Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Paul-Ermite

Ensemble du décor sculpté roman de l'église

Dossier IM40004292 réalisé en 2012

Fiche

Aire d'étude et canton Dax nord
Adresse Commune : Saint-Paul-lès-Dax
Adresse : rue Victor-Hugo
Emplacement dans l'édifice chevet

Le chevet de l'église Saint-Paul est le seul vestige de l'édifice roman érigé au cours du XIIe siècle. Si la décoration intérieure de l'abside est homogène et très sobre, celle de l'extérieur du chevet offre une grande richesse, mais aussi une hétérogénéité (notamment dans le type des chapiteaux et le style des reliefs) qui laisse supposer, d'une part, le remploi de quelques éléments antiques (mais cette thèse est controversée), de l'autre, la présence sur le chantier d'au moins deux tailleurs d'images venus d'horizons différents ou soumis à des influences diverses. Ainsi, la plupart des chapiteaux de l'arcature extérieure revient-elle indubitablement à l'auteur (A) des bas-reliefs de la Passion, au style assez fruste, tandis qu'un second sculpteur (B), plus habile, a réalisé la scène des Saintes femmes au tombeau et celles de l'Apocalypse. Comme à Sorde-l'Abbaye, ces praticiens étaient très probablement, comme le pense J. Cabanot, d'origine espagnole (navarraise ou aragonaise) pour le premier, languedocienne pour le second. Selon le même auteur, les reliefs exécutés par le sculpteur B, qui n'épousent pas la courbure du mur du chevet, auraient été réalisés pour une autre destination (une clôture de chœur ?), peut-être même pour un autre édifice ; ils auraient été remployés à leur emplacement actuel par le sculpteur A, qui aurait complété le programme avec des scènes de son cru. Enfin, l'aspect disparate de l'ensemble est accentué depuis les années 1960 par le remplacement, voire la création a novo, de deux des chapiteaux extérieurs (n° 4 et 18). Quant au programme iconographique, sa cohérence, assez évidente au premier abord (scènes de la Passion et de l'Apocalypse), est un peu obscurcie par la présence de motifs purement décoratifs ou difficilement reliables au thème principal.

Période(s) Principale : 12e siècle
Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre immeuble, 1862

Références documentaires

Bibliographie
  • BROSSE Jacques, CHRIST Yvan. Dictionnaire des églises de France. Paris : Laffont, 1967.

    p. 160-161
  • CABANOT Jean. Gascogne romane. Zodiaque, collection « La nuit des temps », n° 50, 1978.

    p. 263
  • CABANOT Jean. Les débuts de la sculpture romane dans le sud-ouest de la France. Paris : Picart, 1987.

    p. 34, 255, 261
  • DELOFFRE Raoul, BONNEFOUS Jean. Églises, châteaux et fortifications des Landes méridionales. Du Moyen Âge à la Renaissance. Biarritz : Atlantica, 2000.

    p. 149
  • DUFOURCET Eugène. "L'église Saint-Paul, sa crypte et son abside". L'Aquitaine historique et monumentale. Dax : H. Labèque, 1893, tome II.

    p. 104-139
  • MERLET Jean-Claude, SUAU Bernadette, CABANOT Jean. Plans d'occupation des sols historique et archéologique d'Aquitaine. Dax. Université de Bordeaux 3, Centre de recherches sur l'occupation du sol et le peuplement, 1986.

  • SALET Francis. "Saint-Paul-lès-Dax". Société française d'archéologie, congrès archéologique de France, vol. 102, 1939.

    p. 372-379
Périodiques
  • DIDELOT chanoine. "Études d'anaglyptique sacrée (bas-reliefs de l'église Saint-Paul de Dax)". Revue de Gascogne, XXXII, 1891.

    p. 144

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe