Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Sainte-Madeleine

Ensemble meuble de sacristie (commode-armoire) et armoire de sacristie

Dossier IM40004907 réalisé en 2013

Fiche

Dénominations meuble de sacristie, armoire de sacristie
Aire d'étude et canton Montfort-en-Chalosse
Adresse Commune : Goos
Emplacement dans l'édifice sacristie

Ce mobilier de sacristie, en dépit de son décor d'inspiration rocaille, ne date probablement que des premières décennies du XIX siècle, comme plusieurs autres meubles similaires repérés en Chalosse et dans la région de Dax, par exemple celui de l'église d'Heugas, réalisé vers 1840 (réf. IM40004100). Les inscriptions "GOS" (pour Goos) gravées sur le chasublier l'ont été apparemment par le menuisier auteur du meuble. Le corps latéral gauche du meuble de sacristie, dont le décor est similaire mais non identique à celui du reste du meuble, a certainement été ajouté a posteriori, comme le montrent le détail de l'angle gauche en quart-de-rond de l'armoire du meuble - dont le décor est en partie dissimulé par ce corps latéral - et le raccord imparfait à l'angle des deux corniches. L'armoire indépendante du mur ouest présente un panneautage et des motifs décoratifs parfaitement homogènes avec ce corps latéral ajouté et doit donc en être contemporaine.

Période(s) Principale : 1ère moitié 19e siècle , (?)

Le meuble de sacristie, dans sa composition d'origine, comporte deux corps superposés : une commode-chasublier sur plinthe, à deux battants juxtaposés avec faux dormant solidaire du battant de gauche, montants antérieurs en quart-de-rond et plateau d'assemblage à rive adoucie ; une armoire sur cave, à deux battants juxtaposés au sommet cintré à oreilles, avec large faux dormant solidaire du battant de gauche. Un corps latéral en léger retrait, à battant unique (au sommet cintré à oreilles), régnant sur la hauteur totale du meuble, a été ajouté à gauche. La corniche d'assemblage présente une gorge et une scotie.

L'armoire adossée au mur ouest se compose d'un battant unique (identique à celui du corps latéral gauche du meuble de sacristie) flanqué à droite d'un panneau dormant de même hauteur. Le battant dissimule un placard fermé intérieurement par deux battants juxtaposés en pin (sans doute un ajout tardif).

Les deux meubles présentent des panneaux mis au mollet et des feuillures sur tous les battants. Leur décor en bas relief est sculpté dans la masse. Quelques-unes des garnitures en fer forgé (entrées de serrure, fiches à vases) semblent d'origine.

Catégories menuiserie
Structures corps, 4 battant, 6, juxtaposé
Matériaux chêne, structure, mouluré grand cadre, décor en bas relief, décor dans la masse, ciré
pin
Mesures h : 252.5
la : 248.0
pr : 92.0
Précision dimensions

Chasublier du meuble de sacristie : h = 96 ; la = 157 ; pr = 92 ; armoire du meuble de sacristie : h = 156,5 ; la = 150. Armoire de sacristie : h = 252,5 ; la = 117 ; pr = 33,5.

Iconographies ornementation, ostensoir, coquille, palme, ruban plissé
Précision représentations

Tous les battants sont ornés de moulures chantournées dissymétriques. La traverse supérieure de l'armoire du meuble de sacristie est compartimentée en trois panneaux : celui du centre de forme violonée et sculpté d'un ostensoir, les deux latéraux de forme trapézoïdale à volutes et sculptés d'une palme. Celle du corps latéral gauche du meuble porte un panneau rectangulaire à base échancrée, orné d'une grande coquille entre des rubans plissés, des rosettes et des palmes. Un motif identique figure au-dessus du battant de l'armoire ouest, tandis qu'un panneau orné d'un bouillon de feuilles et de rosettes couronne la partie droite dormante du même meuble.

États conservations manque
partie remplacée
Précision état de conservation

L'intérieur du chasublier du meuble de sacristie était garni à l'origine de huit tablettes superposées, aujourd'hui supprimées ; le chasublier est utilisé désormais comme un placard. La plupart des garnitures en fer ont été remplacées.

Statut de la propriété propriété de la commune
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe