Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme à la Mijardie

Dossier IA24004082 inclus dans Écart de la Mijardie réalisé en 2013

Fiche

Dénominations ferme, maison
Aire d'étude et canton Vallée de la Vézère - Montignac
Adresse Commune : Aubas
Lieu-dit : La Mijardie
Cadastre : 1813 A1 123 ; 2013 ZA (01) 27
Précisions

Le bâtiment principal actuel remonte peut-être au XVIe ou au XVIIe siècle : de petites fenêtres, encore en place (face arrière) ou murée (face antérieure), ainsi qu'une porte (murée, en face antérieure) présentent un cadre à chanfrein droit qui fait remonter la construction à ces siècles. En 1813 (cadastre ancien), la propriété, plus importante et qui possède un autre bâtiment principal (l'actuel n'était alors qu'un petit logis attaché à une longue dépendance disparue), appartient à un certain Jean Labadie, grand propriétaire terrien dans le hameau. Celui-ci y demeure et possède un jardin, des terres en friche et en labour. La demeure fait cependant l'objet d'une campagne de modernisation dans la seconde moitié du XIXe siècle : la porte d'entrée présente le millésime "1868" gravé dans un cœur taillé sur le linteau. Il faut rattacher à cette campagne de travaux la fenêtre à cadre rectangulaire qui ouvre la même face du bâtiment, ainsi que l'enduit qui couvre encore en partie les murs. Plus récemment, dans les années 1930-1940, la demeure est une nouvelle fois considérablement transformée : les lauzes qui constituaient la couverture sont remployées dans la surélévation des murs, tandis que les nouvelles fenêtres qui ouvrent l'étage carré alors créé sont constituées de parpaings en ciment pleins ; le toit est couvert de tuiles mécaniques.

Période(s) Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle
Secondaire : 3e quart 19e siècle , porte la date
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Dates 1868, porte la date

La ferme située au nord du hameau de la Mijardie vaut surtout pour son bâtiment principal, de plan rectangulaire, qui comprend un rez-de-chaussée et un étage carré, le comble n'étant pas habitable. Les murs, en moellon, sont raidis par des chaînes d'angle irrégulières et ouverts par des baies en pierre de taille. La porte d'entrée présente le millésime "1868" gravé dans un cœur taillé sur le linteau. Le toit à faible pente est couvert en tuile mécanique.

Murs calcaire moellon enduit
Toit tuile mécanique
Couvrements
Couvertures toit à longs pans pignon
Techniques sculpture
Représentations coeur
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan cadastral ancien de la commune d'Aubas, 1813.

    Section A, dite de l'Escuras (1ère feuille) Archives départementales de la Dordogne : 3 P 30186 à 30197
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Dordogne - Pagazani Xavier