Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme dite Maison Lahountine

Dossier IA64002875 inclus dans Quartier de Pessarou réalisé en 2018

Fiche

Á rapprocher de

Appellations Maison Lahountine, Maison Lahontine
Destinations maison
Parties constituantes non étudiées séchoir à peaux
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton La Bastide-Clairence (commune)
Adresse Commune : La Bastide-Clairence
Lieu-dit : Quartier Pessarou
Adresse : Route départementale 123
Cadastre : 1835 D 575 ; 2016 D 598 ; 2016 D 813 Extension à l'ouest.

La maison a été construite en 1754, d'après la date gravée au-dessus de la porte d'entrée. Tout comme les maisons Loustau, Chourio et la Borde d'Iharse, son histoire est liée au développement artisanal du quartier. En octobre 1757, un acte fait état d'un arpentage, marquage et bornage de 60 carreaux de terre au bois commun de Pessarou en faveur du sieur Darrigade de Lahountine, pour l'établissement d'un moulin à tan qui était situé derrière la maison. Cet artisanat est attesté du 18e au 19e siècle.

La maison est représentée sur le plan cadastral de 1835 selon une emprise plus réduite que l'actuelle. Dans la matrice, elle est la propriété de la veuve de Bernard Darrigade et de ses héritiers, qui possédaient alors une dizaine de maisons dans la commune - dont les maisons Barrruch, Janon, Mariachou et Duhagon qui ont disparu, mais également au quartier Pessarou, les maisons Uguine de bas, Guillemin, et Mouraca. Parmi les héritiers, est cité ensuite Jean-Baptiste Darrigade. Les frères Baptiste et Pierre Darrigade sont également mentionnés en 1875 comme propriétaires des maisons Abraham (au village), Marchand (La Côte) et Istile (Pessarou).

Ses dimensions ont quasiment été doublées à partir de la deuxième moitié du 20e siècle, avec la création d'une extension à l'ouest, afin d'agrandir l'étable et le fenil.

Le versant sud de la toiture était autrefois plus en avancée côté route, les aisseliers formant des équerres sous le débord du mur gouttereau : cet aménagement en galerie servait de séchoir pour les peaux. Il ont été raccourcis par le propriétaire actuel dans les années 1990, au même moment que le réaménagement de la partie ouest en habitation.

Période(s) Principale : 3e quart 18e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle
Dates 1754, porte la date

Cette maison bordée par la route au sud, domine un ruisseau affluent de l'Arbéroue. Elle est formée de deux parties : la ferme initiale à l'est couverte d'un toit à longs pans et demi-croupe, complétée par une dépendance plus basse, abritant étable et fenil. Son élévation principale à l'est sous pignon est légèrement asymétrique. Les ouvertures sont hétérogènes ; la porte centrale est en arc surbaissé en pierres de Bidache, son agrafe est surmontée d'une plaque avec millésime accompagné de motifs géométriques. Elle est jouxtée d'une porte plus étroite, à encadrement bois et arc segmentaire, donnant probablement un accès direct sur la pièce à vivre. Un balcon est aménagé à l'étage, desservi par une porte-fenêtre ; de part et d'autre, deux fenêtres à encadrement de bois ont un couvrement en arc segmentaire. Les combles sont éclairées par deux petites fenêtres carrées, également en bois.

Côté route au sud, toutes les ouvertures ont été reprises en ciment. Un balcon surmonte l'entrée. des solives débordantes à hauteur du surcroît témoignent d'une galerie disparue.

Murs grès moellon enduit
béton parpaing de béton crépi
Toit tuile creuse
Étages 1 étage carré, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans pignon couvert
demi-croupe
États conservations remanié
Techniques sculpture

Représentations rosace
Précision représentations

Ornements de deux rosaces encadrées de deux virgules au-dessus et en-dessous de la date.

Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Extrait d'une délibération du 26 octobre 1757, concernant l'établissement d'une tannerie dans le bois commun de Pessarou.

    Arpentage, marquage et bornage de 60 carreaux de terre au bois commun de Pessarou en faveur du Sr Darrigade, pour l'établissement d'une tannerie (moulin à écorces).

    Vente aux enchères de 8 chênes sis sur ce terrain.

    "Savoir, 18 carreaux (de terre) pour le canal d'un moulin à écorces, lequel aura un carreau de large, et 42 carreaux pour l'emplacement d'une tannerie et autres usages".

Références documentaires

Documents d'archives
  • Transcription faite vers 1700 du registre n°1 des archives de la confrérie de Saint-Nicolas, récapitulation faite par Garat (directeur de l'école libre des garçons), La Bastide-Clairence, 1947.

  • Matrice cadastrale de La Bastide-Clairence, propriétés foncières bâties et non-bâties, 1835-1912.

    Archives communales, La Bastide-Clairence : 1G3-4
Documents figurés
  • Plan cadastral napoléonien de La Bastide-Clairence, 1835.

    Archives communales, La Bastide-Clairence : 1G1
Bibliographie
  • LALANNE Guy (dir.). La Bastide Clairence. Ciboure : Jakintza, 2018.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Commune de La Bastide-Clairence - Larralde Alexandra
Alexandra Larralde

Chargée de l'inventaire général du patrimoine culturel de La Bastide-Clairence.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.