Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Chapelle du cimetière, dite chapelle Saint-Michel

Ensemble du maître-autel (autel, gradin, retable)

Dossier IM40006010 réalisé en 2014

Fiche

Dénominations autel, gradin d'autel, retable
Aire d'étude et canton Mugron
Adresse Commune : Mugron
Adresse : route de Pomarez
Emplacement dans l'édifice choeur, mur oriental

L'autel de la nouvelle chapelle sépulcrale du cimetière, dédiée à l'archange psychopompe saint Michel, patron de la bonne mort, fut consacré en 1814 par l'évêque de Bayonne, Joseph-Jacques Loison. Bien que les archives soient muettes à son sujet, il s'agit très probablement de l'ensemble ici étudié, que son revêtement de stuc et de faux marbre permet d'attribuer à l'un des stucateurs italiens actifs depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle dans les villes voisines de Mont-de-Marsan et de Saint-Sever. L'un d'entre eux, Pierre Pera, installé dans le chef-lieu du département, devait exécuter en 1835 le décor stuqué du chœur de l'ancienne église de Mugron. Il était déjà en activité en 1823, date à laquelle il réalisa pour l'église de Roquefort un baldaquin d'autel (réf. IM40002535), deux retables (réf. IM40002538 et IM40002540) et une chaire (réf. IM40002547). Un autre stucateur, François Périni, travailla pour l'église voisine de Laurède en 1837.

Période(s) Principale : 1er quart 19e siècle
Dates 1814, daté par source

L'ensemble est constitué d'un autel surmonté de son gradin (mais non d'un tabernacle, la chapelle n'étant pas destinée à la célébration eucharistique) et d'un retable-lambris couvrant toute la surface du mur oriental du chœur. L'autel-tombeau galbé est construit en calcaire, en plusieurs lits superposés, et peint en faux marbre blanc et noir veiné (panneau frontal, traverse supérieure) ; sa pierre d'autel en marbre gris veiné, dûment gravée de quatre croix aux angles, conserve quelques reliques insérées portant encore la trace des cachets de cire de sa consécration. Le gradin d'autel droit, en terre cuite peinte en blanc, est probablement une réfection tardive.

Le retable architecturé de plan droit, régnant sur la hauteur et la largeur du mur, est bâti en brique enduite d'une épaisse couche de stuc peint en blanc (structure) et en faux marbre veiné noir et vert (pilastres, bandeaux et tympan). Il est structuré par une succession de panneaux rectangulaires verticaux de largeur inégale (sans doute destinés à recevoir un tableau au centre et des statues sur les côtés), encadrés de pilastres à chapiteau corinthien. Les pilastres qui flanquent la contretable sont jumelés et disposés à 45°. L'entablement classique à frise et denticules marque un décrochement en forme de bec à l'aplomb de ces pilastres centraux, qui sert d'assise à deux statues d'ange en stuc blanc. Ceux-ci entourent le fronton cintré qui couronne la contretable. Des panneaux rythmés de biglyphes et couronnés d'une corniche moulurée forment un attique au sommet des parties latérales.

Catégories maçonnerie, sculpture, gypserie
Structures plan, rectangulaire élévation, galbé pilastre, 8
Matériaux calcaire, mouluré, peint, faux marbre
brique, structure
stuc, décor, modelé, peint, polychrome, faux marbre
terre cuite, moulé, peint, monochrome
Mesures h : 120.0
la : 190.0
Précision dimensions

Tombeau d'autel : h = 96 ; la = 181 ; pr = 56. Gradin : h = 24 ; la = 190. Retable : h = 400 environ ; la = 658 (contretable : la = 181 ; partie gauche : la = 237 ; partie droite : la = 240). Pilastres du retable : h = 306.

Iconographies ange, phylactère, crâne, Les instruments de la Passion
ornementation, pilastre, chapiteau corinthien, triglyphe, pot à feu, guirlande
Précision représentations

Le décor figuré est concentré dans les parties hautes du retable. Deux statues d'anges enfants, tenant de longs phylactères ou banderoles, sont assises sur les ressauts centraux de la corniche. Le tympan du fronton central est orné, sur un fond peint en faux marbre, des instruments de la Passion (croix, couronne d'épines, fouet, tenaille, marteau et lance) rayonnant autour d'un crâne (d'Adam ?) disposé au centre ; le fronton est amorti d'un globe (crucifère à l'origine) flanqué de festons de laurier entourés d'un ruban plissé courant sur les rampants. L'attique au-dessus des corps latéraux du retable est composé de panneaux peints en faux marbre vert à encadrement de fausse brèche jaune, flanqués de biglyphes reliés entre eux par des guirlandes de roses ; des pots à feu (à panse ovoïde et flamme rouge) se détachent devant les biglyphes.

Inscriptions & marques inscription concernant l'iconographie, latin, peint
Précision inscriptions

Inscriptions peintes sur les banderoles ou phylactères des deux anges : REQUIESCANT / IN PACE AMEN.

États conservations mauvais état
mauvaises conditions de conservation
manque
Précision état de conservation

Le calcaire de l'autel est épaufré et cassé en plusieurs endroits, la table d'autel fendue. Il manque probablement un tableau d'autel (dédié aux âmes du purgatoire ?) sur la contretable du retable. Le revêtement de stuc du retable est lacunaire : des plaques entières sont tombées en partie basse en raison de l'humidité du mur ; la corniche de l'attique est en mauvais état. Seuls un assainissement du mur porteur et une fixation des éléments en cours de désagrégation pourraient arrêter la ruine de l'ensemble.

Exemple méconnu de la production des stucateurs italiens installés au XIXe siècle dans les Landes.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler

Références documentaires

Bibliographie
  • BESSELÈRE Jean-Pierre. Petite chronique paroissiale à Mugron.

    p. 55-69
Périodiques
  • LAPORTE Pierre. "Les églises paroissiales de Mugron". Bulletin de la Société de Borda, n° 448, 1er trimestre 1998.

    p. 75-78
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe