Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Barthélemy

Ensemble de l'autel de la Vierge (autel, gradin, tabernacle, retable, statue de Notre-Dame de Lourdes

Dossier IM40006690 réalisé en 2017

Fiche

Dénominations autel, gradin d'autel, tabernacle, retable, statue
Titres Notre-Dame de Lourdes
Appellations de la Vierge
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Adresse Commune : Cauna
Emplacement dans l'édifice collatéral droit

Comme le signale le curé Gaulin dans sa monographie de la paroisse, le "petit autel de marbre de la chapelle de la Ste Vierge" fut offert en 1854 par un donateur anonyme, quelques années après le maître-autel et l'autel de saint Joseph. Comme ces meubles, il pourrait revenir à l'atelier des Spazzi, marbriers d'origine italienne installés à Saint-Sever.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1854, daté par source
Lieu d'exécution Commune : Saint-Sever
Auteur(s) Auteur : Spazzi Alexandre,
Alexandre Spazzi (1803 - 1859)

Stucateur et marbrier d'origine italienne, né (Alessandro Spazzi) à San Giorgio, Pellio Superiore (province de Côme), le 3 août 1803, de Domenico (ou Carlo) Spazzi et de Maddalena Peduzzi. Installé à Saint-Sever (Landes) en 1827, épouse à Mont-de-Marsan, le 4 janvier 1835, Anne Saint-Grière (Mont-de-Marsan 9 août 1812 - Hagetmau 24 novembre 1880), fille du boulanger François Saint-Grière et d'Anne Cazaubon ; dont cinq enfants, parmi lesquels Charles Spazzi (1839-1917), à son tour marbrier et stucateur. Alexandre, mort à Saint-Sever le 22 juillet 1859, fut associé à son frère cadet Louis Spazzi (1809-1881) apparemment de 1835 à 1852, date à laquelle le cadet a déjà fondé son propre atelier. Sources : AC Saint-Sever (recherches et communication par l'abbé Dominique Bop).

Un encart publicitaire paru dans le journal local en 1856, orné d'une gravure de cippe funéraire, porte le texte suivant : "Avis au public. Le sieur ALEXANDRE SPAZZI aîné, sculpteur et décorateur d'églises, a l'honneur de faire savoir au public qu'il se charge de tout ce qui a rapport à sa profession, à des prix extrêmement modérés, et bien au-dessus (sic !) de ceux payés jusqu'à présent. / Il se charge de fournir des pierres tumulaires ou tombes, soit en belle pierre du Gave ou en marbre, et d'y faire graver les inscriptions à 12 centimes 1/2 la lettre en noir, ou 15 centimes la lettre dorée. / Ses rapports journaliers et continuels avec les principaux marbriers connus, le mettent à même d'offrir tout ce qui concerne cette partie, comme tables rondes, chambranles de cheminées, consoles, dessus de commodes, etc. à des prix très-modiques. / Le sieur ALEXANDRE SPAZZI est le premier introducteur de l'art qu'il professe dans le département des Landes et les départements Pyrénéens ; il est le fondateur des premiers monuments funéraires qui ont été élevés au cimetière, et à ce titre il espère que la confiance qu'on lui a toujours accordée lui sera maintenue. / Il se charge encore de construire des voûtes en briques de champ, dans les formes et styles qu'on le désirera, et offrant toutes les garanties de la plus grande solidité. / Le sieur SPAZZI fait et reproduit en plâtre les traits des personnes décédées. Si on lui demande une tombe, la figure du défunt sera donnée gratis. / Il sculpte aussi, sur place, des statues de toute forme et de toute grandeur. / Il demeure rue du Belloc, à St-Sever (Landes)."


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
marbrier, (?), attribution par analyse stylistique
Auteur : Spazzi Louis, dit(e) Spazzi cadet,
Louis Spazzi , dit(e) Spazzi cadet (1809 - 1881)

Stucateur et marbrier d'origine italienne, né (sous le nom de Luigi Mansueto Spazzi) à San Giorgio, Pellio Superiore (province de Côme), le 18 février 1809, de Domenico (ou Carlo) Spazzi et de Maddalena Peduzzi. Installé à Saint-Sever (Landes) en 1835 quelques années après son frère aîné Alexandre, auquel il est associé de 1835 à 1852 environ, avant de s'installer à son compte avec son compatriote Jacques Galimberti. Marié à Saint-Sever, le 10 décembre 1850, avec Marguerite Barrère (Saint-Sever 9.12.1819 - ?), fille de Jean Barrère et de Jeanne Daugreilh ; dont une fille unique, Jeanne Marie Madeleine (Saint-Sever 11 septembre 1851, mariée à Saint-Sever en 1876 avec le serrurier Henry Paul Renard). Louis Spazzi meurt à Saint-Sever, rue du Belloc, le 23 mars 1881. Sources : AC Saint-Sever (recherches et communication par l'abbé Dominique Bop).

Un encart publicitaire paru dans le journal local en 1866, orné d'une gravure de monument funéraire, porte le texte suivant : "Marbrerie de Louis SPAZZI, 2e-né, à Saint-Sever (Landes). Le sieur Louis SPAZZI offre ses services de marbrier, stucateur et décorateur d'églises et autres monuments publics ou particuliers. / En outre, il vient de rejoindre à lui le sieur GALIMBERTI, marbrier-sculpteur très-intelligent venant de la belle Italie et qui s'occupe aujourd'hui à faire des autels gothiques, style du XIVe siècle, et des monumen[t]s funèbres soit en pierre ou en marbre. / Il sculpte également des armoiries, des écussons, des attributs industriels ou commerciaux, et grave des lettres gothiques, ossuaires, romaines, égyptiennes, italiennes, etc. / Ses prix sont toujours très-modérés, quel que soit le perfectionnement du travail."

Un autre encart porte : "Avis aux amateurs des arts. Le sieur LOUIS SPAZZI cadet, marbrier à St-Sever (Landes), tient un grand assortiment de statues religieuses, soit en plâtre doré, en carton-pierre, en terre cuite, en ciment romain, en bois doré et en marbre, à des prix très-modérés. / Il tient aussi un grand assortiment de Marbre de toute qualité. / Nota. On est prié d'adresser les lettres à M. Louis SPAZZI cadet, marbrier à St-Sever (Landes).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
marbrier, (?), attribution par analyse stylistique

Ensemble de style néoclassique. L'autel, en marbre polychrome (Carrare blanc pour le tabernacle, gris veiné des Pyrénées en diverses nuances pour le tombeau et la massif-gradin, Sarrancolin rosé pour le panneau central du gradin) sur âme en maçonnerie, avec table en chêne, est porté par un degré moderne carrelé. Le tombeau rectangulaire, à piédroits lisses, est adossé à un massif postérieur rectangulaire, débordant, formant gradin et portant le tabernacle, simple armoire parallélépipédique à porte en plein cintre flanquée de colonnettes au fût lisse. Le décor de la porte est en relief dans la masse et doré à la bronzine.

Le retable, en fait un simple décor plaqué sur le mur de la chapelle, consiste en deux pilastres de stuc peint en blanc et doré à la bronzine (chapiteaux) portant un entablement droit du même matériau. Une statue en plâtre blanc à rehauts bleus, posée sur l'exposition de l'autel, se détache devant la contretable.

Catégories marbrerie, gypserie, sculpture, menuiserie
Structures plan, rectangulaire élévation, droit pilastre, 2 colonne, 2
Matériaux marbre veiné, gris, placage
marbre uni, blanc, mouluré, décor en bas relief, décor dans la masse
stuc, moulé, décor en relief, décor rapporté, peint, peint faux or
plâtre, blanc, moulé, peint, monochrome
chêne
Mesures h : 371.0
la : 274.0
Précision dimensions

Autel : h = 93 ; la = 200 ; pr = 61. Massif postérieur-gradin : h = 131 ; la = 274 ; pr = 34,5. Tabernacle : h = 56 ; la = 45 ; pr = 34,5. Retable : h = 240 ; la = 215. Statue : h = 100 environ.

Iconographies MA, Coeur Sacré de Marie
ornementation, colonnette, pilastre
Immaculée Conception
Précision représentations

Monogramme MA rapporté sur la face du tombeau d'autel (disparu) ; cœur sacré de Marie dans des nuées (relief dans la masse) sur la porte du tabernacle.

Statue de Notre-Dame de Lourdes posée sur l'exposition du tabernacle.

De part et d'autre du retable, pilastres en stuc, à chapiteau pseudo-corinthien et fût orné d'une lancette gothique en creux.

États conservations manque
repeint
Précision état de conservation

Il manque le monogramme MA rapporté sur le panneau frontal du tombeau (trace visible).

Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Extrait du registre de la paroisse de Cauna (avec "Notice historique sur la paroisse de Cauna-Lagastet" par le curé Jean François Régis Gaulin), Archives diocésaines de Dax (communiqué par Michèle Tastet-Brethes)

    [p. 8] "Nous oublions de dire qu'une personne a acheté le petit autel de marbre de la chapelle de la Ste Vierge, il a coûté 400 francs. Tous ces travaux, tous ces achats ont été exécutés depuis l'année 1853 jusqu'en l'année 1862."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Registre paroissial de Cauna et de son annexe Lagastet (1882-1991), monographie paroissiale de l'abbé Gaulin.

    Archives diocésaines, Dax
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique (1906).

    Archives départementales des Landes : 70 V 91/7
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe