Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Notre-Dame

Ensemble de 2 gradins d'autel et d'un tabernacle (maître-autel)

Dossier IM40005083 réalisé en 2013

Fiche

Dénominations gradin d'autel, tabernacle
Aire d'étude et canton Montfort-en-Chalosse
Adresse Commune : Onard
Emplacement dans l'édifice choeur

L'ancien maître-autel de l'église d'Onard, connu par une photographie des années 1940, était un meuble à tombeau galbé et tabernacle en urne datant probablement des années 1750-1770. Dénommé "autel de saint Girons", il fut déplacé en 1855 dans le collatéral nord et dédié à la Vierge, avant d'être supprimé en 1948 au profit d'un autel moderne du menuisier Jean Castaing (réf. IM40005084).

Une lettre de l'architecte départemental Jean Antoine Jules Sibien au maire d'Onard, en date du 29 juillet 1855 (comm. de M. Christian Labeyrie), précise les circonstances de l'acquisition du maître-autel actuel : "Quant à l’autel, je pars aujourd’hui pour Dax, je verrai M. Daux et m’entendrai avec lui pour la confection du dit autel." Daux, "marchand d'ornements d'église" installé rue des Carmes à Dax, dirigeait la succursale landaise de la maison bordelaise Doumeret et Daux (2, rue de l'Archevêché), spécialisée dans la fabrication de mobilier religieux. La même fabrique avait déjà fourni en 1853-1854 un autel identique à l'église de Labastide-Chalosse (canton d'Amou, réf. IM40001624) et devait encore en livrer un en 1856 à l'église voisine de Goos (réf. IM40004900).

Le tombeau d'autel, visible sur une photographie ancienne conservée dans la collection Dudès-Daguinos, fut détaché en 1969 pour servir d'autel "face au peuple", mais son état de dégradation ne permit pas de le remployer et il fut remplacé l'année suivante par une nouvelle table due à Jean Castaing. Les piédestaux qui flanquent le gradin supportaient deux statues en plâtre d'anges adorateurs (très proches de celles de Goos), qui furent déposées à la sacristie en juin 1990, puis détruites avant 2013 avec l'approbation de la commission diocésaine d'art sacré ; elles ont été remplacées par deux statues d'anges porte-flambeaux de la fin du XIXe siècle (non étudiées).

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1855, daté par source
Lieu d'exécution (incertitude sur le lieu)
Commune : Dax
Lieu d'exécution (incertitude sur le lieu)
Commune : Bordeaux
Auteur(s) Auteur : Daux,
Daux

Maison Doumeret et Daux, fabricants de mobilier religieux à Bordeaux (2, rue de l'Archevêché) de la Restauration au Second Empire. Dans les années 1850, le fils Daux dirigeait une succursale à Dax (rue des Carmes).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant de mobilier religieux, attribution par source

Le meuble, depuis la suppression du tombeau d'autel, ne comporte plus que deux gradins droits superposés flanqué de deux piédestaux de plan carré et supportant un tabernacle. Celui-ci se compose d'une armoire eucharistique parallélépipédique à porte en plein cintre inscrite dans une voussure portée par deux colonnettes, auxquelles s'ajoutent deux colonnettes à chaque angle antérieur de l'armoire et deux autres de part et d'autre des ailes, où elles flanquent une table moulurée ; l'exposition est surmontée d'un dais à quatre paires de colonnettes jumelées, entablement, arc cintré et couronnement galbé en talon renversé amorti d'une croix sommitale. Peinture faux marbre brèche jaune et rouge sur les tables moulurées des ailes et celles des piédestaux latéraux, faux marbre vert-noir veiné sur la base de ces piédestaux, la saillie centrale des gradins et les socles des colonnettes ; les colonnettes et tous les éléments décoratifs en relief sont rapportés et dorés à la feuille sur apprêt crayeux et assiette rouge.

L'autel, supprimé en 1969, était en forme de tombeau galbé, peint en faux marbres de différents tons (noir veiné ? pour les traverses inférieure et supérieure, brèche claire pour le panneau central) et orné de reliefs rapportés : un large cartouche à cuirs flanqué de deux palmes au centre du panneau, de grandes feuilles d'acanthe aux angles antérieurs.

Catégories menuiserie, sculpture
Structures plan, rectangulaire élévation, droit colonne, 16
Matériaux chêne, structure, mouluré, décor en bas relief, décor rapporté, décor dans la masse, peint, faux marbre, doré à la feuille d'or à l'eau, sur apprêt, avec assiette
tilleul, décor, (?), doré à la feuille d'or à l'eau
Mesures h : 250.0
la : 234.0
Précision dimensions

Gradin inférieur : h = 10,5 ; gradin supérieur : 9,5 ; tabernacle : h = 87, la = 66, pr = 45 (armoire eucharistique) ; exposition : h = 130 environ ; piédestaux latéraux : h = 170.

Iconographies Pélican mystique, Agneau mystique, Coeur Sacré de Jésus, Coeur Sacré de Marie, Triangle trinitaire
ornementation, trophée liturgique, aileron, feuille d'acanthe, palme, cartouche, angelot, croix, gloire
Précision représentations

Décor rapporté : fleur à quatre pétales dans des entrelacs sur la saillie médiane des gradins ; Pélican mystique sur la porte du tabernacle, angelots jumelés dans des rinceaux d'acanthe au-dessus de la porte ; trophées liturgiques retenus par des nœuds de ruban sur les tables des ailes (à gauche : crosse, croix pastorale, plat et rameaux d'olivier ; à droite : mitre, flambeaux, croix épiscopale et rameaux d'olivier) ; cœurs sacrés de Jésus et Marie gravés dans des cartouches ovales à cuirs portés par des volutes et flanqués de palmes en amortissement des ailes ; ailerons ornés de feuilles d'acanthe aux extrémités des ailes ; Agneau mystique sur la face du thabor de l'exposition ; triangle trinitaire dans une gloire de rayons et de nuées sur la voûte du dais d'exposition ; croix sommitale issant d'un bouillon de feuilles d'acanthe au sommet du dais. Décor d'apprêt gravé : branches fleuries et feuillues sur le panneau de fond en plein cintre de l'exposition.

États conservations manque
partie remplacée
Précision état de conservation

Le tombeau d'autel, galbé et peint en faux marbre (haut de 97 cm), a été supprimé en 1969. Les statues d'anges adorateurs d'origine, déposées en juin 1990 puis détruites, ont été remplacées par des anges porte-flambeaux plus tardifs (récemment repeints).

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • Église, presbytère, cimetière, 1813-1937.

    Archives départementales des Landes : 2 O 1500
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe