Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Michel

Dossier IA40001610 réalisé en 2017

Fiche

Œuvres contenues

Vocables Saint-Michel
Parties constituantes non étudiées cimetière
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Adresse Commune : Sarraziet
Cadastre : 2016 C 256

Sarraziet était le siège d'une seigneurie noble passée successivement, du XVe au XVIIIe siècle, dans les familles de Lescun, de Coutures, de Lassalle-Roquefort et de Cours, qui eurent probablement un rôle considérable dans la construction et l'aménagement de l'église du bourg. Celle-ci, plus encore que les autres lieux de culte chalossais, fut quasiment détruite par le capitaine Sauscé Dayres lors de la campagne dévastatrice de l'armée protestante de Montgomery en 1569 ("l'église dudit Sarraziet a été du tout rasée").

Une reconstruction dut intervenir au lendemain des guerres, à la fin du XVIe siècle ou dans le courant du siècle suivant. Les nombreux remaniements ultérieurs et les enduits qui dissimulent actuellement les élévations extérieures et intérieures ne permettent pas de repérer les vestiges ou remplois éventuels de cette reconstruction. Si l'on en croit une plaque apposée au-dessus de la porte d’entrée du clocher (voir annexe), une épitaphe dans la chapelle nord et une lettre du maire Émile Mibielle (12 mai 1905), l'église aurait été entièrement rebâtie en 1853 aux frais de Jean Ardans (1800-1873), maire de la commune de 1832 à 1873, et de sa femme Étiennette Lucat (1789-1862) - et non de la famille de La Roque-Ordan, héritière des anciens seigneurs de Sarraziet, comme il est parfois indiqué. En réalité, il s'agit plus probablement d'une reconstruction partielle, seuls le clocher et la petite chapelle Saint-Joseph accolée au flanc nord de la nef (destinée à servir de sépulture aux époux Ardans) étant érigés a novo. Dès 1882-1883, toutefois, le clocher dut être reconstruit presque à neuf par l'architecte Baucous, puis à nouveau restauré en 1902 par l'entrepreneur Clément Destribos de Coudures et le charpentier Lamarque après que la foudre fut tombée sur l'église le 10 juillet 1901.

Période(s) Principale : Moyen Age , (détruit)
Principale : limite 16e siècle 17e siècle , (?)
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Dates 1853, porte la date
1883, daté par source
1902, daté par source
Auteur(s) Auteur : Baucous,
Baucous

Architecte dans les Landes à la fin du XIXe siècle ; travailla à Sarraziet (canton de Saint-Sever) en 1882-1886 et à Monget (canton d'Hagetmau) en 1892.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Destribos Clément,
Clément Destribos

Entrepreneur à Coudures (canton de Saint-Sever, Landes) au début du XXe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur : Lamarque,
Lamarque

Charpentier en Chalosse au début du XXe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
charpentier, attribution par source
Personnalité : Ardans Jean,
Jean Ardans (1800 - 1873)

Né aux Aldudes (Pyrénées-Atlantiques) le 28 mai 1800, mort à Sarraziet le 22 février 1873, fils de Jean Gratian Itcainarena dit Ardans (1756-1813) et de Jeanne Deyres (1770-1829) ; épouse à Sarraziet le 22 novembre 1827 Étiennette Théophile Lucat (Dax 20 janvier 1789 - Sarraziet 11 octobre 1862). Principal propriétaire de Sarraziet, maire de la commune pendant quarante ans (1832-1873), chevalier de la Légion d'honneur le 14 mai 1865.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
donateur, commanditaire, attribution par source
Personnalité : Ardans Étiennette Théophile,
Étiennette Théophile Ardans , né(e) Lucat (1789 - 1862)

Née à Dax le 20 janvier 1789, morte à Sarraziet le 11 octobre 1862 ; fille du médecin Bernard Lucat, maire de Dax, député des Landes à l'Assemblé législative du 4 septembre 1791 au 20 septembre 1792 ; épouse à Sarraziet, le 22 novembre 1827, Jean Ardans (Les Aldudes 28 mai 1800 - Sarraziet 23 février 1873), maire de Sarraziet (1832-1873).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
donateur, commanditaire, attribution par source

L'église, orientée, est située au milieu du village, à flanc de colline, et est entourée sur les côtés sud et est par un cimetière. Elle est construite en maçonnerie de moellon, de brique et de cailloux, avec chaînes d'angle et encadrements de baies en pierre de taille. L'édifice est composé de deux vaisseaux de cinq travées d'égale longueur. Un clocher-porche carré introduit dans le vaisseau principal, au nord. Celui-ci ouvre à l'est, sans solution de continuité, sur un chœur en abside semi-circulaire éclairé par deux fenêtres. Une petite chapelle funéraire est accolée au mur nord de la nef, avec laquelle elle communique par une arcade brisée appareillée (composée d'un gros tore porté par deux demi-colonnes). Au sud, l'unique collatéral est séparé du vaisseau principal par de petits arcs en plein cintre en bois (autrefois coffrés de plâtre) soutenus par des piles rondes. Le vaisseau principal est couvert d'un berceau en plâtre, le collatéral d'un simple plafond, la chapelle nord d'une croisée d'ogives. Sur le mur occidental du vaisseau principal règne une tribune en bois, dont l'accès se fait par un escalier à balustres placé dans le bas-côté. Une sacristie barlongue est adossée à l'extrémité orientale du mur sud du collatéral. Toutes les fenêtres (du XIXe siècle) sont en plein cintre. L'édifice est couvert de tuiles creuses à l'exception du clocher, couvert d'une flèche hexagonale en ardoises à égout retroussé de plan carré.

Murs calcaire pierre de taille
calcaire moellon enduit
brique
Toit tuile mécanique, ardoise
Plans plan allongé
Étages 2 vaisseaux
Couvrements voûte en berceau plein-cintre
cul-de-four
lambris de couvrement
Couvertures toit à longs pans
appentis
flèche polygonale
croupe ronde
Techniques vitrail
Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Extrait du procès-verbal de l'état des églises du diocèse d'Aire, dit verbal de Charles IX (5 octobre 1571)

    Source : "Recherches historiques sur l'influence du protestantisme dans la province d'Auch pendant la seconde moitié du XVIe siècle. Procès-verbal de l'état des églises du diocèse d'Aire en vertu des Lettres clauses de Charles IX, roy de France, en date du 5 octobre 1571", Bulletin du Comité d'Histoire et d'Archéologie de la province ecclésiastique d'Auch (Revue de Gascogne), t. 1, 1860, p. 315.

    - "SARRAZIET ET BAHUS JUSAN. L'Eglise parroissialle de Sarraziet et son annexe de Babus Jusan est à la collation de L'Eveque D'Aire, a charge d'ames. Le curé est Me Bernard Lachau prêtre qui fait et fait faire le divin service au dt Babus, ou tous les parroissiens de Sarraziet et de Babus s'assemblent, d'autant que l'église du dt Sarraziet a été du tout rasée et aussi celle de Bahus est ruinée mais non pas entièrement comme l'autre et cela a été fait par un nommé Sauscé Dayres, comme il disait par commendement du capitaine Seris trésorier general de la cause a St Sever certain de la religion, les ornemens pillés et les cloches rompues et aussi le dit curé fut pris et rançonné."

  • Extraits de documents concernant l'église de Sarraziet et son mobilier

    AD Landes, 70 V 350/6 :

    - 1849 : demande de secours à l'État pour la construction d'un clocher à l'église.

    - 1882 (15 mai) : secours accordé par le ministre de la justice et des cultes à la commune de Sarraziet pour l'aider à payer la dépense de la reconstruction du clocher de son église, à condition toutefois : 1° de ne pas surélever le clocher, 2° de remplacer la flèche par une simple toiture carrée, 3° de supprimer la fenêtre supérieure, 4° de placer le beffroi plus bas sur des corbeaux et de ne pas l'encastrer dans la maçonnerie.

    - 1882 (15 septembre) : projet de reconstruction de la flèche du clocher de l'église, établi par l'architecte Baucous en 1882 (modifie le projet dressé le 15 décembre 1880 par le même architecte) : élévation du clocher actuel ; élévation projetée ; coupe en travers (du midi au nord).

    - 1882 (20 septembre) : rapport explicatif de l'architecte Baucous. "L'architecte, chargé de la rédaction des modifications [demandées par le ministère des cultes] a l'honneur d'exposer : que le clocher n'est point surélevé et que la hauteur primitive est conservée ; que la fenêtre supérieure est supprimée et que celle du beffroi seule est conservée ; que le beffroi est abaissé et qu'il repose sur des corbeaux ; la flèche est maintenue afin de pouvoir employer les matériaux provenant de la flèche actuelle, tels que bois, ardoises, etc. Il serait dérisoire de substituer à la flèche actuelle une toiture carrée qui serait du plus mauvais goût et qui ne répondrait nullement au vœu de la population. L'architecte est donc d'avis que le projet de la flèche soit maintenu."

    - 1882 : demande de secours pour le mobilier de l'église "dans le plus triste état, l'autel lui-même nécessite des réparations urgentes".

    - 1883 (3 octobre) : secours de 500 francs accordé par le ministère des cultes pour la "réparation" du clocher.

    - 1886 (11 février) : secours de 900 francs accordé par le ministère des cultes pour la "réparation" du clocher.

    - 1901 (29 mars) : secours de 300 francs accordé par le ministère de l'intérieur et des cultes pour réparation de l'église et du clocher.

    - 1901 (avant le 22 mai) : devis des réparations à l'église de Sarraziet établi par le charpentier Lamarque (vu par le préfet des Landes le 22 mai) : 1° remaniement de la toiture de l'église ; 2° plafond de l'église et de la sacristie ; 3° flèche du clocher, réparation avec fourniture d'ardoises ; 4° réparation de la charpente soutenant les trois cloches ; 5° remplacement de trois jalousies du beffroi. Coût total : 780 francs.

    - 1901 (28 juillet) : délibération du conseil de fabrique. La foudre est tombée sur le clocher le 10 juillet ; les quatre murs sont lézardés, des poutres tordues et la toiture entièrement endommagée sur ses quatre faces.

    - 1902 (16 mars) : délibération du conseil municipal indiquant que la foudre a détruit le clocher de l'église ainsi que sa toiture.

    - 1902 (31 juillet) : secours de 400 francs accordé par le ministère de l'intérieur et des cultes pour restauration du clocher.

    - 1902 (4 décembre) : le conseil municipal décide de faire exécuter les travaux du clocher en régie par Clément Destribos, entrepreneur à Coudures, et vote à cet effet une somme de 1153 francs.

    AD Landes, 70 V 350/5 :

    - 1905 (12 mai) : lettre du maire Émile Mibielle. "Au commencement du siècle dernier, Sarraziet possédait une église sur l'emplacement de celle qui existe. Elle a été restaurée en 1853 par J. Ardans propriétaire et maire de Sarraziet. Le clocher fut aussi érigé par ses soins et à ses frais comme l'atteste une inscription gravée sur une pierre de la façade principale du clocher."

    AP Sarraziet, dossier église (1989-1996) :

    - 1989 : nouveau carrelage en terre cuite par les établissements Despouys, d'Hagetmau.

    - 1991 (février) : achat de vingt bancs en pin au menuisier Michel Camiade, de Doazit.

    - 1996 : reconstitution d'un autel récupéré par le colonel Pierre Dubalen, de Toulouse.

  • Relevé d'une inscription gravée au-dessus de la porte d'entrée du clocher

    "1853 / J. ARDANS - ETE LUCAT / MAIRE - FLLE DU DEPT / RESTAURATEURS DE L'EGLISE / FONDATEURS DU CLOCHER." (= Jean Ardans, maire - Étiennette Lucat, fille du député - restaurateurs de l'église, fondateurs du clocher).

Références documentaires

Documents d'archives
  • Réponse à la circulaire de mai 1905 : renseignements sur l'église et le presbytère (1905).

    Archives départementales des Landes : 70 V 350/5
  • Église : acquisition d'objets mobiliers, secours de l'État (1881-1882), secours de l'État pour restauration du clocher (1883), refonte d'une cloche (1884), réparation de l'église et du clocher (1900-1902).

    Archives départementales des Landes : 70 V 350/6
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique (1906).

    Archives départementales des Landes : 70 V 350/8
  • AD Landes. 70 V 350/9. Dons et legs à la fabrique (1862-1867) : Étiennette Théophile Lucat épouse Ardans (1862-1867), Jean Ardans (1865-1867).

    Archives départementales des Landes : 70 V 350/9
  • Comptes de gestion de la fabrique (1894-1906).

    Archives départementales des Landes : 70 V 350/10
  • Dossier église (1989-1996) : carrelage en terre cuite par les établissements Despouys d'Hagetmau (1989), achat de vingt bancs en pin au menuisier Michel Camiade de Doazit (février 1991), reconstitution d'un autel récupéré par le colonel Pierre Dubalen de Toulouse (1996).

    Archives paroissiales, Sarraziet
Bibliographie
  • SOUSSIEUX Philippe. Dictionnaire historique des Landes. Études landaises, 2012.

    p. 721-722
Périodiques
  • "Recherches historiques sur l'influence du protestantisme dans la province d'Auch pendant la seconde moitié du XVIe siècle. Procès-verbal de l'état des églises du diocèse d'Aire en vertu des Lettres clauses de Charles IX, roy de France, en date du 5 octobre 1571", Bulletin du Comité d'Histoire et d'Archéologie de la province ecclésiastique d'Auch (Revue de Gascogne), t. 1, 1860.

    p. 315
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe