Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Laurent

Ensemble de 5 verrières à personnages du chœur : La Cour céleste ou la Toussaint ; Saint Laurent et saint Sixte II ; Saint Pierre et saint Paul ; Saint Ignace de Loyola et saint François Xavier ; Saint Bernard de Clairvaux et saint Dominique (baies 0 à 4)

Dossier IM40005880 réalisé en 2014

Fiche

Dénominations verrière
Titres La Cour céleste ou la Toussaint
Saint Laurent et saint Sixte II
Saint Pierre et saint Paul
Saint Ignace de Loyola et saint François-Xavier
Saint Bernard de Clairvaux et saint Dominique
Aire d'étude et canton Mugron
Adresse Commune : Mugron
Adresse : place Frédéric-Bastiat
Emplacement dans l'édifice choeur (baies 0 à 4)

Les verrières du chœur, seules citées explicitement dans le compte-rendu de la cérémonie de consécration du 2 décembre 1866, furent installées au moment de l'achèvement de la construction de l'édifice. Le programme iconographique, d'une belle unité, exalte, autour de la Cour céleste où sont réunis "tous les saints", les figures du patron de la paroisse, saint Laurent, et de son compagnon de martyre le pape Sixte II, entourées de celles des fondateurs de l’Église, Pierre et Paul, et des grands fondateurs d'ordres religieux, parmi lesquels Bernard de Clairvaux, saint patron du bâtisseur de l'église, Bernard-Roch Domenger (1785-1865).

L'une au moins des verrières, la Toussaint de la baie axiale, est fortement inspirée, sinon copiée, des créations de l'école nazaréenne allemande. Elle pourrait être l’œuvre des cartonniers munichois Frédéric et Carl Küchelbecker, élèves d'Overbeck, associés à la fabrique du Mans dès 1854.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1866, daté par source
Lieu d'exécution Commune : Le Mans
Auteur(s) Auteur : Carmel du Mans,
Carmel du Mans

La fabrique de vitraux (ou "Office de vitraux peints") du Carmel du Mans (sise rue de la Mariette) fut fondée en 1853 par le verrier manceau Eugène Hucher (1814-1889) et par les carmélites de la ville. Y travaillèrent notamment les frères Kuchlbecker, Frédéric et Carl, verriers allemands formés à Munich (installés au Mans respectivement en 1845 et 1849). L'entreprise fut rachetée en 1873 par Édouard Rathouis, puis en 1880 par son fondateur Eugène Hucher.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier, signature

Chaque verrière est composée de deux étroites lancettes en arc brisé surmontées d'un oculus de réseau circulaire. La scène figurée sur la verrière 0 (Toussaint) couvre presque tout le champ des lancettes à l'exception d'un dais et d'un soubassement néogothiques ; les personnages des quatre autres verrières sont figurés en pied sur un nuage, à mi-hauteur des lancettes, sur fond de motifs floraux en grisaille (avec cages à mouches) et de cercles bleus.

Catégories vitrail
Structures lancette, 2, en arc brisé oculus de réseau, circulaire
Matériaux verre transparent, peint
plomb, réseau
Mesures h : 450.0
Iconographies Toussaint, Dieu le Père, Christ, Vierge, ange
saint Laurent diacre, saint Sixte II pape
saint Pierre apôtre, saint Paul de Tarse
saint Ignace de Loyola, saint François Xavier
saint Bernard de Clairvaux, saint Dominique de Guzman
Précision représentations

Baie 0 : la Cour céleste ou la Toussaint ; au registre supérieur, Dieu le Père bénissant, le Christ tenant sa croix, la Vierge en médiatrice ; au registre médian, les saints, parmi lesquels le roi David (harpe), saint Jean-Baptiste (croix de roseau), saint Pierre (clés), saint Paul (épée), saint Sébastien (flèches), saint Laurent (gril), saint Étienne (pierre), saint Antoine (moine avec tau), sainte Catherine d'Alexandrie (couronne et palme), sainte Claire d'Assise (en clarisse) ; au registre inférieur, un concert d'anges musiciens. Baie 1 : saint Laurent diacre (gril et palme) dans la lancette de gauche, saint Sixte II (tiare, clés et palme) dans celle de droite. Baie 2 : saint Pierre (clés d'or et d'argent) dans la lancette de gauche, saint Paul (épée et livre) dans celle de droite. Baie 3 : saint Ignace de Loyola (habit jésuite, crucifix et livre avec la devise AD MAIOREM DEI GLORIAM) dans la lancette de gauche, saint François Xavier (habit jésuite, livre, grande croix) dans celle de droite. Baie 4 : saint Bernard de Clairvaux (habit cistercien, instruments de la Passion et livre avec la devise GLORIOSA CRUX RADICARE IN ME UT ASCENDAM IN TE) dans la lancette de gauche, saint Dominique (habit dominicain, lys, livre ouvert) dans celle de droite.

Inscriptions & marques inscription concernant l'iconographie, peint
Précision inscriptions

Inscription concernant l'iconographie : ALLELUIA (baie 0, sur les phylactères des anges) ; AD / MAIOREM / DEI / GLORIAM (baie 3, sur le livre de saint Ignace) ; GLO/RIOSA / CRUX / RADI/CARE / IN ME / UT AS/CEND/AM IN / TE (baie 4, sur le livre de saint Bernard ; traduction : "O glorieuse croix ! prends racine en moi, afin que je puisse m'élever en toi" [extrait de Meditatio in passionem et resurrectionem Domini, texte attribué, à tort, à Bernard de Clairvaux]).

États conservations grillage de protection
Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Extrait du registre paroissial de Mugron (1842-1950), p. 41-46 (année 1866)

    - "1866 / Cérémonie de la consécration de la nouvelle église accomplie le 2 Xbre 1866 par Monseigneur Epivent, évê[que] d’Aire et de Dax. / […] Le chœur et le sanctuaire reçoivent le jour par cinq fenêtres géminées enrichies de verrières d’un mérite incontestable qui ont été fabriquées par d’humbles religieuses de l’ordre du mont Carmel sis en la ville du Mans ; le vitrail de la fenêtre principale est surtout remarquable, il représente le ciel et ses bienheureux habitants d’après l’idée que nous en donnent les artistes de l’iconographie allemande ; à droite se voit saint Laurent, patron de la paroisse, adressant au pape saint Sixte que l’on mène au martyre ces paroles devenues légendaires : « Où allez-vous mon père sans emmener votre fils ? » A gauche apparaissent saint Pierre et saint Paul, les deux colonnes de l’église catholique. / Négligeons les autres vitraux quoiqu’il nous en coûte de ne point parler de la chapelle de la Vierge et de celle de saint Joseph, ni des brillants médaillons qui relèvent si bien les rosaces placées au-dessus des portes latérales. [...]"

Références documentaires

Documents d'archives
  • Registre paroissial de l'église de Mugron (1842-1950) ("Diocèse d'Aire, paroisse de Mugron, doyenné de Mugron. Registre paroissial de l'église de Mugron à commencer du 25 août 1842").

    p. 41-46 (année 1866) Archives paroissiales, Mugron
  • Monographie paroissiale de Mugron, vers 1890.

    Archives départementales des Landes : 16 J 18 b
  • FOIX Vincent, abbé. Monographie paroissiale de Mugron et Nerbis. 1885.

    Archives départementales des Landes : 2 F 966-1 et 2
Bibliographie
  • SUAU Jean-Pierre (dir). Le vitrail dans les églises des Landes (1850-2010). Dax, Amis des églises anciennes des Landes, 2012, vol. I (Donateurs et créateurs).

    p. 92

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe