Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme dite Maison Arrousseou

Dossier IA64002890 réalisé en 2018

Fiche

Appellations Maison Arrousseou
Destinations ferme
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton La Bastide-Clairence (commune)
Adresse Commune : La Bastide-Clairence
Lieu-dit : Quartier Pessarou
Adresse :
Cadastre : 1835 B 418 ; 2016 B 307

Cette ferme est mentionnée dès 1542 dans les archives de la confrérie de Saint-Nicolas. Son organisation tripartite, la structure de charpente sur poteaux, l'utilisation des pans de bois et le pignon ajouré à l'est inciteraient à dater sa construction du 17e siècle.

Elle est représentée sur le plan cadastral de 1835, elle y occupe une emprise sensiblement identique à l'actuelle. Dans la matrice, elle est indiquée comme étant la propriété de Jeanne de Fontagne, veuve, propriétaire à Guiche. Elle appartient ensuite à Pascal Destrade en 1865 (garde particulier à Briscous puis facteur à La Bastide-Clairence en 1867), et à Jeannette Destrade. Jeanne Destrade en est l’usufruitière en 1875.

Une extension vers le nord a été créée probablement dans les années 1950, avec une utilisation de parpaings de béton. La charpente ainsi que la couverture ont été refaites au début des années 2000.

Période(s) Principale : 17e siècle
Secondaire : milieu 20e siècle

Cette ferme est implantée sur le versant est d'une colline dominant le cours de l'Arbéroue, entre les quartiers Pessarou et La Chapelle. Un alignement de chênes proche de son angle nord-ouest matérialise des anciennes limites de propriétés.

Son élévation principale à l'est, sous pignon, est composée de trois travées divisées en deux niveaux. Les travées sont délimitées par les deux poteaux composant la structure de la maison, visibles en façade de même que la sablière centrale, plus haute que celles des travées latérales. La chaîne d'angle nord-est a entièrement été refaite en parpaings. Toutes les ouvertures sont à encadrement en bois.

Le rez-de-chaussée ouvre par une grande porte centrale de plus de deux mètres. Les travées latérales disposent chacune d'une fenêtre de petites dimensions. Le deuxième niveau est structuré par les pans de bois, la sablière centrale conserve des solives en avancées, qui soutenaient un encorbellement maintenant disparu. La partie haute du pignon est ajourée. Dans les travées latérales, au dessus des fenêtres asymétriques, un rangée de petites ouvertures formées de carreaux de terre cuite et agencées en losange assurent une aération de ce niveau.

A l’intérieur, la remise ou "ezkaratz" distribue les différentes pièces. Les poteaux soutenant la structure sont visibles sur les longs côtés et aux angles de la salle. En entrant, immédiatement sur la droite, un escalier droit en charpente jouxte une porte donnant sur une petite pièce suivie d’un chai (l'ancien pressoir se trouve aujourd'hui à l’extérieur, près de la porte de l’étable). Accessible depuis la remise, sur la gauche, la pièce à vivre occupe la partie sud-est, équipée d'une cheminée sur corbeaux en quart-de-rond. Suivent vers l'arrière, en enfilade, deux chambres de petite taille, avec fenêtres inscrites dans un tableau rectangulaire. Toute la partie ouest forme une travée perpendiculaire à l'arrière ; il s'agit de l'ancienne étable, entièrement remaniée avec des stalles et un sol de béton, ainsi qu'un mur ouest en parpaings. Une porte dans le mur nord y donne accès.

L'étage, plus haut au centre que sur les côtés, est occupé par un grand fenil. Le mur est laisse apparaître, depuis l'intérieur, la brique qui hourde les pans de bois. Le plancher au-dessus de l’étable a disparu, mais il en subsiste les corbeaux qui soutenaient les solives.

Murs grès moellon enduit
bois pan de bois
brique
Toit tuile creuse
Étages étage en surcroît
Couvertures toit à longs pans pignon couvert
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier droit, en charpente
Typologies Plan massé tripartite
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Transcription faite vers 1700 du registre n°1 des archives de la confrérie de Saint-Nicolas, récapitulation faite par Garat (directeur de l'école libre des garçons), La Bastide-Clairence, 1947.

  • Matrice cadastrale de La Bastide-Clairence, propriétés foncières bâties et non-bâties, 1835-1912.

    Archives communales, La Bastide-Clairence : 1G3-4
Documents figurés
  • Plan cadastral napoléonien de La Bastide-Clairence, 1835.

    Archives communales, La Bastide-Clairence : 1G1
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Commune de La Bastide-Clairence - Larralde Alexandra
Alexandra Larralde

Chargée de l'inventaire général du patrimoine culturel de La Bastide-Clairence.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.