Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Laurent

Ensemble de 2 verrières historiées du transept : Saint Roch guérissant un couple de pestiférés d'Agripendante ; Saint Vincent de Paul confiant un enfant abandonné à Louise de Marillac (baies 109 et 110)

Dossier IM40005882 réalisé en 2014

Fiche

Dénominations verrière
Titres Saint Roch guérissant un couple de pestiférés d'Agripendante
Saint Vincent de Paul confiant un enfant abandonné à Louise de Marillac
Aire d'étude et canton Mugron
Adresse Commune : Mugron
Adresse : place Frédéric-Bastiat
Emplacement dans l'édifice transept, bras nord (baie 109) et sud (baie 110)

Mentionnées dans le compte-rendu de la cérémonie de consécration de l'église le 2 décembre 1866 ("les brillants médaillons qui relèvent si bien les rosaces placées au-dessus des portes latérales"), ces verrières anépigraphes peuvent être attribuées à la fabrique du Carmel du Mans, responsable de la quasi-totalité de la vitrerie de l'église. Disposées en pendant, elles illustrent toutes deux d'éminents actes de charité : la guérison des pestiférés d'Agripendante par saint Roch et le sauvetage d'un nourrisson abandonné par saint Vincent de Paul. Le choix du saint landais, patron principal du diocèse d'Aire et de Dax, n'appelle pas de commentaire particulier ; celui de saint Roch s'explique sans doute par le nom de baptême du bâtisseur de l'église, Bernard-Roch Domenger (1785-1865).

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1866, daté par source
Lieu d'exécution Commune : Le Mans
Auteur(s) Auteur : Carmel du Mans,
Carmel du Mans

La fabrique de vitraux (ou "Office de vitraux peints") du Carmel du Mans (sise rue de la Mariette) fut fondée en 1853 par le verrier manceau Eugène Hucher (1814-1889) et par les carmélites de la ville. Y travaillèrent notamment les frères Kuchlbecker, Frédéric et Carl, verriers allemands formés à Munich (installés au Mans respectivement en 1845 et 1849). L'entreprise fut rachetée en 1873 par Édouard Rathouis, puis en 1880 par son fondateur Eugène Hucher.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier, signature

Les deux verrières sont des roses circulaires entourées de huit lobes.

Catégories vitrail
Structures circulaire, polylobé
Matériaux verre transparent, peint
plomb, réseau
Mesures d : 180.0
Iconographies scène, saint Roch soignant les pestiférés, chambre, couple, vieillesse, lit, chien, crucifix, cruche
scène historique, saint Vincent de Paul, sainte Louise de Marillac, nourrisson, abandon, présentation
Précision représentations

Baie 109 : saint Roch secourant un couple de vieillards alités pendant la peste d'Agripendante (scène inspirée de Vie, Légende et Miracles de Monseigneur Saint Roch de Jehan Phélipot, 1494). Baie 110 : saint Vincent de Paul confiant un nourrisson abandonné aux soins de Louise de Marillac.

États conservations grillage de protection
Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Extrait du registre paroissial de Mugron (1842-1950), p. 41-46 (année 1866)

    - "1866 / Cérémonie de la consécration de la nouvelle église accomplie le 2 Xbre 1866 par Monseigneur Epivent, évê[que] d’Aire et de Dax. / […] Le chœur et le sanctuaire reçoivent le jour par cinq fenêtres géminées enrichies de verrières d’un mérite incontestable qui ont été fabriquées par d’humbles religieuses de l’ordre du mont Carmel sis en la ville du Mans ; le vitrail de la fenêtre principale est surtout remarquable, il représente le ciel et ses bienheureux habitants d’après l’idée que nous en donnent les artistes de l’iconographie allemande ; à droite se voit saint Laurent, patron de la paroisse, adressant au pape saint Sixte que l’on mène au martyre ces paroles devenues légendaires : « Où allez-vous mon père sans emmener votre fils ? » A gauche apparaissent saint Pierre et saint Paul, les deux colonnes de l’église catholique. / Négligeons les autres vitraux quoiqu’il nous en coûte de ne point parler de la chapelle de la Vierge et de celle de saint Joseph, ni des brillants médaillons qui relèvent si bien les rosaces placées au-dessus des portes latérales. [...]"

Références documentaires

Documents d'archives
  • Monographie paroissiale de Mugron, vers 1890.

    Archives départementales des Landes : 16 J 18 b
  • FOIX Vincent, abbé. Monographie paroissiale de Mugron et Nerbis. 1885.

    Archives départementales des Landes : 2 F 966-1 et 2
Bibliographie
  • SUAU Jean-Pierre (dir). Le vitrail dans les églises des Landes (1850-2010). Dax, Amis des églises anciennes des Landes, 2012, vol. I (Donateurs et créateurs).

    p. 92
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe