320 : Comptabilité du chapitre de Saint-André de Bordeaux (1748-1750)

    -Réparation du chai de Saint-Corbian, 15 août.

    G 3325 : Comptabilité du chapitre de Saint-André de Bordeaux (1764-1765)

    -petits travaux au château de Vertheuil et à la maison de Saint-Corbian, 7 juin.

    G 3338 : Correspondance du chapitre de Saint-André de Bordeaux (1706-1718)

    -Lettre du 9 octobre 1708 : padouens de Saint-Corbian.

    G 3270 : Biens et revenus du chapitre de Saint-André de Bordeaux, seigneurie de Vertheuil (1401-18e siècle) :

    -Bail à fief nouveau de la palu de Saint-Corbian, 1401 (copie).

    -Copie d'un bail à fief nouveau de la palu de Saint-Corbian, 1491.

    -Hommage de Noël Soulart du village de Saint-Corbian pour le tènement de La Ruade, 1589.

    -Nécessité d'un arpentement pour la paroisse de Saint-Corbian, 1639 : ce travail sera confié à Raymond Duprat et fait à la "mesure du journal de Bordeaux".

    -Reconnaissances pour des biens à Saint-Corbian, 1641 ; dîme de Saint-Corbian, 1642.

    G 3270 : Biens et revenus du chapitre de Saint-André de Bordeaux (1257-18e siècle)

    -Saint-Estèphe : reconnaissances pour des maisons situées au village de Saint-Corbian, 1641 ; sommation à Marie Morgues de payer le prix de l'afferme de la dîme de Saint-Corbian, 1737 ; bail à ferme des revenus appartenant au chapitre dans le village de Saint-Corbian, 1757.

    AD Gironde, 2 O 3120, Expertise de maisons ayant appartenu au chapitre Saint-André de Bordeaux, 19 Germinal an XII (09/04/1804).

    Maison à bas étage ayant cheminée, une porte, une croisée ayant son égout vers nord, qui a de large extérieurement des parts levant et couchant six mètres six décimètres, et des parts midy et nord huit mètres, le mur du midy de la hauteur de 5m et celui du nord de quatre mètres ; plus un chay tenant la ditte maison vers couchant ayant de largeur de chaque bout levant et couchant extérieurement c'est-à-dire les murs compris 6 mètres 6 décimètres, sur 23 mètres de longueur, l'égout dud. chay se trouve au [?] nord, le mur du midy dud. chay de la hauteur de 3m 1dm et celui du nord de 2m 3 dm ; plus et au midy dud. chay un cuvier tenant led. chay, de la largeur extérieurement de 7m, 3dm, sur 12 m 9 dm de long, la couverture à deux pans, la hauteur des murs de chaque côté ayant trois mètres trois dm, lesd. trois bâtisses tenant bâties de pierre et couvertes de tuile creuse qui nous ont paru très anciennes, ensemble des places autrefois jardin qui sont au levant et nord des dites bâtisses (...).

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire