Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Romain

Dossier IA33004533 réalisé en 2010

Fiche

Vocables Saint-Romain
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive droite)
Adresse Commune : Blaye
Adresse : rue Saint-Romain
Cadastre : 2015 AR 142

L'antique abbaye de chanoines augustiniens, qui servaient aussi d'église paroissiale, jugée trop proche de la citadelle, est partiellement détruite lors de la recomposition des fortifications de la ville par Pagan en 1652. La paroisse et les chanoines étant dépourvus de lieu de culte, une chapelle est d'abord établie en 1654 à proximité de l'ancienne abbatiale. A la suite de démarches réitérés des religieux, la reconstruction de la nouvelle église est décidée à l'écart de la citadelle, dans l'ancienne rue Jean Eymier, à mi-pente sur le versant de la colline du Monteil. Selon l'abbé Bellemer, les plans de l'église auraient été établis par Pierre Michel Duplessy, architecte du roi, hypothèse des plus probables eu égard à ses autres réalisations documentées, à Blaye et ailleurs, dans la seconde moitié du 17e siècle. La première pierre est posée le 22 août 1667. L'ensemble du sanctuaire voûté et le transept avec les chapelles paraissent avoir été réalisés dans un premier temps. Un paiement intervient en 1683 au maître maçon Jean Patron, pour le "parachèvement et la couverture de la nouvelle église". L'édifice, inachevé, est béni et ouvert au culte le 18 novembre 1684. La nef est alors couverte d'une charpente lambrissée et les clochers initialement projetés étant interdits par l'autorité militaire, seul celui du côté sud, très bas, est édifié (en dépit de la représentation du plan-relief de 1703, qui montre les deux clochers et une façade à fronton). Une tribune en fer dans l'église "pour y placer le corps de ville" est mentionnée dans les registres de délibération de la jurade en 1763.

L'édifice est dépavé durant la Révolution, afin d'employer le matériau pour fournir du salpêtre, et sa couverture est en mauvais état par défaut d'entretien. Il est remis en état au moment de la reprise du culte vers 1798, à l'initiative de l'abbé Siozard ; le maçon Antoine Cureau est notamment cité à cette occasion. Des objets du culte et ornements sont acquis par le nouveau curé en 1803, alors que la cloche est bénie en avril 1804. Un projet de construction de la façade et de réparation du maître-autel est envisagé en 1811, mais non réalisé pour cause d'insuffisance des revenus de la fabrique.

Le projet de restauration et d'achèvement de l'église, établi par l'architecte bordelais Jules Mondet en 1885, n'est finalement approuvé par la commission des bâtiments civils qu'en août 1889. Les travaux de reconstruction de la façade, de voûtement de la nef, de création de tribunes sur les chapelles de la travée droite du chœur et de réfection de la charpente sont entrepris dès lors, avec l'établissement de nouveaux piliers pour soutenir la voûte et harmoniser l'ensemble. Le chantier est réalisé par l'entrepreneur Berlureau, de Saint-Mariens. L'église est également remeublée dans les années 1890. En 1911, la décoration de la chapelle du Sacré-Cœur est effectuée par le peintre décorateur Terral.

L'église a été consacrée le 16 juillet 1939 par Mgr Feltin, archevêque de Bordeaux.

Période(s) Principale : 3e quart 17e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1667, daté par source
Auteur(s) Auteur : Duplessy Michel Pierre, dit(e) sieur Duplessy,
Michel Pierre Duplessy , dit(e) sieur Duplessy (1633 (?) - 1693)
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par travaux historiques
Auteur : Patron Jean,
Jean Patron

Maître maçon de Bordeaux, attesté à Blaye en 1683.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maître maçon, attribution par travaux historiques
Auteur : Mondet Jean Jules,
Jean Jules Mondet (1834 - 1884 (?))

Architecte né à Bordeaux. Élève de MM. Labbé et Danjoy.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Berlureau Jean-Baptiste,
Jean-Baptiste Berlureau

Domicilié à Saint-Mariens (33). En activité à Blaye à la charnière des 19e et 20e siècles, résidant ancienne rue du Rat (rue de l'Abbé-Bellemer).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Terral A., peintre, signature

L'édifice est précédé d'un parvis et d'une étroite place latérale au sud. De plan en croix latine, il comporte une nef unique de 3 travées, un transept, une travée droite avec chapelles latérales surmontées de tribunes et un chœur flanqué de petits collatéraux, entre deux sacristies.

Le chœur est voûté d'arêtes et les collatéraux sont en berceau et cul-de-four. Les sacristies sont également voûtées, de voûtes plates au sud ; chacune dispose d'un escalier en vis donnant accès aux tribunes, et, pour celle située au sud, au clocher. Le transept est éclairé de baies jumelées surmontées d'un motif en cœur. Les piliers de la large nef, séparés de la paroi murale par un étroit passage et formant des contreforts intérieurs, assurent la retombée de puissants doubleaux soutenant les voûtes d'arêtes. Les 3 travées sont éclairées de baies en arc plein-cintre.

La façade en pierre de taille reflète l'organisation interne : la partie centrale en léger ressaut est encadré de pilastres jumelés soutenant l'entablement par un arc en anse-de-panier surmonté d'un fronton. Le portail, à encadrement mouluré et couvert d'une plate-bande avec agrafe saillante, est surmonté par un triplet de baies en plein-cintre. Les parties latérales sont occupées par une table décorative en fort relief au premier niveau, et d'une niche dans le registre supérieur.

La toiture à longs pans est à pignon découvert en façade et croupe polygonale sur le chevet. Le clocher est couvert en appentis.

Murs calcaire moellon
pierre de taille
Toit tuile creuse
Plans plan en croix latine
Étages 1 vaisseau
Couvrements voûte d'arêtes, à lunettes
voûte en pendentifs, à lunettes
voûte en berceau
Couvertures toit à longs pans pignon découvert
croupe polygonale
appentis massé
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier en vis, en maçonnerie
Techniques peinture
sculpture
Représentations croix, étoile à six branches, fleur de lys, calice, hostie, agneau, phylactère, ornement végétal ancre, coeur enflammé, cuir découpé, croix
Précision représentations

Peintures de la voûte du chœur : une croix dans une couronne de feuillage, surmontée d’une étoile à six branches rayonnante. Collatéral nord (peintures dégradées) : décor de fausses tentures alternant couronne d'épines avec les trois clous et croix portant un cœur, frise végétale, tentures semées de fleurs de lys et d'autres fleurs, sur lesquelles, de chaque côté sur les murs, on trouve trois fois les instruments de la Passion, entourant le calice et l'hostie ; Agneau Pascal sur le cul-de-four, au-dessus d'un phylactère avec inscription : "Cor Jesu sacerrimum, miserere nobis" ; voûte divisée par une grande croix. Entrée de la chapelle : frise végétale, avec angelots à mi-hauteur et chrisme au sommet de la voûte. Sur le pan de mur du fond à gauche, une lancette à motifs végétaux.

Décor sculpté de la façade : le registre supérieur est occupé par deux cuirs découpés en symétrie, contenant une ancre pour celui de gauche et un cœur enflammé pour celui de droite. Un troisième cuir découpé au centre du fronton comporte les lettres SR (pour saint Romain). Le fronton décoré de volutes sur les rampants est couronné d'une croix.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables sacristie

Annexes

  • Transcription d'inscriptions et dédicaces dans l'église Saint-Romain

    Sur le pilier de gauche de la croisée du transepts :

    "Le 22 août de l’an de grâce 1667 / Messire Jean de Lacouture / délégué de Mgr Henry de Béthune archevêque de Bordeaux / posa la première pierre / de cette église abbatiale et paroissiale de saint Romain / régie par les chanoines réguliers de saint Augustin / Jean III Paul de Genouillac de Vaillac étant abbé commendataire / Pierre de Calvignac prieur claustral / André Dufilhol vicaire perpétuel."

    Première travée du mur sud de la nef :

    "Cette quatrième église / Abbatiale et paroissiale / SAINT ROMAIN / dont la première pierre a été posée le 22 août 1667 / a été consacrée le 16 juillet 1939 / par S. Exc. Mgr Feltin / archevêque de Bordeaux, évêque de Bazas, / S.S. le pape Pie XII étant glorieusement régnant, / G.M. Dupeyron, curé archiprêtre, A. Caucy, vicaire."

  • Transcription des inscriptions sur la cloche de Saint-Romain de 1804

    Extrait de Bellemer, t. II, p. 80 :

    FONDUE EN L'AN 12 DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE - DONNÉE PAR LA COMMUNE DE BLAYE A L’ÉGLISE PAROISSIALE DE SAINT-ROMAIN SOUS L'EXERCICE DE MM; JOSEPH MÉRAN AINE, MAIRE ; NICOLAS GABAUD ET MICHEL LANDOT-DUMARCHAL ADJOINTS ; - BAPTISÉE SOUS L'INVOCATION DE SAINT-ROMAIN PAR M. DESCRAMBES, CURE DE BLAYE ; - PARRAIN : M. MÉRAN, MAIRE ; - MARRAINE : DAME MARIE-ROSE-FLORENCE AUBERT, ÉPOUSE DU SOUS-PRÉFET DE BLAYE. - AMPOULANGE FECIT, 1804.

  • Projet de restauration de l'église Saint-Romain : transcription de documents

    Restauration et agrandissement de l’église paroissiale Saint-Romain, 1884-1891 (AD Gironde. 2 O 860) :

    - Rapport du conseil de fabrique sur les nouvelles conditions auxquelles le conseil municipal veut subordonner l'avis favorable qu'il donne aux projets de restauration de l'église, 20 décembre 1884.

    Premier projet du conseil de fabrique d’agrandir et de restaurer l’église en 1881 : « Un architecte habile et connu à Bordeaux par de grands travaux de ce genre, fut chargé de dresser les plans et devis d’une restauration complète de l’église, comprenant la construction d’un porche et d’un clocher et l’augmentation de la nef », pour 102 000 francs. Mais refus de la mairie car empiètement de 10 m sur la place publique.

    Élaboration en 1883 d’un projet plus restreint : suppression du porche et du clocher, et gain de 400 places. « Il complétait l’édifice par l’établissement dans la nef de voûtes et de piliers en harmonie avec ceux du chœur ; il terminait la façade encore inachevée », pour 53 000 francs. Mais opposition du conseil municipal.

    - Rapport par le président de la fabriquer sur les projets de réparation de l’église Saint-Romain, 21 janvier 1884.

    « Cet édifice est inachevé. La façade, les voûtes, le clocher n’ont pas été terminé. Il manque d’homogénéité, ainsi que le constate M. Mondet, architecte à Bordeaux, dans un rapport qui figure aux pièces du dossier. Il est insuffisant pour les besoins du culte dans les grandes solennités. L’état de dégradation de la voûte en planches qui couvre la nef et celui des vitraux exigent des réparations qui deviennent de jour en jour plus urgentes ».

    Depuis 30 ans, divers projets d’achèvement et de restauration.

    - Rapport de l’architecte Jules Mondet sur le projet de restauration, 20 février 1883.

    Église de la fin du 17e siècle. Plan en croix latine ; nef, transept, chœur, sanctuaire flanqué de 2 petits collatéraux, puis de 2 chapelles latérales faisant suite au transept et 2 sacristies dont la plus élevée, au sud, servant de clocher.

    « En examinant ce monument avec attention, on reconnait facilement qu’il a été construit en 2 ou 3 époques différentes. La partie postérieure, du sanctuaire au transept inclusivement, qui est toute voûtée en pierre et qui est la seule partie véritablement finie, a dû certainement être construite la première. » Homogénéité de formes et de construction « aussi ingénieuse que savante, qu’il est permis d’attribuer à une célébrité du temps. » La nef ou seconde partie « tout à fait en désaccord avec la première partie ; le manque de voûte en pierre, la disproportion des formes et les irrégularités de la construction dénotent divers changements opérés au fur et à mesure de l’exécution, très probablement avec des temps d’arrêt plus ou moins longs et bien certainement une dérogation complète au plan d’ensemble conçu par l’auteur de la première partie de l’église. Les variations et changements s’accusent principalement dans les murs latéraux où les chaînettes ont été complètement déplacées à partir d’environ 2,50 m de hauteur et aussi dans la façade principale dont la partie inférieure qui mesure environ 5 m de hauteur est construite en pierre de taille de choix, décorée de pilastres et de cordons tronqués au 1/5 de la hauteur, tandis que la partie supérieure a été continuée en maçonnerie de moellons équarris bruts et tout à fait comme chose provisoire. [...] « La tribune d’orgue formant tambour d’entrée doit remonter tout au plus au commencement de ce siècle [sic]. »

    « Le conseil de fabrique de Saint-Romain, qui a pris l’initiative de la restauration de l’église, a eu le regret de voir rejeter par l’administration municipale un premier projet. [...] Elle se borne donc aujourd’hui de proposer un second projet qui comporte d’abord un léger agrandissement » (140 m²), soit environ 400 places pour les fidèles et « l’appropriation générale de l’église pour en faire un édifice homogène, digne en même temps de sa destination et de la ville de Blaye. »

    Nouveau projet :

    1. Nef : construction de piliers, arcades et voûtes en pierre, analogues à ceux du chœur et déplacement des fenêtres pour les rendre symétriques et régulières par rapport aux travées projetées.

    2. Façade principale : reconstruction de la partie supérieure à partir d’environ 5 m de hauteur afin de l’harmoniser avec la partie inférieure qui paraît être à peu près de la même époque que le chevet.

    3. Le surhaussement des deux petites chapelles qui font suite du transept pour en faire des tribunes.

    4. Enfin, le recul de l’autel principal et des marches du sanctuaire jusqu’au troisième pilier. Cette surface de l’ancien sanctuaire ajoutée à celle des nouvelles tribunes et déduction faite des 5,50 m² des piliers projetés pour la nef, gain de 140 m², soit plus de 400 places. Dépense totale du projet : 52 917 francs.

  • Eléments mobiliers de l'église Saint-Romain

    - Selon P. Birolleau-Brissac (p. 154), l'ancien autel aurait été déplacé dans l'église de Marcillac (33).

    - Vitrail de la chapelle Saint-Romain, signature : Anno Domini 1890 [?] / GP DAGRANT.

    - Chaire à prêcher, signature et date : E. BERLUZAU / ÉBÉNISTE A BLAYE / 1893 / J. MONDET / ARCHITECTE.

    - Christ en croix, inscription : Joanna Renatus Anna-Maria / Carola / n.a. 1901 / dd. / hanc Crucem.

    - Maître-autel, signature : MARBRERIE / J. GUIRAUD / 27 allées St-Etienne 29 / TOULOUSE 1897.

Références documentaires

Documents d'archives
  • "Projet de délibération capitulaire consentie entre les chanoines, pour l'établissement d'une pointe dans l'église abbatiale de Saint-Romain, et brèves observations sur chacun des articles", 1739-1744.

    Archives départementales de la Gironde : G 611
  • Mémoire de la longueur et largeur de l'église Saint-Romain ; "nombre des ornements, linge et argenterie" qui s'y trouvent. (1749-1787 – pièce non datée).

    Archives départementales de la Gironde : G 612
  • Visite archiépiscopale de l'archiprêtré de Blaye, dont, en 1738, Saint-Romain.

    F° 349-399 Archives départementales de la Gironde : G 644
  • État du diocèse recueilli par ordre du prince de Rohan, dont Saint-Romain de Blaye.

    p. 197-204 Archives départementales de la Gironde : G 558
  • Restauration, 1884-1891.

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 860
  • Commission départementale des Monuments historiques. Blaye : dossiers de construction et de restauration (1839-1906).

    [documents numérisés, en ligne sur le site des Archives départementales de la Gironde]

    Restauration de l'église Saint-Romain, 1885-1889. Archives départementales de la Gironde : 156 T 1-A
  • Livraison d'un panneau de lave émaillée, 1897.

    Archives départementales de la Gironde : Fonds Dagrant
  • Réparations, 26 janvier 1934.

    Archives municipales, Blaye : M3
Documents figurés
  • Plan et profil de l'église Saint-Romain à Blaye. Dessin, encre et lavis, par Fénis de Tourondel, le 20 août 1707.

    Archives départementales de la Gironde : Fi NC
  • État des lieux : plan, coupes transversale et longitudinale, façade latérale. Dessins, par l'architecte Jules Mondet, 1880.

    [documents en ligne sur le site des Archives départementales de la Gironde].

    Archives départementales de la Gironde : 162 T
  • Plan cadastral napoléonien de Blaye, 1832.

    Section B2 Archives départementales de la Gironde : 3 P 058
  • Décor peint de la chapelle de la Croix. Dessin, 1893.

    Archives municipales, Bordeaux : Fonds Augier-Millet, Blaye 61
Bibliographie
  • BELLEMER Émile. Petite histoire de la ville de Blaye. Réimpression de l'édition originale de 1886, PyréMonde Princi Negue, 2009.

    TI, p. 193-195, 205-206, 215-220, 253-262 ; T.II, p. 70-71, 78-80, 84, 103.
  • BIROLLEAU-BRISSAC Paulette. Histoire de Blaye. Bordeaux : Ed. de la Société des Amis du Vieux Blaye, 1968.

    p. 92-93, 154-155
  • COTTON DE BENNETOT Arlette. Petit dictionnaire des rues de Blaye. Bordeaux : Imprimerie Biscaye, 1983.

    p. 103-106
Périodiques
  • COUTURA Johel. « L'actuelle église Saint-Romain ». Les Cahiers du Vitrezay, 1986, n° 56.

    p. 33-34
  • L´ESPERANCE. Journal de l´arrondissement de Blaye, littérature, beaux-arts, commerce, agriculture et annonces, 1836-1904.

    [exemplaires en ligne sur le site Gallica.fr : https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32768861f]

    24 novembre 1889, p. 3.
  • RAGOT Jacques. « Les démêlés du chanoine Taffart avec le chapitre de Saint-Romain de Blaye (1769-1771) ». Les Cahiers du Vitrezay, 1986, n° 56.

    p. 41-56
  • VALETTE Jean. « Note sur l'état des édifices cultuels du Blayais de 1755 à 1789 ». Les Cahiers du Vitrezay, 1986, n° 56.

    p. 57-64

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Beschi Alain