Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Martin

Ensemble d'un lambris de demi-revêtement, de 4 confessionnaux, de bancs-coffres et de 7 stalles

Dossier IM40005510 réalisé en 2014

Fiche

Dénominations lambris de demi-revêtement, confessionnal, banc, coffre, stalle
Aire d'étude et canton Mugron
Adresse Commune : Caupenne
Emplacement dans l'édifice choeur ; collatéraux

Cet ensemble lambrissé homogène inclut les stalles et bancs-coffres du chœur ainsi que les confessionnaux des collatéraux, et semble également contemporain de la chaire à prêcher (réf. IM40005508). Selon une tradition locale, il aurait été réalisé à l'initiative du curé Augustin Farthouat, dit "le Père de Caupenne", au cours de son long et fructueux ministère dans la paroisse, de l'an VIII (1799-1800) à 1851. Dans sa monographie paroissiale de 1881, l'abbé Darrieutort, qui estime par ailleurs que "ces boiseries seraient bien mieux placées dans une salle à manger que dans une église", date en revanche ce mobilier de l'année 1780, sans citer toutefois ses sources. Le style de l'ensemble et ses détails ornementaux semblent corroborer cette dernière datation, mais la pérennité du décor rocaille en milieu rural jusqu'à une date avancée du XIXe siècle incite à la prudence. L'ensemble pourrait donc, en effet, remonter au tout début du ministère de l'abbé Farthouat, à l'époque du Concordat de 1802 et de la remise en état des églises mises à mal pendant la Révolution.

L'ensemble a été inventorié en 1906 sous les numéros 4 ("confessionnaux, quatre, renfermant chacun 3 compartiments, tous faisant corps avec la boiserie qui adhère à la muraille de l'église") et 28 ("boiseries adhérentes au mur entourant le sanctuaire, avec huit sièges de chantres").

Période(s) Principale : 4e quart 18e siècle , (?)
Principale : 1er quart 19e siècle , (?)
Dates 1780, daté par source

Le lambris, parfaitement homogène, couvre les murs nord et sud du chœur, les murs gouttereaux des deux collatéraux et leurs retours occidentaux. Le panneautage comprend deux registres : un panneau rectangulaire horizontal à hauteur d'appui, surmonté d'un grand panneau vertical à moulures chantournées, le tout couronné d'une corniche d'assemblage à ressauts. Sauf exception (extrémité orientale du chœur), les travées sont jumelées et encadrées d'étroits panneaux en saillie ("pilastres" ou "parcloses") comportant à leur sommet un motif sculpté et doré.

Dans le chœur, le lambris inclut, du côté nord, la porte à deux battants de la sacristie et, à son extrémité orientale, deux ensembles de stalles se faisant face au nord et au sud : trois au nord (quatre à l'origine) et quatre au sud. Chaque stalle est dotée d'un siège mobile sur charnières (sans miséricorde) et de jouées pleines à découpe chantournée formant accotoirs ; le dosseret est constitué par le lambris lui-même. Les stalles nord sont de largeur égale ; les trois stalles sud (la quatrième, à l’extrémité orientale, est réduite au seul siège) se partagent en une stalle centrale réservée au célébrant principal flanquée de deux stalles plus étroites dévolues aux prêtres assistants ; la partie du lambris formant dosseret au-dessus de ces trois stalles est couronnée d'un fronton cintré en arc segmentaire souligné d'un décor sculpté et doré.

Dans les collatéraux, d'étroits bancs-coffres avec sièges abattants montés sur charnières règnent sur la longueur du lambris revêtant les murs gouttereaux. Au centre de chacun de ces murs est inséré un confessionnal de même hauteur et au panneautage identique à celui du lambris ; de plan trapézoïdal, il comporte trois loges, la loge centrale fermée par un battant en arc segmentaire, avec claire-voix garnie de trois barreaux plats découpés en balustre double, les loges latérales ouvertes et pourvues d'agenouilloirs, accotoirs et guichets à jalousie. Deux autres confessionnaux occupent l'angle occidental de chacun des collatéraux ; celui du sud, disposé en pans coupés, est en réalité simulé, le battant de la loge centrale ouvrant sur un pilier angulaire.

Catégories menuiserie, sculpture
Structures stalle, 7 battant, 6
Matériaux chêne, mouluré, petit cadre élégi, décor en relief, décor rapporté, décor dans la masse, peint, faux bois, ciré, peint, peint faux or
Mesures h : 228.0
Précision dimensions

Confessionnaux centraux : h = 212 ; la = 186. Bancs-coffres : h = 53. Chaque ensemble de stalles : h = 85 (sans les dosserets) ; la = 240.

Iconographies ornementation, corps de moulure, coquille, chute végétale, volute, cartouche, palme, noeud, ruban plissé
Précision représentations

Le lambris est panneauté sur deux registres, les panneaux inférieurs rectangulaires simples, les panneaux supérieurs à sommet chantourné en accolade à motif de palmes. Les étroits "pilastres" encadrant les travées sont ornés à leur sommet d'un motif doré constitué d'une coquille sommitale, de deux palmes entrelacées en 8 se détachant sur un fond gravé d'un quadrillage et auxquelles est suspendue une chute végétale. Le fronton cintré surmontant les stalles sud porte un décor rapporté (cloué) : un cartouche central à motif rayonnant, entouré de deux palmes en sautoir nouées par un nœud de ruban plissé et flanquées de fleurs à six pétales.

États conservations manque
Précision état de conservation

Il manque le siège qui formait une quatrième stalle à l'extrémité orientale des stalles nord du chœur (trace de frottement contre le soubassement du retable contigu). Deux des panneaux inférieurs du lambris entre les stalles sud sont brisés.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1975/07/21
Précisions sur la protection

Arrêté de protection : boiseries, confessionnaux, portes, escalier (XVIIIe siècle).

Références documentaires

Documents d'archives
  • Monographie paroissiale de Caupenne, par le curé Darrieutort, mai 1881.

    Archives départementales des Landes : 16 J 16 b
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 5 mars 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 93/9
Bibliographie
  • CABANOT Jean, MARQUETTE Jean-Bernard, SUAU Bernadette. Guide pour la visite de quelques églises anciennes de Chalosse. Amis des Églises anciennes des Landes. Dax : Barrouillet, 1987.

    p. 20-21

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe