Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Martin

Dossier IA33007058 inclus dans Village de Talais réalisé en 2012

Fiche

Vocables Saint-Martin
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Saint-Vivien-de-Médoc
Adresse Commune : Talais
Adresse : route du Bourg
Cadastre : 1833 C1 206 ; 2012 C2 435

L'ancienne église de Talais est visible sur les cartes historiques du 18e siècle. Sur un plan parcellaire, l’édifice de plan rectangulaire et couvert d’un toit à deux pans est situé au sud-est d’un îlot entre deux chemins de communication et entouré du cimetière : il avoisine au nord-ouest un « jardin et grenier » appartenant au seigneur de Lesparre. Selon le registre des baptêmes, mariages et sépultures, la cloche est bénite le 22 septembre 1784 puis placée au clocher le 3 octobre 1787.

Sur le plan cadastral de 1833, l'église semble orientée et présente un plan rectangulaire avec décrochements et contreforts (?). Le cimetière entoure encore l'édifice, il est transféré hors du bourg en 1838.

L’église, érigée en succursale en 1840, est en mauvais état : elle est démolie puis reconstruite. Selon un rapport, le nouvel édifice, dont les plans et devis sont dressés par M. Tamplié, entrepreneur à Queyrac et approuvés par le conseil municipal en 1843, est composé d’un plan en croix latine et d’un clocher « établi au-dessus du fronton d’entrée » : il mesure 25m de longueur, 8m30 de largeur et les "bras dépassent le corps, à droite et à gauche, de 3m80". Deux sacristies viennent compléter l’ensemble en 1846, bâties sur les plans de Louis Dupuy, entrepreneur et maçon au Verdon. La toiture de l’église en mauvais état est réparée en 1850.

Devenue trop exiguë pour l´ensemble de la commune qui voit sa population s´accroître, l’église doit être agrandie en 1858. Mais en raison d’un manque d’espace, le projet avorte.

En 1868, l’état des finances de la commune de Talais est assez satisfaisant pour envisager une reconstruction entière de l’église, en mauvais état et toujours trop petite. Les plans dressés par Edouard Bonnore sont adoptés le 22 octobre par le conseil municipal. Les travaux sont réalisés par l’entrepreneur Pierre Berthon. Le terrain au nord-ouest de l’îlot est cédé, ce qui permet de décaler l’emplacement du nouvel édifice, offrant ainsi plus d’espace, et de proposer une façade au sud-est et un chevet au nord-ouest. Le devis est approuvé le 29 avril 1874. Selon le cahier des charges, la pierre de taille provient des carrières de Bourg et de La Roque de Thau et le moellon de la démolition de l´église de Blaye (?) et de l´ancienne église de Talais. Le procès verbal de réception des travaux a lieu le 20 janvier 1879.

Une nouvelle cloche est acquise en 1891, fondue par Émile Vauthier. Une horloge (fabriquée par la société Louis-Delphin Odobey Cadet) est achetée en 1896 et placée au clocher en 1897.

En 1902, la réparation urgente du clocher est effectuée par M. Godet, architecte à Lesparre.

Le clocher est une nouvelle fois réparé en 1927 par Jean-Gaston Adoue, architecte de l'Ecole des Beaux Arts de Paris ; les travaux sont réalisés par l´entrepreneur Louis Breysacher. Le procès verbal de réception des travaux a lieu le 20 août 1928.

En 1952, les vitraux, détruits "par faits de guerre", sont remplacés ; quelques croquis conservés du peintre-verrier Gustave Dagrant (documentation Inventaire) indique qu'une commande lui avaient été passée pour la réalisation de vitraux (non signés, non datés).

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1874, daté par source
Auteur(s) Auteur : Adoue Jean Gaston,
Jean Gaston Adoue (09/05/1871 - 15/09/1941)

Architecte et aquarelliste.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Berthon Pierre, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Godet Pierre,
Pierre Godet

Architecte à Lesparre.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Vauthier Émile,
Émile Vauthier

Fils d'Antonin Vauthier, fondeur de cloches à Saint-Émilion (Gironde), installé dans l'ancien couvent des dominicains.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fondeur, attribution par source
Auteur : Bonnore Jean-Édouard,
Jean-Édouard Bonnore (19/10/1820 - )

FERET Edouard, Statistique générale de la Gironde, Personnalités et notables girondins. De l’Antiquité à la fin du XIXe siècle, Bordeaux, 1889, p. 82 :

"BONNORE (Jean-Edouard)

Architecte, né à Lesparre (Gir.) le 19 octobre 1820. Élève de Jules Bouchet à Paris, sous le patronage de Visconti, archit. Fixé à Lesparre en 1852, architecte de l’arrondissement et de la ville de Lesparre, du lazaret de Trompeloup ; a été membre correspondant de la commission des monuments historiques de la Gironde. A fait édifier ou restaurer dans les arrondissements de Lesparre, de Blaye et de Libourne 24 églises dont 18 neuves ; ce sont celles de Lesparre, Carcans, Vendays, St-Vivien (les nefs, l’abside et le clocher, monument historique de 1re classe, vient d’être reconstruite, sous la direction de M. Bonnore, aux frais de l’Etat) ; Verdon, Talais, Grayan, Naujac, Ordonnac, Potensac, St-Girons, Pugnac, Saugon, Donnezac, St-Androny, St-Caprais, Néac, St-Christoly-de-Médoc (façade principale, monument historique). Nous pourrions énumérer plus de vingt mairies, écoles ou presbytères et un grand nombre de maisons bourgeoises ou châteaux parmi lesquels nous citerons : le château de Sipian, à Valeyrac (V. son dessin, tome II, p. 511) ; château du Port, à M. Eycart de Morin, à St-Vivien ; château de P. Bert, à Talais ; château Troussas, à M. Ph. Brannens, à Valeyrac. Citons encore le portail du cimetière de St-Estèphe et les plans d’un nouveau lazaret projeté à Padarnac, etc. Auteur de : Quatre vues pittoresques de la vieille église de Soulac, avec notice descriptive et hist., Bx, s. d., in-f°, 2pp. de texte et 4 lith."


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Breysacher Louis, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Dupuy Louis, entrepreneur, attribution par source

L´église, de plan allongé et non orienté, est située sur une plateforme, au croisement de deux voies.

La façade principale, disposée au sud-est, est à pignon découvert et bâtie en petits moellons équarris et pierre de taille. Encadrée de contreforts, elle est percée d'une porte à plate-bande avec coussinets inscrite surmontée d'un tympan et d'un arc plein-cintre reposant sur colonnettes à chapiteaux, composé d'une voussure à deux rouleaux et frise sculptée de dents de scie. Au-dessus, une corniche à modillons sépare ce premier niveau du niveau supérieur ouvert d´une baie cintrée et sommé d´un fronton triangulaire à base interrompue avec modillons. L´ensemble, formant un léger ressaut, est surmonté du clocher bâti en pierre de taille et haut de 32 mètres. Ce dernier est doté sur chaque face de baies jumelles, d'une horloge, de pinacles et sommé d'une flèche polygonale à égout retroussé de plan carré.

Les élévations latérales, soutenues par des contreforts, ainsi que le chevet (flanqué de la sacristie), sont bâtis également en petits moellons équarris et ornés d´une corniche à modillons et de consoles. L´intérieur de l´édifice est composé d´un porche sous le clocher, d´une nef à quatre travées, de deux bas-côtés et du chœur. Le porche présente à l´est les fonts baptismaux fermés d´une grille en ferronnerie et à l´ouest les escaliers en vis en pierre menant à la tribune, au-dessus de laquelle s'élève le clocher. La nef est voûtée en berceau avec arcs doubleaux ; des arcades cintrées, reposant sur des piliers cannelés de base carrée, la séparent des bas-côtés voutés également en berceau avec arcs doubleaux. Les bas-côtés sont dotés d'autels secondaires avec grille de clôture : l´un, à l´ouest, est dédié à la Vierge, l´autre, à l´est, est dédié à Saint Martin. Ces autels sont accompagnés d´un décor peint (fleur de lys, motifs végétaux et floraux), d´un encensoir suspendu par trois longues chaînes, d´une statue de la Vierge et d´une toile peinte représentant saint Martin. Dans la nef se trouvent également un Christ en Croix (seconde travée), une chaire et une plaque commémorative de la guerre 1914-1918 (troisième travée) et un ex-voto de bateau suspendu au centre. Le chœur, flanqué de la sacristie, est formé d'une travée et d'une abside en cul-de-four éclairé par trois verrières. Le décor peint est composé de motifs végétaux (fleurs de lys) et d'une une Vierge à l´Enfant avec la colombe du Saint-Esprit.

Murs calcaire
moellon
pierre de taille
Toit tuile creuse
Plans plan allongé
Étages 3 vaisseaux
Couvrements cul-de-four
voûte en berceau plein-cintre
Couvertures toit à longs pans
flèche polygonale
croupe ronde
pignon découvert
appentis
Escaliers escalier intérieur : escalier en vis sans jour, en maçonnerie
Techniques ferronnerie
sculpture
vitrail
peinture
Représentations dent de scie, feuille, fleur, fleur de lys, encensoir, Vierge à l'Enfant, pomme de pin, saint Martin, pinacle, colombe, denticule
Précision représentations

La voussure du portail est ornée de dents de scie et sommée d'une corniche à modillons. La voussure du vitrail est ornée de besants. Le fronton triangulaire est également décoré de besants, de dents de scie et les consoles sont sculptées de motifs floraux.

La grille fermant les fonts baptismaux est ornée de pommes de pin.

Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Documentation complémentaire

    AD Gironde, E 3902 : Registre des baptêmes, mariages et sépultures de l'église Saint-Martin de Talais, 1780-1792.

    "L'an mil sept cent quatre vingt quatre le vingt deuxième de septembre a été bénite la grande cloche pesant six cent cinquante trois livres (...) placée sur le clocher le 3 octobre 1787".

    AD Gironde, 2 O 3869 : Rapport concernant le projet de reconstruction de l'église de Talais, dans l'arrondissement de Lesparre, 12 juillet 1842.

    Le plan par terre de cet édifice est fort simple ; c'est une croix de 25 mètres de longueur, sur 8m30 de largeur et dont les bras dépassent le corps, à droite et à gauche, de 3m80.

    La hauteur du mur extérieur est de 6m depuis le sol jusqu'à la corniche du bâtiment. La toiture est une couverture en tuiles creuses, à deux versants pour la pente de 2 de hauteur et 5 de base.

    Quant au clocher, établi au-dessus du fronton de l'entrée, il se réduit à un mur de Om65 centimètres d'épaisseur, 3m de largeur et 5m30 de hauteur. Ce mur est percé d'une ouverture centrale destinée à recevoir la cloche.

    Il n'y a cependant point lieu affecté à la sacristie ; mais celle-ci pourrait être placée dans une des deux chapelles réservées dans les deux bras de la croix.

    On voit par cette disposition que la reconstruction proposée ne présente aucune difficulté [...].

    AD Gironde, 2 O 3869 : Devis de la construction de l'église, 18 février 1843.

    Montant estimé à 8714, 28 francs.

    AD Gironde, 2 O 3869 : Devis descriptif et estimatif des travaux à exécuter pour la construction de l’Église de Talais, 29 avril 1874.

    L’Église actuelle de Talais est insuffisante pour la population de cette commune.

    Ce bâtiment construit avec une extrême parcimonie ne peut permettre un agrandissement convenable et suffisant et il est impossible d'ailleurs à cause de sa proximité de la route départementale de pouvoir construire un collatéral sur le côté Nord faisant pendant à celui que l'on construirait sur le côté Midi. Du reste il resterait tellement peu de chose de la construction actuelle pour arriver à un agrandissement qu'en réalité les travaux à exécuter équivaudraient à une reconstruction totale, n'ayant aucun caractère architectural.

    Le Conseil Municipal a donc décidé sa reconstruction et il adopte pour sa nouvelle Église le style du XIIe siècle.

    Le projet nouveau présente une Église à trois nefs, voûtées chacune par une voûte plein cintre en pierre avec arcs-doubleaux. Un clocher sur la façade forme porche intérieurement ; l'abside circulaire est précédée d'un avant-chœur de chaque côté duquel sont les sacristies [...].

    Travaux de sculpture :

    Fleuron terminal de flèche

    4 fleurons des lucarnes

    8 chapiteaux des lucarnes

    4 chapiteaux d'angle à la tour

    4 fleurons des tourelles

    1 chapiteau supportant les tourelles

    4 chapiteaux du beffroi

    Croix double sur le pignon

    (...)

    Montant : 33 614, 61 francs.

    AD Gironde, 2 O 3869 : Devis pour la réparation du clocher, 8 décembre 1901.

    Montant : 1069,11 francs.

    AC Talais, Registre de délibérations, 1881-1925.

    1890 : Achat d´une nouvelle cloche.

    Le maire expose au Conseil qu´il a fait visiter la cloche à plusieurs reprises et qu´il est parfaitement reconnu que celle-ci est complètement hors de service.

    [...] Monsieur le maire a pensé qu´il est du devoir du Conseil municipal [...] de faire le nécessaire pour arriver à l´acquisition d´une nouvelle cloche.

    Dans ce but, Monsieur le maire s´est mis en communication avec M. Vauthier, fondeur de cloches à Saint-Emilion, et a obtenu le devis qui est joint à la présente délibération.

    1891 : Achat d´une nouvelle cloche.

    27 octobre 1896 : Pluie dans le clocher.

    7 février 1897 : Réparations aux cloches.

    9 mai 1897 : Réparation à la couverture.

    12 juin 1898 : Jointage des voûtes réalisé par M. Richard.

    9 octobre 1898 : Travaux à faire aux sacristies confiés à MM. Berthon et Richard ; travaux aux assises de l´église.

    19 mai 1901 : Situation du clocher. M. Hosteing dresse un rapport sur l´état actuel de la flèche du clocher.

    8 décembre 1901 : Réparations au clocher.

    Monsieur le maire expose que selon l´avis du Conseil municipal et sur la demande du Conseil de la Fabrique, il a fait dresser un devis par M. Godet, architecte à Lesparre, en vue des réparations urgentes à faire au clocher.

    Il invite le Conseil à prendre connaissance du dit devis dressé le 8 octobre 1901 et à émettre son avis sur les mesures qu´il convient de prendre [...].

    Le devis de M. Godet est approuvé et il reste chargé de le faire exécuter aussitôt que faire se pourra et au mieux des intérêts communaux.

    Comme la Fabrique et la commune ne possèdent pas de fonds disponibles, le Conseil municipal espère que la Commission départementale voudra bien lui venir en aide pour faire face à une dépense qui s´impose pour cause de sécurité publique.

    9 février 1902 : Réparations au clocher.

    13 Mars 1902 : Réparations au clocher.

    [...] La Commission départementale dans sa séance du 27 février dernier a accordé à la commune de Talais une subvention de trois cent francs [...].

    Et comme il existe à Talais un entrepreneur qui a déjà construit l´église, qui est très connu [...] et qui est particulièrement recommandé par M. l´architecte. [...].

    [Le Conseil] délibère que, [...] vue l´urgence des travaux et dans l´intérêt de la commune, M. Berthon, entrepreneur à Talais, sera chargé de préférence d´exécuter le projet dont il s´agit [...].

    AC Talais, Registre de délibérations, 1925-1949.

    29 mai 1927 : Réparation de la flèche au clocher : projet du devis.

    18 février 1928 : Nécessité de réparer le beffroi du clocher, peintures des fenêtres et des cadrans de l'horloge, pose du fil conducteur du paratonnerre.

    AC Talais, Registre de délibérations, 1949-1987.

    20 février 1952 : Remplacement des vitraux détruits pas faits de guerre.

  • Description sommaire du décor

    Peinture :

    Bas-côté nord-est : tableau représentant saint Martin en habit d'évêque, tenant un rouleau avec inscription (IN / XPO / JHS / PER / EVANG / EGO / VOS / GENU / I : "In Christo Jesu per Evangelium ego vos genui") dans la main gauche et levant le bras droit. A ses côtés se trouvent la crosse et une croix. L'auréole du personnage présente l'inscription "S. MARTIN. EPISC. TURON".

    Le tableau porte une signature en bas à droite : "J. Cuture" (?).

    Sculpture :

    Deuxième travée : Christ en croix surmonté de l'inscription "INRI"

    Troisième travée : sainte Germaine

    Quatrième travée : Vierge à l'enfant

    Mobilier :

    L'autel dans le chœur présente l'inscription : "DON DE Mme Vve GAILLARD NÉE FAUCHEY".

Références documentaires

Documents d'archives
  • Registre de délibérations 1881-1925.

    Archives départementales de la Gironde
  • Registre de délibérations 1925-1949.

    Archives communales, Talais
  • Registre de délibérations 1949-1987.

    Archives communales, Talais
  • AD Gironde, E 3902 : Registre des baptêmes, mariages et sépultures de l'église Saint-Martin de Talais, 1780-1792.

  • AD Gironde, 2 O 3869 : Dossiers d'administration communale : Culte, église, 1828-1940.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Riberolle Jennifer