Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Vincent-de-Xaintes

Dossier IA40001545 réalisé en 2012

Fiche

Œuvres contenues

Vocables Saint-Vincent-de-Xaintes
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Dax sud
Adresse Commune : Dax
Adresse : place Saint-Vincent

La fondation de la paroisse Saint-Vincent, premier siège de l'évêché de Dax, est entourée d'un halo de légende que les fouilles archéologiques menées en 1891 n'ont que partiellement dissipé. La tradition locale prétend qu'un premier sanctuaire chrétien fut érigé sur l'emplacement d'un temple païen par Vincent de Xaintes, apôtre semi-mythique de la Novempopulanie, vers le début du Ve siècle. Le martyre de Vincent, toutefois, est ignoré de Grégoire de Tours et n'apparaît pour la première fois que dans un passage (interpolé au Xe siècle) d'un manuscrit du VIIIe siècle à Wolfenbüttel. De fait, l'édifice le plus anciennement attesté est la basilique érigée par l'évêque Gratien (documenté en 506) après l'invention des reliques de saint Vincent par la vierge Maxime : on en conserve quelques fragments lapidaires (colonnes et chapiteaux de marbre) actuellement déposés au musée de Borda, et peut-être un pavement de mosaïque (réf. IM40004383), que Dufourcet et Camiade (1893) rattachaient au prétendu temple antique. Située à l'extérieur du rempart antique de la ville, à l'angle sud-ouest, l'église était exposée à de multiples dangers. Aussi le siège épiscopal fut-il transféré intra muros en 1056-1057 dans l'actuelle cathédrale Notre-Dame, comme l'atteste le Liber rubeus du diocèse de Dax. Quelques décennies plus tard, vers 1120, l'église Saint-Vincent fut donnée avec ses dépendances par l'évêque Guillaume de Heugas à l'abbaye de la Sauve Majeure, donation confirmée à deux reprises par le légat Gérard d'Angoulême et le pape Calixte II. Dès le XIe siècle, la basilique de Gratien - sans doute déjà remaniée voire rebâtie au fil des siècles - avait été entièrement reconstruite. Cette église romane, un peu mieux connue (du moins dans ses parties orientales) par les fouilles de 1854 et de 1891, était bâtie en moyen appareil et comportait un chœur large d'environ 18 mètres, surmontant une crypte (constituée du chœur de la basilique gallo-romaine) et prolongé à l'ouest par une nef, un porche et diverses dépendances. De cet édifice subsistent, outre quelques fragments de maçonneries, la plaque funéraire de l'évêque Macaire (1060-1063), un chapiteau à tresse et palmettes (musée de Borda) et un chrisme remonté sur la porte de l'église actuelle (réf. IM40004416). Démolie en 1558 sur l'ordre du comte de Candale lors des guerres franco-espagnoles, l'église fut presque totalement rebâtie quelques années après, en remployant les fondations de l'édifice roman. La piètre qualité de la mise en œuvre et l'exiguïté de l'édifice obligèrent toutefois à le reconstruire une nouvelle fois à la fin du XIXe siècle.

Dès 1856, un rapport de l'architecte de la ville et une loterie destinée à "la restauration du tombeau de saint Vincent" font état d'un projet de reconstruction ou de rénovation. Celui-ci ne prend forme, toutefois, qu'en 1876 avec un nouveau rapport alarmiste de l'architecte municipal Victor Sanguinet. Un concours pour "l'agrandissement de l'église", ouvert en novembre 1877, donne lieu aux soumissions de plusieurs architectes, parmi lesquels le Nantais Paul Coupry et le Dacquois Roger Legrand. Le projet du second, qui prévoyait la conservation du clocher et de la nef du XVIe siècle (réaménagés) et l'édification d'un vaste chevet et d'un transept, fut retenu mais non réalisé, peut-être sous l'influence du nouvel évêque Victor Delannoy, partisan d'une construction a novo dans un style plus ouvertement paléochrétien. Sous son impulsion et celle du curé Charles Dulau, l'architecte municipal Edmond Ricard présente en janvier 1888 un premier projet qui prévoit de ne remployer que les moellons de la vieille église. Remanié assez profondément à deux reprises (mars 1889 et décembre 1891) - abandon du voûtement au profit de simples plafonds charpentés, déplacement des absidioles du transept - le plan est mis à exécution entre février 1892 et décembre 1894 par les entrepreneurs Marcel Priam et Jean Dupin (maçonnerie et charpenterie) et Célestin Louges (peinture). Le sanctuaire est consacré dès le 19 novembre 1893 par Mgr Delannoy. La décoration intérieure et l'ameublement occupent l'année 1894 : l'architecte Ricard donne ainsi les dessins des sculptures ornementales et des autels (par les Bordelais Rispal et Martin), des ferronneries (par le serrurier dacquois P. Séris) et, un peu plus tard, des peintures du sanctuaire (par les Bordelais Bonnet et Vettiner, 1898). Les abords de l'église sont aménagés en 1895-1896 avec la pose de clôtures par le maître de forges A. Perrin, de Til-Châtel. L'édifice ne subira plus de transformations importantes jusqu'en 1962-1963, date de la rénovation du chœur par l'architecte René Guichemerre (1911-1988), qui supprime les peintures murales et le mobilier néoroman au profit d'une nouvelle composition incluant le sarcophage dit des reliques de saint Vincent et la mosaïque gallo-romaine.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1893, daté par source
Auteur(s) Auteur : Ricard Edmond,
Edmond Ricard (1853 - )

Arnaud Edmond Ricard, né à Pau le 3 septembre 1853, architecte communal de Dax.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte communal, attribution par source
Auteur : Priam Marcel, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Dupin Jean, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Perrin A.,
A. Perrin

Maître de forges à Til-Châtel (Côte-d'Or).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ferronnier, attribution par source
Auteur : Louges Célestin, peintre, attribution par source
Auteur : Séris Prosper, serrurier, attribution par source
Auteur : Daubin Pierre,
Pierre Daubin

"Entrepreneur de menuiserie" à Dax.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
menuisier, attribution par source
Auteur : Bernadet Charles,
Charles Bernadet

Entrepreneur à Dax.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Cristofoli Louis,
Louis Cristofoli

"Entrepreneur fabricant mosaïste" d'origine frioulane, installé à Bordeaux (44, rue Sauteyron).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
mosaïste, attribution par source
Auteur : Guichemerre René, architecte, attribution par source
Auteur : Séron V.,
V. Séron

Architecte municipal de la Ville de Dax (en poste en 1895), agent-voyer de l'arrondissement de Saint-Sever (travaille aux églises de Nassiet et Castaignos-Souslens en 1893, Aubagnan et Monségur en 1894, Castel-Sarrazin en 1898, Banos en 1900-1901, Morganx et Saint-Aubin en 1901, Lahosse en 1902-1904, Amou en 1903 et Laurède en 1906).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte communal, attribution par source

L'église, orientée sud-ouest / nord-est au cœur du quartier Saint-Vincent, est largement dégagée sur sa façade antérieure (place Saint-Vincent) et sur son flanc droit (rue Gambetta) et jouxte au nord le couvent des dominicaines. Elle est bâtie en moellon de Bidache et en pierre de taille calcaire de Crazanne (Charente-Maritime) et de Bompart ; la couverture est en tuiles creuses à l'exception de celle du clocher, en pierre. De plan basilical, l'édifice se compose de trois vaisseaux couverts de lambris caissonnés à charpente apparente et séparés par des arcs en plein cintre sur colonnes en pierre. La nef centrale ouvre, par une grande arcade à colonnes adossées, sur un transept saillant, de même hauteur qu'elle, sur lequel se greffent deux absidioles en cul-de-four. Une travée de chœur précède l'abside en hémicycle à volume extérieur pentagonal, elle aussi couverte d'un cul-de-four. Le massif oriental présente ainsi une série de volumes imbriqués de hauteur décroissante, articulés par des pignons découverts. Une sacristie et diverses dépendances sont accolées au bras gauche du transept et à la travée droite de chœur. Au sud-ouest, un clocher-porche dans-œuvre, couvert d'une flèche carrée en maçonnerie, présente une composition néoromane canonique (portail cintré à colonnettes, corniche à modillons et métopes, lancettes jumelées sommées d'arcatures en triplet au niveau de la chambre des cloches) qu'un décor de claustra aux deuxième et troisième niveaux suffit à singulariser.

Murs calcaire moellon enduit
calcaire pierre de taille
Toit tuile creuse mécanique, pierre en couverture
Plans plan allongé
Étages 3 vaisseaux
Couvrements lambris de couvrement
Couvertures toit à longs pans
flèche carrée
croupe polygonale
pignon découvert
Techniques vitrail
sculpture
peinture
Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Extraits du dossier de construction de l'église Saint-Vincent-de-Xaintes.

    AM Dax. 9 M 11. Eglise Saint-Vincent-de-Xaintes : reconstruction, réparations (1856-1953).

    1856 (6 août) : rapport de l'architecte de la ville de Dax sur l'état de l'église.

    1856 : loterie organisée pour le financement de "la restauration du tombeau de St Vincent".

    1864 : procès-verbal de réception (par l'architecte municipal Victor Sanguinet) d'une cloche et d'une horloge pour l'église, fournies par le fondeur dacquois François Delestan.

    1866 (24 mars) : lettre de l'évêque Mgr Épivent au maire de Dax sur la nécessité de réparer l'église.

    1875 (3 octobre) : lettre du conseil de fabrique au maire demandant la restauration de l'église.

    1876 (27 mai) : rapport de l'architecte municipal V. Sanguinet sur le même sujet, préconisant l'agrandissement de l'édifice en forme de croix latine ou sa reconstruction.

    1877 (28 novembre) : programme d'un concours pour l'agrandissement de l'église (coût maximal : 40.000 francs).

    1878 (29 mai) : soumissions des architectes Paul Coupry, de Nantes (projet n° 5), et Roger Legrand, de Dax (projet "Alléluia"). Le projet de ce dernier est retenu, mais n'aura pas de suite.

    1880 : la foudre tombe sur le clocher ; réparations par l'architecte municipal V. Séron.

    1888 (10 janvier) : premier projet de reconstruction à neuf par l'architecte municipal Edmond Ricard.

    1888 (2 juillet) : lettre du curé Dulau au maire, se félicitant de "la réalisation de son vœu le plus cher".

    1889 (20 mars) : deuxième projet de reconstruction par E. Ricard. Le devis estimatif mentionne le remploi des moellons de l'ancienne église et l'emploi de moellon dur de Bidache et de pierre de taille de Crazanne et de Bompart.

    1891 (septembre) : emprunt de 86.000 francs au Crédit Foncier, approuvé par le préfet.

    1891 (27 juin) : cahier des charges, par E. Ricard.

    1891 (30 septembre) : description des ouvrages et mode d'exécution, par E. Ricard.

    1891 (4 novembre) : délibération du conseil de fabrique, qui déclare renoncer à voûter la future église.

    1891 (8 novembre) : soumissions d'entrepreneurs pour l'exécution des futurs travaux de construction : les plâtriers dacquois Henri Lesgarde, Henri Vidou et Beaufort frères ; les zingueurs dacquois Jean Landou, Jean Lagardère et Jean Dupin ; le négociant en bois Etienne Bernadet (Dax) ; les charpentiers dacquois Etienne Cazalis, Marcel Mages et Bertrand Dupouy ; les maçons Jean Maisonnave (Dax), Marcel Priam (Castets), Martin Lasserre (Dax), Etienne Pillarsine (Dax), Pierre Ducamp (Dax), Félix Viguié (Dax), Etienne Duvignau (Hagetmau), Raymond Despagnet (Aire), les associés Jean Laborde et Jean-Baptiste Cazalis (Bayonne).

    Travaux adjugés le même jour à Marcel Priam pour le premier lot.

    1891 (10 septembre) : approbation de modifications apportées au projet.

    1891 (21 décembre) : troisième projet de reconstruction par E. Ricard.

    1892 (15 février) : ordre de début des travaux donné à l'entrepreneur Priam.

    1892 (20 février) : début des travaux de démolition de l'ancienne église par Priam.

    1892 (29 avril) : lettre de Ricard au maire annonçant la fin des travaux de fondations.

    1892 (6 mai) : lettre de Ricard au maire, l'informant que les moellons provenant de la démolition de la vieille église, propriété de l'entrepreneur, devront être remployés avec les nouveaux moellons de Bidache.

    1892 (25 mai) : approbation d'un devis supplémentaire par le conseil municipal.

    1893 (7 juillet) : délibération du conseil municipal détaillant les travaux supplémentaires (claustra du clocher, balustrades en pierre et fer forgé, clôtures des chapelles, sculpture et carrelage) et demandant une subvention à l'État (celle-ci, de 8.000 francs, sera accordée le 19 décembre).

    1893 (août) : Joseph Priam et Justine Dargelos, frère et sœur et héritiers de l'entrepreneur Priam décédé, intentent un procès à la Ville de Dax.

    1893 (19 novembre) : consécration de l'église par l'évêque Delannoy et inauguration de l'orgue.

    1894 (22 mars) : lettre de Ricard au maire évoquant le règlement des travaux.

    1894 (12 avril) : soumission du peintre décorateur bordelais Jean-Henri Bonnet pour la décoration du maître-autel ; des sculpteurs bordelais Rispal et Martin (8, rue Servandoni) pour la sculpture ornementale ; de l'entrepreneur dacquois Charles Bernadet pour les carrelages en mosaïque ; du serrurier dacquois Prosper Séris pour les appuis de communion.

    1894 (13 avril) : décompte des ouvrages exécutés et des dépenses, par E. Ricard.

    1894 (7 et 10 juillet) : soumissions des horlogers Emmanuel Bizeul (de Dax) et Arsène Cretin-l'Ange (de Morbier, Jura) pour la fourniture et la pose d'une horloge. Le premier est choisi le 19 juillet.

    1894 (4 août) : lettre de Jean-Henri Bonnet (maison Bonnet et fils frères) accusant réception du solde des sommes dues pour "la peinture du maître-autel".

    1894 (20 septembre) : installation de l'horloge par E. Bizeul.

    1894 (20 décembre) : projet-verbal de réception définitive des travaux de construction de l'église.

    1895 : projet d'aménagement des abords de l'église ; soumissions des serruriers Jean Séris et Pierre Daunesse (pour les clôtures), du fondeur Gustave Delestan (pour le serrurerie et la peinture) ; adjudication à A. Perrin, maître de forges à Til-Châtel (Côte-d'Or), pour "la clôture et grille d'entourage" (aujourd'hui supprimées).

    1895 (février) : pose des faîtières de la nouvelle église par le Dacquois Charles Bernadet.

    1896 (1er juillet) : réception définitive des travaux de clôture des abords.

    1897 : restauration du pavement de mosaïque gallo-romain par Louis Cristofolli, mosaïste à Bordeaux.

    1898 (2 avril) : projet de peintures murales dans le chœur, par les décorateurs bordelais Bonnet et Vettiner, sous la conduite d'Edmond Ricard.

    1952 : réfection complète de la toiture par l'entrepreneur Larcabeau.

    1962-1963 : restauration du chœur et de l'abside par les établissements Cazenave Frères de Libourne (Roger Cazenave directeur), sous la direction de l'architecte René Guichemerre, qui supprime le mobilier néoroman et les peintures murales du sanctuaire et fait installer au centre du chœur la sarcophage et la mosaïque gallo-romains, vestiges supposés de la première basilique de Gratien. Procès-verbal de réception définitive des travaux le 30 juin 1963.

    _______________________________________________________________________

  • Graffiti relevés sur le mur ouest du premier niveau du clocher, sous la chambre des cloches.

    - Albert Cabannes (...) a signé ici le 2 septembre 1898 [au crayon noir]

    - ALBERT CARTY / 1904 [au crayon noir]

    - J. Sastre [au crayon noir]

    - Lafitte Dax 1928 [au crayon noir]

    - ALBERT CARTY / LAFITTE / MATOCQ [gravé, les deux dernières lignes ajoutées]

    - Souvenir de restauration / d'escalier / avec / Marc LAFITTE / PHILIPPE MATOCQ / LE 11-03-1998 / CLASSE 77 [au crayon noir]

Références documentaires

Documents d'archives
  • Église Saint-Vincent-de-Xaintes : agrandissement, reconstruction (1879-1932)

    Archives départementales des Landes : 2 O 654
  • Dax, église Saint-Vincent-de-Xaintes. Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 8 février 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 344/8
  • Compte de gestion de la fabrique, 1894-1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 344/11
  • Église Saint-Vincent-de-Xaintes. Reconstruction, réparations, restauration et transfert de la mosaïque classée (1865-1970)

    Archives municipales, Dax : 9 M 11
Documents figurés
  • Église Saint-Vincent-de-Xaintes. Projet de peintures murales par Edmond Ricard et Jean-Henri Bonnet, 4 avril 1898.

    Archives municipales, Dax : Fonds Ricard, non coté
  • L'ancienne église Saint-Vincent (avant 1891). Carte postale, par Clouet (photographe) et Vielle (éditeur),

Bibliographie
  • PETITCOL Xavier. "Documents pour servir à l'histoire de l'architecture dacquoise. Les dessins de l'architecte municipal Ricard". Bulletin de la Société de Borda, 1992, p. 353-359.

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe