Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Casino

Fenêtres à verrière néogothique

Dossier IM64004044 réalisé en 2018

Fiche

Dénominations fenêtre, verrière
Aire d'étude et canton Pyrénées-Atlantiques
Adresse Commune : Eaux-Bonnes
Adresse : rue Castellane
Cadastre : 2018 AN 203
Emplacement dans l'édifice rez-de-chaussée, salon de droite

Équipement indispensable de toute station thermale de la seconde moitié du XIXe siècle, le casino des Eaux-Bonnes fut édifié par l'architecte Henri Geisse dont le projet fut sélectionné par le jury du concours parce qu'il répondait entièrement aux attentes de la commune, en particulier la dimension pittoresque incombant à une station située dans un environnement naturel spectaculaire.

Au sein de cet édifice éclectique, mêlant inspirations romanes, gothiques, mauresques et vernaculaires, il imagina un décor historiciste incitant à la rêverie. Cependant, de ces décors originels ne subsistent que peu d'éléments, parmi lesquels une série de fenêtres à vitraux néogothiques. Trois d'entre elles sont encore insérées dans le mur du salon de droite au rez-de-chaussée bien qu'elles aient été condamnées à l'occasion du remaniement de la bâtisse à la fin du XXe siècle. Elles sont occultées par leurs volets et donnent désormais sur la cloison des cuisines. Trois autres exemplaires identiques provenant originellement du salon de gauche, ont été déposés, probablement lors de la même campagne de réfection, et sont entreposés au sein du casino.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1876, daté par source
Auteur(s) Auteur : Geisse Henri, auteur du modèle, (?), attribution par source

Ces six fenêtres à verrières néogothiques ont été commandées par Henri Geisse pour nourrir le parti éclectique offert au casino et en vogue sous le Second Empire et la Troisième République. Témoignant d'un certain rationalisme architectural, en particulier prôné par le mouvement néogothique, elles s'inscrivent à l'origine dans la conception d'un projet d'ensemble où architecture et décoration sont interdépendants et obéissent à une cohérence unitaire.

Chaque fenêtre, achevée par un arc segmentaire courant dans l'architecture néogothique, se compose d'une structure en bois peint jaune foncé ainsi que de volets intérieurs également en bois, dont la partie externe, incorporée au décor remanié de la salle du casino, est teinte de couleur violine. Les battants sont sertis de verrières géométriques d'inspiration médiévale, dont les motifs étaient fréquents, voire ordinaires, dans l'architecture historiciste - notamment domestique - de la seconde moitié du XIXe siècle.

Tandis que les médaillons centraux ont été retirés des fenêtres toujours présentes dans le salon, ceux des exemplaires déposés subsistent encore. Inspirés des lithographies et autres représentations fréquentes depuis la vogue des voyages pittoresques au début du XIXe siècle, ces médaillons représentent des personnages ossalois emblématiques, en l'occurrence un chasseur, un guide ou encore une danseuse. Ainsi forment-ils une série figurative en hommage à la culture locale, annonçant à la fois le mouvement pyrénéiste formalisé par Béraldi en 1899 ainsi que le régionalisme, notamment architectural, qui connaît son véritable essor à partir de la Belle Epoque et surtout durant l'entre-deux-guerres. Ces références autochtones contribuent fondamentalement à la dimension pittoresque recherchée par la commune et le maître d’œuvre dans le cadre de ce concours d'architecte et visant à satisfaire la clientèle en villégiature.

Catégories vitrail
Structures rectangulaire vertical battant, 2, juxtaposé
Matériaux bois, structure
verre transparent, garniture, peint au pochoir, imprimé
Précision dimensions

Dimensions non prises.

Iconographies figures, chasseur, danseur, costume traditionnel, vallée
ornementation
Précision représentations

Dans un cadre géométrique, le centre de chaque verrière est orné d'un médaillon représentant un personnage ossalois en tenue traditionnelle, tantôt un chasseur, tantôt une danseuse, tantôt un guide, figurations qui témoignent de l'imaginaire et de la vision pittoresque plébiscités par les élites nationales et internationales sous le Second Empire et la Troisième République.

États conservations mauvais état
mauvaises conditions de conservation
assemblage fragilisé
Précision état de conservation

Trois de ses fenêtres ont été déposées, vraisemblablement à l'occasion de l'aménagement du casino dans les années 1980, et remplacées par une cloison. Après avoir été entreposées pour des raisons inconnues dans le sous-sol de l'hôtel des Princes, elles ont été rapportées dans leur édifice d'origine, mais elles se trouvent dans un état préoccupant - notamment parce que l'armature a tendance à se disloquer - et souffrent de mauvaises conditions de conservation du point de vue climatique (salle humide et désaffectée) et physique (position instable).

Quant aux trois fenêtres encore en place, elles ont été dépouillées, à une date inconnue, de leurs médaillons figurés, laissant un trou béant au centre des verrières, mais elles demeurent préservées par leur insertion dans le décor et leur occultation.

Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Bâtiments communaux. Casino, 1875-1883 (dont : rapport des membres du jury du concours au préfet, 1876 ; note après plaidoiries, 1883).

    Archives municipales, Eaux-Bonnes : B3
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Université de Pau et des Pays de l'Adour - Delpech Viviane