Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Romain

Dossier IA33003535 inclus dans Village réalisé en 2010

Fiche

Vocables Saint-Romain
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Castelnau-de-Médoc
Adresse Commune : Soussans
Adresse : place de l' Eglise
Cadastre : 1827 A4 2948 ; 2009 AB 285

L'ancienne église de Soussans, visible sur le plan cadastral de 1827, était orientée et entourée du cimetière. Composée d'une nef et d'un bas-côté au nord, elle était également dotée d'un clocher, dont la charpente est réparée en 1861. A partir de 1865, le projet de construire une nouvelle église voit le jour : l'architecte Gustave Alaux propose alors de modifier l'orientation du bâtiment afin d'en faciliter l'accès. Dans un premier temps, le clocher d'origine doit être conservé. L'ancienne église est détruite en 1873 et le projet du nouveau bâtiment évolue par rapport au projet initial de Gustave Alaux (1866) : on choisit finalement de détruire l'ancien clocher tout en conservant les fondations pour permettre la construction du nouveau ; l'église est agrandie avec l'ajout d'une travée dans l'abside et d'une tribune dans la nef. Les travaux sont réalisés, selon les plans modifiés de Gustave Alaux (1873), par l'entrepreneur Martial Doirat. Le gros-œuvre est terminé en novembre 1874. Pendant la durée des travaux, une église provisoire a été installée dans le cuvier du presbytère : elle a servi jusqu'en septembre 1875. En 1887, on ajoute de part et d'autre du clocher deux espaces servant de dépôt de chaises. Le mobilier et le décor intérieurs sont également conçus par Gustave Alaux et réalisés de 1875 à 1888 : les boiseries sont réalisées par l'ébéniste Thureau (1884-1888), les peintures décoratives par les peintres Louis Augier et Léon Millet ainsi que Ernest Betton, les éléments de sculpture (autel, statues) par le sculpteur marbrier Bernard Jabouin aîné. Des clés de voûte portent les noms des principaux acteurs de la construction de l'église : on trouve ainsi le nom de l'architecte Gustave Alaux, le nom de l'entrepreneur Martial Doirat et le nom du sculpteur Jean Bégu. L'autel porte les signatures de l'architecte Michel Alaux et du sculpteur Bernard Jabouin, ainsi que la date 1879. Les vitraux ont été installés dans le chœur et dans le transept à partir de 1875 par Joseph Villiet et Henri Feur. Au début du 20e siècle, des réparations sont effectuées au clocher (1902, 1920) ainsi qu'aux vitraux (maison Dagrant, 1921). En 1937, une horloge est installée sur le clocher.

Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle
Dates 1866, daté par source
1874, porte la date
Auteur(s) Auteur : Alaux Gustave,
Gustave Alaux (1816 - 1882)

Jean-Paul Louis Gustave Alaux, né à Bordeaux le 29 novembre 1816 à Bordeaux, mort dans la même ville le 23 mars 1882 ; fils du peintre Jean-Paul, dit Gentil-Alaux.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
attribution par source
Auteur : Doirat Martial, attribution par source
Auteur : Thureau, attribution par source
Auteur : Jabouin Bernard aîné, attribution par source
Auteur : Bégu Jean, attribution par source
Auteur : Augier Jean-Louis,
Jean-Louis Augier (1825 - 1893)

Entre 1877 et 1903, l’atelier Augier et Millet, spécialisé dans le décor des édifices religieux, produit un nombre important de projets pour les églises de Bordeaux et de la Gironde. Les Archives municipales conservent près de 300 planches nées de la collaboration entre Jean-Louis Augier (1825-1893), peintre,décorateur et archéologue, et Léon Millet (1851-1929), dessinateur.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
attribution par source
Auteur : Millet Léon,
Léon Millet

Entre 1877 et 1903, l’atelier Augier et Millet, spécialisé dans le décor des édifices religieux, produit un nombre important de projets pour les églises de Bordeaux et de la Gironde. Les Archives municipales conservent près de 300 planches nées de la collaboration entre Jean-Louis Augier (1825-1893), peintre,décorateur et archéologue, et Léon Millet (1851-1929), dessinateur.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
attribution par source
Auteur : Betton Ernest, attribution par source
Auteur : Villiet Joseph
Joseph Villiet (1823 - 1877)

Peintre-verrier à Bordeaux.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Feur Henri,
Henri Feur (1837 - 1926)

Verrier à Bordeaux, élève et successeur de Joseph Villiet.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître verrier, attribution par source
Auteur : Alaux Jean-Michel,
Jean-Michel Alaux (1850 - 1935)

Jean-Michel ou Michel, fils de Gustave Alaux.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, signature

L'église présente un plan en croix latine, la nef étant complétée par deux chapelles formant transept. Le chœur constitué de deux travées présente une abside à trois pans. L'ensemble est doté d'un clocher-porche de base carrée, à quatre niveaux et coiffé d'une flèche polygonale en pierre. De part et d'autre de la tour, deux espaces permettent de stocker les chaises. L'intérieur du porche est voûté avec sur la clé de voûte le nom de Gustave Alaux architecte et la date 1874. Le portail intérieur est encadré de deux séries de trois colonnes en pierre polychrome. La nef est composée d'une travée de tribune puis de trois travées, dont celle d'avant-chœur sur laquelle s'ouvrent les chapelles formant transept. L'ensemble est voûté d'ogives. Dans la travée de tribune occidentale se trouvent les fonts baptismaux placés derrière une grille, avec un décor peint (toile marouflée) représentant le baptème du Christ et la liste des curés de la paroisse. Un bas-relief en albâtre représentant une Crucifixion est fixé sur le mur sud. La clé de la voûte d'ogives porte le nom de Jean Bégu sculpteur et la date 1874. La travée de tribune orientale abrite le groupe sculpté représentant une pieta, avec sur le mur sud la liste des principaux donateurs ayant permis la construction de l'église. Une porte donne également accès à l'escalier en vis menant à la tribune et au clocher. La clé de voûte porte le nom de Martial Doirat entrepreneur et la date 1874. La clé de voûte au centre de cette première travée porte le nom du président de fabrique Arnaud Douat. Au niveau de la tribune, une porte vitrée donne accès au premier niveau du clocher, d'où l'on aperçoit la cloche. La nef est percée de baies à arc brisé et scandée de colonnes engagées à chapiteaux corinthiens. S'y trouvent un monument à la mémoire des enfants de Soussans morts pour la France (1914-1918), servant de socle à la statue de Saint-Michel et un autre évoquant la mort de Joseph Holagray, le 3 juin 1917 au Chemin des Dames. Il est surmonté par la statue de Jeanne d'Arc. La chapelle ou le bras de transept occidental est dédié à la Vierge (autel et rose représentant l'Annonciation). Les croisées d'ogives reposent sur des culots sculptés représentant des visages (2 femmes, 2 hommes barbus). Les murs sont peints d'un décor de faux appareillage à fleurettes. La chapelle ou le bras de transept oriental est dédié à Saint-Joseph (autel et rose représentant la Mort de Joseph). On retrouve des culots sculptés de visages féminins et masculins. L'arcade brisée du chœur est soulignée par un décor peint et une inscription avec, de part et d'autre, les statues de Saint-Romain et du Sacré Cœur. Le chœur est éclairé par des baies en arc brisé avec des vitraux représentant des figures de saints en pied. Deux vitraux présentent des motifs géométriques. Le décor peint est composé de quadrilobes abritant les figures des évangélistes.

Murs calcaire
pierre de taille
Toit tuile creuse, pierre en couverture
Plans plan en croix latine
Étages 1 vaisseau
Couvrements voûte d'ogives
Couvertures toit à longs pans
flèche polygonale
croupe
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier en vis sans jour
Techniques sculpture
vitrail
peinture
ferronnerie
Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • AC Soussans, Cahier des délibérations du Conseil municipal, 1828-1873.

    Travaux à faire au clocher et au mur du cimetière, 9 juillet 1837.

    1°) Il faut changer trente six pierres à l´entablement en pierre de Bourg à tout fournir par l´entrepreneur.

    2°) Grater à neuf toute la flèche du clocher depuis sa naissance jusqu'au bout ainsi les petites illou (?) ou petites (?) crepis en ciment, chaux et sable tous les joints et flachées (?) qui se trouvent à la dite flèche sur les huit (?).

    3°) Changer quelques pierres au bout de la flèche qui ne sont pas bonnes pour rendre la croix solide, le tout en pierre de Bourg.

    4°) Le pourtour du carré du dit clocher sur les quatre faces depuis la toiture de l´église, crépir, blanchir et faire toute la maçonnerie nécessaire.

    5°) Crépir tout le dedans du clocher depuis la voûte de l´église jusqu'au bout de la flèche, jointer et réparer tout ce qui est nécessaire dans le dit clocher dans l´art de la maçonnerie qu´il peut exiger pour rendre l´ouvrage fait et fini.

    6°) Fournir deux appuis en pierre dure pour les croisées du clocher du côté Midi et les mettre en place.

    AD Gironde, 2O 3843 : Délibération du Conseil municipal : validation des plans et devis de M. Alaux, 1er juillet 1866.

    "Mr le Maire dépose sur le bureau toutes les pièces relatives au projet de la reconstruction dont il s´agit et donne connaissance à l´Assemblée des trois délibérations du Conseil municipal en date des 18 mai 1865, 11 février et 29 février 1866, la première l´autorisant à faire dresser par un homme de l´art les plans et devis pour cette reconstruction, la troisième approuvant le plan présenté par M. Alaux, architecte, ainsi que le devis s´élevant à la somme de 50 000 francs mais renvoyant le vote définitif à une séance où pourraient être fournis des renseignements qui manquaient alors.

    L´assemblée (...) reconnaissant (...) que l´église actuelle est trop petite pour la population, que cette église n´est susceptible d´aucun agrandissement à cause de la bizarrerie et de la difformité de sa structure, décide (...) qu´il y a urgence de la faire démolir et d´en construire une nouvelle sur le même emplacement tout en conservant le clocher actuel, adopte définitivement le plan dressé par M. Alaux (...) ".

    AD Gironde, 2O 3843 : Construction d'une église, mémoire explicatif, Alaux (architecte), 23 juillet 1866.

    "L'église actuelle de Soussans est une bâtisse informe qui n'offre aucun intérêt. Primitivement composée d'une seule nef romane, elle a été augmentée d'un bas-côté au XVe siècle du côté nord. Le clocher seul a conservé quelques traces d'ancienneté quoique la flèche, d'ailleurs en fort mauvais état, ait été reconstruite au XVIIe siècle ou au XVIIIe siècle. Nous conserverons pour quelques temps ce clocher mais il est probable que la commune le reconstruira d'ici à quelques années. Enfin l'orientation actuelle de l'église rend l'accès du monument difficile ; nous proposons donc de l'orienter du sud au nord, on verra par le plan général joint au dessin que cette nouvelle orientation sera beaucoup plus favorable à l'écoulement de la foule".

    AC Soussans, Pièces relatives à la reconstruction de l´église 1869-1902 : Pièces relatives à la reconstruction de l´église : Résumé des travaux prévus et imprévus au devis fait à l´église de Soussans, non daté, non signé.

    "Désignation des travaux (...) :

    Corbeaux du chœur de 3 assises.

    Fouille de terre d´un mur qui ne dépendait pas de l´ancienne église.

    Fouille de terre en resapement de l´ancien clocher.

    Démolition d´un mur transversal.

    Maçonnerie fait en sous-œuvre au clocher.

    Maçonnerie en pierres de taille pour former un empâtement du vieux clocher".

    AC Soussans, Pièces relatives à la reconstruction de l´église 1869-1902 : Lettre de l´entrepreneur Douat au maire : mention de la démolition imminente de l'église, 24 mai 1873.

    "Après avoir vu hier matin Monsieur Allaux qui n´a pas été encore avisé par vous de l´approbation de Monsieur le Préfet que par ce dernier cas, il ne pouvait me donner l´ordre de commencer la démolition de l´église. Il m´a dit aussi que vous aviez l´intention de faire l´église plus grande (...)".

    AC Soussans, Pièces relatives à la reconstruction de l´église 1869-1902 : Délibérations du conseil municipal : construction d'un nouveau clocher (devis et plans d'Alaux), 11 septembre 1873.

    "L´ancien clocher que l´on avait le projet de conserver provisoirement dans la reconstruction de l´église, n´offrant pas la solidité qu´on lui supposait, le Conseil municipal par sa délibération en date du 10 août 1873 le chargea de demander à M. Alaux, architecte, les plans et devis d´un nouveau clocher, ainsi que le devis de ce que pourrait coûter la restauration de l´ancien clocher (...). Considérant que l´ancien clocher dont l´architecture n´offre rien de remarquable n´est pas en harmonie avec la nouvelle église, qu´il forme au contraire avec celle-ci un disparate très disgracieux ; que ce clocher n´avait été conservé dans le plan de la nouvelle église qu´à titre provisoire, en attendant que la commune eût les ressources nécessaires pour le faire remplacer ; que puisqu'il est parfaitement reconnu aujourd´hui que ce clocher a été mis à nu par suite de la démolition de l´ancienne église, qu´il n´offre aucune solidité et qu´il ne pourrait être conservé qu´à condition d´y faire des réparations très coûteuses (...). Devis et plans d´Alaux pour un nouveau clocher adoptés".

    AC Soussans, Registre de fabrique, 1871-1882.

    Le jeudi onze septembre, le conseil municipal de la commune a décidé la démolition du vieux clocher et la construction d´un clocher neuf avec prolongement de l´église d´une demi travée et d´une tribune.

    Le mardi 21 octobre (...), il est procédé à la démolition du vieux clocher.

    AC Soussans, Pièces relatives à la reconstruction de l´église 1869-1902 : Devis-marché des travaux de sculpture, 16 novembre 1874.

    "Choeur : 2 clés de voûte, 4 chapiteaux, 4 autres

    Chapelles : 4 chapiteaux, 4 petits chapiteaux, 4 petits corbeaux, 8 culots, 2 clés de voûte

    Nef : 4 groupes de chapiteaux, 2 chapiteaux d´angle, 3 clés de voûte

    Tribune : 2 groupes de chapiteaux, 2 groupes de chapiteaux, 2 culots, 2 groupes de chapiteaux, 2 groupes de chapiteaux jumeaux, 2 clés de voûte

    Transept : 4 culots

    Clocher : 4 chapiteaux isolés, 8 groupes de chapiteaux, 1 grand fleuron, 4 petits

    Porches : 6 gros chapiteaux pierre dure, 4 idem, 2 idem, 1 clé de voûte

    Tourelle : 1 fleuron

    Pignons des transepts : 2 fleurons, pierre dure

    Porte latérale : 2 culots

    Lanternon : 4 chapiteaux isolés pierre dure, 4 fleurons, 4 amortissements, 8 culots

    D´après les instructions de M. Alaux".

    AD Gironde, 2O 3843 : Compte des travaux faits en maçonnerie pour la prolongation de l'église et la construction du clocher, 6 janv. 1876.

    "Désignation des travaux :

    Fouilles de terre du clocher et de la tribune. Partie de la façade du clocher et partie en contrebas des anciens murs ; façade de l´église, contreforts et fondations de la tribune et du clocher, mur de la façade du clocher, façade de l´église, contreforts murs latéraux, tribune, angles de la tourelle et colonnes de la tribune.

    Maçonnerie en élévation en pierre de Gros-Bourg, socles, contreforts, tribunes, façade de l´église, façade intérieure du clocher et contreforts.

    Maçonnerie au dessus du socle entièrement en pierres.

    Façade de l´église côté droit et gauche les vides déduit.

    Murs latéraux en élévation en grosse maçonnerie.

    Façade gauche du clocher.

    Voûtes en berceau ogival.

    Arcs doubleau.

    (...)".

    AD Gironde, 2O 3843 : Devis pour l'établissement de lieux d'aisance dans la cour des garçons, peintures décoratives, boiseries et diverses réparations à l'église et au presbytère, 21 août 1884.

    "Boiseries en chêne à exécuter à l´église (sanctuaire)

    Bois de chêne du Nord de 1er choix, passé à l´huile.

    Boiseries à droite et à gauche des portes.

    Quatre stalles, avec accoudoirs, dossiers et miséricordes.

    Boiseries au-dessus de ces stalles (y compris les préparations pour la sculpture).

    Deux parties de plancher avec contremarches sous les stalles.

    Un siège de célébrant sculpté et passé à l´huile.

    Boiseries entre les piliers, cinq parties de boiserie.

    Peintures décoratives à l´huile et à la cire à exécuter au sanctuaire de l´église.

    Voûtes peintes en bleu avec étoiles en métal blanc et or - 2 grands arcs - 4 petits ou nervures - et (?) ou moitié de nervures.

    Ces arcs couverts d´ornements divers.

    8 grandes colonnes, fûts et chapiteaux ainsi que les bases - ornements des chapiteaux seront coloriés et les fûts ornementés en couleur.

    idem parties des murs du haut des boiseries - à la pointe des demi nervures, les moulures des embrasures des fenêtres seront coloriés - une frise à sujets de la Création et armoiries du Saint Patron, semis de crosses, draperies, coups (?) de pierre.

    5 grands médaillons 1, 25 de diamètre environ.

    Arc triomphal, parties où il n´y a pas de moulures - extérieur et intérieur, couverts d´ornements plus simples".

    AD Gironde, 2O 3843 : Délibération du Conseil municipal : construction dépôt de chaises, 13 février 1887.

    "Mr le Maire expose que depuis longtemps la nécessité d´ajouter à l´église une construction pour un dépôt de chaises était reconnue par le conseil.

    Qu´un projet a déjà été présenté à cet effet, mais que ce projet n´ayant pas convenu, on l´abandonna.

    Aujourd´hui l´idée est venue d´établir cette construction à l´est et à l´ouest du clocher, et de transporter la porte actuelle de l´église au midi du dit clocher, de sorte que par ce moyen les chaises seraient convenablement placées et le dessous du clocher servant aujourd´hui de porche, parfaitement clos, serait un agrandissement très utile de l´église trop petite dans les grandes cérémonies.

    Qu´actuellement ce porche étant ouvert à tous les vents, il n´est pas possible de s´y arrêter, et il occasionne dans l´église des courants d´air incommodes et dangereux, que la construction dont il s´agit ferait disparaître, à la satisfaction de tous les fidèles.

    Qu´en conséquence, il a chargé M. Alaux, architecte, d´examiner l´idée ci-dessus énoncée et s´il y avait lieu de dresser un projet conformément à cette idée. M. Alaux ayant trouvé l´idée bonne a fait faire les plans et devis que le maire a l´honneur de soumettre au conseil (...).

    Demande d´ajout sur le devis pour la construction de deux stalles, de quatre prie-dieu et de deux médaillons pour compléter les boiseries et les peintures du sanctuaire et du choeur".

    AD Gironde, 2O 3843 : Mandat de paiment pour peintures, Louis Augier et Léon Millet, 23 janvier 1888.

    "Mémoire d'un travail de peintures décoratives placé dans le sanctuaire de l'église de Soussans, sous la direction d'Alaux (architecte) : deux grands médaillons d'1,20 m représentant l'un St Pierre, l'autre St Paul apôtres placés au-dessus des portes de la sacristie".

    AD Gironde, 2O 3843 : Devis descriptif et estimatif : réparations église, 7 juin 1902.

    "Les quatre colonnes du beffroi en mosaïque de ciment ayant été avariées par les intempéries présentent des fissures qui font craindre pour leur solidité.

    La dégradation subie n´est pas égale pour les quatre colonnes mais il y a lieu néanmoins de les remplacer toutes pour profiter de l´installation à faire à ce sujet et qui devra servir pour les quatre faces du clocher.

    Pour éviter le retour de cet inconvénient, nous choisissons comme matière du granit de Bretagne qui est d´une résistance absolument parfaite.

    L´entrepreneur devra cintrer les deux arcades jumelées de chaque face au moyen de pierres de taille ordinaires brutes de 62/31/36 qui seront posées au mortier de un tiers de sable et deux tiers de plâtre pour venir soutenir les deux arceaux qui se reportent sur la colonne à changer, étant d´ailleurs observé qu´il existe un tirant en fer qui soutient en partie le tympan qui se trouve au-dessus de ces arceaux.

    Le chapiteau et le voussoir au-dessus seront déplacés ou maintenus en place suivant plus ou moins de difficulté qui se produira dans l´opération.

    (...)

    Signé M. Alaux".

  • AC Soussans, Notes historiques de Robert Gleize, 1970-1993.

    Ancienne église de Soussans

    L´ancienne église était entourée par les tombes du cimetière. Elle comportait une nef centrale voûtée et deux petites nefs latérales lambrissées. La toiture couverte de tuiles était dominée, au centre de l´édifice, par un clocher carré surmonté d´une flèche. Dans le clocher, il n´y eut qu´une seule cloche jusqu'en 1771. A cette époque la famille des de Secondat de Montesquieu, seigneurs de Soussans firent don à la paroisse d´une seconde cloche. Cette cloche plus importante que l´ancienne fut fondue et coulée par le sieur Poulange, maître fondeur à Bordeaux ; cette opération eut lieu dans l´enclos de la famille Holagray près de l´église. Sur cette cloche se trouve l´inscription suivante :

    "Année 1771 - Au nom de Dieu et du glorieux Saint Romain Mr ARNAUD LESPIAUT curé. Parrain : Haut et Puissant Seigneur JEAN BAPTISTE de SECONDAT chevalier, Seigneur Baron de SOUSSANS, BESSAN, LABEGORCE, LABREDE, St MORILLON, MARTILLAC et de MONTESQUIEU. Marraine : Dame MARIE CATHERINE de MONS son épouse. M.M JEAN DEYREM Juge. JOSPEH CAMORS de ST PE procureur d´Office. JEAN DOUAT dit BERNIN Syndic".

    Les deux cloches de l'ancienne église ne carillonnèrent ensemble que pendant vingt ans. En effet, durant la révolution en 1791, la Municipalité de Soussans reçut l'ordre du Directoire du District de Bordeaux de livrer une cloche pour être fondue. De nos deux cloches ce fut la moins grosse mais la plus ancienne qui partit pour Bordeaux où elle fut fondue pour faire de la monnaie.

    L´ancienne église fut agrandie à deux époques différentes en raison de l´augmentation des fidèles. D´après le curé Barenne, le dernier agrandissement fut exécuté en 1694, ainsi que l´indiquait un millésime porté au-dessous du chapiteau du pilier de droite du chœur, le plus voisin de l´autel (...).

    Lors de la démolition de l´église, on eut la surprise de découvrir devant l´emplacement du sanctuaire un caveau que rien ne signalait. On découvrit à l´intérieur les ossements de quatre personnes adultes et les ossements d´un enfant. Selon le curé Costes qui assistait à la découverte on se trouvait en présence de la sépulture des anciens seigneurs de Soussans (...). Une autre découverte fut faite lors de la démolition du clocher le 21 octobre 1873. Un cercueil en pierre contenant les restes d´un prêtre fut trouvé à l´angle sud-ouest de la face sud du clocher, et au plus profond des fondations une pierre porte gravé le monogramme du Christ (...).

    Les seuls vestiges de l´ancienne église que l´on a pu conserver sont, d´une part une Crucifixion en albâtre et, d´autre part une remarquable Vierge de Pitié.

    La Crucifixion représentant un calvaire est sculptée en relief dans un panneau d´albâtre. Cette œuvre de la fin du XIIIe siècle qui échappa à la destruction, était placée dans l´ancienne église près de la porte d´entrée, contre un pilier, au-dessus d´un bénitier et sous un grand Christ en bois. Cette Crucifixion est actuellement scellée dans le mur décoré des fonts baptismaux de l´église (...)

    Vierge de pitié en chêne polychrome remonte au début du 16e siècle. Ce groupe très vénéré dans la paroisse portait les traces d´une riche décoration. Dans l´ancienne église, elle occupait une niche décorée de peintures, laquelle se situait dans le retable de l´autel de la chapelle de la Vierge. Au cours de la Révolution, le curé Dubos enleva et cacha le groupe pour éviter sa profanation, puis il dissimula la niche en plaçant un tableau devant l´ouverture. Lorsque la démolition de l´ancienne église sera entreprise en 1873, on trouvera la niche vide. Le curé Costes entreprendra alors des recherches et il découvrira enfin le groupe dissimulé dans un coin reculé des combles du presbytère. C´est en 1888 que la Vierge de Pitié trouvera sa place dans la nouvelle église.

    L´ancienne église devenue vétuste et trop petite pour répondre aux besoins du culte le curé Dubos envisageait déjà en 1789 la construction d´une église nouvelle à Soussans. L´idée de cette réalisation fut reprise par le curé Barenne en 1862, date à laquelle le conseil municipal envisagea le transfert du cimetière entourant l´église sur un autre emplacement situé à Bourriche (...).

    Le lundi 26 mai 1873, le dernier office religieux fut célébré dans l´ancienne église de Soussans par monsieur Delobis, chanoine honoraire, assisté de monsieur Costes, curé de la paroisse. L´abandon de l´église eut lieu à l´issue de l´office.

    Les 27 et 28 mai 1873, on procéda au déménagmenet dans l´église provisoire, et enfin, le 3 juin 1873 les travaux de démolition de l´ancienne église commencèrent (...).

    Église provisoire

    Après avoir procédé à l´examen des locaux de la commune pouvant éventuellement servir d´église provisoire, les autorités religieuses et la municipalité furent unanimes à reconnaître que le local le plus approprié à cette fin était le cuvier du presbytère. Ce local de 160 m2 de surface, éclairé par trois grandes fenêtres grillagées, fut tout ce que l´on trouva de plus propre et de plus convenable pour la célébration des offices.

    Ce fut donc dans ce cuvier que, les 27 et 28 mai 1873, furent installés les objets du culte et tout le mobilier en provenance de l´ancienne église vouée à la démolition.

    Le samedi 31 mai au soir eut lieu la bénédiction de l´église provisoire. Elle servit jusqu'au 28 septembre 1875.

    Après son abandon, l´église provisoire redevint cuvier pendant dix ans. En effet, ce ne fut que le 2 février 1885 que la municipalité de Soussans demanda au conseil de fabrique de la paroisse la mise à sa disposition du cuvier pour y entreprendre les travaux suivants :

    -démolition de la partie du cuvier faisant saillie sur la place de la nouvelle église pour dégager la dite place.

    -aménagement de la partie restante du cuvier pour en faire un logement pour le garde champêtre de la commune, et pour y installer la "prison".

    Par la suite, après le départ du garde champêtre, le local fut utilisé par la Batterie Fanfare de Soussans. Présentement il est occupé par les sapeurs pompiers de la commune, lesquels se sont empressés de faire disparaître la prison "devenue" inutile.

    Église actuelle

    La nouvelle construction ne put être entreprise qu´après avoir terminé le transfert des corps des défunts de l´ancien cimetière vers le nouveau. Or ce transfert fut très long de 1862 à 1873.

    Le 9 février 1862 le conseil municipal procéda au choix de l´emplacement du nouveau cimetière et des terrains qu´il convenait d´acquérir à Bourriche pour son aménagement.

    Ce choix reçut l´approbation de la Direction départementale d´hygiène, et les opérations purent alors se poursuivre. Le 15 août 1862, la commue acheta à plusieurs propriétaires les parcelles de terrain devant constituer l´emprise du nouveau cimetière. Ces parcelles représentant au total une surface de 4335 m2. Le terrain fut ensuite clôturé puis aménagé et les premiers transferts de corps purent commencer fin 1862, en présence de monsieur Hologray maire et du curé Barenne. Bien plus tard, en 1873, ce furent le maire Vidal et le curé Costes qui assistèrent aux derniers transferts, lesquels concernèrent tout particulièrement ceux des restes des défunts inhumés à l´intérieur de l´ancienne église.

    Modifications apportées au projet initial de Gustave Alaux :

    -l´abside dotée à l´origine de 5 ouvertures pour les vitraux fut agrandie pour pouvoir disposer de deux ouvertures supplémentaires pour répondre aux demandes des 7 généreux donateurs qui souhaitaient offrir un vitrail dans le chœur de l´église ;

    -volonté d´une "belle tribune", ce qui nécessite l´allongement de la nef de l´église d´une demi-travée, soit environ 4 mètres de long.

    Destruction finalement de l´ancien clocher dont seules les fondations ont été conservées et sur lesquelles fut construit le nouveau clocher.

    Le 20 juillet, on procéda à la pose et à la bénédiction de la première pierre de la nouvelle église. Cette pierre se trouve à la base de la colonne de droite en entrant dans le chœur. Elle contient une bouteille scellée renfermant un parchemin sur lequel a été écrit ce qui suit : "L´an du Seigneur 1873, le vingt du mois de juillet, sous le pontificat de PIE IX, Son Éminence le cardinal Ferdinand, François, Auguste DONNET étant archevêque de Bordeaux, ayant pour coadjuteur Monseigneur François ROULLIER de LA BOUILLERIE, archevêque de PERGA, a été bénite par monsieur DELOBIS chanoine honoraire de l´Église de BORDEAUX, la première pierre de cette église élevée à la gloire de Saint ROMAIN prêtre et confesseur. Étant maire de la commune monsieur Théodule Vivien VIDAL, curé monsieur Jacques Prosper COSTES, président de Fabrique Arnaud DOUAT. Sous la direction et plans de monsieur Auguste ALAUX architecte. Entrepreneur des travaux monsieur DOUAT. Conducteur, appareilleur monsieur PUJOL".

    Le 10 août, lorsqu'on voulut faire le raccordement des fondations de l´église nouvelle avec le vieux clocher, on constata que ce dernier, dans lequel on devait pratiquer l´entrée de l´église, ne présentait pas la solidité qu´on lui supposait. Après expertise, sa démolition fut immédiatement décidée par le conseil municipal au cours de sa réunion du 11 septembre 1873.

    Le 21 octobre 1873, on procéda à la démolition du vieux clocher. Les travaux se firent tout d´abord à la main, puis on les termina à l´explosif. Le 11 novembre 1873 marque le début de la construction du clocher actuel sur les fondations de l´ancien. Cette construction tenait compte de l´installation de la "belle tribune".

    Les travaux furent suspendus pendant l´hiver. Ils ne reprirent que le 12 mars 1874, et ils furent alors poussés avec célérité.

    A partir du 1er novembre 1874, le gros œuvre était terminé.

    Le 15 novembre 1874, la croix est mise en place au sommet du clocher par le sieur Champaux, réalisée par Monsieur Larauza maître ferronnier à Tayac.

    Modification de l´entrée de l´église en 1887 : espaces ajoutés pour entreposer les chaises.

    Vitraux du chœur

    Leur pose débuta le 19 août 1875. Ils proviennent de la fabrique du sieur Villiet, maître verrier à Bordeaux.

    -vitrail représentant le Christ a été offert par le cardinal Donnet archevêque de Bordeaux.

    -vitrail représentant St Romain, a été offert par monsieur Luc Deyrem.

    -vitrail représentant Ste Anne et la Vierge enfant, a été offert par madame Léonce Holagray.

    -vitrail représentant St François d'Assise, a été offert par la famille Preclos.

    -vitrail représentant St Gérard de la Grande Sauve, a été offert par M. et Mme Ernest Holagray.

    Il est intéressant maintenant, de connaître la raison pour laquelle les vitraux n°6 et n° 7 [vitraux à motifs géométriques] sont différents des autres dans leur présentation, bien que provenant de la même fabrique. Au lieu de représenter des personnages, ces deux vitraux ne présentent qu'une simple décoration géométrique désignée sous le nom de grisaille, et cela pour la raison suivante, à savoir :

    Le vitrail n°6 (grisaille) a été offert par la famille de monsieur Antoine Joseph Fauche, régisseur du château de La Tour de Mons.

    Le vitrail n°7 (grisaille) a été offert par monsieur Pierre Douat de Cenot, propriétaire.

    (...)

    Aménagements et dons intéressant le chœur

    -Le 7 juin 1874 : une paire de candélabres en bronze doré fut offerte par Monsieur Landau, propriétaire du château Haut-Breton.

    -Le 3 mai 1875 : le grand lustre placé devant le chœur fut offert par la famille de monsieur Henri Gondat, propriétaire à Virefougasse.

    -Le 19 août 1875 : pose des vitraux. La croix destinée au maître autel fut offerte par monsieur Arnaud Gondat, propriétaire à Marsac.

    -Le 7 janvier 1879 : la grille de l'entrée du chœur fut mise en place sous la direction de Michel Alaux, fils de l'architecte. Cette grille exécutée dans les ateliers de monsieur Lacarce, serrurier rue de Turenne à Bordeaux, fut offerte par la Fabrique de la Paroisse.

    -Le 24 janvier 1879 : mise en place des marches du maître autel tirées des carrières de Montbron (16).

    -Le 11 mars 1879 : pavage du chœur.

    - le 17 mars 1879 : mise en place du maître autel offert par la famille de monsieur Jean-Jacques Minvielle. La mise en place fut faite par le sieur Jabouin, marbrier.

    -Le 12 avril 1880 : deux girandoles furent offertes par la famille de monsieur Déodat Landeche [disparues] (...).

    -Le 5 août 1885 : mise en place des boiseries et des stalles, exécutées par les ateliers de monsieur Thureau, ébéniste, rue Mazarin à Bordeaux.

    -Le 16 septembre 1885 : décoration du sanctuaire par messieurs Augier et Millet, peintres décorateurs à Bordeaux.

    -Le 11 octobre 1885 : mise en place de la statue de St Romain, acquise par souscription ouverte dans la commune.

    Aménagements et dons intéressant la chapelle St Joseph

    -Le 21 avril 1872 : la statue de St Joseph fut offerte par l'ensemble des fidèles.

    -Le 19 août 1875 : pose de la rosace représentant la mort de St Joseph, offerte par madame Félicité de Gastebois de Marignac.

    -Le 22 septembre 1875 : pose de l'autel de la chapelle offert par madame Félicité de Gastebois de Marignac. La pose fut effectuée par le sieur Jabouin, marbrier.

    -Le 15 mai 1876 : installation du lustre de la chapelle, offert par la famille de monsieur Joseph Landeche.

    -Le 1er mars 1876 : carpette offerte par la famille Miquau demeurant à la Galiane ; croix de l'autel offerte par monsieur Henri Gondat, propriétaire à Virefougasse.

    -septembre 1886 : décoration de la chapelle par messieurs Augier et Millet, peintres décorateurs à Bordeaux.

    Aménagements et dons intéressant la chapelle de la Vierge

    -Le 27 octobre 1872 : la statue de la Vierge fut offerte par monsieur l'abbé Guiraudou.

    -Le 17 novembre 1872 : un cœur en vermeil fut offert à la Vierge par l'ensemble des fidèles.

    -Le 11 mars 1874 : l'autel et le lustre de la chapelle furent offerts par monsieur l'abbé Guiraudou.

    -Le 19 août 1875 : pose de la rosace représentant l'Annonciation ; offerte par monsieur Daniel Holagray.

    -Le 22 septembre 1875 : pose de l'autel de la chapelle, effectuée par le sieur Jabouin, marbrier à Bordeaux.

    -Le 30 avril 1876 : carpette offerte par Madame Fauche ; croix de l'autel et une paire de candélabres à six branches, offerts par monsieur Alcide Douat.

    -septembre 1886 : décoration de la chapelle par messieurs Augier et Millet peintres décorateurs à Bordeaux.

    Aménagements et dons intéressant la nef

    -Le 12 janvier 1874 : deux grands lustres furent offerts par monsieur Jean-Jacques Minvielle. Ils furent mis en place dans la nef en juin 1875 [disparus].

    -Le 20 juin 1875 : le portail et les portes de l'église furent ferrées par monsieur Larauza, ferronnier serrurier à Tayac, qui fit don des ferrures.

    -Le 22 septembre 1875 : deux petits bénitiers en marbre offerts par l'abbé Guiraudou, furent mis en place par le sieur Jabouin, marbrier à Bordeaux ; le baptistère, offert par monsieur Pierre Darquie, propriétaire du Domaine de la Raine, fut mis en place par le sieur Jabouin.

    -Le 18 mars 1879 : pose de la chaire et du confessionnal exécutés par les ateliers de monsieur Thureau, ébéniste, rue Mazarin à Bordeaux.

    -Le 7 février 1881 : inauguration de l'harmonium offert par les fidèles du Courneau de Marsac.

    -Le 30 octobre 1881 : le grand crucifix offert par madame Paul Bonnet, provenant de l'atelier de monsieur Brinon, fabriquant d'articles religieux, a été placé contre le mur en face de la chaire.

    -Le 8 mai 1886 : pose des grilles des fonts baptismaux, exécutées par les ateliers Lacarce de Bordeaux.

    -Le 17 juillet 1886 : décoration des fonts baptismaux par messieurs Augier et Millet, peintres décorateurs.

    -Le 7 mars 1888 : exécution de la niche pour la Pieta et décoration par messieurs Augier et Millet.

    Modification de l'entrée de l'église en 1887

    [2 croquis : entrée de l'église en 1873 - entrée de l'église à partir de 1887]

    En 1887, au cours de sa séance du 13 février, monsieur le maire Théophile Vidal expose au conseil municipal que : "depuis longtemps une construction pour le dépôt des chaises de l'église étant nécessaire, il convenait aujourd'hui d'établir cette construction à l'est et à l'ouest du clocher, et de transporter le portail actuel de l'église au midi dudit clocher, de sorte que par ce moyen les chaises seraient convenablement placées, et le dessous du clocher servant aujourd'hui de porche serait parfaitement clos, ce qui supprimerait les courants d'air incommodes et dangereux."

    La proposition de monsieur Vidal fut adoptée par le conseil municipal.

    Ce fut monsieur Alaux, architecte, qui fut chargé de la direction des travaux lesquels s'élevèrent à la somme de 5300 Frs.

  • BAUREIN, Abbé, MERAN, Georges. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Féret et fils, 1876, t. 2, 2è éd.

    p.83

    "L’Église de cette Paroisse, qui était petite dans le principe, paraît avoir été accrue à diverses reprises, mais d'une manière qui rend sa construction peu régulière. Elle est pourtant en état de contenir huit à neuf cents personnes".

    HUGON, Pierre. Statistique du canton de Castelneau-de-Médoc, dressé en 1855. Bordeaux : impr. de Lanefranque, 1857.

    p. 92-93

    "L'église de Soussans est érigée sous l'invocation de Saint-Romain. Sa construction est peu régulière, par suite des réparations successives qui ont été faites pour agrandir sa cage, qui était trop petite pour une population qui augmentait chaque année".

    GUILLON, Édouard. Les châteaux historiques et vinicoles de la Gironde. Bordeaux : Coderc, Dégréteau et Poujol, 1866-1869, t. 3.

    "L'église, qui est de plusieurs époques, est intérieurement masquée par son clocher qui forme, au centre, un pilier énorme".

  • Mobilier, décor peint et sculpté de l´église.

    Inventaire le 09/06/2010

    Porche :

    Clé de voûte : Gustave Alaux architecte 1874 (plan de l´église, compas, ciseaux).

    Travée de tribune

    A l´ouest :

    Peintures murales des fonts baptismaux (peintures marouflées) : Baptême du Christ, Saint-Pierre, Saint-Arnulphus (?).

    Clé de voûte : Jean Bégu sculpteur 1874 (maillet et autres outils).

    Bas-relief de la Crucifixion en albâtre (1908/11/30 : classé au titre objet).

    A l´est :

    Piéta, placée dans autel sculpté (1974/12/11 : classé au titre objet) ; inscription peinte : "Voyez s´il est une douleur semblable à ma douleur". Décor peint (voir projet conservé aux Archives municipales de Bordeaux, fonds iconographique, Soussans : signé Alaux, 28 mai 1888).

    Clé de voûte : Martial Doirat entrepreneur (équerre, compas et autres outils).

    Liste des souscripteurs.

    Clé de voûte centrale : Arnaud Douat président de la fabrique.

    Nef

    Mur occidental : Monument aux morts 1914-1918 et 1939-1944, surmonté de la statue de saint Michel, signée Ch. Desvergnes (plâtre).

    Mur oriental : statue de Jeanne d´Arc et monument commémoratif de Joseph Holagray (1917).

    Transept occidental :

    Vitrail quadrilobé avec Annonciation (don Holagray) ; signé Feur.

    Consoles avec visages : 2 hommes barbus et deux femmes.

    Décor peint de faux appareillage avec fleurettes.

    Retable de la Vierge à l´Enfant, inscription : "Sancta Maria succurre miseris juva pusillanimes refove flebiles".

    Autel avec monogramme AM.

    Transept oriental :

    Verrière avec Saint-Joseph.

    Statue de l´Immaculée Conception.

    Autel et retable dédiés à Joseph, inscription : "O Joseph Salus nostra in manu tua respice nos gangum".

    Monogramme JS.

    Consoles : 2 visages d´hommes barbus et deux visages de femme.

    Abside : clôture de chœur.

    Inscription sur l'arc diaphragme : "Venite ad me omnes qui laboratis et onerati estis et ego reficiam vos".

    Statue de Saint-Romain (à l´ouest), inscription : "S. Romane benedic populum tuum".

    Console avec visage au-dessus.

    Statue du Sacré Cœur (à l´est), inscription : "Cor Jesu Ssmum miserere nostri".

    Décor peint du chœur :

    Médaillons avec, de gauche à droite : Saint Pierre, Saint Marc, Saint Matthieu, la Trinité, Saint Jean, Saint Luc, Saint Paul.

    Sur fonds peints : SR.

    Verrières (d´ouest en est) :

    -motifs géométriques : don de la famille Douat.

    -Saint Gerardus (ANNO 1875 don de M. et Mme Ernest Holagray).

    -Sainte Anne (ANNO 1875).

    -Christ bénissant : Ad finem omnia suaviter (phylactère et armoiries AN-75).

    -Saint Rogatus.

    -Saint François.

    -motifs géométriques : don.

    Autel signé à gauche en bas : Ml Alaux Architecte Bordeaux MDCCCCXXIX.

    A droite : Bd Jabouin sculpteur à Bordeaux MDCCCLXXIX.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Gironde, 2O 3843 : Travaux nécessaires pour la charpente du clocher à laquelle est attachée l'horloge de la commune, oct 1861.

  • AC Soussans, Cahier des délibérations du Conseil municipal, 1828-1873.

  • AD Gironde, 2O 3843 : Devis descriptif et estimatif pour construction d'une église, Alaux (architecte) , 27 déc. 1865.

  • AD Gironde, 2O 3843 : Construction d'ue église, mémoire explicatif, Alaux (architecte) , 23 juillet 1866.

  • AD Gironde, 2O 3843 : Délibération du Conseil municipal : validation des plans et devis de M. Alaux, 1er juillet 1866.

  • AC Soussans, Pièces relatives à la reconstruction de l´église 1869-1902 : Lettre de l´entrepreneur Douat au maire : mention de la démolition imimente de l'église, 24 mai 1873.

  • AC Soussans, Registre de fabrique, 1871-1882.

  • AC Soussans, Pièces relatives à la reconstruction de l´église 1869-1902 : Délibérations du conseil municipal : construction d'un nouveau clocher (devis et plans d'Alaux) , 11 septembre 1873.

  • AD Gironde, 2O 3843 : Construction d'un clocher et d'une tribune, devis estimatif, Alaux (architecte) , 18 août 1873.

  • AC Soussans, Pièces relatives à la reconstruction de l´église 1869-1902 : Devis-marché des travaux de sculpture, Jean Régu (sculpteur) , 16 novembre 1874.

  • AD Gironde, 2O 3843 : Compte des travaux faits en maçonnerie pour la prolongation de l'église et la construction du clocher, Alaux (architecte), Martial Doirat (entrepreneur) , 6 janv. 1876.

  • AC Soussans, Pièces relatives à la reconstruction de l´église 1869-1902 : Délibérations du conseil municipal : validation des plans et devis d'Alaux pour l'autel, une chaire et un appui de communion, 18 août 1878.

  • AC Soussans, Pièces relatives à la reconstruction de l´église 1869-1902 : Devis de M. Alaux pour un confessionnal, 1878.

  • AD Gironde, 2O 3843 : Certificat réception construction de tambours et porte vitrée au clocher, Laporte (entrepreneur) , 17 décembre 1882.

  • AD Gironde, 2O 3843 : Délibération du Conseil municipal : le conseil approuve les plans et devis dressés par M. Alaux (boiseries de l'église, peinture et décoration de l'église ; réparations au clocher, réparations au presbytère, démolition et reconstruction du mur ouest de l'église provisoire (réparation à la toiture, aux fenêtres, aux portes, crépissage et blanchissage de murs), construction de lieux d'aisance pour les garçons, construction d'un mur en parpaing à l'ouest de la cour de l'école des filles) , 23 juin 1884.

  • AD Gironde, 2O 3843 : Devis pour l'établissement de lieux d'aisance dans la cour des garçons, peintures décoratives, boiseries et diverses réparations à l'église et au presbytère, Alaux (architecte), Thureau (entrepreneur de menuiseries) , 21 août 1884.

  • AC Soussans, Pièces relatives à la reconstruction de l´église 1869-1902 : Travaux de peinture décorative du sanctuaire et du chœur, Augier et Léon Millet (peintres) , 2 septembre 1885.

  • AC Soussans, Pièces relatives à la reconstruction de l´église 1869-1902 : Travaux de préparation des murs du sanctuaire, peintures décoratives, dorures à l´or fin, Ernest Betton (peintre-décorateur) , 3 septembre 1885.

  • AC Soussans, Pièces relatives à la reconstruction de l´église 1869-1902 : Fourniture de menuiseries pour l´église de Soussans, Gustave Carde (menuisier) , 4 septembre 1885.

  • AC Soussans, Pièces relatives à la reconstruction de l´église 1869-1902 : Devis à Monsieur Alaux (architecte) et Jabouin aîné (sculpteur, marbrier) pour une statue de saint Romain pour l´église de Soussans, 10 fevrier 1886.

  • AD Gironde, 2O 3843 : Certificat de réception : boiseries et sculpture, Thureau (menuisier) , 2 août 1886.

  • AD Gironde, 2O 3843 : Devis pour l'établissement de deux petits bâtiments au devant de l'église pour servir de dépôts de chaises, Alaux (architecte) , 3 mars 1887.

  • AC Soussans, Pièces relatives à la reconstruction de l´église 1869-1902 : Devis pour le petit édicule pour recevoir la statue de ND de Pitiè, Alaux, Janvier 1888.

  • AD Gironde, 2O 3843 : Mandat de paiment pour objets de menuiserie : stalles du chœur et prie-Dieu, Thureau (menuisier) , 23 janvier 1888.

  • AD Gironde, 2O 3843 : Délibération du Conseil municipal : compte présenté par M. Jabouin pour les sculptures réalisées à l'église, 14 septembre 1886.

  • AD Gironde, 2O 3843 : Mandat de paiment pour peintures, Augier et Léon Millet, 23 janvier 1888.

  • AD Gironde, 2O 3843 : Certificat de réception : construction d'un dépôt de chaises, Alaux (architecte) , 13 mars 1888.

  • AD Gironde, 2O 3843 : Devis descriptif et estimatif : réparations église, Alaux (architecte) , 7 juin 1902.

  • AC Soussans, Pièces relatives à la reconstruction de l´église 1869-1902 : Inventaire du mobilier de l´église , 15 mai 1905.

  • AC Soussans, Plans des communaux et des constructions : Restauration du sommet du clocher et rejointoyage de la flèche, suite à la destruction partielle par les intempéries des chapiteaux des colonnes du clocheton du sommet du clocher, Alaux (architecte) , 6 juillet 1920.

  • AD Gironde, 2O 3843 : Délibération du Conseil municipal : réparation aux vitraux de l'église ; devis de la maison Dagrant, 3 janvier 1921.

  • AD Gironde, 2O 3843 : PV réception définitive : restauration du campanile du clocher, Alaux et Gilet (architectes) , 15 nov. 1921.

  • AD Gironde, 2O 3836 : PV réception définitive, installation d'une horloge au clocher de l'église, Société Guignan, 2 nov. 1937.

  • AD Gironde, 2O 3843 : Mandat de paiment pour grille en fer forgé aux fonts baptismaux, Larauza (serrurier) , 15 mars 1888.

  • AC Soussans, Notes historiques de Robert Gleize, 1970-1993.

Documents figurés
  • AC Soussans, Registre de fabrique, 1871-1882 : plan de l'église, non daté, non signé.

  • Projet de construction d'une église. Plan en élévation, par Alaux Gustave (architecte), 27 décembre 1865 [AD Gironde, 2O 3843].

  • Projet de construction d'une église. Plan, emplacement de l'église, par Alaux Gustave (architecte), 23 juillet 1866 [AD Gironde, 2O 3843].

  • Plan de la rue et de la place de l'église, par Gautreau, géomètre, 28 avril 1874 [AC Soussans, Plans].

  • Projet de retable (?). Plan sur calque, non signé, non daté [AC Soussans, Pièces relatives à la reconstruction de l´église 1869-1902].

  • Courrier à entête de Bd Jabouin aîné, sculpteur, marbrier, 3 mai 1879 [AC Soussans, Pièces relatives à la reconstruction de l´église 1869-1902].

  • Église Saint-Romain de Soussans, Décoration du monument N.D. de Douleur, dessin aquarellé, Michel Alaux, 28 mai 1888.

    Archives municipales, Bordeaux : Fonds iconographique, commune Soussans
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire