Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Basilique Notre-Dame de Buglose

Ensemble de 20 clefs de voûte

Dossier IM40004634 réalisé en 2012

Fiche

Dénominations clef de voûte
Aire d'étude et canton Dax nord
Adresse Commune : Saint-Vincent-de-Paul
Lieu-dit : Buglose
Emplacement dans l'édifice vaisseau central ; avant-nef ; collatéraux

La chronologie de l'installation des clefs de voûte est documentée par le registre des dépenses de la fabrique (1852-1873) et par le rapport remis par l'abbé Vieilhedent, trésorier de la fabrique, à l'évêque en juin 1855. Ce dernier document permet d'attribuer à Jean Layrolle (1817-1870), le sculpteur de la première campagne de construction de l'église (1850-1855), les quatre clefs de l'abside, du chœur liturgique et de la croisée - l'auteur, qui mentionne la clef aux armes de Mgr Lannéluc (notre clef 4), oublie celle aux emblèmes du pape Pie IX, pourtant située plus avant dans le chœur (notre clef 3).

En mai 1862, le sculpteur nantais Aristide Belloc (alors actif à Bordeaux), qui a épousé en 1858 la nièce du supérieur de Buglose, le Père Antoine Lamaison (en poste depuis 1855), est payé 750 francs pour l'exécution de "dix clefs de voûte" à la localisation non précisée, probablement les trois autres clefs héraldiques du vaisseau central et les clefs à rosace des travées orientales des collatéraux. D'avril 1864 à mai 1865, sous la direction de Gustave Alaux, nouveau responsable du chantier, le sculpteur bordelais Vincent Saint-Sébastien reçoit plus de 4.500 francs pour "les sculptures en pierre de l'église", parmi lesquelles le décompte du 3 mai 1865 mentionne "les clefs de voûte prix moyen à 25 francs" (sans doute les clefs ornementales des travées occidentales des bas-côtés et celle de la tribune) et "celle du porche en bas" (aux armes de Napoléon III) pour 40 francs. La clef de la tribune occidentale porte la double date 1851-1864, qui marque le début et l'achèvement des travaux intérieurs (le décor extérieur ne fut complété qu'en 1894).

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1862, daté par source
1864, daté par source, porte la date
Lieu d'exécution Commune : Bordeaux
Auteur(s) Auteur : Layrolle Jean Roch,
Jean Roch Layrolle (1817 - 1870)

Sculpteur né à Montpellier (d'un père jardinier) le 16 août 1817, mort à Biarritz (maison Layrolle, 6, place Eugénie) le 18 août 1870. Marié à une Bayonnaise, Henriette Dominiqua Latapi (1822-1895), il s'installa à Biarritz avant 1860 (renseignements biographiques communiqués par l'abbé Dominique Bop, 2019). Layrolle travaille à Saint-Sever en 1849, à Buglose en 1855, à Gabarret en 1856-1864 et à la cathédrale de Dax en 1864-1870.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, attribution par source
Auteur : Belloc Aristide,
Aristide Belloc (1827 - 1888/1908)

Sculpteur né à Nantes le 23 août 1827, mort entre 1888 et juillet 1908 (dates des premier et second mariages de son fils), fils d'Aristide Philémi Belloc et de Jeanne Eugénie Rousseau. Il épouse à Saint-Paul-lès-Dax, le 6 juillet 1858, Françoise dite Francine Lamaison (Laurède 1829 - ?), nièce du Père Antoine Lamaison, supérieur du sanctuaire marial de Buglose près de Dax, et belle-sœur depuis 1854 du sculpteur bordelais Vincent Saint-Sébastien (1829-?).

Élève des sculpteurs nantais Suc et Grootaers, puis de Rude, Aristide Belloc fut d'abord actif dans sa ville natale, où il travailla pour le Théâtre, pour plusieurs églises et pour l’hôtel de Ville (tête colossale de Judith), œuvra ensuite à Bordeaux dans les années 1850 (deux Renommées tenant les armes de la ville au Grand-Théâtre), avant de s'installer à Perpignan (où il semble faire faillite en 1866-1867), à Angers (rue des Deux-Haies, où naît sa fille Eugénie Néméa en juin 1870), à Niort (avant 1877), enfin à Reims (50, rue du Faubourg de Laon), où il est signalé en 1885 (renseignements biographiques communiqués par l'abbé Dominique Bop, 2019). Il exposa à Toulouse en 1858 et à Bordeaux en 1859. Sur l'artiste, voir : Émile Maillard, L'art à Nantes au XIXe siècle (E. Monnier, 1888), et Pauline Carminati, "Enquête sur la vie et l’œuvre du sculpteur Aristide Belloc", Raffl & Cie [en ligne], 08/08/2017. URL : https://raffl.hypotheses.org/810 (consulté le 09/11/2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, attribution par source
Auteur : Saint-Sébastien Vincent, dit(e) Sébastien,
Vincent Saint-Sébastien , dit(e) Sébastien (1829 - )

Sculpteur ornemaniste à Bordeaux, collaborateur de l'architecte bordelais Gustave Alaux sur les chantiers des églises de Buglose (1864-1865), de Mugron (1866) et de Rion-des-Landes (1868), et de l'architecte Taillarda fils à l'église Saint-Nicolas de Nérac (1856) ; il travailla aussi à la chapelle de la Vierge de la cathédrale de Dax en 1864-1871. Il est nommé "M. Vincent" et "Vincent St-Sébastien" dans les archives de Buglose, "Vincent Saint-Sébastien" à Nérac, mais signe "Sébastien" tout court les sculptures de Mugron et de Rion.

Enfant trouvé le 23 janvier 1829 à la porte de l'hospice civil de Pau, Vincent Saint-Sébastien épousa le 29 novembre 1854 à Saint-Paul-lès-Dax (où il était alors domicilié) Jeanne Lamaison, institutrice, fille d'un tonnelier de Laurède (Landes), dont la sœur cadette Françoise devait épouser en 1858 le sculpteur nantais Aristide Belloc (1827 - 1888/1908), lequel succèdera à Saint-Sébastien sur le chantier de Buglose en 1861.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, attribution par source

Clefs en calcaire de Montfort (carrière de Nousse), sculptées en bas relief ou relief en cuvette, polychromées et dorées.

Catégories sculpture
Structures encastré
Matériaux calcaire, décor en bas relief, décor dans la masse, peint, polychrome, peint faux or
Précision dimensions

Dimensions non prises.

Iconographies MA, tiare, armoiries, sceau, rosace, monogramme
Précision représentations

Description des clefs du chœur et du vaisseau central, d'est en ouest. Clef 1 (abside) : rinceaux dorés sur fond rouge. Clef 2 (2e travée droite du chœur) : monogramme M.A. dans une couronne de roses dorée sur fond bleu. Clef 3 (1ère travée droite du chœur) : tiare papale et clefs en sautoir avec la dédicace PIO NONO PONTIFICE (Au pape Pie IX). Clef 4 (croisée) : armoiries de François-Adélaïde-Adolphe Lannéluc, évêque d'Aire (grandes armes avec couronne, mitre et crosse en timbre, chapeau d'évêque et manteau, le tout sur fond doré). Clef 5 (4e travée de la nef) : sceau de Prosper-Michel-Arnaud Hiraboure, évêque d'Aire (sceau simplifié, sur fond doré, entouré de l'inscription + SIGILLVM : ARNALDI : PROSPERI : EPISCOPI : ATVRENSIS). Clef 6 (3e travée de la nef) : armoiries de Louis-Marie-Olivier Épivent, évêque d'Aire (écu timbré d'une couronne fleuronnée, flanqué de deux rosettes sur fond doré et entouré de la devise FIDE ET CARITATE). Clef 7 (2e travée de la nef) : rosace et pommes de pin dorées sur fond vert, bordure dorée festonnée. Clef 8 (1ère travée de la nef, tribune occidentale) : rosace godronnée dorée à feuilles vertes et pommes de pin dorées sur fond rouge, entourée d'une inscription commémorative (voir inscriptions et marques). Clef 9 (avant-nef) : armoiries de l'empereur Napoléon III (grandes armes avec heaume en timbre, couronne impériale, collier de la Légion d'honneur, sceptre et main de justice en sautoir, manteau). Clef 10 (chapelle du Rosaire) : version simplifiée des armes de l'ordre des frères mineurs ou dominicains ("de gueules au chien d'argent tenant une torche d'or dans sa gueule, surmonté d'une branche de lys et d'un rameau d'olivier en sautoir et d'une étoile à huit branches, le tout d'or" ; écu posé sur une croix potencée à laquelle est suspendu un rosaire ; couronne à perles ; devise VERITAS).

Les 10 clefs de voûte des collatéraux sont ornées d'un quatrefeuilles doré sur fond vert et rouge, à l'exception de la clef de la travée orientale du collatéral sud, qui porte un monogramme SJ (pour saint Joseph).

Inscriptions & marques inscription, latin, peint
date, peint
armoiries, en relief, peint
Précision inscriptions

Inscription commémorative et date (peinte sur le pourtour de la clef 8 à la tribune) : COEP. AEDIF. ANN. SALVT. MVIIILI. ABSOL. ANN. MVIIILXIV (sic) (= édifice commencé l'an du salut 1851, achevé l'an 1864).

Armoiries de Mgr Lannéluc (clef 4), sceau de Mgr Hiraboure (clef 5), armoiries de Mgr Épivent (clef 6), de Napoléon III (clef 9) et de l'ordre dominicain (clef 10) : voir iconographie.

Statut de la propriété propriété du département

Références documentaires

Documents d'archives
  • Fabrique de l'église de Buglose, registre des dépenses (1852-1873).

    p. 47, 68 Archives diocésaines, Dax
  • Rapport de l'abbé Vieihedent, trésorier de la fabrique de Buglose, à l'évêque d'Aire François Lannéluc, concernant les sculptures de l'église et la chaire à prêcher, juin 1855.

    Archives diocésaines, Dax
Bibliographie
  • CAZAUNAU Léon, LESBATS Julien. Buglose. Nogaro : Dauba frères, 1970.

    p. 160-163
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe