Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Hameau de Roque Pigeon

Dossier IA33008799 réalisé en 2014

Fiche

Œuvres contenues

  • Alignement de maisons
    Bayon-sur-Gironde, Roque Pigeon, 54 à 62 route de la Reuille
  • Atelier ou entrepôt
    Bayon-sur-Gironde, Roque Pigeon, 28 route de la Reuille
  • Maison
    Bayon-sur-Gironde, Roque Pigeon, 14 Roque Pigeon
  • Maison
    Bayon-sur-Gironde, Roque Pigeon, 22 route de la Reuille
  • Maison
    Bayon-sur-Gironde, Roque Pigeon, 26 route de la Reuille
  • Maison
    Bayon-sur-Gironde, Roque Pigeon, 40 route de la Reuille
  • Maison
    Bayon-sur-Gironde, Roque Pigeon, 28 route de la Reuille
  • Maison
    Bayon-sur-Gironde, Roque Pigeon, 48 route de la Reuille
  • Maison
    Bayon-sur-Gironde, Roque Pigeon, 64 route de la Reuille
  • Maison
    Bayon-sur-Gironde, Roque Pigeon, 24 route de la Reuille
  • Maison de maître, dite les Ormeaux
    Bayon-sur-Gironde, Roque Pigeon, 36 route de la Reuille
  • Maisons
    Bayon-sur-Gironde, Roque Pigeon, 42, 44 route de la Reuille
Dénominations écart
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive droite)
Hydrographies Gironde la Dordogne la
Adresse Commune : Bayon-sur-Gironde
Lieu-dit : Roque Pigeon
Adresse : route de la Reuille
Cadastre : 1819 B1 227 à 265 ; 2014 B

Le hameau Roque Pigeon figure sur le plan cadastral de 1819. Les maisons sont construites le long de la route en partie aménagée. Pour relier la Reuille à Roque Pigeon, le chemin est indiqué en pointillés, la route n'étant certainement pas achevée à cette époque. Des parcelles au lieu-dit Larroque sont encore vierges de toute construction.

De nombreuses carrières y sont mentionnées dès cette époque appartenant aux familles Quimaud, Dupeyrat, Grimard, Roi. Certains sont qualifiés de "carreyeur", comme par exemple Pierre Roi. On trouve également un capitaine de navire (Dupeyrat) et un marin (Gorce). La vigne y est également cultivée sur plusieurs parcelles. Des cartes postales du début du 20e siècle montrent encore ce paysage viticole à flanc de coteau.

Au milieu du 19e siècle, plusieurs propriétaires sollicitent des autorisations pour reprendre ou poursuivre l'exploitation de carrières tantôt souterraines, tantôt à ciel ouvert : la veuve Métayer, M. Lataste ou encore M. Désarnaud.

On note dans ce secteur le traitement particulier de la corniche des façades des maisons : les fenêtres de l'étage forment un ressaut dans la corniche moulurée qui opère donc un décrochement cintré. Il s'agit probablement d'une manière locale, de la fin du 18e siècle.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle

Le hameau se situe sur les bords de l’estuaire au pied du coteau rocheux. Les habitations ont été construites au nord de la route : elles disposent d'une parcelle de jardin le long de l'estuaire.

Statut de la propriété propriété privée
propriété publique

Annexes

  • Documentation complémentaire

    AD Gironde, SP 1095. Lettre de l'ingénieur en chef des Mines au préfet, 15 novembre 1845. La carrière de la Pontonnière ou de Roquepion [sic] : pb de voie de roulage.

    AD Gironde, SP 1095. Lettre de la veuve Métayer au préfet, 8 février 1860.

    Sur sa propriété à la Roque Pigeon, se trouve une ancienne carrière qu'elle désire exploiter de nouveau par galerie souterraine ; accord du maire.

    AD Gironde, SP 1095. Rapport de l'Ingénieur des Mines sur les 2 demandes en autorisation de carrières souterraines de la veuve Métayer et du sieur Roy, commune de Bayon, 25 juillet 1860.

    L'entrée de la carrière de la veuve Métayer est dans une ancienne tombée, située au lieu-dit Roque Pigeon, dans un gîte un peu incliné vers l'intérieur de la montagne ; demande de continuer les travaux souterrains anciens et de reprendre en banquerie les galeries existantes jusqu'à une profondeur d'environ 3m50 ; autorisation accordée.

    AD Gironde, SP 1095. Rapport de l'Ingénieur des Mines sur une demande en autorisation de carrière à Bayon, 20 septembre 1861.

    M. Lataste : pour l'exploitation de deux carrières situées à la Roque Pigeon, l'une à ciel ouvert, l'autre souterrainement ; celle à ciel ouvert a été autorisée le 14 décembre 1860 au nom du sieur Désarnaud ; la carrière souterraine aura son entrée par un cavage à bouche qu'on doit creuser derrière la maison du demandeur, à 10m de l'habitation du sieur Bertrand.

    AD Gironde, SP 1095. Rapport de l'ingénieur des mines sur une demande en autorisation de carrière de Mme Veuve Métayer, 26 novembre 1861.

    Carrière au lieu-dit Roque Pigeon, destinée à fournir des moellons pour les travaux de la Garonne ; mode d'exploitation à ciel ouvert et au pic et à la poudre ; autorisation accordée.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Mines et carrières, affaires diverses, 19e siècle.

    Archives départementales de la Gironde : SP 1095
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire