Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Forteresse dit château de Montignac

Dossier IA24001334 inclus dans Ville de Montignac réalisé en 2011

Fiche

Appellations château de Montignac
Dénominations forteresse, château
Aire d'étude et canton Vallée de la Vézère - Montignac
Adresse Commune : Montignac
Lieu-dit : le Château
Adresse : rue de la Liberté
Cadastre : 1813 C 165 ; 2011 AP 548, 549, 551, 883

Le castrum de Montignac est mentionné dès le milieu du Xe siècle dans les chroniques du moine Adhémar de Chabannais : le vicomte de Limoges, Guy, y emprisonne le comte Hélie Ier de Périgord. Forteresse devenue le siège d’une importante châtellenie au cours de la « révolution castrale » du XIe siècle, le "castellum Montiniacum" (Vita sancti Sacerdotis ; Gourgues) possède sa propre chapelle placée sous le vocable Saint-Sauveur (attestée en 1153), et une motte castrale (appelée, au XVIIe siècle, la motte de Vilhac). Entre 1031 et 1092, une fille du seigneur de Montignac épouse Boson III, comte de Périgord, et lui apporte en dot la seigneurie de Montignac, qui passe ensuite à Hélie Rudel, seigneur de Bergerac, puis à Roger Bernard, comte de Périgord.

Quatorze paroisses dépendaient de la châtellenie de Montignac au XIVe siècle : Aubas, Auriac, Le Cern (La Bachellerie), Bars, Brenac, Le Cheylard, Condat, Fanlac, Saint-Léon, Saint-Pierre et Saint-Thomas de Montignac, Sergeac, Thonac et Valojoulx (Lespine, t. 88). Le château se dressait alors sur un promontoire rocheux très étroit et à pic de trois côtés, barré au nord-est par un fossé profond. A l'extrémité du promontoire se dressait une haute tour de plan carrée contre laquelle s'adossait la grande salle médiévale, de plan rectangulaire, voûtée et orientée nord-ouest/sud-ouest. Autant qu'on puisse en juger par la représentation de ses vestiges par Léo Drouyn, cette grande salle est comparable à celle des châteaux de Commarque ou de Beynac : le mur gouttereau sud-ouest, parementé en pierre de taille (moyen appareil), comprend une fourrure intérieure en opus spicatum (comme aux murs de l'enceinte de l'abbaye de Saint-Amand-de-Coly) ; la grande cheminée était aménagée dans ce mur ; et le mur-pignon sud-ouest, dirigé vers la Vézère et le bourg castral, était ouvert par une grande baie à remplage. De ce château subsiste également, au nord, une grande porte en arc brisé à longs claveaux qui défendait l'accès principal de ce côté.

Le comte Archambeau V trahit le roi d'Angleterre à l'appel de Charles V. Les comtes Archambeau V et VI sèment la terreur à partir de leur château de Montignac jusqu'aux portes de Périgueux. Le roi de France mène deux expéditions contre eux, en 1394 et en 1398. Lors de cette dernière, l'artillerie royale détruit le donjon, appelé le "Jacques". L'arrêt du 19 juin 1399 met fin à la dynastie comtale, et la châtellenie est confisquée en 1400 par Charles VI et transmise à son frère Louis d'Orléans. En 1437, la ville et le comté sont vendus par Charles d'Orléans à Jean de Blois. En 1470, le château entre dans la maison d'Albret, par le mariage de Françoise de Blois-Bretagne (morte en 1481), comtesse de Périgord et vicomtesse de Limoges, avec Alain d'Albret, dit Le Grand (1440-1522). La famille d'Albret y entreprend d'importants travaux à la fin du siècle et au début du suivant. En 1502, le château est décrit par les officiers du seigneur châtelain : "Touchant le château, il est vrai que du temps de monseigneur Guillaume, et long-temps par avant, il était tout détruit, et ne y avait que les vieilles murailles que encore sont, une vieille salle et une petite chambre voutées, toutes découvertes, et pleuvait partout. Plus, y avait et encore est une vieille terrasse, ma[l] cimentée, et où il y a deux vieilles chambres, mal logeables et mal acoutrées, et une vieille chapelle toute découverte. Depuis que mondit seigneur Guillaume fut trépassé, monseigneur de Saint-Bonet, fut capitaine, et aux dépents de madite dame, fit bâtir les deux belles chambres qui y sont, celle de monseigneur et celle de monsieur le cardinal [Amanieu d'Albret, cardinal, évêque de Pamiers], l'une sur l'autre, et fut cimentée ladite terrasse, et fit recouvrir la chapelle et toute la place. Depuis madite dame fit bâtir une petite chambre et garde-robe derriere, sur une pille, que peut bien monter toute la réparation dessus dite jusques à la somme de cinq à six cents livres tournois et plus."

En 1560, le parti huguenot dirigé par Arnaud Debord se rend maître de la ville, s'empare du château et fait pendre le capitaine. Le château est repris par les catholiques en 1562, mais il est de nouveau assiégé par le capitaine de Vivans en 1580 ; Mayenne s'en empare en 1586. Les deux niveaux de casemate (AP 551) percés de canonnières à la française de taille imposante, tout comme la monumentale tour circulaire à l'est, semblent pouvoir être datés de la période comprise entre 1586 et 1594, selon les dires du seigneur d'Hautefort qui attribue les travaux au capitaine du château Jean de Boussier dans l'acte de capitulation du 6 mai 1594 : "ayant fait réparer les brèches et ravin du Lanon, et élargir la plateforme, recouvrir le lieu de la batterie, et aussi qu’il [Jean de Boussier] a fait bâtir du pied de trente à quarante brasses de murailles, au milieu d’icelle fait construire une belle et grosse tour, montée et hord d’échelle, servant de casematte de flanc de côté de la fontaine, auquel lieu auparavant on se pouvoit loger à couvert sous le roc, ce qu’on ne pouvoit plus faire au moyen de lad. tour, laquelle ensemble la courtine il a fait revêtir de fossés, et de plusieurs autres réparations a ses dépens, où il a employé plus de deux mille écus du sien propre" (AD 24, 2 E 220). La plate-forme supérieure de la tour, couverte en terrasse, était faite pour accueillir des canons. Au moment de la pacification du pays et de la promulgation de l'édit de Nantes en 1598, le château est entre les mains de son propriétaire légitime, le roi de France et de Navarre Henri IV, qui le tenait de sa mère Jeanne d'Albret ; à cette date, le souverain se voit cependant contraint d'aliéner une partie de la châtellenie pour éponger ses dettes. C'est pour une raison similaire (le paiement de la dote) qu'en 1603 il vend la totalité de la châtellenie et l'ensemble du comté de Périgord à François d'Hautefort. Le château est décrit en 1730 par le chevalier de Lagrange-Chancel : "Son château est assis sur un rocher est bizarrement édifié, flanqué de tours assez belles, avec un profond fossé taillé dans le roc, qui faisoit sa principale deffence ; il commande à la ville [...]". En 1798, le citoyen Boulou l'acquiert. Il sert alors de carrière de pierre jusqu'en 1826. En 1905, Léon Pautauberge consolide les vestiges du château et fait construire une villa et une orangerie. Le logis actuel a englobé à ce moment un logis antérieur, visible sur une photographie ancienne. La partie sud-ouest du logis préexistant n'a été que peu modifiée. La tour a été coiffée d'une toiture, tandis que la partie nord-ouest a été surélevée. L'orangerie située au sud-ouest a été construite à la même période. Le parc (AP 882), séparé du château par la rue de la Tour, a été amputé à plusieurs reprises pour permettre l'agrandissement du nouveau cimetière communal.

Période(s) Principale : milieu 10e siècle , daté par source
Principale : 14e siècle
Principale : limite 15e siècle 16e siècle , daté par source
Principale : 4e quart 16e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Auteur(s) Personnalité : Pautauberge Léon, habitant célèbre, attribution par source

Situés sur un éperon rocheux dominant le bourg de Montignac et la Vézère, les vestiges du château s'inscrivent dans une enceinte fortifiée formant la limite extérieure des parcelles 548, 549, 551 et 883. De la forteresse médiévale ne subsistent que ce tracé, la base talutée du mur d'enceinte ainsi qu'un pavillon, très modifié (AP 549), et une des tours (nord-est) ; le donjon, la maison carrée, les prisons, ainsi qu'une tour (ouest), la salle des états et la chapelle, qui sont mentionnés dans les textes ou sont représentés sur les plans anciens, ont disparu. La tour monumentale à l'est, qui est stratégiquement placée du côté du bourg, de la Vézère et de la route de Terrasson qu'elle domine et surveille, est un bel exemple de tour à canons de l'époque moderne : son niveau inférieur - une casemate - est encore percé d'une canonnière munie d'une énorme embrasure extérieure "à la française" (elle a une largeur de près de 2 m) ; sa partie supérieure est encore aujourd'hui couverte en terrasse.

Murs calcaire
pierre de taille
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Précisions sur la protection

Si le château ne possède aucune protection MH, il est inclus dans un site inscrit (20 septembre 1966).

Références documentaires

Documents d'archives
  • Mémoires envoyés au seigneur d’Albret par les officiers ordinaires des châtellenies et autres lieux de la vicomté de Limoges et comté de Périgord (1502)

    Mention des travaux de construction réalisés peu avant 1502 Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques : E 669
  • Mémoire généalogique des messieurs de Boussiers en Périgord, qui n’en sont point originaires mais suivant une tradition, 1766

    Mention des travaux au château entre 1586 et 1594 par le seigneur d'Hautefort. Archives départementales de la Dordogne : 2 E 220
  • Fonds d'Hautefort, 1258-An X.

    8-12. Procédure pour l’hommage de la seigneurie de Mouneix portant mention de l’aliénation d’une partie de la châtellenie de Montignac en 1598, 1662. Archives départementales de la Dordogne : 2 E 1828 (1-113)
  • Commune de Montignac-sur-Vézère.

    Extrait du registre des délibérations du Conseil municipal, 28 pluviôse an XII. Archives départementales de la Dordogne : 12 O 320
Documents figurés
  • Extrait de la "Carte des rivières de la Dordogne et de la Vézère" levée pour François de Ferry, 1696 (AD Gironde, 3 JC 17, fol. 56).

    Archives départementales de la Gironde : 3 JC 17
  • "Pland de la ville, et environs de Montiniac le Conte", s.d. [vers 1750 ; avant 1758] (AD Gironde, 2 Fi 1108).

    Archives départementales de la Gironde : 2 Fi 1108
  • Carte de la Guyenne par Belleyme. Reproduction en fac-similé de l'édition du XVIIIe siècle conservée à l'Institut géographique national, par Pierre de Belleyme, IGN.

    Planche n° 23 levée en 1768, gravée et publiée en 1789. Archives départementales de la Dordogne : 1 Fi 2 Dordogne 0013
  • Bulletin de la société historique et archéologique du Périgord, t. IX, 1882, p. 329. Gravure, 1882

  • Bulletin de la société historique et archéologique du Périgord, t. IX, 1882, p. 329.

  • Dessin à la mine de plomb, 18 juillet 1847.

    Iconothèque de la Société historique et archéologique du Périgord, Périgueux : Léo Drouyn, 56-1
Bibliographie
  • TARDE (Jean), Les chroniques de Jean Tarde, chanoine théologal et vicaire général de Sarlat, contenant l'histoire religieuse et politique de la ville et du diocèse de Sarlat, depuis les origines jusqu'aux premières années du XVIIe siècle, annotées par le Vicomte Gaston de Gérard. Paris : Oudin, 1887.

    p. 49, 62 et 230
  • DROUYN Léo. Quelques châteaux du Moyen Âge à partir de l'époque féodale dans la Gironde et la Dordogne. Bordeaux : G. Gounouilhou, 1854.

    p. 36-37 et plan n° 19.
  • GOURGUES Alexis de. La Dordogne. Dictionnaire topographique du département. Paris : Res Universis, 1992, fac-similé de l'édition de 1873 (Monographies des villes & villages de France).

    p. 207
  • LAVERGNE Géraud. Montignac-le-Comte. Aperçu historique. Montignac : imprimerie de la Vézère, 1924.

  • MARQUAY, Jean. Montignac-sur-Vézère, pages de son histoire et de sa vie religieuse. Montignac : impr. d’E. Leymarie, 1938.

    p. 17-27.
  • SECRET Jean. Le Périgord, châteaux, manoirs et gentilhommières. S.l. : Tallandier, 1966.

    p. 233
  • PENAUD Guy. Dictionnaire des châteaux du Périgord. Bordeaux : Sud Ouest, 1996.

    p. 188-189
Périodiques
  • LAGRANGE-CHANCEL (chevalier de). "Extrait du deuxième volume des voyages du chevalier de Lagrange-Chancel - Voyage de Paris pour le Poitou, Angoumois et Périgord". Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, t. XLIII, 1916, p. 322-336.

    p. 329-330
  • « Extrait d’un mémoire du seigneur d’Albret contre la dame de Montrésor, qui demandait sa part dans la seigneurie de la comté de Périgord ». Le Chroniqueur du Périgord et du Limousin, 1854, p. 134-140.

    p. 138-139.
  • Bulletin de la société historique et archéologique du Périgord.

    1882, p. 48 Bibliothèque nationale de France, Paris
  • Bulletin de la société historique et archéologique du Périgord.

    1893, p. 460 Bibliothèque nationale de France, Paris
  • Bulletin de la société historique et archéologique du Périgord.

    1896, p. 292 Bibliothèque nationale de France, Paris
  • Bulletin de la société historique et archéologique du Périgord.

    1938, p. 368 Bibliothèque nationale de France, Paris
  • Bulletin de la société historique et archéologique du Périgord.

    1993, p. 464 et 632 Bibliothèque nationale de France, Paris

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Ferlier Ophélie - Pagazani Xavier