Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Hameau de Daubos ou Grand Saint-Lambert

Dossier IA33005679 réalisé en 2012

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Appellations Daubos, Grand Saint-Lambert
Parties constituantes non étudiées maison, puits, chai, place, croix monumentale, port
Dénominations écart
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Pauillac
Adresse Commune : Pauillac
Lieu-dit : Daubos, Saint-Lambert
Cadastre : 2012 BI ; 1825 H

Le hameau de Daubos apparaît sur la carte de Masse au début du 18e siècle sous le nom Loavau et sur la carte du cours de la Garonne en 1759, avec le toponyme Louveau. La carte de Belleyme mentionne le lieu-dit Le Bos. C'est sur le plan cadastral de 1825 que l'on trouve le toponyme Daubos.

Le hameau est organisé de part et d'autre de la route de Daubos, perpendiculaire à la route de Bordeaux à Pauillac, côté ouest. Le bâti s'est aussi développé à l'est de la route. Avec la disparition de la paroisse Saint-Lambert ou Saint-Mambert et de son église, le quartier Saint-Lambert s'est agrégé au hameau de Daubos et s'est développé autour de l'école. Une première école est louée en 1886 à M. Garrigou, puis un bâtiment est construit entre 1895 et 1900.

On retrouve dans ce hameau une implantation du bâti remontant au 18e siècle, avec des alignements de petits logis et de petits chais, le long de la route ou bien perpendiculaires à celle-ci donnant sur des cours ou ruelles.

Quelques éléments de maçonnerie du 18e siècle ont été repérés mais l'ensemble du bâti a été remanié au cours du 19e siècle, avec la construction également de belles maisons en pierre de taille. La date de 1826 a été repérée sur la façade d'une maison, place de la Salle des Fêtes.

Les éditions de l'ouvrage de Cocks et Féret à partir de 1850 mentionnent les producteurs de vin installés à Saint-Lambert : en 1850, ils sont 11, produisant entre 10 et 20 tonneaux. Parmi ceux-ci, la veuve Laména, les héritiers Laména et M. Gaudin sont les plus importants. Les héritiers Daubos sont également mentionnés, portant comme c'est souvent le cas, le même nom que le toponyme. Dans l'édition de 1922, sont distingués les hameaux de Daubos, dit Grand Saint-Lambert et celui de Dauprat, dit Petit Saint-Lambert : 6 producteurs sont attestés à Daubos, produisant entre 8 et 15 tonneaux.

Un port aménagé sur le chenal de Saint-Lambert (traversant aujourd'hui le camping des Gabarreys) permettait l'embarquement et le débarquement de marchandises.

Au cours du 20e siècle, de nombreuses constructions ont souffert du manque d'entretien, d'abandon et sont aujourd'hui en mauvais état. Les petits chais reconnaissables à leur baie de décharge ont perdu leur fonction viticole et sont utilisés comme garages ou resserres.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Dates 1826, porte la date

Le hameau de Daubos et le quartier Saint-Lambert ne forment aujourd'hui qu'un seul ensemble bâti de part et d'autre de la route de Bordeaux à Pauillac.

Saint-Lambert s'organise autour de l'école, tandis que Daubos réunit des alignements de logis modestes et de belles maisons en pierre de taille, construits le long de la route de Daubos.

Statut de la propriété propriété privée
propriété publique

Annexes

  • Documentation sur le chenal et le port de Saint-Lambert

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1848-1861, Travaux nécessaires au port de Saint-Lambert afin de le rendre praticable en toute saison aux habitants qui s'en servent journellement pour le transport des marchandises, 10 février 1853.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Mauvais état du chenal de Saint-Lambert ; projet de le redresser à partir du pont construit sur le chemin vicinal jusqu’à son embouchure servant de port, 12 août 1862.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Travaux nécessaires au chenal de St Lambert, 5 novembre 1893.

    Le chenal qui longe le communal au nord et sert de port d'embarquement et de débarquement aux habitants de St Lambert et Dauprat, est dans un tel état d'envasement que les bateaux chargés ne peuvent y pénétrer ni en sortir, même aux plus hautes marées ; installation d'une écluse nécessaire.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire