Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Hameau de Cadourne, ancienne paroisse Saint-Martin

Dossier IA33006645 réalisé en 2014

Fiche

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiées puits, mur de clôture
Dénominations écart
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Lesparre
Adresse Commune : Saint-Seurin-de-Cadourne
Lieu-dit : Cadourne
Cadastre : 1831 A1 ; 2014 A

Le hameau s'est développé autour de l'ancienne église Saint-Martin, qui dépendait du prieuré Saint-Vivien de Saintes. Elle constituerait le siège primitif de la paroisse de Saint-Seurin-de-Cadourne. Elle est signalée dès le début du 12e siècle (1101) au moment de sa donation au prieuré de Saint-Vivien. L'abbé Baurein tente d'éclaircir le rapport entre les deux églises, et d'établir l'antériorité de l'une par rapport à l'autre. Celle de Cadourne se serait développée en lien avec le port de la Maréchale, tandis que Saint-Seurin aurait été établie dans un second temps, en lien avec le port de Mapon. La seconde serait une succursale de la première. Un hospice y aurait également été installé pour les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle ou de Notre-Dame de Soulac.

L'abbé Baurein en fournit une description vers 1784-1785 : "Son église, faite en forme de croix, est d’une architecture gothique ; la nef en est étroite ; le clocher, qui est placé, et qui forme un gros massif carré, n’est pas élevé en proportion de l’épaisseur de ses murailles". Selon Didier Coquillas, "il n'en subsiste plus que quelques pans de muraille transformés en chai. On remarque encore quelques éléments caractéristiques de cette époque comme des colonnes engagées".

Le hameau à proximité de son église est figuré sur les cartes du 18e siècle. Il s'organise au croisement de deux routes. Le château Coufran se trouve à l'est, entouré de vignes.

En 1822, le conseil municipal reconnait l’église de Saint-Seurin comme chef lieu, "étant le point central de la commune". La cloche et l'autel de l'église de Cadourne y sont alors transférés. L'édifice figure encore sur le plan cadastral de 1831. D'après le registre des augmentations et diminutions du cadastre, la chapelle qui en évoque le souvenir est construite en 1884 au bord de la route, au sud-ouest de l'ancienne église abandonnée.

Quelques constructions du 18e siècle ont été repérées dans le hameau (ouvertures en arc segmentaire) ; des reconstructions ont lieu dans la 2e moitié du 19e siècle. Un plan d'alignement du hameau est établi en 1844 : plusieurs façades ont sans doute été remaniées par la suite. Au sud du hameau se trouve encore un long bâtiment construit en moellon, figurant sur le plan cadastral de 1831 : il s'agit sans doute d'un chai du 18e siècle.

Des constructions ont également été ajoutées au cours du 20e siècle par les châteaux Verdignan (au sud) et Coufran (à l'ouest).

Période(s) Principale : Moyen Age
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Le hameau de Cadourne se trouve au nord du village de Saint-Seurin, traversé du sud au nord par la route départementale D2, qui se poursuit et relie le port de la Maréchale.

Il s'organise autour des bâtiments du Château Coufran à l’ouest, des dépendances viticoles du Château Verdignan au sud-est et de la chapelle Saint-Martin au centre.

Les habitations, en rez-de-chaussée ou à étage carré, sont disposées en alignement à la route ou perpendiculairement à celle-ci. Elles sont bâties pour la plupart en moellon de calcaire, recouvert parfois d’un enduit.

Murs calcaire moellon enduit
Statut de la propriété propriété privée
propriété publique

Références documentaires

Documents d'archives
  • Plan d'alignement de Cadourne, 1844.

    Archives communales, Saint-Seurin-de-Cadourne
Bibliographie
  • BAUREIN Abbé. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Labottière (frères), imprimeur libraires, 1784, t.1.

  • COQUILLAS Didier. Les rivages de l'estuaire de la Gironde du Néolithique au Moyen-Age. Thèse d'histoire : Bordeaux 3, 2001.

(c) Conseil départemental de la Gironde ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Riberolle Jennifer