Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Cathédrale Notre-Dame

Ensemble de 2 tableaux en pendant : Sainte Madeleine pénitente, Saint Jérôme pénitent

Dossier IM40004542 réalisé en 2012

Fiche

Dénominations tableau
Titres Sainte Madeleine pénitente, Saint Jérôme pénitent
Aire d'étude et canton Dax sud
Adresse Commune : Dax
Adresse : place de la Cathédrale , place Roger-Ducos
Emplacement dans l'édifice nef centrale, mur occidental, sous la tribune d'orgue

Selon une tradition familiale rapportée par B. Darmaillacq, ces tableaux en pendant furent offerts à la cathédrale de Dax à la mort de Charles Le Quien de La Neufville (1806-1892), en même temps que Le Christ et Nicodème de Stomer (réf. IM40004544). Charles de La Neuville était le dernier descendant mâle d'une famille qui avait donné au diocèse son dernier évêque avant la Révolution. C'est peut-être de la collection de ce prélat, Charles-Auguste Le Quien de La Neufville (1728-1805), petit-fils du peintre lillois Arnould de Vuez (1644-1720), que pourrait provenir l'ensemble de ces peintures. La destination originelle des deux pendants, en revanche, n'est pas connue, mais leurs sujets laissent penser qu'ils pouvaient orner la chapelle d'une confrérie de pénitents, peut-être insérés dans un retable ou dans un lambris, comme le suggère leur format allongé. Il ne semble pas, toutefois, qu'ils puissent être rapprochés du retable et du tableau d'autel des Pénitents bleus de Dax, accordés par le préfet au curé Ducamp le 16 pluviôse an 11 (voir présentation du mobilier, réf. IM40004422).

La Sainte Madeleine, attribuée par Jacques Foucart à Charles-Joseph Natoire (1700-1777), est considérée aujourd'hui comme une simple copie, jugement confirmé par Susanna Caviglia-Brunel dans sa monographie du peintre (2012, notice PR.3). La comparaison avec les versions autographes de Natoire, l'une à l'église Saint-Aubin de Villeconin (vers 1735), l'autre dans une collection particulière (signée et datée 1739), ne laisse aucun doute à ce sujet. La composition matrice n'ayant apparemment jamais été gravée, la question du modèle utilisé par le copiste reste entière : si le format est plus proche de la toile de Villeconin, la copie dacquoise, qui a peut-être été recoupée (la discipline posée à droite est à peine discernable), comporte les deux têtes d'angelot au-dessus de la sainte visibles sur la toile en collection particulière, mais non le crucifix sculpté qui complète la croix.

Le Saint Jérôme, d'une qualité de modelé supérieure à celle de son pendant, pourrait être d'une main différente. S. Caviglia-Brunel évoque l'hypothèse d'une copie d'après un original inconnu de Natoire (notice PR. 4).

Les deux toiles de la cathédrale ont été restaurées en 1982 par l'atelier parisien Genovesio aux frais de l'Association des amis de la cathédrale.

Période(s) Principale : 2e moitié 18e siècle
Stade de création copie interprétée de peinture
Auteur(s) Auteur de la source figurée : Natoire Charles-Joseph,
Charles-Joseph Natoire (1700 - 1777)
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre
Personnalité : Le Quien de La Neufville Charles,
Charles Le Quien de La Neufville (1806 - 1892)

Petit-neveu et homonyme du dernier évêque de Dax avant la Révolution, Charles Auguste Le Quien de La Neufville.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
donateur
Auteur : Genovesio Lucien,
Lucien Genovesio

Restaurateur à Paris.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
restaurateur, attribution par source

Toile à tissage régulier et serré, à préparation blanche (?), tendue sur la rive d'un châssis en croix (montant et traverse médians) ; cadre en bois peint noir et doré, à traverse supérieure légèrement cintrée.

Catégories peinture
Structures support, rectangulaire vertical
Matériaux toile, support, peinture à l'huile
bois, mouluré, décor en relief, décor rapporté, peint, doré
Mesures h : 187.0
la : 96.0
Précision dimensions

Dimensions à l'ouverture du cadre. Montants et traverses des cadres : la = 13,5.

Iconographies sainte Madeleine pénitente, désert, crucifix, crâne, fouet, angelot
saint Jérôme au désert, livre, plume, crâne, grotte
ornementation, motif rocaille
Précision représentations

Sainte Madeleine est représentée en prière, mains jointes et yeux levés au ciel, dans le désert de la Sainte-Baume. Saint Jérôme, assis dans sa grotte, le lion endormi à ses pieds, a interrompu la rédaction d'un ouvrage pour méditer, un crâne à la main.

Les cadres, simplement moulurés, portent pour seul ornement une agrafe rocaille au milieu de la traverse supérieure.

États conservations oeuvre restaurée
Précision état de conservation

Tableaux restaurés en 1982 par l'atelier Genovesio.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1912/02/05

Références documentaires

Documents d'archives
  • Inventaire des biens de la mense et de la fabrique, 5 février 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 107/15-17
Bibliographie
  • CAVIGLIA-BRUNEL Susanna. Charles-Joseph Natoire. Paris : Arthena, 2012.

    p. 59 (notice P. 108) et p. 248 (notice P. 59)
Périodiques
  • DARMAILLACQ B. "Les cathédrales de Dax".Bulletin de la Société de Borda, 79, 1955.

    p. 3-16
  • SALMON Dimitri. "La "Sainte Madeleine" de Villeconin, un Natoire de provenance Rotrou de Saudreville".Bulletin de la Société historique et archéologique de l'Essone et du Hurepoix. Chamarande, 2004.

    p. 93-152
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe