Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme dite Maison Larre

Dossier IA64002856 inclus dans Ferme dite Maison Bruchon réalisé en 2018

Fiche

Á rapprocher de

Appellations Maison Larre, Maison Larreborde
Destinations maison
Parties constituantes non étudiées fenil, rampe d'accès
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton La Bastide-Clairence (commune)
Adresse Commune : La Bastide-Clairence
Lieu-dit : Quartier La Côte, La Peyrere
Adresse : Route départementale 510
Cadastre : 1835 F 193 ; 2016 F 602

La maison Larre est mentionnée dès 1595 dans les archives de la Confrérie de Saint-Nicolas. La partie centrale correspond peut-être au noyau initial du 16e siècle, agrandie à partir du 17e siècle vers les côtés. Une écurie a été créée par une extension de la maison vers l'ouest à la fin du 18e siècle.

La ferme est représentée sur le plan cadastral de 1835 selon une emprise similaire à l'actuelle. Dans la matrice, elle est la détenue par Jacob Gomes, descendant de la communauté juive du village, par ailleurs propriétaire des maisons Marchand, Cassou, Braguet, Capdeville, Haristoy et du bâtiment rural La Fournière, ainsi que de la Maison Artigaux au quartier La Chapelle. Cette ferme constituait probablement l'une de ses métairies.

Une reprise dans la maçonnerie de la partie arrière et l’aménagement d'une rampe d'accès au fenil, correspondent probablement aux années 1960. La maison a été remaniée dans les années 1990, époque où le four à pain près du mur sud est tombé. Un réaménagement de la partie nord au début des années 2000 a induit la création d'ouvertures dans le mur nord.

Période(s) Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle, 18e siècle , (?)
Secondaire : 4e quart 18e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle

Grande ferme implantée sur la dorsale de la colline du quartier La Côte, en bordure du chemin. Son élévation principale à l'est sous pignon, tripartite, est légèrement asymétrique. Cette asymétrie semble due à l'extension progressive de la maison, de la travée centrale d'origine vers les travées latérales, ainsi que le suggèrent le léger décalage de la travée de droite, l'hétérogénéité des ouvertures et l'épaisseur des murs de refend qui divisent longitudinalement la maison en trois parties.

Le rez-de-chaussée est marqué par une large porte en arc plein-cintre en calcaire, encadrée de deux ouvertures : une porte à droite et une fenêtre à gauche à encadrement de bois. Le second niveau est percé de fenêtres hétérogènes, la travée centrale avec une ouverture à encadrement calcaire en hauteur, sous la sablière soutenant les pans de bois du pignon. La travée de droite est éclairée par une fenêtre jumelée divisée par un montant en grès, tandis que la travée de gauche comporte une fenêtre avec linteau en arc segmentaire. Le troisième niveau, correspondant aux combles, est à pans de bois. Des corbeaux en saillie marquent la séparation entre les deux niveaux supérieurs, destinés à l'origine à soutenir les aisseliers du débord de la toiture.

Dans le mur sud, une porte en pierre de Bidache avec linteau en arc segmentaire donne sur l'ancienne écurie. Le mur nord a été particulièrement remanié avec le percements d'ouvertures, mais une porte avec linteau en bois a été maintenue, donnant accès à l'ancienne étable.

Une rampe en béton adossée à l'élévation ouest donne accès au fenil à l'étage.

A l'intérieur, dans la remise centrale, une porte et une fenêtre à encadrements en pierre dans le mur de la travée de droite semblent correspondre à des ouvertures qui donnaient autrefois vers l'extérieur, et paraissent donc confirmer un agrandissement vers le nord. De la même manière, une fenêtre à encadrement de pierres dans l'épais mur du fond de la remise semble témoigner d'une extension vers l'ouest. La pièce à vivre se situait dans la partie sud-est, avec un évier, une cheminée dotée d'imposants corbeaux ainsi que des placards muraux.

Murs grès moellon enduit
bois pan de bois
béton parpaing de béton enduit
Toit tuile creuse
Étages étage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans pignon couvert
demi-croupe
États conservations remanié
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Transcription faite vers 1700 du registre n°1 des archives de la confrérie de Saint-Nicolas, récapitulation faite par Garat (directeur de l'école libre des garçons), La Bastide-Clairence, 1947.

  • Matrice cadastrale de La Bastide-Clairence, propriétés foncières bâties et non-bâties, 1835-1912.

    Archives communales, La Bastide-Clairence : 1G3-4
Documents figurés
  • Plan cadastral napoléonien de La Bastide-Clairence, 1835.

    Archives communales, La Bastide-Clairence : 1G1
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Commune de La Bastide-Clairence - Larralde Alexandra
Alexandra Larralde

Chargée de l'inventaire général du patrimoine culturel de La Bastide-Clairence.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.