Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste (Saint-Barthélemy)

Ensemble du décor sculpté de l'église (22 chapiteaux, 38 culots et 15 clefs de voûte)

Dossier IM40005153 réalisé en 2013

Fiche

Dénominations chapiteau, culot, clef de voûte
Aire d'étude et canton Montfort-en-Chalosse
Adresse Commune : Poyanne
Emplacement dans l'édifice vaisseau central ; collatéraux ; choeur ; porche

L'ensemble de la sculpture décorative de la nouvelle église fut exécuté en 1869, comme l'indique la date inscrite, à la suite du nom de l'architecte Alexandre Ozanne, sur la clef de la première travée de la nef. S'il est très probable que l'entrepreneur girondin Freylon sous-traita la commande de la sculpture, le nom des exécutants n'est pas documenté par les sources écrites. Toutefois, de fortes similitudes avec le décor de l'église de Morcenx-Bourg, construite par le même Ozanne en 1863, permettent peut-être d'attribuer les sculptures poyannaises aux Bordelais Dumirail et Cabanes, collaborateurs de l'architecte sur le chantier morcenais.

Les clefs de voûte portent, outre le nom d'Ozanne, les armoiries du pape régnant, Pie IX, et celles de l'évêque d'Aire et Dax Louis-Marie Épivent. Y figurent également les armes de Césaire Mathieu (1796-1875), archevêque de Besançon en 1834 et cardinal en 1850 : ce prélat avait été, avant son accession à l'épiscopat, le gestionnaire des biens du duc de Montmorency-Laval, alors propriétaire du château de Poyanne, et avait conservé des liens avec la paroisse, en particulier avec son "père spirituel et ami" le curé Jean-Baptiste Darbins (1758-1835), auquel il éleva un tombeau au cimetière de Poyanne (réf. IM40005197). Devenu prince de l’Église, Mgr Mathieu fut sans doute sollicité pour contribuer à la construction du nouveau lieu de culte.

Enfin, les armoiries de la dernière clef - des armes d’alliance timbrées d'une couronne princière - comportent à senestre (donc du côté "féminin") l'écu et la devise (Re que diou) de la famille de Talleyrand-Périgord, descendante des Baylens de Poyanne par le mariage en 1778 d’Élisabeth Marie Charlotte de Baylens (morte en 1828), fille cadette du dernier marquis de Poyanne, avec Hélie-Charles de Talleyrand-Périgord, prince de Chalais (1754-1829), cousin germain du célèbre prince de Talleyrand. L'unique fils issu de cette union, Augustin-Charles, 2e duc de Périgord et prince de Chalais (1788-1879), hérita en 1833 de sa cousine la duchesse de Laval le château de Poyanne, mais le vendit dès l'année suivante aux Moreau de Bellaing. En conséquence, la présence des armes Talleyrand dans la nouvelle église n'a sans doute qu'une valeur commémorative, à moins qu'il ne faille voir dans l'écu non identifié à dextre ("d'argent à la fasce palée d'or et de gueules") une interprétation passablement fantaisiste, ou fautivement repeinte, du quartier La Marck des armes d'Arenberg ("d'or à la fasce échiquetée d'argent et de gueules") : l'hommage pourrait s'adresser dans ce cas au prince Pierre d'Arenberg (1790-1877), veuf depuis 1842 d'Alix de Talleyrand-Périgord, fille aînée du duc Augustin-Charles précédemment cité.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1869, porte la date
Auteur(s) Personnalité : Mathieu Jacques Marie Césaire Adrien, dit(e) archevêque de Besançon,
Jacques Marie Césaire Adrien Mathieu , dit(e) archevêque de Besançon (1796 - 1875)

Prénom usuel : Césaire. Né le 20 janvier 1796 à Paris, mort le 9 juillet 1875 à Besançon. Ordonné prêtre en 1822, chanoine de Notre-Dame de Paris et conseiller de l'archevêque Mgr de Quélen, évêque de Langres le 23 septembre 1832, archevêque de Besançon le 23 juin 1834, créé cardinal le 30 septembre 1850. Il géra un temps les biens landais du duc de Montmorency-Laval, alors propriétaire du château de Poyanne, conserva après son accession à l'épiscopat des liens d'amitié avec le curé Darbins (mort en 1835) et participa à l'édification de la nouvelle église de Poyanne en 1868.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
donateur

L'ensemble du décor sculpté, peut-être taillé dans la pierre des carrières voisines de Nousse, comprend : les quatre culots recevant les nervures de la croisée d'ogives du porche ; les dix chapiteaux couronnant les colonnettes-dosserets du vaisseau central et les dix culots qui supportent celles-ci ; les deux chapiteaux de l'arc triomphal ; les six chapiteaux des dosserets du chœur ; les vingt-quatre culots supportant les retombées des voûtes des collatéraux ; les quatre chapiteaux des arcades d'entrée des chapelles de la Vierge et de saint Joseph dans ces mêmes collatéraux ; les quinze clefs de voûte des trois vaisseaux et du chœur. Les chapiteaux et culots sont couverts d'une peinture gris sombre destinée à contraster avec le blanc des murs et des nervures des voûtes ; les clefs de voûte sont peintes en polychromie, à l'exception de celle de la dernière travée du vaisseau central et de celle du chœur, pourtant armoriées comme les autres.

Catégories sculpture
Structures d'applique
Matériaux calcaire, décor en bas relief, décor dans la masse, peint, polychrome, peint faux or, monochrome
Précision dimensions

Dimensions non prises.

Iconographies écu, armoiries, tiare, chapeau, évêque, couronne, prince
monogramme, MA
ornementation, rosace, feuille
Précision représentations

Les quatre culots du porche sont ornés d'une tige feuillue d'où sortent trois pommes de pin. Les chapiteaux et les culots des trois vaisseaux portent des motifs de feuilles lobées, de feuilles de vigne avec grappes de raisin, de ceps de vigne, de pommes de pin et de crochets feuillagés.

Les clefs de voûte des collatéraux sont décorées de rosaces de formes variées, dorées sur fond rouge, à l'exception de celles des chapelles de la Vierge et de saint Joseph à l'extrémité des collatéraux, qui portent respectivement les monogrammes MA et SJ DP (sans doute pour "sanctus Joseph Domini pater" : saint Joseph père du Seigneur).

Seules les clefs du vaisseau central et du chœur portent des ornements figurés. Clef 11 : attributs de l'architecte (équerre, té, plan d'église, compas, porte-mine), épis de blé et fleurs. Clef 12 : armoiries archiépiscopales (voir inscriptions). Clef 13 : armoiries d'alliance (voir inscriptions). Clef 14 : armoiries épiscopales (voir inscriptions). Clef 15 : armoiries pontificales (voir inscriptions).

Inscriptions & marques armoiries, en relief
devise, peint
inscription, peint
date, peint
Précision inscriptions

Clef 11 : inscription sur le pourtour "ALEXANDRE OZANNE ARCHITECTE MDCCCLXIX". Clef 12 : armoiries de Césaire Mathieu, cardinal-archevêque de Besançon. Clef 13 : armes d'alliance, écu dextre non identifié ("D'argent à la fasce palée d'or et de gueules"), écu senestre de la famille de Talleyrand-Périgord ("De gueules à trois lionceaux d'or [armés, couronnés et lampassés d'azur]"), devise "POYANNE - RE QUE DIOU". Clef 14 : armoiries de Louis-Marie Épivent, évêque d'Aire et de Dax, avec la devise "FIDE ET CARITATE ". Clef 15 : armoiries du pape Pie IX.

États conservations repeint
Précision état de conservation

La polychromie des clefs de voûte du vaisseau central a sans doute été refaite en partie.

Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Monographie paroissiale de Poyanne, par l'abbé Vincent Foix, vers 1890.

    Archives départementales des Landes : 16 J 18

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe