Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste (Saint-Barthélemy)

Ensemble autel, gradin d'autel et tabernacle (maître-autel)

Dossier IM40005213 réalisé en 2013

Fiche

Dénominations autel, gradin d'autel, tabernacle
Aire d'étude et canton Montfort-en-Chalosse
Adresse Commune : Poyartin
Emplacement dans l'édifice choeur

La commande de cet autel monumental fut passée en 1898 au fabricant lillois Édouard Buisine (1856-1935), directeur de la maison Buisine-Rigot depuis 1893, par l'évêque d'Aire et de Dax Victor Delannoy (1824-1905), lui-même originaire de Templeuve, à vingt kilomètres de Lille. Le prélat, qui avait déjà fait appel à la même maison pour les stalles de l'église Notre-Dame de Buglose (réf. IM40004657), destinait le meuble à sa cathédrale d'Aire. Toutefois, devant le refus du don par le chapitre canonial, l'autel fut installé dans la chapelle du Grand Séminaire diocésain à Aire (où il fut inventorié en 1906 comme propriété personnelle de l'évêque, mort l'année précédente). Le meuble suivit ensuite le déménagement du séminaire au château de Poyanne (canton de Montfort-en-Chalosse) où, faute de place, il fut transféré vers 1930 dans l'église paroissiale du bourg (réf. IA40001573). Il y demeura jusqu'au lendemain de la Seconde Guerre, époque où il rejoignit la chapelle du Grand Séminaire à Dax, nouveau siège du diocèse depuis 1933 (le séminaire avait été inauguré en 1936). En 1960 ou 1961 (date inscrite au revers de l'autel), il fut déplacé une dernière fois à l'église de Poyartin à la demande de son desservant, l'abbé Roger Salvat (1908-1999), curé de Poyartin et d'Ozourt à partir de 1945 - le meuble y remplaça "le retable en bois doré et peint de l'ancien maître-autel", qui fut finalement vendu en 1972 à l’initiative de l'abbé Salvat. Les travaux d'installation de l'autel Buisine-Rigot furent menés par les maçons Dumecq père et fils et les menuisiers Hayet père et fils ; le degré d'autel en mosaïque est dû au Dacquois Arribehaute.

Le meuble, d'une richesse exceptionnelle, présente une composition assez proche de celle des maîtres-autels de Sainte-Anne d'Amiens et de Saint-Louis de Tourcoing, exactement contemporains (1896-1899). Il est aussi remarquable par son programme iconographique, dicté par Mgr Delannoy et consacré aux dévotions majeures du diocèse landais : l'effigie de Notre-Dame de Buglose, déclarée patronne du diocèse en 1878 par le même évêque, domine l'ensemble ; les grandes statues latérales représentent saint Jean-Baptiste, patron de la cathédrale d'Aire, et la sainte martyre Quitterie, à laquelle est dédiée la seconde église d'Aire ; les reliefs des ailes du tabernacle content la légende de quatre évangélisateurs de la Novempopulanie, les saints Sever (mort en 407), Marcel (évêque d'Aire de 506 à 533), Vincent de Xaintes (évêque légendaire de Dax au IIIe siècle) et Girons (apôtre de la Chalosse martyrisé vers 409).

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1898, daté par source
Lieu d'exécution Commune : Lille
Auteur(s) Auteur : Buisine-Rigot et fils,
Buisine-Rigot et fils

Maison Buisine (puis Buisine-Rigot), rue des Canonniers à Lille, fondée au début du 19e siècle, fermée après la Seconde Guerre mondiale. Dirigée successivement par Désiré Buisine (1793-1881), par son fils Charles (1820-1893) puis par le fils né du mariage de Charles avec Palmyre Rigot, Édouard Buisine (1856-1935).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant de mobilier religieux, attribution par source
Auteur : Buisine Édouard,
Édouard Buisine (1856 - 1935)

Maison Buisine, rue des Canonniers à Lille, fondée au début du 19e siècle, fermée après la Seconde Guerre mondiale. Dirigée successivement par Désiré Buisine (1793-1881), par son fils Charles (1820-1893) puis par le fils né du mariage de Charles avec Palmyre Rigot, Édouard Buisine (1856-1935).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant de mobilier religieux, attribution par source
Auteur : Arribehaute,
Arribehaute

Mosaïste à Dax dans la seconde moitié du XXe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
mosaïste, attribution par source
Personnalité : Delannoy Victor Jean-Baptiste Paulin, dit(e) évêque d'Aire et de Dax,
Victor Jean-Baptiste Paulin Delannoy , dit(e) évêque d'Aire et de Dax (1824 - 1905)

Né à Templeuve (Nord) en 1824, mort à Aire en 1905. Évêque de Saint-Denis de La Réunion (1872-1876), puis d'Aire et de Dax (1876-1905).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
donateur, attribution par source

Ensemble de style néoroman ou romano-byzantin, construit en pierre de Pons (autel) et en chêne de Norvège peint et doré (gradin, tabernacle et ses ailes, exposition, statues et reliefs). Degré d'autel (1961) à deux marches en maçonnerie revêtue de carreaux de mosaïque. Autel-tombeau droit à la face divisée par six colonnettes encadrant des fausses niches en plein cintre garnies de reliefs en laiton (panneaux de fond) et bronze (personnages) dorés. Gradin droit de même largeur que l'autel, supportant le tabernacle. Armoire eucharistique architecturée, avec porte en laiton doré flanquée de tourelles crénelées et de contreforts talutés. A l'aplomb de l'armoire, une exposition en forme de ciborium, portée par quatre colonnettes et abritant un thabor à pans coupés ; la paroi de fond est un battant mobile sur charnières, dont l'ouverture permet de remplacer la croix d'autel habituellement placée sur l'exposition par un ostensoir pour la Fête-Dieu. De part et d'autre de l'armoire et de l'exposition, de hautes ailes crénelées formant retable, avec de chaque côté deux niches en plein cintre renfermant des hauts reliefs historiés sur fond de paysage en bas relief peint à l'huile. A l'extrémité externe de chaque aile, un édicule au couronnement architecturé, abritant une statue dans une niche voûtée en plein cintre. Le décor peint et sculpté est enrichi de nombreux cabochons en verre coloré.

Catégories taille de pierre, menuiserie, sculpture, peinture
Structures plan, rectangulaire élévation, droit colonne, 14
Matériaux calcaire, mouluré, décor en relief, décor dans la masse
chêne, mouluré, décor en bas relief, décor dans la masse, décor en haut relief, décor en ronde bosse, décor rapporté, ajouré, peint, polychrome, doré à la feuille d'or à l'huile
laiton, découpé, gravé, doré à la galvanoplastie
bronze, doré à la galvanoplastie
Mesures h : 550.0
la : 400.0
Précision dimensions

Autel : h = 99 ; la = 321 ; pr = 99 ; armoire eucharistique du tabernacle : h = 100 ; la = 104 ; ailes du tabernacle : h = 168 ; exposition : h = 350 environ ; statue de saint Jean-Baptiste : h = 115 (avec le socle) ; statue de sainte Quitterie : h = 121 (avec le socle).

Iconographies figures bibliques, Christ enseignant, Les Evangélistes
scène historique, saint Sever de Gascogne, vocation, mission, épée
scène historique, saint Marcel, évêque, mission, prêtre, concile
scène historique, saint vincent de Xaintes, évêque, fondation, cathédrale
scène historique, saint Girons, martyre, mort par le fer, bourreau
figure biblique, saint Jean-Baptiste, Agneau mystique, disque
figure, sainte Quitterie, couronne, épée
symbole, Le Tétramorphe
IHS, Chrisme, Alpha et Oméga
en médaillon, Vierge à l'Enfant, couronne, trône
ornementation, ornement à forme architecturale, tour, pinacle, ornement à forme végétale, palmette, rinceau peuplé, oiseau, pomme de pin
Précision représentations

Le programme iconographique met en parallèle la mission du Christ enseignant et des Évangélistes (figurés en personne sur l'autel et sous la forme du Tétramorphe sur les ailes du tabernacle) avec celle des quatre évangélisateurs de la Novempopulanie antique (future Vasconie), les saints Vincent de Xaintes, Sever, Marcel et Girons. Le thème régional est complété par la figuration des deux patrons de la cité épiscopale d'Aire, saint Jean-Baptiste et sainte Quitterie, et par celle de Notre-Dame de Buglose, patronne du diocèse depuis 1878 par décision de Mgr Delannoy (commanditaire de l'autel).

A l'intérieur des fausses niches de l'autel sont fixées, sur des plaques de laiton gravées d'un motif de quadrillage, les effigies en demi relief, en bronze doré, du Christ enseignant et bénissant et des Évangélistes.

L'unique gradin est décoré d'une tresse à rosaces en bas relief.

Le décor architecturé de l'armoire eucharistique, dont la porte en laiton est ornée de fausses ferrures à rinceaux, comporte des tourelles à lancettes et merlons de part et d'autre de la porte, des contreforts talutés aux angles du coffre et un fronton sommital couronné de feuillages découpés, portant dans un médaillon le monogramme IHS entouré de palmes et de pommes de pin ; des cabochons de verroterie rouge, bleue et verte enrichissent le pourtour de la porte et le fronton.

Le dais d'exposition est porté par quatre colonnettes au fût sculpté de croisillons fleuronnés (d'un modèle différent pour chacune des colonnettes). Le panneau de fond mobile porte un décor entièrement ajouré de rinceaux romans peuplés d'oiseaux becquetant des grappes de raisins et surmontés du monogramme IHS ; son cadre est serti de cabochons de verre coloré et entouré d'une frise de palmettes peinte. La voûte cintrée du dais est peinte d'un médaillon quadrilobé rayonnant, timbré d'un chrisme entre l'alpha et l'oméga. Sur le tympan, dans un tondo flanqué de rinceaux ajourés, est peinte sur fond d'or l'effigie en buste de la Vierge à l'Enfant, dite Notre-Dame de Buglose. Le couronnement du dais est constitué d'un gâble à crochets feuillagés, de tourelles crénelées angulaires et d'une tour centrale coiffée d'un dôme à écailles portant une croix sommitale nimbée et fleuronnée.

Des arcs-boutants à pinacles relient le dais d'exposition aux ailes du tabernacle, qui forment par leur monumentalité un véritable retable architecturé. Leur registre inférieur ou prédelle porte, entre des rinceaux sculptés ajourés, les symboles du Tétramorphe peints sur fond d'or dans des médaillons circulaires (de gauche à droite : l'aigle de Jean, l'homme de Matthieu, le lion de Marc et le taureau de Luc). Au registre supérieur, de grandes niches en plein cintre abritent quatre hauts-reliefs historiés : saint Sever de Novempopulanie, selon la tradition prince vandale et neveu du roi Hunéric, recevant du Ciel la mission d'aller évangéliser les pays du sud de l'Adour (il sera martyrisé vers 407) ; saint Marcel, premier évêque d'Aire (506-533), envoyant le prêtre Pierre pour le représenter au concile d'Agde en 506 ; saint Vincent de Xaintes, premier évêque légendaire de Dax vers 350, fondant avec son frère le diacre Lætus l'église cathédrale de Dax ; martyre de saint Girons, compagnon de saint Sever dans son évangélisation de la future Chalosse, décapité par les Vandales vers 409.

Les édicules-niches aux extrémités des ailes sont ornés de panneaux à rinceaux ajourés au niveau du soubassement, de frises de palmettes et de festons sur le pourtour de l'arc des niches, de croix pattées dans les cercles ajourés des gâbles, de tourelles angulaires et d'une grosse tour sommitale à dôme identique à celle du dais d'exposition. Les niches abritent deux statues : à gauche, saint Jean-Baptiste tenant l'image de l'Agneau de Dieu inscrite dans un disque ; à droite, sainte Quitterie dans ses habits princiers, couronnée et tenant l'épée de son martyre.

Inscriptions & marques inscription concernant l'iconographie, latin, peint
inscription concernant une restauration, manuscrit
Précision inscriptions

Inscription concernant l'iconographie (sous les reliefs des ailes du tabernacle, de gauche à droite) : Svs SEVERVS / VASCONVM PATRONVS ; Svs MARCELLVS / ATVRENSIS EPISCOPVS ; Svs VINCENTIVS / AQVENSIS EPISCOPVS ; Svs GERONTIVS / VASCONVM APOSTOLVS. Inscription concernant l'iconographie (sur les phylactères des symboles tétramorphiques) : Svs IOHANNES ; Svs MATHŒVS ; Svs MARCVS ; Svs LVCCAS (sic). Inscription concernant l'iconographie (sur le piédestal des statues des édicules latéraux) : S. IOHANS BA (et monogramme S.J sur la voûte de la niche) ; S. QVITTERIA (et monogramme S.Q sur la voûte de la niche).

Inscription concernant une restauration (tracée au crayon au revers du meuble, côté gauche) : Autel construit en 1888 (sic) à Lille. A Poyartin en 1961.

États conservations partie remplacée
Précision état de conservation

Le degré d'autel en maçonnerie et mosaïque est moderne (1961).

Ce meuble est exceptionnel par sa richesse décorative et par son programme iconographique, entièrement dédié aux grandes figures de l'hagiographie landaise.

Statut de la propriété propriété d'une association diocésaine
Intérêt de l'œuvre À signaler

Annexes

  • Le mobilier du Grand Séminaire d'Aire et de Dax

    Maître-autel (1898) : depuis 1961 à l'église Saint-Jean-Baptiste de Poyartin (canton de Montfort-en-Chalosse).

    Verrières (1895-1896) : depuis 1960 au Centre pastoral Jean-Paul II, 102, avenue Francis Planté à Dax.

    Chemin de croix (1902) : depuis 1960 à l'église Saint-Barthélemy de Créon-d'Armagnac (réf. IM40003147).

Références documentaires

Bibliographie
  • BORDES Joseph, NOLIBOIS U. La Chapelle du grand Séminaire d'Aire-sur-l'Adour : notice historique et descriptive. Aire-sur-l'Adour : imprimerie Saint Vincent-de-Paul, 1902.

  • Il était une fois Poyartin. Brochure, s.d., 250 p.

Périodiques
  • Bulletin de l'Association des Amis des Églises Anciennes des Landes.

    n° 3, janvier 2000 ; n° 4, août 2000 ; n° 7, janvier 2002
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe