Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste

Ensemble autel, tabernacle (maître-autel)

Dossier IM40005258 réalisé en 2013

Fiche

Dénominations autel, tabernacle
Aire d'étude et canton Montfort-en-Chalosse
Adresse Commune : Préchacq-les-Bains
Lieu-dit : L'Église
Emplacement dans l'édifice chœur ; tribune occidentale

Ce meuble, du moins le tabernacle, est, avec les fonts baptismaux médiévaux, le seul vestige du mobilier d'Ancien Régime de l'église. Le tabernacle (à l'exception d'une partie de son exposition, refaite à la fin du XIXe siècle), d'un style pleinement rocaille, date probablement des années 1750-1760. Le programme iconographique de ses ailes, qui inclue les effigies des saints Jean-Baptiste et Martin, patrons principal et secondaire de la paroisse, atteste la destination du meuble, exécuté pour l'édifice qui l'abrite toujours.

Le tombeau d'autel, au galbe accusé, n'est sans doute pas antérieur à l'extrême fin du XVIIIe siècle ou plus probablement aux années 1810-1820. Ses ornements rapportés, de goût néoclassique, se retrouvent à l'identique sur l'ancien maître-autel de Louer (réf. IM40004968) et sur l'abat-voix de la chaire de Poyartin, refait en 1829 (réf. IM40005219). Même s'il s'agit d'ajouts tardifs, l'autel ne peut guère leur être antérieur que de deux ou trois décennies.

Selon une tradition locale non vérifiée, l'autel serait depuis 1727 "la sépulture" (sic) de Marie de Montlaur, issue de la famille seigneuriale du lieu, les Montlaur de Préchacq (alliés au XVIIIe siècle aux Banos et aux Lagarrigue). Si cette personne fut bien inhumée au pied du maître-autel de l'église, il ne peut s'agir toutefois du meuble actuel.

Période(s) Principale : milieu 18e siècle
Principale : limite 18e siècle 19e siècle

Autel tombeau galbé, sur plinthe droite, avec table à angles adoucis en quart-de-rond, adossé à un massif postérieur de même largeur ; décor en relief rapporté (bois) au centre de la face et sur la traverse supérieure ; peinture faux marbre blanc (structure), brèche rouge et verte (panneau frontal) et faux marbre noir veiné (parcloses aux angles antérieurs, panneaux rapportés sur la traverse supérieure, massif postérieur).

Tabernacle de style rocaille : armoire eucharistique de plan ondulant et d'élévation galbée à courbe et contre-courbe (doucine renversée et talon droit), avec porte convexe cintrée à oreilles ; ailes et panneau de l'exposition embrevés, avec corniche cintrée à oreilles et couronnements rapportés fixés par des lattes de bois clouées au revers ; panneaux figurés des ailes en trois éléments ; panneau de l'exposition en deux éléments superposés (l'élément inférieur est une réfection). Décor sculpté dans la masse, à l'exception des têtes d'ange aux angles antérieurs de l'armoire, chevillées. Peinture faux marbre veiné, vert et rouge pour l'armoire et les ailes, rouge pour la porte, noir veiné pour le thabor et le panneau dorsal de l'exposition ; reliefs figurés (têtes d'ange, saints des panneaux des ailes) peints polychromes ; reliefs décoratifs dorés à la feuille d'or sur apprêt ; apprêt gravé sur les fonds des panneaux figurés des ailes et au-dessous.

Catégories menuiserie, sculpture
Structures plan, rectangulaire élévation, galbé ailes, 2
Matériaux chêne, structure, mouluré, décor en bas relief, décor dans la masse, peint, faux marbre, polychrome, doré à la feuille d'or à l'eau, apprêt gravé
Mesures h : 104.5
la : 218.0
pr : 94.0
h : 130.0
la : 180.0
Précision dimensions

Armoire eucharistique : h = 62 ; la = 60 ; ailes du tabernacle : h = 62 (sans les amortissements) ; la = 69 ; amortissements des ailes : h = 27 ; exposition : h = 85 ; la = 83.

Iconographies Saint-Esprit, colombe, gloire
ornementation, palmette
Agneau mystique, Triangle trinitaire, saint Jean-Baptiste, saint Martin de Tours
ornementation, angelot, motif rocaille, palme, aileron, volute
Précision représentations

Décor en relief de l'autel : colombe du Saint-Esprit dans une gloire ; trois panneaux rapportés sur la traverse supérieure, chacun orné d'une rosace centrale flanquée de palmettes romaines et de branches de chêne avec glands.

Décor en relief du tabernacle : sur la porte, l'Agneau mystique couché sur le livre aux sept sceaux au-dessus d'un socle aux côtés échancrés et surmonté d'un triangle trinitaire rayonnant ; autour de la porte, des rocailles festonnées entremêlées de palmes ; aux angles de l'armoire, des volutes sommées de têtes d'ange en haut relief ; à l'aplomb de la porte et des angles, des cartouches à palmes et volutes ; sur chacune des ailes au sommet cintré à oreilles, un panneau de même forme abritant l'effigie en pied d'un saint sur fond de nuées et de croisillons losangés en reparure : à gauche, saint Jean-Baptiste enfant au désert, à droite, un saint évêque mitré et crossé (certainement saint Martin de Tours) ; ailerons à volute ornée d'une palme rapportés aux extrémités externes des ailes ; grands amortissements chantournés à rocailles, palmes, fleurs et feuilles, disposés en miroir à l'aplomb des ailes ; panneau sommital de l'exposition (réfection de la fin du 19e siècle) orné d'une grande palmette centrale entourée de palmes, d'enroulements végétaux et de chutes de fleurs.

États conservations oeuvre composite
partie remplacée
oeuvre démantelée
oeuvre déposée
oeuvre restaurée
Précision état de conservation

Le tabernacle est déposé à la tribune depuis plusieurs années dans un état précaire ; la moitié inférieure du panneau de son exposition, d'une essence de bois différente du reste du meuble et au décor de facture mécanique, est une réfection de la fin du 19e siècle ; la polychromie faux marbre de l'ensemble a été refaite (elle recouvre, sous les panneaux des ailes, des volutes d'acanthe gravées en reparure et qui devaient être dorées à l'origine) ; il manque le motif sommital du panneau de l’exposition (tenon) et une chute de fleurs à gauche ; le sommet de l'amortissement de l'aile droite est brisé et déposé.

L'autel a été récemment restauré, avec réfection complète de la peinture faux marbre et de la dorure (à la bronzine).

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections inscrit au titre objet, 2008/04/01
Précisions sur la protection

Seul le tabernacle est inscrit.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 278/5
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe