Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Cathédrale Notre-Dame

Ensemble autel, 2 gradins d'autel, tabernacle, retable, 2 crédences (autel de la Vierge)

Dossier IM40004444 réalisé en 2012

Fiche

Dénominations autel, gradin d'autel, tabernacle, crédence, statue
Titres anges adorateurs
Aire d'étude et canton Dax sud
Adresse Commune : Dax
Adresse : place de la Cathédrale place Roger-Ducos
Emplacement dans l'édifice bras sud du transept (chapelle de la Vierge)

Cet autel fut exécuté en 1765 par les frères Mazzetti, Bernard Virgile (1706-1786) et Jacques-Antoine (1719 ou 1725 - 1781), sculpteurs originaires du Tessin et installés en Avignon, qui avaient déjà réalisé quatorze ans plus tôt le maître-autel de la cathédrale à la recommandation de l'évêque Suarez d'Aulan (réf. IM40004443). Les parties stuquées du retable furent peut-être exécutées en collaboration avec leurs deux autres frères, les stucateurs Pierre et Michel (mais ceux-ci semblent travailler indépendamment à Carpentras dès avant cette époque).

L'autel de la Vierge eut le statut d'autel paroissial jusqu'à la Révolution, le maître-autel étant réservé au chapitre de la cathédrale. Sa composition, en particulier celle du retable, fut reprise en 1771 par les Mazzetti pour l'autel de sainte Quitterie à l'église du Mas-d'Aire (Aire-sur-l'Adour). Le décor, encore dans la lignée du rocaille français, est enrichi d'une profusion de marbres colorés de goût ultramontain - le relief de la porte du tabernacle s'inspire d'une Pietà de Taddeo Zuccaro (1529-1566), imitée à plusieurs reprises par son frère Federico et par Otto van Veen (une version est conservée au musée des beaux-arts de Nancy), et qui servit aussi de modèle pour celle du maître-autel d'Amou (réf. IM40001483), parfois attribué (mais semble-t-il à tort) aux Mazzetti.

La chapelle de la Vierge et sa décoration firent l'objet en 1872-1876 d'une grande campagne de restauration, partiellement financée par l'archiprêtre Goujon-Girardot, qu'évoque l'architecte municipal Victor Sanguinet dans un rapport du 9 août 1878 (voir annexe). Concernant l'autel proprement dit, les termes employés par Sanguinet sont trop imprécis pour permettre une restitution exacte des travaux effectués. Selon lui, le marbrier Dussert (peut-être le Dussert domicilié à Mont-de-Marsan en 1855 et mort en 1910) aurait procédé à la "reconstruction de l'autel & dallage" de la chapelle, tandis que les sculpteurs bordelais Chavannes et Moras exécutaient "les sculptures de l'exposition dudit autel" et que le peintre-décorateur parisien Jeard revêtait murs et voûtes d'un décor polychrome. Si le mot de "reconstruction" est sûrement excessif et doit correspondre à un simple remontage après réparations - la parfaite homogénéité de l'ensemble actuel plaide en ce sens -, des réfections de détail ont pu effectivement être réalisées : ainsi la couronne de l'exposition, aux agrafes fleuronnées d'un goût plus "Renaissance" que rocaille, a-t-elle probablement été refaite par les sculpteurs bordelais entre avril et novembre 1874 ; les parties hautes du retable ont peut-être fait aussi l'objet de reprises ou de compléments.

Période(s) Principale : 3e quart 18e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1765, porte la date
1872, daté par source
Lieu d'exécution Commune : Avignon
Auteur(s) Auteur : Mazzetty Bernard Virgile, dit(e) Mazzetti,
Bernard Virgile Mazzetty , dit(e) Mazzetti (1706 - 1786)
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, signature
Auteur : Mazzetty Jacques Antoine, dit(e) Mazzetti,
Jacques Antoine Mazzetty , dit(e) Mazzetti (1719 - 1781)
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, signature
Auteur : Dussert,
Dussert

Marbrier. Sans doute le "Dussert, marbrier", habitant rue de la Cataye à Mont-de-Marsan, dont la maison fut détruite dans un incendie en janvier 1855 (Journal des Landes). Peut-être le "Dussert, maître marbrier", veuf de Valentine Dangoumeau, mort à XXX, place Lafayette, en février 1910 (L'Action pyrénéenne, 2 février 1910).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
marbrier, attribution par source
Auteur : Chavannes,
Chavannes

Sculpteur à Bordeaux, associé à Moras.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, attribution par source
Auteur : Moras,
Moras

Sculpteur à Bordeaux, associé à Chavannes.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, attribution par source
Auteur : Jeard,
Jeard

Peintre décorateur à Paris.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
décorateur, attribution par source
Auteur de la source figurée : Zuccaro Taddeo, peintre
Personnalité : Goujon-Girardot Hippolyte,
Hippolyte Goujon-Girardot (1803 - 1873)

Archiprêtre de la cathédrale de Dax de 1847 à 1872, mort en janvier 1873.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
donateur

Autel adossé de style rocaille porté par un degré arrondi à trois marches en pierre. Le tombeau, à face droite rectangulaire et côtés concaves, est adossé à un massif postérieur débordant supportant un double gradin. Le tabernacle à cinq pans, face droite et côtés galbés, est encastré dans le gradin supérieur et pourvu d'une porte cintrée à oreilles en marbre blanc ; l'exposition, entièrement ajourée pour limiter l'occultation du tableau d'autel, est composée de deux piliers disposés à 45 degrés et portant un couronnement chantourné. Le meuble est composé en totalité d'une riche marqueterie de marbres polychromes incrustés (identification sous réserves) : blanc de Carrare (structure du tombeau, des consoles latérales, du tabernacle et des gradins, porte du tabernacle, exposition, crédences, angelots) ; brèche ou griotte rouge non identifiée (canaux tors du tombeau et du tabernacle, bandeaux du gradin inférieur, petits panneaux triangulaires de l'exposition) ; brèche Médicis de Calamata ? (panneau frontal de l'autel) ; jaune de Sienne (cadre du panneau frontal de l'autel, de ses panneaux latéraux concaves et de la porte du tabernacle) ; brocatelle jaune d'Espagne (filet d'encadrement du panneau frontal de l'autel, lambrequins au-dessus du cartouche central) ; vert d'Aoste (base et couronnement du cartouche central, pilastres latéraux du tabernacle) ; griotte rouge de Campan (frise de l'entablement du tabernacle) ; brèche noire et blanche (panneaux horizontaux du gradin supérieur) ; portor (pilastres de l'exposition).

Le retable architecturé, d'ordre corinthien, règne sur la largeur du mur méridional du transept et fait corps avec les modénatures de celui-ci. Contrairement à l'autel, l'essentiel de sa structure est en stuc peint et doré, le marbre rouge du Languedoc étant réservé au fût des colonnes et des pilastres, à la frise de l'entablement et au tympan du fronton. La contretable, occupée par un grand tableau au cadre en marbre noir et stuc, est encadrée de chaque côté par une colonne engagée et un pilastre accolés et disposés à 45 degrés. De part et d'autre de ce corps central, d'étroits panneaux de stuc sont calés extérieurement par un pilastre. L'entablement est amorti par un fronton à ressauts latéraux au-dessus de la contretable. Les parties hautes du retable comportent un couronnement pyramidé en talon renversé se détachant devant un attique concave à deux niveaux, le niveau supérieur échancré épousant la forme de la rose percée au sommet du mur.

Deux crédences suspendues (fixées aux pilastres marquant l'entrée de la chapelle) complètent l'ensemble : plateau à découpe chantournée en marbre blanc soutenu par une console en marbre gris au profil en talon.

Catégories marbrerie, sculpture, peinture
Structures plan, rectangulaire élévation, galbé colonne, 2 pilastre, 4
Matériaux marbre uni, blanc, poli, mouluré, décor en bas relief, décor dans la masse
marbre veiné, blanc, rouge, vert, noir, poli, mouluré, incrusté
brèche, jaune, noire
fer, forgé, doré
stuc, moulé, décor en relief, décor en ronde bosse, décor rapporté, peint, doré
Mesures h : 440.0
la : 388.0
pr : 100.0
Précision dimensions

Dimensions totales. Tombeau d'autel : h = 103 ; la = 268 ; pr = 95. Tabernacle : h = 73 (68 sans le support de l'exposition) ; la = 88. Gradins : h = 51,5 (ensemble). Gradin inférieur : h = 13,5. Gradin supérieur : h = 38. Massifs latéraux : h = 102. Exposition : h = 180 (avec la couronne). Retable : h = 1200 environ ; la = 900 environ. Crédences : h = 33 ; la = 90 ; pr = 43.

Iconographies MA, Vierge de Pitié, Triangle trinitaire, Coeur Sacré de Marie, Les instruments de la Passion, ange, angelot, trophée liturgique
ornementation, motif rocaille, cartouche rocaille, console, couronne, guirlande, nuée, pot à feu, lampe à huile
Précision représentations

Sur la face de l'autel, un cartouche cordiforme ajouré (garni intérieurement du monogramme M.A. fleuronné en fer forgé doré) entouré de rocailles et de canaux tors et couronné de guirlandes ; autres oculi quadrilobés sur les côtés du tombeau ; grande console en volute à rocailles et chutes de feuilles aux angles antérieurs de l'autel et aux extrémités du massif postérieur. Vierge de pitié en bas relief sur la porte du tabernacle ; canaux tors, pointes de diamant et panneaux à angles échancrés en marbres polychromes sur le pourtour du tabernacle et les gradins ; angelots sur les piliers de l'exposition, rocailles chantournées et volutes amorties d'une couronne godronnée avec globe à croix fleuronnée au sommet.

Retable : cadre du tableau d'autel orné de rocailles et d'angelots dans les angles supérieurs échancrés ; cartouche à volutes et branches d'olivier au milieu de la frise de l'entablement, relié au cadre du tableau par des guirlandes dorées ; triangle trinitaire dans une gloire flanquée de deux angelots dans le tympan du fronton ; trophées liturgiques en bas relief dans des cadres oblongs sur les panneaux latéraux du retable (trophée de gauche : tables de la Loi, tiare, croix à double traverse, calice, aiguière, bénitier et goupillon, rameaux d'olivier, branches de lys et couronne de roses ; trophée de droite : mitre, crosse, croix à double traverse, plat, livre ouvert, étole, encensoir, cierge allumé et rameaux de laurier) ; lampes antiques sur l'entablement à l'aplomb des pilastres externes du retable ; couronnement pyramidé orné, au centre, d'une gloire de nuées avec le cœur sacré de la Vierge, au sommet, d'un cartouche avec le monogramme MA flanqué d'un autre cœur sacré de la Vierge (dans une couronne de roses) et des instruments de la Passion ; sur les rampants des volutes du couronnement, deux anges enfants (en ronde bosse) et deux angelots retenant des guirlandes de fleurs dorées ; au sommet de l'attique, de part et d'autre d'une croix moderne en bois, des panneaux chantournés à volutes et feuilles d'acanthe, surmontés de pots à feu.

Inscriptions & marques signature, latin, gravé
date, gravé
inscription, peint
inscription concernant l'iconographie, gravé
Précision inscriptions

Signature et date (gravées en deux parties sur les piédestaux des colonnes internes du retable) : IMPENSIS ECCLESIÆ / CATH. AQUENIS HOC OPUS / ET ALTARE EJUS GERMANI / MAZZETTY SCULPTORES [colonne de droite] / HELVET.E LOCO LUGANO / AVENIONE COMORANTES / FECERT ANO S. MDCCLXV / ET IIDEM PARITER / ALTARE MAJUS AN 1751 [colonne de gauche].

Inscription (peinte en doré sur un cartouche au milieu de l'entablement du retable) : AUTEL / PRIVILÉGIÉ.

Inscription (texte du Décalogue gravé sur les tables de la Loi du trophée liturgique de gauche, en partie dissimulé par d'autres attributs ; restitution partielle des parties manquantes entre crochets) : Un seul Dieu / tu adoreras / et aimeras / parfaitement / Dieu en vain / tu ne jureras / ne (sic) autre chose / pareillement / Les Dim[anches] tu [garderas] / [en servant] Dieu / [dévo]teme[nt] (1ère table) ; Homicide / poind (sic) ne s[eras] / de fait [ni] volon[tairement] / Im[pudique] / [point ne seras].

États conservations partie remplacée
oeuvre restaurée
Précision état de conservation

L'ensemble fit l'objet en 1872-1876 d'une grande restauration qualifiée de "reconstruction de l'autel", avec exécution des "sculptures de l'exposition" (voir historique). Ces termes restent toutefois trop vagues pour permettre de définir avec précision les réfections et adjonctions réellement effectuées : l'ensemble paraît aujourd'hui d'une homogénéité totale et rien ne décèle ces reprises éventuelles.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1912/11/05

Annexes

  • Extraits d'un rapport de l'architecte municipal Victor Sanguinet, concernant la restauration de la chapelle de la Vierge, 9 août 1878

    "[...] La reconstruction de l'autel et les peintures de la chapelle de la Vierge du transept sud, mirent un temps d'arrêt à la continuation des travaux dépendant de l'entreprise Gischia. Ces derniers ne pouvaient être traités en effet que lorsque les peintures & la reconstruction de l'autel seraient achevées. / Cestravaux d'art prirent beaucoup de temps pendant l'année 1871. Les deux voûtes du transept furent peintes jusqu'au niveau de la corniche de l'entablement seulement & l'autel put être reconstruit moins toutefois l'exposition qui le couronne aujourd'hui, pendant l'année 1872. / Au mois de janvier 1873, survint la mort de M. l'Abbé Goujon, cette mort devait encore entraîner un nouveau temps d'arrêt à la marche ou à l'achèvement des travaux dépendant de l'entreprise Gischia. Lesquels étaient soudés pour ainsi dire à l'achèvement de la chapelle de la Vierge, ceux-ci il faut le dire étaient exécutés en partie aux frais de Mr l'Abbé Goujon, partie aux frais de la fabrique. / Enfin avant de reprendre les travaux d'achèvement de la Chapelle de la Vierge il fallut nécessairement attendre la décision de Mr l'Abbé Lagüe, successeur de Mr Goujon. Cette décision se fit longtemps attendre, car ce n'est qu'au mois d'Avril 1874, que les travaux de sculpture formant l'exposition de l'autel de la Vierge furent repris ou continués. / Ces ouvrages ne furent achevés qu'au mois de novembre de la même année. Il ne restait plus à faire que les peintures décoratives de cette partie de l'autel & des murs latéraux depuis l'entablement jusqu'au dallage de la chapelle. / Mr Jeard, peintre décorateur à Paris, chargé de la décoration de cette chapelle, ne put venir à Dax pour continuer son œuvre que dans le mois de septembre 1875 & ces travaux ne furent achevés que le 25 février 1875 [sic pour 1876]". [...]

    "Il n'est pas indifférent de faire connaître ce qui a été payé jusqu'à ce jour, soit par feu M. l'abbé Goujon, soit par la fabrique, pour l'achèvement de la chapelle de la Vierge. Cette dépense se compose : 1° Dussert, marbrier, pour reconstruction de l'autel & dallage du sanctuaire... 6.761,19 / 2° Chavannes et Moras, sculpteurs à Bordeaux, pour sculptures de l'exposition dudit autel... 5.000 / 3° Jeard, peintre décorateur à Paris, pour peintures de la chapelle & voûtes du transept... 7.954,30 / 4° Oudinot, peintre verrier à Paris... 5.517,75 / 5° Courtiau, serrurier à Dax... 740,70. / Ensemble : 28.294,71."

  • Inscription dédicatoire des travaux de décoration de la chapelle de la Vierge par l'abbé Hippolyte Goujon-Girardot, archiprêtre de la cathédrale, peinte dans un médaillon sur le mur nord de la chapelle.

    HOMMAGE / DE FOI ET D'AMOUR / A MA MÈRE DU CIEL. / Cette CHAPELLE à (sic) été décorée / [par le]s soins et aux frais : DE M. GOUJON-GIRARDOT / Étant alors [A]RCHIPRÊTRE / de la CATHÉDRALE Chne hre / et Chevalier de la légion d'honr / DAX Ier 8bre 1871.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Monographie paroissiale de la cathédrale, par l'archiprêtre Pierre Lorreyte, vers 1887.

    Archives départementales des Landes : 16 J 19
  • Inventaire des biens de la mense et de la fabrique, 5 février 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 107/15-17
Bibliographie
  • LAVIEC Catherine. L’œuvre des Mazzetty dans les Landes. T.E.R. d'histoire de l'art, Université de Bordeaux III, 1987.

    p. 36-39
  • MENAUT Élie. Une famille d'artistes suisses dans les Landes au XVIIIe siècle, les Mazetty. Dax : P. Pradeu, 1952.

  • MENAUT Élie [fautivement nommé Menant]. "Une famille d'artistes suisses (les Mazetti) dans les landes au XVIIIe siècle". Congrès d'études régionales. Agen, Périgueux, Cahors, Dax, La Réole, Saintes, Luchon-Pau, Bordeaux, 1997 (rééd. de Actes des congrès d'études régionales I-VII de la Fédération historique du Sud-Ouest, 1951).

    p. 206-208
Périodiques
  • CHOBAUD Hyacinthe. "Autels à Dax et Laurède par les frères Mazzetty". Mémoires de l'Académie de Vaucluse. Avignon, 1936.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe