Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Barthélemy

Ensemble de l'autel du Rosaire (autel, gradin, tabernacle, retable, groupe sculpté)

Dossier IM40006348 réalisé en 2016

Fiche

Dénominations autel, gradin d'autel, tabernacle, retable, groupe sculpté
Titres Donation du rosaire à saint Dominique et sainte Catherine de Sienne
Appellations autel du Rosaire
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Adresse Commune : Eyres-Moncube
Emplacement dans l'édifice collatéral nord, mur est

L'ensemble de l'autel nord est composite. L'élément le plus ancien pourrait être la gloire de bois et stuc peint qui couronne le retable et entoure le petit oculus percé dans le mur : il s'agit peut-être d'un remploi d'un décor du XVIIIe siècle ou du tout début du siècle suivant. Le retable néoclassique date probablement du milieu du XIXe siècle et pourrait être contemporain de son pendant au sud, installé vers 1843. L'autel-tombeau en tronc de pyramide renversé, presque entièrement dépourvu de décor, date peut-être de la même époque. Quant au groupe de la Donation du rosaire, il s'agit d'une production de série (mais d'un modèle différent de ceux commercialisés par les maisons parisiennes Cachal-Froc et Raffl), de l'extrême fin du XIXe siècle, dont l'église d'Aubagnan (dans le canton voisin d'Hagetmau, réf. IM40003690) et l'église Notre-Dame de La Rochelle (réf. IM17000025) conservent d'autres exemplaires.

Le tabernacle au riche décor sculpté et doré est une œuvre du dernier tiers du XVIIIe siècle dont l'emplacement originel est inconnu, mais que son iconographie (triangle trinitaire, Agneau mystique) semble désigner comme un élément de maître-autel. Il était, jusqu'à une date récente, placé sur l'autel sud (comme en témoigne une photographie de 1970), avant d'être transféré à son emplacement actuel, où il a délogé un gradin et un tabernacle néogothique dédié au Sacré-Cœur. Celui-ci, actuellement non localisé, était sans doute le meuble offert en 1879 par Mme Élie de Laborde-Lassalle, née Marie-Louise d'Arblade de Séailles. La polychromie qui recouvre le retable a probablement été appliquée à la même époque (on y retrouve les fleurs de lys visibles sur le gradin de 1879).

Période(s) Principale : 2e moitié 18e siècle
Principale : milieu 19e siècle
Secondaire : 4e quart 19e siècle

Ensemble composite. Autel en bois peint en blanc, à pans obliques en tronc de pyramide renversé, orné d'un médaillon circulaire en marbre blanc gravé ; double gradin droit, nu ; tabernacle en bois peint et doré. Retable néoclassique en pierre (grès ?) et bois peints et dorés : deux paires de colonnes corinthiennes jumelées sur stylobate (les colonnes externes en retrait), portant un entablement à ressauts latéraux ; contretable occupée par une niche rectangulaire verticale ; couronnement en bois et stuc peints (gloire) entourant un oculus circulaire percé au sommet du mur. A l'intérieur de la niche du retable, un groupe sculpté en plâtre polychrome, en trois éléments (correspondant à la Vierge à l'Enfant et à chacun des personnages latéraux).

Catégories maçonnerie, menuiserie, gypserie, sculpture, marbrerie, peinture
Structures plan, rectangulaire élévation, droit colonne, 4
Matériaux grès, peint, polychrome
bois, peint, polychrome, doré
marbre uni, blanc, poli, gravé
Mesures h : 490.0
Précision dimensions

Autel : h = 90 ; la = 166 ; pr = 53 ; retable : h = 490 environ (sans la gloire sommitale) ; la = 332 ; pr = 42.

Iconographies MA
ornementation, chapiteau corinthien, fleur de lys, branche, tige, pot à fleur
Vierge à l'Enfant, don, rosaire, saint Dominique de Guzman, sainte Catherine de Sienne
Précision représentations

Décor de l'autel : médaillon en marbre gravé du monogramme MA.

Décor du tabernacle : voir sous-dossier.

Décor en relief du retable : chapiteaux corinthiens, frises de feuilles d'eau et d'oves et dards (entablement), deux vases de fleurs (en amortissement à l’aplomb des colonnes), gloire sommitale à rayons, nuées et angelots polychromes. De part et d'autre du retable, sur le mur, un décor appliqué en stuc ou plâtre peint, composé d'une couronne d'olivier ou de laurier associée à deux tiges de lys en sautoir.

Décor peint du retable (réfection fin XIXe siècle) : tiges feuillues, fleurs de lys vertes et fleurettes (sur le pourtour de la niche), arc en accolade et feuilles de vigne (au sommet de la niche), semis de croix pattées et fleuronnées et de quatre-feuilles (fond de la niche), caissons losangés timbrés de fleurs de lys dorées (fût des colonnes internes), monogramme MA doré (soffite de l'entablement, au-dessus de la niche), palmettes cordiformes (frise de l'entablement).

Groupe sculpté : la Vierge et l'Enfant remettant le rosaire à saint Dominique (à gauche) et à sainte Catherine de Sienne (à droite) ; les figures sont placées sur des nuées ; Catherine, couronnée d'épines, tient un cœur enflammé de la main gauche ; devant Dominique, son attribut principal, le chien tenant une torche dans sa gueule ; au pied du groupe central, le globe terrestre.

États conservations oeuvre composite
partie en remploi
surdécoré
Précision état de conservation

Les différents éléments sont d'époques et de provenances diverses (voir historique) ; le tabernacle est un remploi. Le retable a été surdécoré à la fin du XIXe siècle. La peinture décorative des colonnes est en mauvais état.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 5 mars 1906.

    n° 1 Archives départementales des Landes : 70 V 120/8
Bibliographie
  • Service du patrimoine et de l'Inventaire. Dossier de pré-inventaire de la commune d'Eyres-Moncube, 1969.

    Service du patrimoine et de l'Inventaire, région Aquitaine
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe