Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Sainte-Madeleine de Bahus-Juzanx

Ensemble du maître-autel (autel, gradin, tabernacle, retable, 4 chandeliers et croix d'autel)

Dossier IM40006905 réalisé en 2018

Fiche

Aire d'étude et canton Saint-Sever
Adresse Commune : Montsoué
Lieu-dit : Bahus-Juzanx
Emplacement dans l'édifice chœur

L'ensemble actuel présente une remarquable homogénéité - à l'exception du tombeau d'autel lui-même -, confirmée par les rares sources documentant sa réalisation, qui se rapportent toutes au second quart du XVIIIe siècle. Comme le signale un registre paroissial de Bahus-Juzanx, "l'an 1728, il fut fait un tabernacle et six chandeliers de bon bois de chêne, le tout doré" pour un coût total de 300 francs. Quant au retable, que son style aurait pu faire dater à première vue du tournant des XVIIe et XVIIIe siècles, il fut exécuté en 1735 par le menuisier ou sculpteur Garat (inconnu par ailleurs), comme l'indique une inscription peinte sur le corps latéral droit, découverte lors d'un nettoyage partiel en 1986-1987.

Un siècle plus tard, l'état alarmant de l'ensemble justifia une grande restauration, confiée en 1844 au doreur Roquegeoffre (ou Roquejoffre), d'Aire-sur-l'Adour, qui refit à neuf la dorure du tabernacle, remplaça quelques éléments de moulures manquants et, probablement, repeignit en partie le retable (substitution d'un faux marbre brèche au décor de croisillons fleuronnés d'origine). La même année, le tombeau d'autel, décrit comme "une masse de mur [id est de maçonnerie] au devant duquel [est suspendue] une tapisserie de papier peint", fut remplacé par un nouveau meuble en marbre, acquis à Saint-Sever auprès d'un "marbrier italien nommé Spazzi" : ce nom peut désigner l'un ou l'autre des frères Spazzi, Alexandre (1803-1859) et Louis (1809-1881), marbriers et stucateurs d'origine comasque installés à Saint-Sever dans les années 1820-1830 et auteurs de plusieurs meubles pour les églises de Montgaillard (commune dont dépendait Bahus-Juzanx à l'époque) et de Boulin. Enfin, le tableau d'autel actuel, non documenté et (apparemment) non signé, est lui aussi datable du milieu ou de la seconde moitié du XIXe siècle, tant par son iconographie que par sa facture.

Période(s) Principale : 2e quart 18e siècle , (?)
Principale : 2e quart 19e siècle
Dates 1728, daté par source
1735, porte la date
1844, daté par source
Lieu d'exécution Commune : Saint-Sever
Auteur(s) Auteur : Garat,
Garat

Sculpteur en Chalosse dans la première moitié du XVIIIe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, signature
Auteur : Spazzi Alexandre,
Alexandre Spazzi (1803 - 1859)

Stucateur et marbrier d'origine italienne, né (Alessandro Spazzi) à San Giorgio, Pellio Superiore (province de Côme), le 3 août 1803, de Domenico (ou Carlo) Spazzi et de Maddalena Peduzzi. Installé à Saint-Sever (Landes) en 1827, épouse à Mont-de-Marsan, le 4 janvier 1835, Anne Saint-Grière (Mont-de-Marsan 9 août 1812 - Hagetmau 24 novembre 1880), fille du boulanger François Saint-Grière et d'Anne Cazaubon ; dont cinq enfants, parmi lesquels Charles Spazzi (1839-1917), à son tour marbrier et stucateur. Alexandre, mort à Saint-Sever le 22 juillet 1859, fut associé à son frère cadet Louis Spazzi (1809-1881) apparemment de 1835 à 1852, date à laquelle le cadet a déjà fondé son propre atelier. Sources : AC Saint-Sever (recherches et communication par l'abbé Dominique Bop).

Un encart publicitaire paru dans le journal local en 1856, orné d'une gravure de cippe funéraire, porte le texte suivant : "Avis au public. Le sieur ALEXANDRE SPAZZI aîné, sculpteur et décorateur d'églises, a l'honneur de faire savoir au public qu'il se charge de tout ce qui a rapport à sa profession, à des prix extrêmement modérés, et bien au-dessus (sic !) de ceux payés jusqu'à présent. / Il se charge de fournir des pierres tumulaires ou tombes, soit en belle pierre du Gave ou en marbre, et d'y faire graver les inscriptions à 12 centimes 1/2 la lettre en noir, ou 15 centimes la lettre dorée. / Ses rapports journaliers et continuels avec les principaux marbriers connus, le mettent à même d'offrir tout ce qui concerne cette partie, comme tables rondes, chambranles de cheminées, consoles, dessus de commodes, etc. à des prix très-modiques. / Le sieur ALEXANDRE SPAZZI est le premier introducteur de l'art qu'il professe dans le département des Landes et les départements Pyrénéens ; il est le fondateur des premiers monuments funéraires qui ont été élevés au cimetière, et à ce titre il espère que la confiance qu'on lui a toujours accordée lui sera maintenue. / Il se charge encore de construire des voûtes en briques de champ, dans les formes et styles qu'on le désirera, et offrant toutes les garanties de la plus grande solidité. / Le sieur SPAZZI fait et reproduit en plâtre les traits des personnes décédées. Si on lui demande une tombe, la figure du défunt sera donnée gratis. / Il sculpte aussi, sur place, des statues de toute forme et de toute grandeur. / Il demeure rue du Belloc, à St-Sever (Landes)."


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
marbrier, (?), attribution par source
Auteur : Spazzi Louis, dit(e) Spazzi cadet,
Louis Spazzi , dit(e) Spazzi cadet (1809 - 1881)

Stucateur et marbrier d'origine italienne, né (sous le nom de Luigi Mansueto Spazzi) à San Giorgio, Pellio Superiore (province de Côme), le 18 février 1809, de Domenico (ou Carlo) Spazzi et de Maddalena Peduzzi. Installé à Saint-Sever (Landes) en 1835 quelques années après son frère aîné Alexandre, auquel il est associé de 1835 à 1852 environ, avant de s'installer à son compte avec son compatriote Jacques Galimberti. Marié à Saint-Sever, le 10 décembre 1850, avec Marguerite Barrère (Saint-Sever 9.12.1819 - ?), fille de Jean Barrère et de Jeanne Daugreilh ; dont une fille unique, Jeanne Marie Madeleine (Saint-Sever 11 septembre 1851, mariée à Saint-Sever en 1876 avec le serrurier Henry Paul Renard). Louis Spazzi meurt à Saint-Sever, rue du Belloc, le 23 mars 1881. Sources : AC Saint-Sever (recherches et communication par l'abbé Dominique Bop).

Un encart publicitaire paru dans le journal local en 1866, orné d'une gravure de monument funéraire, porte le texte suivant : "Marbrerie de Louis SPAZZI, 2e-né, à Saint-Sever (Landes). Le sieur Louis SPAZZI offre ses services de marbrier, stucateur et décorateur d'églises et autres monuments publics ou particuliers. / En outre, il vient de rejoindre à lui le sieur GALIMBERTI, marbrier-sculpteur très-intelligent venant de la belle Italie et qui s'occupe aujourd'hui à faire des autels gothiques, style du XIVe siècle, et des monumen[t]s funèbres soit en pierre ou en marbre. / Il sculpte également des armoiries, des écussons, des attributs industriels ou commerciaux, et grave des lettres gothiques, ossuaires, romaines, égyptiennes, italiennes, etc. / Ses prix sont toujours très-modérés, quel que soit le perfectionnement du travail."

Un autre encart porte : "Avis aux amateurs des arts. Le sieur LOUIS SPAZZI cadet, marbrier à St-Sever (Landes), tient un grand assortiment de statues religieuses, soit en plâtre doré, en carton-pierre, en terre cuite, en ciment romain, en bois doré et en marbre, à des prix très-modérés. / Il tient aussi un grand assortiment de Marbre de toute qualité. / Nota. On est prié d'adresser les lettres à M. Louis SPAZZI cadet, marbrier à St-Sever (Landes).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
marbrier, (?), attribution par source
Auteur : Roquejoffre ou Roquegeoffre,
Roquejoffre ou Roquegeoffre

Roquejoffre (Roquejofre ou Roquegeoffre), doreur à Aire-sur-l'Adour au milieu du XIXe siècle. Il travailla en 1842 pour Doazit (canton de Mugron) et pour Mées (canton de Dax sud), en 1844 pour Bahus-Juzanx (Montsoué).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
doreur, attribution par source

Rare exemple de retable signé et daté conservé en Chalosse.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1983/04/29

Annexes

  • Extraits du registre paroissial de Bahus-Juzanx, 1823-... (AC Montsoué)

    1844 : restauration du maître-autel. "Il ne reste aucune espèce de titre pour nous apprendre l'antiquité de cet autel. Il est certain qu'il date d'une époque très éloignée. / Avant la réparation présente, cet autel, tout magnifiquement sculpté qu'il était, était désagréable à voir : les dorures [étaient] entièrement passées, il manquait des morceaux aux boiseries, les six chandeliers tout bien sculptés étaient vermoulus ; le tombeau : une masse de mur au devant duquel une tapisserie de papier peint. Le tombeau fut remplacé par un tombeau en marbre pris à St-Sever et mis en place par un marbrier italien nommé Spazzi. Tout ce qui concerne les boiseries et sculptures de l'autel fut réparé par un doreur d'Aire nommé Roquegeoffre. / En même temps furent achetés quatre beaux bouquets pour l'autel de la Sainte Vierge, quatre plus beaux pour le maître-autel, une belle couronne pour l'extérieur. / En même temps fut fait un petit trône tout doré pour exposer le St Sacrement sur le tombeau de l'autel, plus deux vases à urne tout dorés pour les y mettre aux deux côtés, plus fut faite une belle croix dorée processionnelle, plus une belle croix pour les morts. / De plus, immédiatement avant de redorer l'autel fut aussi renouvelé le plafon (sic) et recrépi tout à neuf en blanc [illisible]. Comme le plafon, tout le chœur en partant de la porte de la sacristie. Le plafon du dessus (?) de l'autel, où la voûte avait été anciennement blanc[...], mais c'était fort dégradé. / De plus tout ensemble avec l'autel furent achetés au doreur des te igitur encadrés dorés, fort beaux. De plus, des te igitur encadrés mais non dorés."

    1845 : "La construction du marche-pied du maître-autel a eu lieu l'année 1845."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Registre paroissial de Bahus-Juzanx (XVIIe-XVIIIe siècles).

    année 1728 Archives communales, Montsoué
  • Registre paroissial de Bahus-Juzanx (1823-...).

    années 1844-1845 Archives communales, Montsoué
  • Dossier de pré-inventaire de la commune de Montsoué, 1969.

    Service du patrimoine et de l'Inventaire, région Aquitaine
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe