Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Basilique Notre-Dame de Buglose

Ensemble de 12 confessionnaux

Dossier IM40004651 réalisé en 2012

Fiche

Dénominations confessionnal
Aire d'étude et canton Dax nord
Adresse Commune : Saint-Vincent-de-Paul
Lieu-dit : Buglose
Emplacement dans l'édifice collatéraux

Ces confessionnaux, dont le nombre est justifié par l'importance du sacrement de pénitence inhérent à toute église de pèlerinage, sont partiellement documentés par les registres de dépenses et recettes de la fabrique (1852-1873). Entre septembre 1865 et février 1866, "Mme Dupoy de Dax" - certainement Thérèse Catherine "Thérina" Poymiro (Tercis-les-Bains 1808 - Dax 1882), épouse en 1828 de Victor Théodore du Poy (1794-1880), qui fut maire de Dax d'octobre 1843 à mai 1848 - offrit en trois versements une somme totale de 6.000 francs destinées à l'achat de ces meubles. En janvier 1866, le fabricant-marchand bordelais Bernard Larroque reçut 2.000 francs pour la livraison de quatre confessionnaux ; les huit autres furent payés en août (2.000 francs) et en septembre (1.850 francs) de la même année. La somme plus réduite du dernier versement doit concerner le douzième confessionnal, d'un modèle simplifié par rapport aux onze autres.

Mme de Poy offrit également la somme nécessaire à l'achat du chemin de croix de la nouvelle église.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1865, daté par source
Lieu d'exécution Commune : Bordeaux
Auteur(s) Auteur : Larroque Bernard,
Bernard Larroque ( - 1870)

Fabricant et marchand de mobilier et d'objets religieux à Bordeaux (9, rue Duffour-Dubergier avant 1860). La maison fut reprise après sa mort par le marchand Buisson (place Pey-Berland avant 1889).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant marchand, attribution par source
Personnalité : Poy Thérèse Catherine "Thérina" du,
Thérèse Catherine "Thérina" du Poy , né(e) Poymiro (1808 - 1882)

Née le 2 mars 1808 à Tercis-les-Bains, morte le 10 avril 1882 à Dax, fille de Jacques Robert Poymiro (1782-1828) et d'Eugénie Jeanne Caunègre (1786-1812) ; épouse à Tercis, le 19 août 1828, Victor Théodore du Poy (1794-1880), maire de Dax de 1843 à 1848, dont elle eut deux enfants : Catherine Eugénie Élisabeth (1829-?), Mme Camille Mathieu Massie (en 1850), et Henri Joseph du Poy (1830-1893).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
donateur, attribution par source

Ces confessionnaux sont d'un même modèle (remaniés pour deux d'entre eux) à une exception près. Les onze premiers, de plan trapézoïdal - mais posés sur un degré rectangulaire - comportent une loge centrale saillante, à battant en plein cintre avec claire-voie, flanquée de deux loges de pénitents couvertes d'un arc cintré et pourvues d'un agenouilloir, d'un accotoir et d'un guichet à jalousie ; les trois loges sont couronnées de toits à deux versants. Le douzième confessionnal est une variation sur ce modèle : les loges latérales, ouvertes, sont réduites à un panneau de fond sommé d'un gâble sur pilastres, sur lequel sont fixés une tablette-accotoir et un agenouilloir en quart-de-rond ; la loge centrale, semi-ouverte, comporte un battant en plein cintre fixé entre deux jouées latérales coupées à hauteur d'homme ; le panneau de fond est surmonté d'un dais saillant, échancré d'un arc en plein cintre et couronné d'un gâble.

Catégories menuiserie, ferronnerie
Structures plan, trapézoïdal élévation, droit battant, en plein cintre
Matériaux chêne, mouluré, décor en relief, décor dans la masse, décor rapporté, ajouré, découpé
Mesures h : 230.0
Iconographies croix
ornementation, pilastre, rinceau, croisillon, ornement à forme architecturale, ornement à forme végétale
Précision représentations

Les onze premiers confessionnaux portent un décor sculpté éclectique : pilastres cannelés à rosettes de part et d'autre de la loge centrale, réseau ajouré à volutes, rinceaux et palmettes dans la claire-voie du battant, croisillons fleuronnés sur le tympan de la même loge, médaillon à rosace sur celui des loges latérales, croix tréflée et nimbée sur la paroi de fond des mêmes loges, au-dessus de l'accotoir du pénitent. Le douzième confessionnal à loges ouvertes présente des motifs similaires, enrichis de croix nimbées au sommet des trois gâbles, de crochets feuillagés sur leurs rampants, ainsi que de rinceaux ajourés portant une croix au sommet du battant central et de fleurons en ronde bosse en amortissement des montants de la loge centrale.

États conservations remaniement
Précision état de conservation

Deux des confessionnaux du collatéral nord ont été remaniés : la loge latérale gauche de l'un et la loge latérale droite de l'autre ont été scindées, puis assemblées entre les deux confessionnaux afin de créer une "enfilade" de quatre loges de pénitents ; le raccord entre elles est effectué par l'ajout d'un montant moderne en pin. La loge latérale droite du douzième confessionnal (à loges ouvertes) a été découpée sur son côté externe, apparemment pour épouser la forme d'un pilastre à base moulurée.

Statut de la propriété propriété du département

Annexes

  • Extraits des registres de recettes (1852-1877) et de dépenses (1852-1873) de la fabrique de l'église Notre-Dame de Buglose (Archives diocésaines, Dax) concernant les confessionnaux

    1. Registre de recettes :

    1865. Mois de septembre. 23. Don de Mme Dupoy de Dax (acompte sur les confessionnaux) – 300. / Mois d’octobre. 3. Reçu de Mme Dupoy de Dax pour les confessionnaux – 700. / 1866. Février. 6. Cinq mille francs pour confessionnaux – 5000.

    2. Registre de dépenses :

    [P. 73] 1866. Janvier. 11. à M. Larroque de Bordeaux 4 confessionnaux à 500 l'un - 2000. / [P. 76] Août. 29. Payé à Mr Larroque à valoir sur le prix total des confessionnaux - 2000. / [P. 77] Septembre. 19. Donné à Mr le Supérieur pour payer M. Larroque, solde - 1850.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Fabrique de l'église de Buglose, registre des dépenses (1852-1873).

    p. 73 Archives diocésaines, Dax
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe