Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Martin

Ensemble des autels de la Vierge et de saint Michel avec leurs statues et leurs peintures murales

Dossier IM40006504 réalisé en 2017

Fiche

Dénominations autel, gradin d'autel, tabernacle, statue, console, peinture monumentale
Titres Notre-Dame de Maylis
Saint Michel terrassant le démon
Anges adorant la Vierge à l'Enfant
Saint Michel et les légions angéliques
Appellations de la Vierge et de saint Michel
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Adresse Commune : Coudures
Emplacement dans l'édifice collatéraux nord (Vierge) et sud (saint Michel), mur oriental

Un état récapitulatif des dépenses occasionnées par la restauration de l'église mentionne pour l'exercice 1896 : "Autels, statues, sculptures - 8.679, 60 francs". L'inventaire du 20 février 1906 signale les deux autels secondaires respectivement sous les n° 16 (Vierge) et 34 (saint Michel). Le second fut revendiqué à cette occasion, en même temps que le lambris du chœur, par "M. Émile Lecomte [ou Leconte], ancien directeur des Domaines", son donateur. Aucun des deux meubles, pour la réalisation desquels plusieurs maisons toulousaines avaient proposé leurs services dès 1891, ne porte de marque de fabricant. La similitude de leur décor (médaillon quadrilobé sur fond quadrillé, arcs en accolade) avec celui du maître-autel, payé la même année 1896 au Toulousain Jules Guiraud, permet toutefois de lui attribuer cet ensemble homogène. La statue de saint Michel et sa console ont, en revanche, été livrées le 3 novembre 1896 par un autre fabricant toulousain, François-Dominique Monna, pour une somme de 76 francs (facture du 12 novembre). Elle fut offerte, toujours selon l'inventaire de 1906, par "Mlle Joséphine Dupouy, rentière à Coudures". La correspondance de Monna avec l'abbé Foy, curé de Coudures, atteste que le statuaire travaillait en collaboration avec Guiraud (lettre du 3 septembre 1896, voir annexe). La statue de Notre-Dame de Maylis qui surmonte actuellement l'autel de la Vierge était autrefois placée contre l'un des piliers sud de la nef, comme le montre une carte postale ancienne. Elle a remplacé au-dessus de l'autel une autre statue mariale, peut-être celle de l'Immaculée Conception aujourd'hui à la sacristie ou la statue de Notre-Dame de Lourdes dont l'achat était projeté par l'abbé Foy auprès de Monna en septembre 1896 (mais qui n'est plus mentionnée par la suite).

Le décor des deux "chapelles" fut complété tardivement par l'exécution, en 1934 (Vierge) et 1936 (saint Michel), de peintures murales d'un style délibérément excentrique, voire parodique, signées de P. Gasca, "Prix de Rome" (!), personnage non autrement documenté, également auteur d'un plus classique Christ en croix. Les peintures ont été restaurées vers 1995 sous le ministère du curé Gilbert Lavigne (comm. orale).

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1896, daté par source
1934, porte la date
1936, porte la date
Stade de création oeuvre de série
Lieu d'exécution Commune : Toulouse
Auteur(s) Auteur : Guiraud Jules,
Jules Guiraud

Marbrier et fabricant de mobilier religieux à Toulouse (13 et 15, puis 27, allées Saint-Étienne) au tournant des XIXe et XXe siècles.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant de mobilier religieux, marbrier, (?), attribution par analyse stylistique
Auteur : Monna François-Dominique,
François-Dominique Monna (1849 - 1907)

La maison toulousaine Monna, fondée avant 1887 par François-Dominique Monna (1849-1907), produisait, selon un encart publicitaire de 1890, "statues religieuses, autels, chaires à prêcher et chemins de croix, en terre cuite, pierre, bois et marbre". L'entreprise, devenue "Trinqué-Monna" en 1929, ne ferma définitivement qu'en 1972.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant de statues, attribution par source
Auteur : Gasca P.,
P. Gasca

Peintre amateur non documenté, actif dans les années 1930, qui signait (sans doute par auto-dérision) "P. Gasca, Prix de Rome".


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, signature
Personnalité : Leconte Émile,
Émile Leconte

Directeur des Domaines dans la seconde moitié du XIXe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
donateur, attribution par source

Chacun des deux ensembles, situés en pendant à l'extrémité orientale des collatéraux, comporte un autel en marbre, une statue en terre cuite (ou plâtre polychrome ?) posée sur une console fixée au milieu du mur, enfin une peinture murale (à la détrempe ?) couvrant l'intégralité du mur en arc brisé et complétant le programme iconographique.

Les autels, entièrement en marbre blanc des Pyrénées, sont composés d'une table portée par deux colonnettes et adossée à un massif postérieur débordant ; celui-ci supporte un gradin droit à ressaut central ; l'armoire eucharistique du tabernacle, dotée d'une porte rectangulaire (également en marbre) entre deux colonnettes et d'un tympan en accolade inscrit dans un gâble, est flanquée de deux ailes rectangulaires avec arcade polylobée en accolade sur colonnettes, frise faîtière découpée et pinacles angulaires. Le décor est gravé et doré, à l'exception de celui de la porte du tabernacle, en bas relief dans la masse.

Catégories marbrerie, sculpture, peinture murale
Structures plan, rectangulaire élévation, droit colonne, 8 revers sculpté
Matériaux marbre veiné, blanc, poli, placage, décor en bas relief, décor dans la masse, tourné, gravé, doré
terre cuite, (?), moulé, peint, polychrome
enduit, support, détrempe à la colle
Mesures h : 500.0
la : 290.0
Précision dimensions

Autels : h = 99 ; la = 180 ; pr = 60 ; gradins : h = 21,5 ; tabernacles : h = 87 ; la = 48 (armoire eucharistique) ; ailes : h = 63 (avec les pinacles : h = 66). Statues : h = 130.

Iconographies MA, Coeur Sacré de Marie, épée, balance, croix
ornementation, rinceau, ornement à forme architecturale, gable, pinacle
Vierge à l'Enfant
saint Michel terrassant le démon
ange, acclamation, nuée, Saint-Esprit, colombe, gloire
archange, armée, ange, démon biblique, Dieu le Père
Précision représentations

Les deux autels comportent un décor gravé et doré : sur le panneau de fond de la table, le monogramme MA fleuronné (pour l'autel de la Vierge) ou l'épée flammée et la balance de la pesée des âmes (pour l'autel de saint Michel) dans un quadrilobe se détachant sur un fond quadrillé à croix grecques ; des rinceaux de vigne sur le gradin, sur le tympan de l'armoire eucharistique et sur les ailes du tabernacle. La porte de l'armoire est sculptée d'un motif en bas relief : cœur sacré de Marie dans une gloire (autel de la Vierge) ou croix entourée de grappes de raisin (autel de saint Michel). La frise faîtière des ailes affecte la forme de trèfles.

L'autel de la Vierge est surmonté d'une statue de Notre-Dame de Maylis (célèbre sanctuaire marial landais sis à quelques kilomètres de Coudures) ; celui de saint Michel, d'une effigie du saint armé à l'antique, terrassant le démon (sous la forme d'un dragon) et désignant le ciel, source de sa victoire sur le Mal. Les consoles sont ornées d'angelots jumelés entourés de roses et de palmes (Vierge) ou de grosses roses tigées et feuillées (saint Michel).

Les peintures murales représentent l'une et l'autre, au-dessus d'un soubassement en faux marbre brun-rouge, des scènes célestes censées compléter les statues qu'elles entourent. Du côté nord, la colombe du Saint-Esprit au sommet d'une gloire rayonnante surmonte la statue de la Vierge, à laquelle font cortège deux séries d'anges aux ailes déployées (vêtus et coiffés selon la mode féminine de l'entre-deux-guerres...), les uns maniant l'encensoir, d'autres les mains jointes en adoration, d'autres encore répandant des roses. Du côté sud, Dieu le Père depuis l'empyrée ordonne à la légion céleste, anges et archanges réunis, de combattre les anges déchus, figurés en diablotins effrayés.

Inscriptions & marques signature, peint
date, peint
inscription concernant l'iconographie, peint
Précision inscriptions

Signature et date (en bas à gauche de la peinture murale de l'autel de la Vierge) : P. GASCA / PRIX DE ROME / 1934. Signature et date (en bas à gauche de la peinture murale de l'autel de saint Michel) : P. GASCA / PRIX DE ROME / 1936.

Inscription concernant l'iconographie (statue de Notre-Dame de Maylis, sur la banderole entourant la figure) : ET FLOS DE RADICE EIVS ASCENDET... EGREDIETVR VIRGA DE RADICE DE JESVS.

États conservations bon état
oeuvre restaurée
Précision état de conservation

Les peintures murales ont été restaurées vers 1995 à l'initiative du curé Gilbert Lavigne.

Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Extraits de la correspondance du fabricant toulousain François-Dominique Monna avec le curé Éloi Foy, septembre-novembre 1896 (AP Coudures)

    I. Lettre de F.-D. Monna à l'abbé Foy, 3 septembre 1896 :

    "Monsieur le Curé, / Conformément au désir que vous voulez bien m'en exprimer par votre très honorée lettre du 1er courant, je m'empresse de vous informer que pour vous fournir une statue pareille à celle que vous m'avez fait remettre par l'ouvrier de Monsieur Guiraud, je serais obligé de la faire modeler tout exprès à la main, par un de mes artistes sculpteurs, en 1m10 de haut. / La statue de N.D. de Buglose exécutée comme il est dit ci-dessus, en matière stuc ou en terre-cuite, hauteur 1m10, vous serait cotée le même prix : 130 francs avec décor simple, 150 francs avec décor mi-riche, emballage compris, marchandise prise à Toulouse. Pour reproduire ce sujet, un délai d'un mois me serait nécessaire. [...]"

    II. Lettre de F.-D. Monna à l'abbé Foy, 3 novembre 1896 :

    "Monsieur le Curé, / En possession de votre très honorée lettre du 1er courant, et selon vos désirs, j'ai l'honneur de vous informer que ce jour je vous ai adressé par grande vitesse franco, en gare de St-Sever, une caisse contenant le support assorti au St Michel de 1m30 que vous possédez. / Ci-inclus veuillez trouver la facture, sur laquelle j'y ai compris la différence du port de la grande à la petite vitesse et dont (sic) je porte à votre à votre débit (sic). Dans l'espoir que mon envoi vous parviendrai en parfait état et que vous serez satisfait. [...]"

    III. Facture de F.-D. Monna adressée à l'abbé Foy, 3 novembre 1896 :

    "1. Support stuc décoré assorti à un St Michel de 1m30 avec emballage prix rendu franco... 26 / Différence de port de la g.de à la p.te vitesse... 2 / Total : 28."

    IV. Facture de F.-D. Monna adressée à l'abbé Foy, 12 novembre 1896 :

    "24 octobre 1896. 1. Christ mort en fonte de 1m, chairs peintes couleur naturelle... 100 / 3 9bre. 1 St Michel n° 230 de 1,30, décoré riche... 150 / 1 support stuc assorti au St Michel rendu franco... 26 / Différence de port de la g.de à la p.te vitesse... 2 / Total : 278. [...]"

Références documentaires

Documents d'archives
  • Comptes de la fabrique : relevé sommaire des dépenses des travaux de restauration de l'église de Coudures depuis avril 1890 jusqu'en 1904.

    année 1896 Archives paroissiales, Coudures
  • Correspondance du fabricant toulousain François-Dominique Monna adressée au curé Éloi Foy, factures pour un Christ en fonte et une statue de saint Michel, septembre-novembre 1896.

    facture du 12 novembre 1896 Archives paroissiales, Coudures
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique (20 février 1906).

    n° 16, 22 et 34 Archives départementales des Landes : 70 V 104/8
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe