Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Pierre

Ensemble de l'autel de la Vierge (autel, 2 gradins d'autel, retable)

Dossier IM40003941 réalisé en 2011

Fiche

Appellations autel de la Vierge
Aire d'étude et canton Dax sud
Adresse Commune : Saugnac-et-Cambran
Emplacement dans l'édifice collatéral nord
mur oriental

Comme l'ensemble du maître-autel (réf. IM40003936), celui de la Vierge (peut-être dédié originellement au Saint Sacrement) est composé d'éléments successivement installés au cours du XVIIIe siècle. Le retable, qui présente des motifs décoratifs communs avec l'autel majeur (comme les chutes de fruits et de fleurs, les ailerons en volute ou encore la console à feuilles d'acanthe de la niche, strictement identique à celles du grand retable), est sans doute contemporain de celui-ci (premier quart du XVIIIe siècle) et peut-être attribuable aux mêmes praticiens, les sculpteurs dacquois Giraut et Royer. L'autel et ses gradins sont plus tardifs d'un demi-siècle. L'ensemble ("l'autel et le retable de la Vierge") fut doré en 1784, la même année que le maître-autel, selon une note du curé Pierre Domec transcrite dans la monographie paroissiale de 1887-1888. Le meuble ne comportait probablement pas de tabernacle à l'origine, car la forte saillie de la console centrale du retable, située en contact immédiat avec les gradins de l'autel, aurait empêché son installation. Toutefois, un petit tabernacle moderne fut placé dans les années 1960-1970 à l'intérieur même de la niche du retable ; encore en place en 1992, il a été ôté depuis cette date. Les colonnes du retable, principal ornement du meuble, ont malheureusement été supprimées en deux phases successives : leurs beaux chapiteaux corinthiens, visibles sur une photographie des années 1950 (Doc. 01), ont été remplacés avant 1992 par de pseudo-chapiteaux en forme d'urne lisse (Doc. 02) ; entre 1992 et 2011, les fûts cannelés et rudentés, trop vermoulus, ont laissé place à deux cylindres de bois lisses et dépourvus d'élément d'amortissement (comm. orale du diacre J.-L. Crauste).

Période(s) Principale : 1er quart 18e siècle
Principale : 2e moitié 18e siècle
Lieu d'exécution (incertitude sur le lieu)
Édifice ou site : Aquitaine, 40, Dax
Auteur(s) Auteur : Giraut, sculpteur, (?)
Auteur : Royer, sculpteur, (?)

Autel tombeau galbé surmonté de deux gradins droits et nus, le tout peint en blanc avec décor en relief et filets dorés. Retable composé d'un large corps unique flanqué (à l'origine) par deux colonnes corinthiennes au fût cannelé et rudenté, portant un entablement droit à ressauts et frise de denticules ; le soubassement saillant supporte les piédestaux des colonnes et ouvre de part et d'autre sur un placard fermé par un battant carré ; la contre-table est occupée par une niche à fond plat et sommet cintré à oreilles, qui surmonte une large console sculptée ; l'ensemble du retable est peint en gris, à l'exception du fond de la niche, en rouge vif, et des reliefs décoratifs, dorés à la feuille (le fût des colonnes disparues était peint en vert et doré au tiers inférieur) ; le décor est en demi relief, entièrement rapporté et cloué, à l'exception de celui de la console.

Catégories menuiserie, sculpture
Structures plan, rectangulaire élévation, galbé colonne, 2
Matériaux bois, décor en relief, décor rapporté, peint, polychrome, faux marbre, doré à la feuille d'or à l'eau
Précision dimensions

Autel : h = 91 ; la = 220 ; pr = 104 (jusqu'aux gradins : pr = 65) ; gradins : h = 11 (chacun) ; retable : h = 436 ; la = 396 ; soubassement du retable : h = 101 ; piédestaux des colonnes : h = 64,5.

Iconographies coeur, Vierge, symbole
calice, ange, nuée
ornementation, cartouche rocaille, chute végétale, aileron, feuille d'acanthe
Précision représentations

Autel : cœur sacré dans un cartouche rocaille en relief sur la face du tombeau, chutes de palmes entrecroisées aux angles antérieurs. Retable : au-dessus de la niche, un calice godronné posé sur des nuées, flanqué de deux anges enfants (adoration du Saint Sacrement) et surmonté d'un cœur enflammé inscrit dans un médaillon ovale brochant sur la frise de l'entablement ; de part et d'autre de la niche, des chutes de fruits et de fleurs (raisins, pommes, poires, grenades, tournesols, roses, marguerites) sortant d'une grosse fleur de tournesol ; sous la niche, une large console sculptée dans la masse de feuilles d'acanthe ; délimitant le corps du retable, de grands ailerons en volute ornés de feuilles d'acanthe.

États conservations manque
partie remplacée
Précision état de conservation

Les deux colonnes corinthiennes d'origine ont été remplacées par des fûts en bois modernes (voir historique). La statue (de la Vierge ?) qui occupait la niche du retable a été remplacée au milieu du 19e siècle par une effigie de l'Immaculée Conception (sous-dossier).

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler

Références documentaires

Documents figurés
  • État vers 1950, avant le remplacement des colonnes du retable et la réfection des peintures. Photographie Raymond Labat, Dax.

    Service du patrimoine et de l'Inventaire, région Aquitaine
  • État en 1992, avant suppression du tabernacle, remplacement des colonnes du retable et réfection des peintures.

    Archives départementales des Landes : 1338 W art. 57 / canton de Dax sud
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe