Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Basilique Notre-Dame de Buglose

Ensemble autel, châsse et deux crédences (autel de saint Vincent de Paul)

Dossier IM40004650 réalisé en 2012

Fiche

Dénominations autel, châsse, crédence
Aire d'étude et canton Dax nord
Adresse Commune : Saint-Vincent-de-Paul
Lieu-dit : Buglose
Emplacement dans l'édifice bras nord du transept (chapelle de saint Vincent de Paul)

L'ancienne chapelle de Buglose possédait dès le XVIIIe siècle, dans son collatéral droit, un autel dédié à saint Vincent de Paul (canonisé en 1737). Le meuble actuel en calcaire tendre, qui présente la particularité de comporter une châsse métallique en lieu et place du tabernacle, a été fourni en 1857 par le marbrier bordelais Bernard Jabouin (1810-1889) en même temps que l'autel de saint Joseph (aujourd'hui supprimé). Jabouin reçut un premier acompte de 1.800 francs le 27 juin 1857, puis plusieurs versements les 30 mai 1858 (1.756,25 francs), 27 octobre 1858 (1.000 francs), 7 août 1859 (1.000 francs) et 24 février 1860 (final paiement de 1.540,50 francs). En mai 1858, le peintre montois Louis-Anselme Longa (1809-1869), auteur du décor mural du chœur du nouvel édifice, reçut en outre une somme de 250 francs pour les "peintures de l'autel de saint Vincent de Paul". Il est possible toutefois qu'il s'agisse là encore de peintures murales et non de la mise en couleurs de l'autel lui-même : la chapelle comportait en effet, comme le montre des photographies anciennes, un décor mural à tentures feintes et semis de monogrammes SJ (voir la photographie du Guide illustré du pèlerin de Buglose).

La châsse néogothique qui tient lieu de tabernacle fut, comme le révèle le registre de dépenses de la fabrique, payée en avril 1858 au bronzier parisien Louis Bachelet par l'intermédiaire de Jabouin, pour une somme totale de 1.405,85 francs. Le cadre-reliquaire contenu à l'intérieur est un remploi, datant probablement du début du XIXe siècle. En même temps que la châsse, Bachelet livrait également, au prix de 1.152,80 francs, "un grand ciboire" qui ne peut être toutefois confondu avec celui, daté 1867, actuellement conservé dans le trésor de la basilique.

L'autel, aujourd'hui adossé au mur nord de la chapelle, était originellement placé en avant du pan axial à l'est, où il était surmonté de la statue de Vincent de Paul d'après Pietro Bracci et encadré par les deux reliefs dédiés aux lazaristes et aux filles de la Charité, vestiges du décor XVIIIe siècle de la chapelle. Cette disposition, encore en vigueur en 1970, est visible sur une photographie publiée par L. Cazaunau et J. Lesbats (p. 93). A cette date, le décor peint ornemental des murs et de la voûte avait déjà été supprimé et la position originelle des deux reliefs (les lazaristes à gauche, les filles de la Charité à droite) intervertie, rendant incompréhensible les gestes et regards des personnages, désormais tournés vers le spectateur et non vers l'effigie du saint.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 19e siècle , (?)
Dates 1857, daté par source
1858, daté par source
Auteur(s) Auteur : Jabouin Bernard, dit(e) Jabouin aîné,
Bernard Jabouin , dit(e) Jabouin aîné (1810 - 1889)

Marbrier-sculpteur à Bordeaux, dit Jabouin aîné.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
marbrier, attribution par source
Auteur : Longa Louis-Anselme,
Louis-Anselme Longa (1809 - 1869)

Peintre né et mort à Mont-de-Marsan ; fils cadet de l'orfèvre Jacques Longa (1769-1822) et petit-fils par sa mère de l'orfèvre montois Joseph Lacère (1731-1810) ; frère puiné de l'orfèvre-bijoutier Jean-Baptiste Longa (1797-1861). Élève de Paul Delaroche à l'École des beaux-arts de Paris, puis réinstallé en 1848 à Mont-de-Marsan, où il exerça les fonctions de professeur de dessin au collège, puis au lycée impérial à partir de 1866. Sur les Longa, voir : ABBATE Simone, Louis-Anselme Longa, 2008.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, attribution par source
Auteur : Bachelet Louis,
Louis Bachelet (1818 - 1877)

Orfèvre actif à Paris (ateliers au 16, rue de Verneuil, magasins au 58, quai des Orfèvres), il collabora avec Viollet-le-Duc et Ruprich-Robert. Son poinçon, insculpé en janvier 1844, fut biffé le 17 janvier 1877. Sa production était diffusée par le biais d'un Recueil d'objets d'orfèvrerie à l'usage du culte, Paris, Quai des Orfèvres, 58. Entre 1880 et 1890, le fils de Bachelet vendit à Placide Poussielgue-Rusand le fonds et les modèles de l'atelier familial. Réf. : B. Berthod, G. Favier, É. Hardouin-Fugier, Dictionnaire des arts liturgiques du Moyen Âge à nos jours, Lyon, 2015, p. 102-103.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
bronzier, attribution par source

L'autel, ses ailes et ses deux crédences sont en calcaire tendre (peut-être d'Angoulême), avec colonnettes au fût en marbre rose veiné des Pyrénées ou du Languedoc. La châsse néoromane vitrée qui tient lieu de tabernacle est un laiton martelé et doré, avec cabochons en verre coloré vert, rouge et blanc. A l'intérieur de la châsse est conservé, posé sur un socle en tronc de pyramide recouvert de velours rouge, un cadre-reliquaire plus ancien, en bois doré à la feuille, contenant deux reliques dans un décor de paperoles dorées sur fond rouge.

Catégories taille de pierre, sculpture, orfèvrerie, bronze d'art
Structures plan, rectangulaire élévation, droit colonne, 10
Matériaux calcaire, mouluré, décor en bas relief, décor dans la masse, peint, polychrome, peint faux or
marbre veiné, rose, poli
laiton, martelé, découpé, estampage, doré à la galvanoplastie
bois blanc, décor en bas relief, décor dans la masse, doré à la feuille d'or à l'eau
papier, découpé, doré
Mesures h : 100.0
la : 185.0
pr : 102.0
h : 71.0
pr : 34.0
h : 71.0
la : 39.0
h : 27.0
h : 93.0
Iconographies cycle narratif, saint Vincent de Paul, charité, messe
ornementation, croix, ornement à forme végétale, rose
Précision représentations

La face du tombeau d'autel, cantonnée de colonnettes engagées, est divisée par une arcature en plein cintre sur colonnettes entourant un décor en partie sculpté (croix grecques tréflées et nimbées), en partie peint (tiges végétales stylisées à baies rouges). Le "tabernacle" (l'armoire eucharistique est remplacée par une châsse métallique) et ses ailes ont une base talutée décorée de croisillons dorés garnis de fleurettes, et une corniche ornée de rinceaux romans. Chacune des ailes porte un relief historié représentant une scène de la vie de saint Vincent de Paul : à gauche, le futur saint en berger landais au Pouy (près de Buglose) faisant l'aumône à un vieil infirme ; à droite, Vincent devenu prêtre disant la messe, sans doute lors de sa visite à Buglose en 1622-1623. La châsse en laiton porte un décor en relief estampé (fleurons) et découpé (gâble à crochets), enrichi par sept cabochons de verre coloré montés en bâte. Le cadre-reliquaire en bois doré à l'intérieur de la châsse est sculpté de frises de perles, de feuilles d'eau et de godrons, ainsi que d'un cœur dans son couronnement ; la lunette centrale est entourée de perles en faux corail et de bouquets de roses en papier découpé et doré.

Inscriptions & marques inscription, imprimé, sur étiquette
Précision inscriptions

Inscription imprimée sur les authentiques des deux reliques : St VINCENT DE PAUL.

États conservations partie en remploi
Précision état de conservation

Le cadre-reliquaire en bois doré est un remploi.

Statut de la propriété propriété du département
Intérêt de l'œuvre À signaler

Annexes

  • Extraits du registre de dépenses (1852-1873) de la fabrique de l'église Notre-Dame de Buglose (Archives diocésaines, Dax) concernant l'autel de saint Vincent de Paul

    [P. 21] 1856. Mois de juin. 23. Payé la traité de Mr Bachelet de Paris - 955,85. / [P. 27] 1857. Mois de juin. 27. Premier à-compte (sic) à Mr Jabouin pour les autels latéraux - 1800,00. / id. à son menuisier pour le raccommodage des bas-reliefs de St V[incen]t de Paul - 33,00. / Mois de juillet. 1. Envoyé à Mr Jabouin par les ouvriers, la note des dépenses payées pour son compte, pour la pose des autels et s'élevant à 90,70. Plus 23,70 pour lui payer : 1° l'escabeau de l'exposition pour le maître-autel - 80,00, 2° à-compte du grand devis des travaux - 34,40. Étrennes à ses ouvriers - 10,00. / [P.28] 1858. Mois d'avril. Payé une traite à M. Bachelet de Paris, pour le grand reliquaire de l'autel de St Vinc[en]t de Paul, au compte de Mr Jabouin de Bord[eau]x - 450 f. 00. / Mois de mai. 2. Payé à Mr Longa, pour les peintures de l'autel de St Vincent de Paul - 250 f. 00. / 30. Payé à Mr Jabouin, de Bordeaux, à-compte de ses autels - 1500,00. Intérêts de 5500 f. à 5% pendant onze mois - 256,25. / [P. 31] Mois d'octobre. Payé à Mr Jabouin de Bord[eau]x à-compte des autels - 1000,00. / 1859. Mois d'août. 7. Envoyé à Mr Jabouin à Bordeaux à-compte des autels - 1000,00. / [P. 38] 1860. Mois de février. 24. Envoyé à Mr Jabouin pour final payement - 1540,50.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Fabrique de l'église de Buglose, registre des dépenses (1852-1873).

    p. 21, 25, 28 Archives diocésaines, Dax
Bibliographie
  • CAZAUNAU Léon, LESBATS Julien. Buglose. Nogaro : Dauba frères, 1970.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe