Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme dite Maison Suzanne

Dossier IA64002858 réalisé en 2018

Fiche

Á rapprocher de

Appellations Maison Suzanne
Destinations ferme
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton La Bastide-Clairence (commune)
Adresse Commune : La Bastide-Clairence
Lieu-dit : Quartier Agnescous
Adresse :
Cadastre : 1835 E 402 ; 2016 E 246

La nom de la Maison Suzanne apparaît dès 1473 dans les archives de la Confrérie de Saint-Nicolas. Cependant, la bâtisse est plutôt datable du 16e siècle par son système d'assemblage de charpente sur poteaux, ainsi que par l'usage des pans de bois.

Des travaux importants sont effectués dans le 1er quart du 18e siècle, ainsi qu’en témoignent deux millésimes : la porte sud est gravée sur son linteau de la mention IHS/1722/MA, tandis que l'inscription IHS/B.N./1723/M.D. est gravée sur l'agrafe de la grande porte de la façade.

La ferme est figurée sur le plan cadastral de 1835 avec la même emprise ; elle est alors l'une des propriétés des héritiers de Thimothée Darrieux-Juzon, une famille noble de La Bastide-Clairence, représentant le territoire aux États de Navarre. Cette maison devait faire partie d'un important domaine ensuite dispersé entre les héritiers, comprenant notamment le moulin en contrebas et la borde de Suzanne (ruinés), ainsi que la Maison Pierroun, la jouxtant au sud-est.

Elle a été remaniée dans les années 1960 avec la création d'une porcherie en béton à l'intérieur, accolée à l'étable dans les années 1970.

Suite à une tempête en 2009, la façade a été en partie détruite ainsi que sa charpente. Elle a donc été remaniée avec une nouvelle charpente, ainsi que par des reprises en parpaings. Le four à pain était encore visible il y a peu en face de l'angle nord-ouest, de même que son four à chaux dans la prairie en face ; le moulin est aujourd'hui détruit.

Période(s) Principale : 16e siècle
Secondaire : 1er quart 18e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle
Secondaire : 1er quart 21e siècle
Dates 1722, porte la date
1723, porte la date

Grande ferme implantée sur une hauteur au sud du bourg. De plan rectangulaire, ses dimensions représentent plus du double des dimensions habituelles des fermes locales : en effet, elle est plus longue que large (vingt-deux mètres de longueur pour dix-sept mètres de largeur). Les pierres d'angle sont particulièrement imposantes.

L'élévation principale à l'est sous pignon, avec un avant-toit débordant, présente une organisation tripartite et asymétrique, le versant du toit étant légèrement plus long du côté sud. Le rez-de-chaussée est marqué par une imposante porte en pierre de taille formant un arc plein-cintre avec impostes moulurées et une agrafe portant une inscription. Cette agrafe est surmontée d'un larmier également mouluré. Deux oculus en calcaire encadrent cette porte.

Deux fenêtres jumelées en pierre, de part et d'autre de la porte centrale, ont une structure identique mais un traitement différent, puisque celle de gauche a de fines moulures tandis que celle de droite est moins soignée. Une large ouverture sur la gauche a été créée à l'emplacement de la cheminée, cette partie du mur s'étant écroulée. L'étage est entièrement composé de pans de bois hourdés de moellons, détruits dans les travées latérales où ils ont été remplacés par des parpaings. Deux fenêtres symétriques dans la paroi à pans de bois renforcent l'axialité de la façade.

L'élévation ouest est ouverte par une grande porte en plein-cintre, avec impostes moulurées, en grès (matériau différent de la plupart des ouvertures).

Le mur sud, avec une évacuation d'évier, témoigne de l'ancien emplacement de la cuisine. Une porte plus étroite que celle de l'entrée principale donnait accès à cette pièce. Elle est jouxtée à sa gauche par une fenêtre dont le larmier est probablement un appui de fenêtre en remploi. Une fenêtre plus rustique, à encadrement de bois, avoisine une autre porte, plus large et à double vantaux donnant sur l'ancienne étable.

Tout comme la façade, l'intérieur est tripartite. La remise centrale ou "ezkaratz" était délimitée à l'origine par six épais poteaux soutenant la structure, reposant sur des bases constituées de dés de pierres. Les cloisons étaient à pans de bois. La cuisine, unique pièce dont le sol était entièrement dallé, occupe l'angle sud-est. A côté de l’évier, sous le crépi, la disposition des moellons en arc plein cintre correspond à une niche d'armoire murale avec des portes finement travaillées. Deux chambres dans le prolongement de cette pièce à vivre sont suivies par l'étable à l'angle sud-ouest. La charpente est soutenue par deux piliers en pierre de taille. Une porcherie est accolée à l'étable du côté nord. Un escalier sur la gauche de la remise donnait accès à l'étage, servant de fenil.

Une stabulation est directement accolée à la façade ouest.

Murs grès moellon enduit
bois pan de bois
Toit matériau synthétique en couverture
Étages étage en surcroît
Couvertures toit à longs pans pignon couvert
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier droit, en charpente
États conservations remanié
Techniques sculpture
Représentations fleuron, accolade monogramme, croix, I.H.S. monogramme, MA
Précision représentations

La travée centrale de la façade principale est mise en valeur par une frise d’accolades sculptée sur la sablière. L’agrafe de la porte ouest est sculptée d’un IHS surmonté d’une croix, et par une fleur. L'IHS de la porte sud est complété par le monogramme marial MA.

Mesures :
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Transcription faite vers 1700 du registre n°1 des archives de la confrérie de Saint-Nicolas, récapitulation faite par Garat (directeur de l'école libre des garçons), La Bastide-Clairence, 1947.

  • Matrice cadastrale de La Bastide-Clairence, propriétés foncières bâties et non-bâties, 1835-1912.

    Archives communales, La Bastide-Clairence : 1G3-4
Documents figurés
  • Plan cadastral napoléonien de La Bastide-Clairence, 1835.

    Archives communales, La Bastide-Clairence : 1G1
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Commune de La Bastide-Clairence - Larralde Alexandra
Alexandra Larralde

Chargée de l'inventaire général du patrimoine culturel de La Bastide-Clairence.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.