Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Martin

Dossier IA40001583 réalisé en 2014

Fiche

Œuvres contenues

Vocables Saint-Martin
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Mugron
Adresse Commune : Caupenne
Cadastre : 2014 F 124

Le Liber rubeus de la cathédrale de Dax (milieu du XIIe siècle) mentionne deux églises sur le territoire de la future commune de Caupenne. Celle du bourg actuel est mentionnée sous le nom de Sanctus Martinus de Gueites - le nom de Caupenna, qui est celui du château érigé sur le castrum voisin, n'apparaît que plus tard dans le siècle. De cet édifice roman, seul subsiste aujourd'hui le chevet, dont le plan, le bel appareil régulier en grès, les percements (remaniés) et le décor des chapiteaux (feuilles lisses et boules, oiseaux picorant des fruits), du bandeau (rinceaux) et des modillons désignent une réalisation du deuxième quart du XIIe siècle. Une tour massive est érigée à l'extrémité occidentale de la nef dans les premières décennies du XIVe siècle, datation confortée par le système d'arcature reliant les contreforts sur la face ouest. Comme dans la plupart des paroisses de la région, la fin de la Guerre de Cent Ans et la reprise démographique qui la suit entraînent l'agrandissement de l'église par la construction de deux collatéraux, dans lesquels sont remployés des matériaux de la nef romane (nombreuses marques de tâcherons). Ces travaux s'échelonnent de la seconde moitié du XVe siècle au milieu (?) du siècle suivant, comme le montrent les disparités de taille et de composition entre les différentes baies à remplages. Le voûtement d'ogives des collatéraux est étendu dans un second temps au vaisseau central, simplement charpenté à l'origine. Dans le même temps, le percement d'une grande arcade dans le mur ouest met en communication la nef avec le rez-de-chaussée de la tour-clocher. La dernière adjonction importante intervient au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles, avec la construction d'un porche adossé au flanc nord de la tour et le percement d'une nouvelle porte d'entrée au décor classique, très proche de celles des églises voisines de Laurède, Poyartin, Ponson et Bégaar. Le décor intérieur, en partie repris au XVIIIe siècle, est complété en 1869-1870 par l'exécution de peintures ornementales et figurées couvrant l'intégralité des murs et voûtes (restaurées en 2003).

Période(s) Principale : 2e quart 12e siècle
Principale : 1ère moitié 14e siècle
Principale : 2e moitié 15e siècle
Principale : 1ère moitié 16e siècle
Principale : limite 17e siècle 18e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1870, porte la date

L'église, autrefois entourée par le cimetière, est un édifice à trois vaisseaux bâti en grès (chevet) et en calcaire (nef, clocher) appareillés. Le vaisseau central est prolongé à l'ouest par le rez-de-chaussée d'une tour-clocher fortifiée, épaulée par trois contreforts reliés par des arcades aveugles et flanquée, au nord, par un porche classique, au sud par une chapelle baptismale. Le vaisseau principal ouvre sur deux collatéraux de deux travées par des grandes-arcades brisées sur piliers rectangulaires à angles abattus (avec congés sculptés). Les trois vaisseaux sont couverts de croisées d'ogives simples à clefs de voûte sculptées (voir décor). De même largeur que le vaisseau central, une travée de chœur couverte d'un berceau surbaissé est prolongée à l'est par une abside romane semi-circulaire en cul-de-four. Le chevet, raidi par des contreforts droits, était originellement percé de trois étroites archères inscrites dans des arcades à colonnettes - seule la baie axiale est actuellement intacte, les fenêtres nord et sud ne subsistent plus qu'à l'état de traces. Le décor sculpté, homogène (réf. IM40005486), comporte des chapiteaux à sujets, un bandeau à rinceaux prolongeant les tailloirs, une corniche et des modillons. Le chevet et le mur gouttereau du collatéral sud (dont une partie des pierres sont des remplois provenant de la nef romane) portent de nombreuses marques de tâcherons (esses, petite maison, etc.).

Murs grès pierre de taille
calcaire pierre de taille
Toit tuile creuse mécanique
Plans plan allongé
Étages 3 vaisseaux
Couvrements voûte d'ogives
voûte en berceau plein-cintre
cul-de-four
Couvertures toit à longs pans croupe ronde
toit à deux pans
Techniques vitrail
sculpture
sculpture
peinture
Représentations croix grecque, fleur, rose, colombe
Précision représentations

Décor en relief peint polychrome sur les six clefs de voûte des trois vaisseaux. Vaisseau central, d'ouest en est : rose dorée et rouge sur fond bleu ; fleur dorée sur fond vert et rouge. Collatéral nord, d'ouest en est : croix grecque dorée sur fond rouge ; fleur à quatre pétales entourée d'une tresse dorée. Collatéral sud, d'ouest en est : carré à côtés incurvés et angles fleuronnés, entouré d'une tresse dorée à fleurons brochants ; colombe du Saint-Esprit dorée sur fond gris.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections inscrit MH, 1970/09/23

Annexes

  • Extraits d'archives concernant les deux églises de la commune de Caupenne et leur mobilier

    I. AP Caupenne (non coté). Registre des délibérations du conseil de fabrique de Caupenne (1834-1906) :

    - Séance extraordinaire du 20 mai 1836 : Mme de Cès-Caupenne a, le 16 mai, "exprimé le désir d'avoir un banc dans l'église de Caupenne pour elle exclusivement pendant sa vie et tant qu'elle résidera au dit Caupenne" en échange d'une "prestation annuelle consistant dans le pin [sic] et le vin d'autel nécessaires au culte". Demande accordée. "Ladite dame demanderesse a rendu des services à l'église en contribuant par ses bienfaits à sa décoration."

    - L'an 1838 et le 7 de janvier nous membres soussignés de la fabrique [...] avons fait le récollement [sic] des objets de l'église [...]."

    - Séance du 3 avril 1842 : "Nous membres soussignés du Conseil de fabrique de l’Église de Caupenne, considérant que les réparations à faire à l’Église sont de première nécessité pour la conservation de la voûte qui menace de tomber et dans plusieurs endroits elle est déjà détrempée par l'eau qui tombe de la toiture qui n'a été recouverte à temps faute de moyens. Considérant que la fabrique est dépourvue de toutes ressources pour subvenir à la dépense des réparations à faire à la toiture et à la voûte ; vu le devis estimatif de ces réparations à cet effet dressé par un homme de l'art qui le monte à 160 fr., son règlement de compte de 1841, ayant éprouvé un déficit de 153,60 entre ses faibles recettes et ses énormes dépenses et son budget de 1843 présentant un déficit de quatre cents francs, comme il paraît par le dit compte et budget dont le double est déposé à la mairie. / Éprouvons le regret de ne pouvoir rien voter pour les dépenses que la loi met à la charge de la fabrique et supplions en conséquence le Conseil municipal de suppléer à notre insuffisance absolue (quoique bien convaincu du peu de ressources qu'il a lui-même) ou au moins de prendre tel moyen que de droit auprès du gouvernement pour faire assurer au plutôt [sic] les travaux qui lui paraîtront les plus indispensables pour empêcher la ruine de ce monument. / [signé] Duboy Minvielle, Lannepouquet, [illisible], Ad. Farthouat p.tre, Maurin [...]."

    - Séance du 14 avril 1844 : "Vu l'impossibilité où se trouve le conseil de la commune de Caupenne d'accorder les fonds qui luy ont été demandés pour venir au secours de la fabrique [...], vu enfin l'urgente nécessité de réparations à faire aux églises de Caupenne et St-Laurent si on ne veut avoir la douleur de voir crouler ces édifices, les devis ont été remis au Département [...]." Une demande de secours est adressée au préfet.

    - Séance du 19 septembre 1875 : prise de possession de la cure par le nouveau desservant Étienne Darrieutort.

    - 1er octobre 1875 : "Inventaire des ornements, linge, mobilier et autres objets du culte à l'arrivée du curé soussigné. / Ornements. Drap d'or : 2, 1 en très mauvais état, l'autre convenable. Blancs : 3, l'un convenable, les deux autres déchirés. Rouges : 2 convenables. Vert : 1 en bon état. Violet : 2 id. Noirs : 3, l'un en bon état, l'autre déchiré, l'autre hors d'usage. Jaune : 1 interdit. / Chapes. En drap d'or : 1 toute neuve. Rouge et blanche : 1 presque hors d'usage. Rouge : 1 encore convenable. Noire : 1 déchirée. / Dalmatiques noires en bon état. / Voile de bénédiction : 1 bien simple, mais convenable. / Étoles pastorales, en drap d'or, une en bon état. Rouge : une convenable. Noire et violette : une presque neuve. / id. : une déchirée. / Dais : un tout neuf. / Tentures noires, une garniture. / Draps mortuaires : un tout neuf, deux usés. / Aubes brodées en bon état : 6. id. usées, un peu usées : 3. / Surplis : un en bon état, trois usés. / Aubes d'enfant de chœur : 4 presque neuves. / Soutanes id. : 4 presque neuves. / Cordons id. : 8, 4 en bon état. / Barrettes id. : 4 usées. / Calottes id. : 4 usées. / Barrettes de prêtre : 3 usées. / Amicts : 15 en bon état. / Purificatoires : 138 id. / Manuterges : 55 id. / Cordons : 6 un peu usés. / Corporaux : 8 en bon état. / Palles [sic] : 10 assez convenables. / Calice en vermeil. / id. en argent pied de cuivre. / Ostensoir en bronze doré. / id. en argent, pied de cuivre. / Ciboire en argent. / id. pour les malades en argent. / Crémières en argent pour baptême et extrême-onction. / Burettes, deux paires. / Chandeliers avec la croix de bois au maître-autel 6. / id. à l'autel de la Vierge 6. / id. à l'autel de St Michel 4 en mauvais état. / à la sacristie, 4 blanchis pour la bénédiction. / 4 en bronze avec souches en mauvais état. / Croix de procession : 2, une toute neuve. / id. pour les enterrements : 1 en mauvais état. / id. pour les enterrements d'enfants : 1 en mauvais état. / Encensoirs avec navettes : 2. / Bénitier 1, 2 goupillons. / Missels : 1 incomplet, 1 autre déchiré. / Pupitres de messe 2, du lutrin 1. / Un harmonium. / Un tabouret de bénédiction. / Vases à fleurs en porcelaine 6, en bois 10. / Une statue de la Ste Vierge. / Deux tapis couvrant les degrés, 2 pour les pieds du prêtre. / Bouquets artificiels : 24 en mauvais état, 2 convenables. / Rituel : un à la sacristie, un pour les malades. / Graduel et antiphonaire pour les chantres. / Garnitures d'autel brodées : 9 en bon état. / id. unies : 2 usées. / Nappes d'autel : 11 en bon état. / Sous-nappes : 7 très usées. / Nappes de communion : 2 paires en bon état. / Serviettes : 8 en bon état. / Rideaux de confessionnal : 5 en bon état. / Bourses de chandeliers : 6 usées. / En général, les ornements, les linges du prêtre et une partie du linge des autels ont besoin d'être renouvelés. L'église à l'intérieur est très bien, l'extérieur aura besoin d'être rafraîchi, et le clocher construit. / Caupenne, 1er octobre 1875. L. E. Darrieutort curé."

    - Séance de la quasimodo 1876 : "Décision prise avant la séance de quasimodo 1876. Les dalmatiques noires ne seront plus prêtées aux églises voisines que moyenant [sic] la somme de 10 f. chaque fois, le drap mortuaire 5 f., les tentures 3 chaque fois, la chappe [sic] 5 fr."

    - Séance du 8 avril 1877 : "Après la réunion, M. le curé a proposé à MM. les membres de la fabrique de demander au conseil municipal une allocation de 300 fr. pour contribuer à la refonte de la cloche. M. le trésorier s'est chargé de cette affaire. Il a présenté la demande au conseil municipal qui l'a votée à l'unanimité. Lorsque ce vote a été connu, Monsieur le trésorier et M. le curé se sont occupés de la refonte et ont prié M. Delestan fondeur à Dax de se rendre à Caupenne pour traiter l'affaire de la refonte de la cloche. / traité de la refonte le 17 juin 1877. Entre les soussignés / Monsieur Delestan fondeur demeurant à Dax faisant pour l'exécution des présentes élection de domicile à la mairie de Caupenne d'une part, et 1° M. Louis Raymond Alfred de Cès Caupenne et 2° M. Gustave Lartigau délégué du conseil municipal pour surveiller l'exécution du travail, pour lequel la commune de Caupenne a voté trois cents francs, d'autre part. / Art. 1. Monsieur Délestan s'engage par la présente à faire refondre pour le compte de la fabrique de Caupenne la cloche cassée, aux conditions suivantes. La descente de l'ancienne cloche se fera sous la direction de M. Delestan qui fournira les appareils, grue et cordages nécessaires. Le transport à Dax reste au compte de la fabrique. A son arrivée à la fonderie, la cloche sera immédiatement pesée en présence d'un délégué de la commune. / Art. 2. M. Délestan s'engage avec le même métal à fournir une cloche à peu près égale comme dimensions et poids à la cloche fêlée avec les inscriptions qui seront indiquées. Ces dimensions sont les suivantes. Hauteur 69 c et demi. Diamètre 86 c et demi. La nouvelle cloche devant comme son s'accorder avec l'ancienne pèsera environ 60 k de plus qui seront payés 3 f 80 le k. / Art. 3. Le prix de la refonte est fixé à 90 c. le k. / Art. 4. Le transport de la nouvelle cloche de Dax à Caupenne se fera aux frais, risques et périls de M. Delestan ainsi que la mise en place sans que pour cette installation la fabrique soit tenue à aucune espèce de dépense, dégageant dès aujourd'hui sa responsabilité dans l'opération. / Art. 5. M. Delestan s'engage à munir la nouvelle cloche de l'armature nécessaire pour permettre de faire frapper le battant à volonté sur tout le pourtour de la cloche de manière qu'elle puisse être mise en branle sans peine. Ce joug nouveau système lui sera payé 180. / Art. 6. M. Délestan prend l'engagement de répondre de la cloche pendant 5 ans dont 1 pour le son, de telle sorte que si durant ce espace de temps la cloche nouvelle venait à se casser, il serait obligé de la descendre, transporter, refondre et replacer, le tout sans aucun frais pour la fabrique. / Art. 7. La refonte de la cloche se fera en présence d'un ou plusieurs délégués de la fabrique ou du conseil municipal. / Art. 8. Le paiement se fera de la manière suivante. 300 f. au moment de la pose de la cloche qui devra avoir lieu avant le 1er sept. prochain au plus tard. 200 f. au 1er février 1878. La solde [sic] susceptible d'intérêt à 5% après le délai de garantie. / Fait à Caupenne le 17 juin 1877. / En conséquence toute la somme en dehors des 300 f. accordés par le conseil municipal reste à la charge de la fabrique aux termes fixés par l'acte ci-transcrit."

    - Même séance : "La Fabrique doit à Mr Candelon de Tarbes une banière [sic] 85 (payé)."

    - 1878 : "Souscription du corbillard".

    - 1883 : "Inventaire du mobilier et des ornements de l'église de Caupenne. / Ornements en drap d'or : 3 assez bons. Rouges : 2 usés. Blancs : 1 usé. Violets : 2 bons. Vert : 1 bons [sic]. Noir : 2 bons. / Dalmatiques noires une paire bon. / Chapes drap d'or : 1 neuve. Faux or : 1 bonne. Rouge : 1 usée. Noire : 1 bonne. / Étoles pastorales, drap d'or, 1 bonne. Rouge : 1 id. Blanche et violette : 2 id. Noire : 1 id. / Voiles de bénédiction : 2, un usé. / Dais : 1 bon. / Tentures noires, une garniture usée. / Banières [sic] : 2 bonnes. / Petits oriflammes : 21. / Une mitre neuve. / Un tabor (bon). / Une bourse de viatique usée. / Amicts : 17 bons. / Palles [sic] : 10 id. / Corporaux : 13 id. / Purificatoires : 138 id. / Manuterges : 55 id. / Aubes brodées : 6 usées. / id. unies : 4 id. / Cordons : 4 bons. / Surplis : 8 (4 usés). / id. unis : 3 usés. / Aubes d'enfant de chœur : 8 bonnes. / Soutanes id. : 8 usées. / Rideaux du confessionnal : 5. / Vases en porcelaine : 12. / id. en bois doré : 8. / Bouquets id. : 4. / id. verts : 6 en bon état. / id. blancs : 4. / Missels : 3. / id. pour les morts : 1. / Pupitre de messe : 2. / id. pour les chantres : 1. / Grands livres de chant : 2. / id. petits : 4. / id. pour les morts : 2. / Un harmonium. / Un corbillard en bon état. / Lustres en cuivre : 5. / Lustre en bois doré : 1. / Chandeliers d'autel et croix : 18 et 3 croix. / Pour la messe basse : 6. / Girandoles dorées : 8. / Pour l'adoration : 14 en bon état. / Verres de couleurs : 2. / Guirlandes en papier : 12. / id. pour la niche. / Calice en or (vermeil) ; 1. / id. coupe argent : 1 en bon état. / Ostensoirs en cuivre : 2, peu convenables. Bénitier : 1. id. porcelaine : 1. / Crémières : 3 en bon état. / Une lampe en cuivre. / Encensoirs : 2. / Goupillons : 2. / Burettes, deux paires. / Boîte pour le St Viatique : 1. / Ciboire en argent : 1 usé. / Clochettes : 2. / Autels : 3. / Statues : St Pierre, St Paul, la Ste Vierge en bon état, Sacré-Cœur neuve, St Joseph neuve. / Bancs funéraires. / Croix de procession 3. / Pour la paix 1. / Un bénitier en marbre. / Une chaire en bon état. / Chaises 321. / Bancs 7. / Deux tableaux aux fonts baptismaux, cinq aux autels (sans valeur)."

    - Séance du 10 août 1887 : projet de réparation de la toiture "des plus urgentes pour conserver les voûtes et les peintures déjà endommagées".

    - Séance du 15 octobre 1889 : installation de J.-B. Puyo, ex-curé de Taller, comme nouveau curé desservant.

    - Séance du 14 janvier 1903 : installation d'Alexandre-Barthélemy Dubasque comme nouveau curé desservant.

    - [Feuillet intercalé] 1er mars 1906 : "Nomenclature des objets mobiliers, dont l'église paroissiale a la jouissance, tant que le culte catholique y sera exercé. / 1° Chemin de croix de l'église de Caupenne. / 2° Autel de la Vierge de St-Laurent. / 3° Calice en vermeil. / 4° Canons d'autel, pupitre et un missel. / 5° 2 devants d'autel, l'un en drap d'or et l'autre en tulle et or et 4 bouquets. / [en face des n° 1 à 5 : Tous ces objets ont été mis à la disposition des curés de Caupenne par la famille Fayet.] / 6° Grande croix de procession et nappe d'autel. / 7° Aubes (les plus belles) d'enfant de chœur. / [en face des n° 6 et 7 : Offerts par Mme de Cès Alfred.] / 8° Missel rouge (1875). / 9° 4 vases en porcelaine pour maître-autel (1876). / [en face des n° 8 et 9 : Offerts par M. Darrieutort curé.] 10° Statues du Sacré-Cœur et de St Joseph (1877). Familles Duperier et de Cès. / 11° Corbillard, procuré à la fabrique par M. Darrieutort au moyen d'une souscription (1878). Les souscripteurs dont les noms ont été conservés ont seuls le droit de s'en servir gratuitement ; la fabrique, qui a acheté les draperies (38 fr.) peut faire payer les autres. / 12° Grand ostensoir (1864) (M. et Mme Victor Ringo). / 13° Cadran de l'église (1879) procuré par M. Darrieutort, curé - 50 fr. / 14° Draperies de l'Adoration, devant d'autel broché or, le tout inauguré en 1882 (donné par M. Darrieutort curé) (200 francs). / 15° Aube brodée offerte à M. Darrieutort par une dame de Mugron (1885). / 16° Une somme de 500 francs a été donnée à M. Darrieutort curé, qui a acheté 1° les chandeliers et la croix du maître-autel, 2° 4 candélabres bouquets, 3° et une paire de girandoles pour la bénédiction du très St Sacrement en 1888. / 17° Une nappe d'autel, offerte par Madame Vve Puyo en 1890. / 18° Statue de St Antoine (produit d'une souscription paroissiale faite par Madame Larrère, ancienne domestique du château). / 19° Un très beau devant d'autel offert par Madame Larrère Jean. / 20° Bouquets blancs, une gerbe, une niche et 6 vases. / 21° 2 magnifiques bouquets or, offerts par Mlle Anaïs Lartigau en 1905. / Le conseil de fabrique reconnaît que tous les objets ci-dessus relatés ne peuvent être considérés comme étant la propriété de la fabrique, mais qu'ils ont été mis à la disposition des curés desservant l'église de Caupenne pour le service du culte, et que si le service du culte catholique était supprimé dans la paroisse, ces familles ou leurs représentants en ligne directe ou collatérale auraient le droit de les reprendre. / Il reconnaît aussi 1° que la statue de la Ste Vierge ; 2° les deux paires de canons d'autel servant le dimanche et pour les grandes fêtes ; 3° deux ornements blancs avec leurs accessoires ; 4° une aube brodée ; 5° une bourse peinte pour l'exposition du très St Sacrement ; 6° un missel (celui qui sert tous les jours et le dimanche) ; 7° un voile blanc pour le St Sacrement ; 8° les canons d'autel de l'église de St-Laurent sont la propriété particulière de M. l'abbé Dubasque, curé de Caupenne. Fait à Caupenne le 1er mars 1906."

    - [Feuillet intercalé] : "Je soussigné déclare avoir reçu de M. l'abbé Dubasque, curé de Caupenne, la somme de quatre vingt seize francs soixante quinze centimes, prix de quarante trois chaises en bois de platane, livrables dans le courant de cette semaine. / Mugron le 23 mars 1908. / Pour acquit de la somme ci-dessus. / Lacampagne."

    II. AP Caupenne (non coté). Budget de fabrique de Caupenne (1843-1880, 1881, 1883, 1884, 1886) :

    - 1856 : "Grosses réparations de l'église et de la sacristie... 500 fr. / Approuvé sans présentation préalable des plans de travaux à exécuter".

    - 1857 : même objet. Somme : 2500 francs.

    - 1858 : même objet. Somme : 2500 francs.

    III. AD Landes (2 O 560). Église, presbytère, cimetière (1832-1935) :

    - 1903 : acquisition d'une horloge.

  • Extraits de la monographie paroissiale de Caupenne (mai 1881)

    Extraits de la monographie paroissiale de Caupenne , par le curé Darrieutort, mai 1881 (AD Landes, 16 J 16 b) :

    "Section deuxième - Archéologie / Première partie. Bâtiments religieux".

    La commune possède trois église : Caupenne, Bergouey, Saint-Laurent. Bergouey et Saint-Laurent sont des édifices à deux nefs, "sans vitraux peints".

    - Église Saint-Martin de Caupenne : "très irrégulière". Construction en pierres extraites des carrières de Tauzia. Plan primitif à deux nefs et une chapelle dédiée à la Vierge, chapelle prolongée par la suite à deux reprises (cf. reste d'un contrefort et croisée décentrée). Entrée et chœur romans, nefs de style ogival, arc triomphal ogival. Pas de clocher, mais une tour carrée tronquée, présentant les vestiges d'un escalier en pierre. Contre le mur ouest de la tour-clocher, deux anciennes sépultures en maçonnerie renfermées dans des ogives (enfeus ?), auxquelles s'ajoutent une troisième sépulture vide. Reste d'un bandeau (litre ?) : armoiries des seigneurs de Caupenne.

    - "Les cloches sont au nombre de deux, l'une fort ancienne porte la date de 1627 avec cette inscription "Faicte a esté la presente cloche pour l'esglise NRE Dame de Heugas estant curé MRE Bernard de Sarrameian". L'autre a été fondue en 1877 avec la matière d'une cloche qui datait de 1632 et qui avait appartenu à l'église de Sabres ; elle est dédiée à saint Martin" (p. 6).

    Suit la description de l'église : "Au-dessus des ouvertures donnant dans les nefs latérales, on voit les écussons de Pie IX, Mgr Savy, Mgr Lanéluc [sic] et Mgr Epivent. Ils ont été peints lorsqu'on couvrit les murs et la voûte d'une peinture d'un goût fort douteux, mais très apprécié de nos paysans [...]. Les titulaires des chapelles sont à droite la Ste Vierge, à gauche St Michel, St Jean-Baptiste et St Roch [...]. Tout le fond du chœur est cintré. Malheureusement, on a caché des merveilles avec un immense retable en bois style de la Renaissance. On a fermé les anciennes croisées pour en ouvrir trois immenses du plus mauvais goût. [...] Il est à désirer qu'un jour les ressources de la fabrique permettent de rétablir les croisées et le chœur comme autrefois et d'enlever pour le brûler ce retable qui cache tant de merveilles artistiques. Les murs du chœur sont peints dans le même genre et le même goût que le reste de l'église. On y voit N.S. J.C. enseignant et les quatre Évangélistes. A deux mètres de hauteur, les murs sont recouverts de boiseries. Elles datent de 1780 et seraient bien mieux placées dans une salle à manger que dans une église. L'autel principal et celui de la Ste Vierge sont en marbre. L'autel du chœur a dû subir des modifications lorsqu'on plaça le retable ; des morceaux de marbre trouvés ça et là semblent l'indiquer. Celui de St Michel est en bois sans style ; les trois autels n'offrent rien de particulier." Sol dallé en pierre de Bidache ; des noms gravés dans la pierre indiquent des sépultures.

    "L'église possède un immense lustre en bois qui, dit-on, avait été fait autrefois pour le théâtre de Bayonne. Aux branches de ce lustre sont suspendus et mobiles tous les fruits du pays, tels que cerises, poires, pommes, pèches, raisins, ainsi que les grains que l'on cultive à Caupenne, froment et maïs, le tout en bois doré. Ce lustre aurait besoin de grandes réparations, mais il est si fragile qu'on n'ose pas le toucher pour l'épousseter de crainte de le briser."

    "La sacristie est vaste et élevée ; les murs sont recouverts de boiseries, jusqu'au plafond, dans le même genre que celles de l'église [...]." Bénitier dans la sacristie réservé aux cagots.

    "Augustin Farthouat dut curé du 13 fructidor an VIII à 1851."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Monographie paroissiale de Caupenne, par le curé Darrieutort, mai 1881.

    Archives départementales des Landes : 16 J 16 b
  • Église, 1832-1935.

    Archives départementales des Landes : 2 O 560
  • Église : acquisition de mobilier et d'ornements (1876-1889).

    Archives départementales des Landes : 70 V 93/5
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 2 mars 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 93/9
  • Dons et legs à la fabrique (1880-1889) : don abbé Darrieutort (1880), legs Marguerite Tachoires (1887-1889).

    Archives départementales des Landes : 70 V 93/9
  • Registre des délibérations de la fabrique de Caupenne (1834-1906).

    Archives paroissiales, Caupenne
  • Comptes de la fabrique de Caupenne (1840, 1843, 1850-1870, 1881-1886, 1887, 1889).

    Archives paroissiales, Caupenne
  • Budget de la fabrique de Caupenne (1843-1880, 1881, 1883, 1884, 1886).

    Archives paroissiales, Caupenne
  • Registre de la confrérie du Saint Scapulaire de Caupenne.

    Archives paroissiales, Caupenne
  • Confrérie du Saint Scapulaire de Caupenne : conditions d'admission et devoirs.

    Archives paroissiales, Caupenne
Documents figurés
  • Vue intérieure vers le chœur. Diapositive, 1992.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 191
Bibliographie
  • CHABAS David. Villes et villages des Landes. Capbreton : D. Chabas. Tome I, 1968 ; tome II, 1970 ; tome III, 1972 ; tome IV, 1974.

    tome II, p. 123-129
  • CABANOT Jean, MARQUETTE Jean-Bernard, SUAU Bernadette. Guide pour la visite de quelques églises anciennes de Chalosse. Amis des Églises anciennes des Landes. Dax : Barrouillet, 1987.

    p. 19-21
  • DELOFFRE Raoul, BONNEFOUS Jean. Églises, châteaux et fortifications des Landes méridionales. Du Moyen Âge à la Renaissance. Biarritz : Atlantica, 2000.

    p. 128
Périodiques
  • Petite revue catholique du diocèse d'Aire et de Dax.

    1872, p. 266-271 (visite pastorale de Mgr Epivent)

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe