Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église abbatiale Saint-Sever

Ensemble autel, deux gradins, tabernacle (ancien autel du couvent des Jacobins)

Dossier IM40006131 réalisé en 2015

Fiche

Dénominations autel, gradin d'autel, tabernacle
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Adresse Commune : Saint-Sever
Adresse : place du Tour du Sol
Emplacement dans l'édifice bas-côté nord. Contre le mur nord de la deuxième travée
pièce à l'étage de la sacristie

Ce meuble, ancien maître-autel de la chapelle du couvent des Jacobins (devenu collège après la Révolution), aurait été transporté dans l’abbatiale en 1902. Le programme iconographique, largement dédié à l'Enfance du Christ (Sainte Famille sur l'autel, cycle des Mystères joyeux sur le tabernacle), a peut-être été conçu à la suite d'un vœu de dévotion de la part de la Ville, le corps municipal ayant voué Saint-Sever à l'Enfant Jésus le 24 juin 1665. Cette datation semble confirmée par la composition d'ensemble du meuble, caractéristique des dernières décennies du XVIIe siècle, et par certains détails décoratifs, tels les rinceaux d'acanthe, sans doute inspirés de recueils d'ornements contemporains comme les Frises et ornements à la moderne de Jean Lepautre (1618-1682). L'ensemble fut classé au titre des Monuments historiques en 1911.

Période(s) Principale : 4e quart 17e siècle , (?)
Lieu de provenance Commune : Saint-Sever
Édifice ou site : ancien couvent des Jacobins

Structure : autel de plan rectangulaire et d'élévation droite, avec devant d'autel rapporté en bois sculpté, composé de deux planches horizontales et d'un cadre mouluré rapporté. L'autel est adossé à un massif postérieur plus bas supportant deux gradins superposés, interrompus en leur milieu par un panneau rectangulaire. Le gradin supérieur porte le tabernacle, composé d'une armoire eucharistique de plan trapézoïdal, flanquée de deux ailes rectangulaires, le tout scandé par des colonnettes torses et droites. L'armoire ouvre par une porte en plein cintre ; les pans obliques sont occupés par des panneaux rectangulaires historiés. Les ailes comportent un panneau central cintré à oreilles entouré de deux niches. Le tabernacle est couronné d'un dais d'exposition architecturé à panneau central flanqué de deux niches. Les statuettes autrefois placées dans les niches reposaient sur des bases cylindriques au revers plat (dont l'une est conservée à l'étage de la sacristie).

Les reliefs historiés ou décoratifs sont sculptés dans la masse, à l'exception des anges figurant dans les trois frontons du tabernacle, des éléments d'amortissement des ailes et de plusieurs têtes d'angelot sur les différentes parties du tabernacle. Les statuettes des niches présentent un revers sculpté (anges du registre supérieur), ébauché (Vierge à l'Enfant, sainte Catherine de Sienne) ou plat (Christ ressuscité).

La plus grande partie du meuble est dorée à la feuille d'or, à l'exception du soubassement de l'autel et du massif postérieur (peint en faux bois), du cadre du devant d'autel et des côtés du tombeau (peints en faux marbre brun-rougeâtre veiné de blanc).

Catégories menuiserie, sculpture
Structures plan, rectangulaire plan, trapézoïdal élévation, droit colonne, 12
Matériaux chêne, (?), mouluré, tourné, décor en bas relief, décor dans la masse, décor rapporté, décor en ronde bosse, doré à la feuille d'or à l'eau, apprêt gravé, peint, faux bois, faux marbre
Mesures h : 406.0
la : 468.0
pr : 150.0
Précision dimensions

Dimensions totales. Autel : h = 126 ; la = 300 (?) ; pr = 64. Premier gradin : h = 15 ; la = 440 (?) ; pr = 40. Second gradin : h = 17 ; la = 420 (?) ; pr = 41. Tabernacle : h = 100. Ailes : h = 150 (jusqu'au sommet des corbeilles de fleurs) ; la = 178. Niches : h = 130. Panneaux des ailes : h = 66 ; la = 86. Dais : h = 145. Vierge à l'Enfant : h = 49 ; la = 25 ; pr = 12 (socle : h = 2). Christ glorieux : h = 53 ; la = 12 (socle : h = 15) ; pr = 12. Religieuse : h = 42 ; la = 12 ; pr = 10 ( socle : h = 15 ; d = 11). Ange A : h = 29 ; la = 13 ; pr = 8 (socle : h = 2 ; la = 7 ; pr = 6). Ange B : h = 31 ; la = 22 ; pr = 7 (socle : h = 2 ; la = 6.5 ; pr = 6). Tête d'angelot A : h = 11 ; la = 11. Tête d'angelot B : h = 16 ; la : 14 ; pr = 11. Base des statuettes : h = 34 ; d = 18,5 (partie supérieure) ; d = 20 (partie inférieure).

Iconographies Sainte Famille, Enfant Jésus, Salvator mundi
Calvaire, sainte Madeleine, Dieu le Père, Saint-Esprit, colombe
cycle narratif, enfance du Christ, Adoration des bergers, Adoration des Mages, Présentation au Temple, Jésus et les Docteurs
sainte Catherine de Sienne, Vierge à l'Enfant, Christ glorieux, ange
ornementation, rosace, feuille d'acanthe, guirlande, rinceau, cartouche, angelot, coquille, chute végétale, aileron, godron, balustrade, colonnette, panier fleuri, draperie, ruban plissé, nuée
Précision représentations

Le programme iconographique est axé autour de l'Enfance du Christ et des mystères du Rosaire, thèmes par excellence de la spiritualité dominicaine. Le devant d'autel représente la sainte Famille dans un encadrement de rinceaux et de cuirs découpés sur fond guilloché : l'Enfant est figuré en Salvator mundi, bénissant et tenant le globe du monde, la Vierge tient un bouquet de roses et saint Joseph son lys traditionnel. Le cycle de l'Enfance du Christ (Mystères joyeux) se poursuit sur les panneaux latéraux de l'armoire eucharistique et sur les ailes du tabernacle : Adoration des bergers sur le côté gauche de l'armoire, Adoration des Mages sur le côté droit, Présentation au Temple sur l'aile gauche et Jésus retrouvé par ses parents parmi les docteurs du temple sur l'aile droite. Les Mystères douloureux sont représentés par l'unique scène du Calvaire sur la porte de l'armoire, surplombée par la colombe du Saint-Esprit dans une nuée et par Dieu le Père en buste (disparu) dans le fronton sommital. Les Mystères glorieux sont illustrés par la statuette du Christ ressuscité au sommet du dais d'exposition.

Le programme était complété par une série de sept statuettes dans les niches du tabernacle et de l'exposition, ainsi que par deux statuettes d'ange en amortissement de part et d'autre du dais. Seules subsistent quatre statuettes : une Vierge à l'Enfant posée sur la plate-forme de l'exposition, deux anges qui tenaient peut-être les instruments de la Passion, et une religieuse vêtue d'une robe nouée à la taille par une cordelière (sainte Catherine de Sienne, religieuse dominicaine, plutôt que sainte Claire d'Assise). Une cinquième statuette représentant un apôtre (saint Paul ?), aujourd'hui disparue, occupait encore avant la seconde guerre la niche interne de l'aile droite. Elle faisait sans doute pendant à un saint Pierre dans la niche interne de l'aile gauche. La statuette en pendant de sainte Catherine de Sienne représentait très probablement saint Dominique, fondateur de l'ordre des frères prêcheurs. Les bases de ces statuettes (disparues sauf une) étaient décorées d'une tête d'ange avec des chutes de fruits dans le registre inférieur et d'une frise de feuilles d'acanthe dans le registre supérieur.

Des colonnettes torses d'ordre composite, au fût gravé de branches de vigne, encadrent la porte et les panneaux du tabernacle.

L'ornementation en relief très abondante recouvre la plupart des surfaces de part et d'autre des représentations historiées. Elle comporte : sur les faces latérales du tombeau d'autel, une table saillante rectangulaire à losange et triangles angulaires peints faux marbre rouge veiné ; deux grandes rosaces à feuilles d'acanthe aux extrémités du massif postérieur de part et d'autre du tombeau d'autel ; sur le gradin inférieur à deux registres, des cartouches allongés à cuirs au registre inférieur et des guirlandes de fleurs et de fruits attachées par des rubans flottants au registre supérieur ; sur le gradin supérieur, des rinceaux d'acanthe "à la Lepautre" terminés par des fleurettes ; sur le panneau central des gradins, un cartouche allongé à cuirs ; sur l'armoire eucharistique une tête d'angelot sous la porte, des cartouches à acanthe sous les reliefs latéraux ; sur le soubassement des ailes du tabernacle, des bouquets réunis par des linges, au dessus des panneaux historiés, un amortissement semi-circulaire avec un ange à mi-corps surmonté d'un panier de roses ; niches à socle circulaire orné de têtes d'angelots (disparues) et de feuilles d'acanthe et à couronnement occupé par une coquille contenant une feuille d'acanthe. Une balustrade amortit l'armoire eucharistique. L'exposition, flanquée d'ailerons en volute sur ses deux niveaux, est décorée sur le panneau central d'une tête d'ange à laquelle est suspendue une chute d'acanthe ; sur les pilastres latéraux, d'une tête d'ange surmontant des chutes de laurier ; sur les niches latérales, d'une coquille Saint-Jacques ; sur le dais, d'une grande coquille contenant une feuille d'acanthe ; et au sommet du dais, sur les trois faces, d'une tête d'angelot retenant des guirlandes de fleurs et de fruits (pommes, glands de chêne, tournesols) ; surmontant le tout, une couronne godronnée.

Le décor en relief se détache sur des surfaces lisses couvertes de motifs décoratifs gravés sur l'apprêt : chevrons, quadrillages ou motifs de vannerie sur les montants et traverses du bâti ; sols, détails d'architectures ou nuées dans les panneaux historiés.

États conservations manque
partie remplacée
partie en remploi
mauvais état
mauvaises conditions de conservation
Précision état de conservation

Le soubassement de l'autel et du massif postérieur a dû être refait quand le meuble a été transporté dans l’abbatiale ; les colonnettes à fût lisse sur les ailes du tabernacle sont probablement des remplois. Il manque les socles des niches internes des ailes du tabernacle et des morceaux d’architrave et de corniche au dessus du tabernacle, des ailes et surtout du dais d’exposition.

En 1969, les quatre niches du tabernacle et les deux niches du dais d'exposition étaient vides ; seule la statuette d'une sainte religieuse (sainte Catherine de Sienne ?) était conservée au presbytère. Avant 1939 (carte postale ancienne), la niche interne de l'aile droite était occupée par une statuette d'apôtre, probablement saint Paul, disparue dès avant 1969. Pour l'hypothèse d'identification des statuettes manquantes, voir ci-dessus, iconographie. Statuette de la Vierge à l'Enfant : il manque la main droite de la Vierge, celle de l’Enfant cassée. Statuette de sainte Catherine de Sienne (?) : il manque un attribut dans la main droite (crucifix ou lis ?), bras gauche cassé à l’épaule, main gauche cassée, large fissure au dos. Christ glorieux : il manque l’avant-bras droit et la croix, cinq doigts de la main droite et pouce du pied droit cassés, haut de la draperie cassé, socle cylindrique ajouté. Ange A : le bras droit, la main gauche et les ailes manquent, draperie cassée sous l’avant-bras gauche, nez cassé. Ange B : les 2 avant-bras, l’aile droite, le pan de la draperie à l’arrière sont cassés.

Manquent également le buste de Dieu le Père dans le fronton de l'armoire et les têtes d'anges sur les socles des niches externes des ailes du tabernacle. On conserve la tête de l'ange à mi-corps qui occupait le fronton d'amortissement de l'aile droite. Une autre tête d'ange en quasi ronde-bosse déposée au presbytère appartient peut-être également à l'ensemble.

La dorure des éléments sculptés (statuettes et reliefs) est usée et lacunaire. Celle de certaines statuettes a été partiellement refaite à la bronzine.

État en 2015 : non restauré. Écaillement surtout dans les parties basses. Cinq statuettes (le Christ, la Vierge à l'Enfant, sainte Catherine, deux anges), deux colonnettes (encore présentes en 1969 à l'extrémité des ailes du tabernacle) et une base de colonne sont conservées dans de très mauvaises conditions à l'étage de la sacristie.

Arrêté de classement : 17e siècle.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1911/09/30

Annexes

  • Notes de terrain (Catherine Duboÿ et Paul Roudié, 1969)

    Notes de Catherine Duboÿ et Paul Roudié, 1969

    Autel et tabernacle à ailes

    1 autel-tombeau

    2 gradins

    1 tabernacle à ailes avec dais d’exposition (peut-être dédié au Christ)

    Provient d’une autre église.

    Bois de chêne ?

    Menuiserie, sculpture.

    Décor taillé dans la masse ou rapporté.

    Polychromie et dorure sur apprêt crayeux (fond des niches non doré)

    Devant d’autel à 3 grands panneaux sculptés à rinceaux.

    Tabernacle à ailes de type assez courant mais pas dans la région.

    Meuble riche et raffiné très homogène et à peu près complet. Équilibre des volumes. Qualité plus

    qu’honorable de la sculpture malgré quelques maladresses dans le rendu de la

    perspective. Dorure presque totale.

    Structure :

    Autel de plan rectangulaire, élévation droite, encadré de deux corps latéraux en retrait et plus bas que lui. Surmonté de deux gradins. Au dessus de ces corps, un gradin supplémentaire porte les deux autres (car plus bas). Le gradin supérieur porte un tabernacle. Ce dernier est encadré de deux ailes rectangulaires elles-mêmes encadrées de deux niches. Au dessus du tabernacle : dais d’exposition très important.

    Autel : plan rectangulaire, élévation droite.

    Corps latéraux : plan rectangulaire, élévation droite.

    Gradins : plan rectangulaire, élévation droite.

    Tabernacle : plan trapézoïdal, élévation droite.

    Historique :

    Ancien maître-autel de la chapelle du couvent des Jacobins. Aurait été transporté dans l’abbatiale en 1902.

    Classé MH le 30/09/1911

    2e moitié du 17e siècle : structure relativement simple, netteté des lignes droites horizontales et verticales, rareté relative des courbes, symétrie même dans la décoration, nature et style des motifs.

    Tendance plutôt « classique » que baroque malgré l’alternance de colonnettes torses et de colonnettes droites ainsi que la structure complexe du couronnement du dais.

    Autel :

    h = 126, l env = 300, pr = 64, ailes h = 110.

    Autel-tombeau creux prolongé par deux ailes en retrait. L’ensemble est posé sur un soubassement moderne.

    Pierre d’autel à 5 croix encastrée dans la table (moderne).

    Antependium et face des ailes constitués de 3 panneaux : le panneau central rectangulaire et les deux panneaux latéraux carrés.

    - Panneau central décoré en bas-relief de rinceaux d’acanthe. Sur le fond se détachent 3 personnages debout : l’Enfant Jésus au centre tenant le globe terrestre de la main gauche et main droite faisant le geste de bénédiction ; la Vierge à gauche, tournée vers Jésus, tient un bouquet de roses ; à droite St Joseph, barbu, placé symétriquement par rapport à la Vierge, tient une branche de lys dans sa main droite.

    - Face antérieure des corps latéraux : d’une grosse rosace centrale divergent 8 feuilles d’acanthe.

    Décor taillé dans la masse. Soubassement teinté en brun foncé. Encadrements peints en faux marbre brun-rougeâtre veiné de blanc.

    Panneaux dorés. Fonds en reparure.

    Côtés de l’autel brun-rouge veiné de blanc et vert.

    Côtés de l’autel : 2 panneaux verticaux ornés de tables saillantes, rectangulaires, triangulaires et losangiques.

    Bon état. Socle moderne. Côté droit de l’autel a perdu sa polychromie. Le soubassement a dû être fait quand l’autel a été transporté dans l’abbatiale. La table d’autel a été recouverte d’isorel à l’exception de la pierre d’autel qui est encastrée ainsi que les dessus des deux corps latéraux.

    Gradins :

    1er gradin : h = 15, l = 440 (?), pr = 40. Guirlandes de fleurs et de fruits.

    2e gradin : h = 17, l = 420 ( ?), pr = 41. Rinceaux.

    Un gradin en plus sur les corps latéraux qui sont plus bas.

    Le 1er gradin est divisé en 2 registres par une baguette. Le 1er registre étant interrompu par l’autel.

    Dessus du 1er gradin refait.

    Décor et cartouche rapportés. Doré. Reparure sur le cartouche.

    La tablette du gradin intermédiaire a été refaite.

    Tabernacle :

    H totale = 245, l env = 450, pr =40

    Ailes h = 150 (totale), l = 178, h = 145

    Panneaux h = 66

    Niches h = 130

    Ailes l = 86

    Posé sur le 2e gradin

    - La porte (face antérieure) est encadrée de deux colonnettes torses. Deux bas-reliefs sur les côtés obliques.

    Tête d’angelot ailée au dessous de la porte. Sur la porte, un Christ en croix entouré par la Vierge, St Jean et la Madeleine. Au dessus de la porte, la colombe du Saint-Esprit. Au dessous de sa tête, des nuages très stylisés entourent l’arrondi de la porte.

    Sur le fronton : traces d’un élément collé disparu.

    - Faces latérales obliques rectangulaires décoré de deux bas-reliefs.

    Gauche : cartouche en relief dans la partie inférieure. Au dessus, panneau rectangulaire dans un encadrement mouluré représentant une Adoration des bergers à 6 personnages sur fond d’architecture (étable).

    Droite : cartouche en relief dans la partie inférieure. Adoration des Mages

    - Les ailes sont composées d’un panneau central portant un relief encadré de deux colonnettes adossées, l’une torse, l’autre droite. Elles sont surmontées d’un fronton semi-circulaire sculpté d’un ange à mi-corps et amorti d’une corbeille de fruits. Les ailes sont encadrées de deux niches étroites et hautes dont la partie inférieure est occupée par un socle arrondi.

    Aile gauche : soubassement décoré de bouquets réunis par des linges. Présentation au Temple.

    Aile droite : Dans le fronton, il ne reste qu’une aile de l’angelot. Même décor qu’à gauche. Jésus au milieu des docteurs.

    - Couronnement du tabernacle (dais d'exposition) formé par petite balustrade et tympan arrondi. Les faces obliques sont occupées par des niches plates surmontées de coquilles.

    - coquille dans laquelle se trouve une feuille découpée.

    - Tête d’angelot ailée au dessus de la coquille.

    - Deux guirlandes de fleurs et de fruits y sont rattachées

    - Colonnettes torses, chapiteaux à 2 rangées de feuilles. Fût portant relief en méplat : tige ornée de feuilles s’enroulant en spirale.

    Décor et moulures rapportés :

    Les panneaux sculptés dans la masse (moulures comprises) sont rapportés sur le bâti et cloués.

    Dorure sauf les statuettes peintes en couleurs naturelles. Reparure sur les fonds.

    Bon état. Disparitions des 4 statuettes (dont 2 avec le socle) encadrant les ailes, représentant probablement des apôtres (voir photo d’état plus ancien du tabernacle, ancienne carte postale). Les 2 têtes d’ange qui ornaient les deux socles subsistants ont disparu ainsi que le motif (Dieu le père bénissant) qui décorait le fronton cintré au dessus du tabernacle. Il manque des morceaux d’architrave et de corniche au dessus du tabernacle, des ailes et surtout du dais d’exposition.

    Les niches sont vides.

    Les couronnements des ailes : deux éléments tournés actuellement placés sur l’entablement.

    Éléments cassés : fragments de la baguette du soubassement et de l’entablement, têtes d’anges des socles des statuettes des ailes, buste d’angelot du couronnement de l’aile droite, décor du dais d’exposition.

    La tête d’ange cassée placée sous le tabernacle a sans doute été rapportée tardivement, elle ne semble pas faite

    pour cet emplacement et se raccorde mal à son support. D’ailleurs c’est la seule qui soit peinte, les autres étant dorées.

    Restaurations : les colonnettes à fût lisse sont probablement un remplacement. Certaines parties

    ont été redorées au pinceau (statuettes).

    La tête d’ange qui figure sur le pilastre n’est peut-être pas non plus à sa place. Elle aurait été collée là par erreur.

    Ensemble du décor sculpté :

    Sculpture en bas relief :

    - Sur l’antependium, l’Enfant Jésus bénissant (Salvator Mundi) entre la Vierge tenant un bouquet de roses à gauche et saint Joseph tenant une branche de lys à droite.

    - Sur la porte du tabernacle, le Christ en croix entre la Vierge et saint Jean ; la Madeleine est agenouillée au pied de la croix.

    -Sur le côté gauche du Tabernacle, l’adoration des bergers. Sur le côté droit, l’Adoration des Mages.

    - Sur l’aile gauche, la Présentation au Temple : au 1er plan, le grand prêtre en costume d’évêque du XVIIe siècle remet l’Enfant à Marie agenouillée ; au 2nd plan, Joseph porte les deux colombes de l’offrande. Deux acolytes les cierges.

    - Sur l’aile droite, Jésus enseignant les docteurs, avec à droite, la Vierge et Joseph qui le retrouvent.

    Statuettes d’applique (conservées au presbytère).

    -Sur la niche centrale du dais d’exposition, Vierge à l’Enfant. H = 49, l = 25, pr = 19. Socle h = 2.

    Bois. Revers simplement ébauché (non doré), traces de ciseau.

    Assemblages : main droite de la Vierge rapportée (tenon-mortaise). Dorure sur apprêt crayeux.

    État moyen : il manque la main droite de la Vierge, main droite de l’Enfant cassée. Vermoulures, écaillage de la dorure.

    -Dans une des niches latérales du dais d’exposition, personnage féminin en costume religieux. Sainte Catherine de

    Sienne ? H = 42, l = 12, pr = 10.

    Bois. Revers grossièrement travaillé. Un attribut était rapporté dans la main droite. Dorure sur apprêt crayeux. Revers non doré.

    Socle taillé dans le même bloc. Ensemble cloué sur un socle cylindrique. H = 15, d = 11.

    Bon état : il manque un attribut dans la main droite (crucifix ?). Bras gauche cassé à l’épaule. Main gauche cassée. Large fissure au dos. Vermoulures. Écaillage de la dorure.

    -En couronnement du dais d’exposition, Christ de la Résurrection. H = 53, l = 12, pr = 12.

    Bois. Revers plat. Un seul élément. Dorure sur apprêt crayeux. Revers non doré. Ensemble cloué sur un socle cylindrique (h = 15).

    Bon état : il manque l’avant-bras droit et la croix que tenait le Christ, 5 doigts de la main droite cassés, pouce du pied droit cassé, haut de la draperie cassé, vermoulures, écaillage de la dorure. Le socle cylindrique a été ajouté.

    - Deux statuettes d’angelots.

    a) h = 31, l = 22, pr = 7

    b) h = 29, l = 13, pr = 8

    Bois. Revers travaillé.

    Ailes rapportées clouées. Pan de la draperie rapporté à l’arrière (tenon-mortaise). Bras droit et main gauche de

    la b) rapportés par tenon-mortaise.

    Dorure sur apprêt crayeux. Socle rectangulaire taillé dans la masse a) h = 2, L = 6,5, l = 5,5 b) h = 2, L = 7, l = 6

    État moyen : a) le bras droit, la main gauche et les ailes manquent, draperie cassée sous l’avant-bras gauche,

    nez cassé. Vermoulures, dorure écaillée et noircie. b) les 2 avant-bras, l’aile droite, le pan de la draperie à l’arrière

    sont cassés. Redorés à la poudre.

    - Une tête d’angelot. H = 11, l =11

    Bois. Revers plat. Un seul élément. Dorure sur apprêt crayeux.

    Etat moyen. Vermoulures importantes. Écaillage de la dorure. Cette tête est détachée de son support, probablement le fronton de l’aile droite du tabernacle, où il reste une aile en place.

    - tête d’angelot : h = 16, l = 14, pr = 11.

    Bois. Revers échancré (traces de ciseau). Aile rapportée sur le côté gauche par tenon-mortaise. Polychromie et dorure sur apprêt crayeux. Visage couleur chair, yeux, sourcils, cheveux bruns, ailes dorées.

    Mauvais état : Il manque des ailes sur le côté droit et devant (tenon et traces de clous). Polychromie écaillée.

Références documentaires

Documents figurés
  • Abbatiale de Saint-Sever : autel provenant des Jacobins. Carte postale, Delboy éditeur, 1904-1941.

    Collection particulière
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Fascianella Linda - Maisonnave Jean-Philippe