Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Mairie

Épée française de sous-officier et brigadier de gendarmerie modèle 1853

Dossier IM40004078 réalisé en 2011

Fiche

Dénominations épée
Appellations épée française de sous-officier et brigadier de gendarmerie modèle 1853
Aire d'étude et canton Dax nord
Adresse Commune : Herm
Emplacement dans l'édifice salle du conseil

La particularité de cette épée à clavier de type "sans ciselure" réside dans sa fusée en laiton ornée de guirlandes de feuillages. Ce décor, associé à la lecture de l'emblème sur le clavier, permet d'identifier une épée modèle 1853, en service jusqu'en 1872 et attribuée aux sous-officiers et brigadiers de la gendarmerie de la Garde de Paris et de la gendarmerie de la Garde impériale (J. Lhoste, 1997, p. 294). Par ailleurs, on sait qu'après la fermeture de la Manufacture royale de Klingenthal en 1836, Julien Coulaux, ancien entrepreneur, racheta aux enchères les bâtiments et ateliers d'armes blanches. Il fonda une entreprise civile sous la raison sociale Coulaux aîné et Cie (devenue Coulaux et Cie en 1840), dont on retrouve le marquage sur le clavier de cette épée. De fait, la lettre B couronnée sur le talon pourrait correspondre au poinçon du contrôleur de l'entreprise Coulaux et Cie, actif entre 1838 et 1860 (J. Lhoste, 1994, p. 235). Cette identification permet de préciser la date de mise en service de cette épée, entre 1853 et 1860.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Lieu d'exécution Édifice ou site : Alsace, 67, Klingenthal
Auteur(s) Auteur : Coulaux et Compagnie, fabricant

Lame à double tranchant et deux pans creux sur la moitié de la longueur. Monture en laiton fondu doré ; pommeau ovoïde et bouton de rivure simple ; arc de jointure uni à pans terminé par un quillon en trompette ; fusée moulée au décor fondu et repris au ciselé ; clavier réniforme au décor fondu repris au ciselé, sur fond amati ; contre-clavier uni, pliant grâce au système Manceaux.

Catégories armurerie
Matériaux acier, gravé
laiton, fondu, ciselé, doré
Précision dimensions

Épée : l = 97,5. Lame : l = 81,5. Monture : l = 16.

Iconographies aigle, foudre, drapeau
ornementation, feuille de chêne, feuille de laurier
Précision représentations

La fusée est décorée d'un enroulement de rameaux de chêne, de laurier et d'un faux filigrane. Le clavier reçoit un attribut sur fond amati : une aigle aux ailes déployées, posée sur un bâton de foudre d'où partent quatre éclairs, sur fond de quatre drapeaux, les supérieurs à l'étamine bordée d'une frange. Les quatre drapeaux ont une hampe terminée par une aigle.

Inscriptions & marques inscription concernant le fabricant
poinçon
numéro de série
Précision inscriptions

Talon : Klingenthal ; clavier : Coulaux ainé & Cie. Talon : B couronné et encerclé ; contre-clavier : D couronné et encerclé. Virole supérieure : 29 ; contre-clavier : 67.

États conservations manque
Précision état de conservation

Le fourreau réglementaire manque ; présence de vert-de-gris.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler

Références documentaires

Bibliographie
  • LHOSTE Jean, BUIGNÉ Jean-Jacques. Armes blanches : symbolisme, inscriptions, marquages, fourbisseurs, manufactures. La-Tour-du-Pin : éditions du Portail, 1994.

    p. 235
  • LHOSTE Jean. Les épées portées en France des origines à nos jours. La Tour-du-Pin : éditions du portail, 1997.

    p. 294
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Cauchy Claire - Maisonnave Jean-Philippe