Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Notre-Dame

Graffiti et marques de tâcheron du chevet et du chœur

Dossier IM40006589 réalisé en 2016

Fiche

Dénominations graffiti
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Adresse Commune : Audignon
Emplacement dans l'édifice chevet

Le chevet d'Audignon, probablement édifié dans le premier quart du XIIe siècle, présente, à l'extérieur comme à l'intérieur, de très nombreuses marques de tâcheron mêlées à des graffiti peut-être gravés par des pèlerins de passage, comme le supposait Jean Cabanot. Les plus remarquables parmi ces derniers, concentrés essentiellement sur les côtés oriental et surtout méridional de l'élévation extérieure, figurent une harpie, une tête d'homme de profil (peut-être casquée, d'où son appellation de "chevalier") et plusieurs nœuds de Salomon. Un autre graffito, plus difficilement interprétable, représenterait, selon Francis Rousseau (1969), l’ébauche d'un plan de l'église dans son état originel, lecture remise en question aujourd'hui.

Certaines des marques de tâcheron (par exemple les pointes de flèche, les crochets ou les taus) ont été rapprochés par l'abbé Rousseau de marques identiques repérées dans les Landes (Saint-Sever, Hagetmau, Le Mas d'Aire, Bostens, Pontaut, Saint-Pierre-du-Mont, Sensacq, Bahus-Juzan), voire au-delà, dans le proche Béarn (Larreule, Lescar, Simacourbe), dans le Gers (Marciac, Flaran) et en Gironde (Saint-Seurin de Bordeaux, Sauternes).

Période(s) Principale : 12e siècle
Principale : 13e siècle

Les marques de tâcheron (160 environ) et les graffiti sont présents sur le pourtour extérieur du chevet, du sol jusqu'à une hauteur de trois mètres environ, essentiellement sur le côté oriental et surtout méridional, où sont concentrés les graffiti les plus remarquables. D'autres marques, en plus petit nombre, sont aussi repérables à l'intérieur de l'abside. Certaines sont profondément gravées dans la pierre (ainsi de la "tête de chevalier"), d'autres tracées plus superficiellement (la harpie).

Catégories taille de pierre
Matériaux calcaire, gravé
Précision dimensions

Voir iconographie.

Iconographies figures, tête, homme, chevalier, Harpie
représentation non figurative, noeud de Salomon, crochet, étoile, crosse
Précision représentations

Les marques de tâcherons présentent des formes très diverses, classées en 13 types (en réalité, 15) par Francis Rousseau (1969) :

- 1) 26 arcs bandés (16 à l'extérieur du chevet, 10 à l'intérieur de l'abside), longs de 16 ou 14 cm et larges de 8.

- 2) 20 crochets (7 à l'extérieur, 13 à l'intérieur) généralement perpendiculaires, longs de 11 cm.

- 3) 9 pointes de flèche ou "carreau" (2 à l'extérieur, 7 à l'intérieur), de 12 cm sur 3,5.

- 4) 11 taus (5 à l'extérieur, 6 à l'intérieur), de 5,5 cm sur 6.

- 5) 4 enroulements spiralés ou "crosses de fougère" (3 à l'extérieur, 1 à l'intérieur), de 7 cm sur 6,5.

- 6) 3 lettres V avec ou sans croix à l'embranchement (2 à l'extérieur du chevet, 1 à l'intérieur de l'abside, au nord).

- 7) 1 came (à l'extérieur).

- 8) 1 étoile à cinq branches constituée de deux triangles croisés (à l'extérieur), de 10 cm sur 11.

- 9) 1 crochet accoté d'une croix de saint André (à l'extérieur).

- 10) 1 lettre H majuscule avec croix grecque sur la traverse (à l'extérieur).

- 11) 1 lettre A (à l'extérieur).

- 12) 42 profils d'enture (pièces de charpente) (13 à l'extérieur, 29 à l'intérieur), de 10 cm sur 6 environ.

- 13) 37 profils de tenon pour mortaise (19 à l'extérieur, 18 à l'intérieur, dont certains sur le retable du XVe siècle [remploi de pierres] et dans la sacristie), de 8,5 cm sur 7.

- 14) 1 profil d'enture doublée (à l'intérieur), de 11 cm sur 7.

- 15) 1 chien-de-fusil (à l'intérieur, sur l'autel roman).

Les graffiti sont généralement uniques, mais certains d'entre eux (nœuds de Salomon), présents en plusieurs exemplaires, pourraient être confondus avec des marques de tâcherons.

- 1) "plan d'église" (face sud du chevet, à l'angle du contrefort-colonne, au bas de la 3e assise). Graffiti interprété par F. Rousseau comme une figuration ébauchée du plan de l'église, avec chevet en hémicycle et nef unique. Toutefois, il pourrait s'agir plutôt d'une figure masculine stylisée : les incisions visibles dans la partie sommitale arrondie ("l'abside") représenteraient un nez, une bouche, une arcade sourcilière et des cheveux "coupés au bol". Le "curieux repentir arrondi" noté (mais non expliqué) par F. Rousseau de chaque côté de la "nef" ressemble à l'indication des manches d'un vêtement. Du reste, le volume trapézoïdal et non rectangulaire qu'elles encadrent est plus proche d'un tronc humain que d'une nef d'église.

- 2) harpie tournée vers la gauche (face sud du chevet, contre le contrefort-colonne, 5e assise).

- 3) tête d'homme de profil vers la droite, dite "tête de chevalier" (contrefort d'angle sud, 3e assise). La grille du "haubert", qui a déterminé l'identification de la figure avec un chevalier, est en réalité l'extrémité gauche d'un nœud de Salomon gravé en surimpression sur la tête.

- 4) une dizaine de nœuds de Salomon (dont un chevauchant partiellement la tête ci-dessus). Nœuds de type complexe, chaque anneau étant constitué de quatre torons imbriqués.

Précision inscriptions

Voir iconographie.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre immeuble, 1975/05/12

Références documentaires

Documents d'archives
  • Dossier de pré-inventaire de l'église d'Audignon, 1969.

    Service du patrimoine et de l'Inventaire, région Aquitaine
Bibliographie
  • CABANOT Jean. Gascogne romane. Zodiaque, collection « La nuit des temps », n° 50, 1978.

    p. 167-170, pl. 61 à 67
  • CABANOT Jean. Les débuts de la sculpture romane dans le sud-ouest de la France. Paris : Picart, 1987.

    p. 280, 281
  • Dictionnaire des églises de France. Sud-Ouest. Paris : Ed. Robert Laffont, [1967]. Tome 3.

    p. 11
Périodiques
  • LAPEYRE André. "Audignon village de Chalosse : l'église Notre-Dame de l'Assomption". Bulletin de la Société de Borda, 1952, n° 1, p. 12-36.

  • ROUSSEAU Francis. "Le chœur roman d'Audignon". Bulletin de la Société de Borda, 1969, n° 333, p. 37-58.

  • DELOFFRE, Raoul, BONNEFOUS, Jean. "Les églises fortifiées des Landes". Bulletin de la Société de Borda, 2001, 464, p. 459-498.

    p. 469

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe