Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint Martin

Dossier IA33002895 réalisé en 2010

Fiche

Vocables Saint Martin
Parties constituantes non étudiées enclos
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Castelnau-de-Médoc
Adresse Commune : Labarde
Lieu-dit : Pont-de-Labarde
Adresse : place de Abbé-Chanut
Cadastre : 1826 A 33 ; 2009 A1 92

André Berland, curé, a fondé à ses frais l'église de Labarde dans la première moitié du 18e siècle, sur l'emplacement d'une ancienne chapelle (celle-ci, dite "de la Naude", aurait été fondée au 14e siècle par Arnaud de la Naude et Jean Lagunegrand).

La date de sa construction serait 1732, comme l'atteste un extrait de procès verbal de visite datant de cette même année. D'après le texte, l'église n'a pas encore de clocher et un grand nombre de paroissiens préfèrent assister à la messe dans l'église de Macau. A la fin du 18e siècle, l'édifice est laissé à l'abandon, faute de prêtre dans la commune depuis 1792.

Vers 1816, les habitants se cotisent pour remettre l'église en état : la charpente est refaite, les vitraux et les autels installés. En 1861, Louis Teyéré (forgeron) pose la chaire et M. Jabouin (marbrier) conçoit une cuve baptismale en marbre rouge avec couvercle en cuivre, ainsi que deux bénitiers en marbre blanc. La sacristie est construite cette même année. En 1862, Bertrand Dagret (serrurier) confectionne la grille servant à entourer les fonts baptismaux. La grosse cloche, fondue à Bordeaux, est mise en place le 25 septembre 1851. La petite cloche est installée en 1863.

Deux verrières qui éclairent les collatéraux sont signées "G.F. DAGRAND Bordeaux", suivie de l'inscription "Anno Domini", et d'une date : 1888 pour l'une et 1890 pour l'autre. Un troisième vitrail porte l'inscription : "Don de l'abbé SABIS CURE 1888". Lors d'une séance du conseil municipal en mai 1895, le maire propose l'édification d'un clocher sur les plans d'un architecte de Bordeaux, mais le projet avorte, faute de ressources financières. Le clocher a été édifié ultérieurement (la date reste cependant inconnue) . L'intérieur de l'église a été restauré d'août à novembre 2009.

Période(s) Principale : 2e quart 18e siècle
Secondaire : 19e siècle
Dates 1732, daté par source
1888, porte la date
1890, porte la date
Auteur(s) Personnalité : Berland André, commanditaire, attribution par source

L'église orientée est située au Pont de Labarde, place de l'abbé Chanut, à un km au nord du bourg et en retrait par rapport à la route. Faisant face à l'école et à la mairie, elle est bâtie légèrement en hauteur et entourée du cimetière. Cet ensemble, clôturé par un mur, est bordé de vignes sur les côtés sud et est. L'église, de plan allongé, est construite en moellon et pierre de taille de calcaire coquillé et recouverte d'un enduit sur une grande partie. La large façade ouest est ouverte d'un portail en arc brisé avec rouleaux toriques ; un motif floral est présent sur le rouleau extérieur. Le clocher-mur est percé de deux baies campanaires surmontées d'un trilobe gravé dans deux cercles moulurés. Le pignon est sommé d'une croix portant le monogramme IHS. Les élévations sud et nord présentent quatre jambes à bossage. La première baie de l'élévation sud remplace une ancienne porte aujourd'hui murée dont on distingue encore les moulures. Le chevet droit, sur lequel est plaquée une croix en bois, est épaulé de deux contreforts et flanqué de deux parties basses en appentis, abritant la sacristie. Une génoise parcourt l'édifice, sauf sur la façade ouest. L'intérieur de l'édifice comprend une nef à trois travées, flanquée de deux collatéraux ouverts par trois arcades cintrées. La nef est voûtée en anse de panier et enduite d'un faux appareillage. A gauche en entrant, sur le mur ouest, se trouvent les fonts baptismaux fermés d'une grille. Un escalier en vis permet d'accéder à la tribune. Le chœur, voûté d'arêtes, est ouvert de deux portes de chaque côté menant à la sacristie. Le décor peint, notamment dans le chœur, est composé de surfaces traitées en faux marbre et de motifs de feuilles d'acanthe. Sur les murs est des collatéraux figurent les monogrammes dédiés à saint Jean-Baptiste et à la Vierge.

Murs calcaire
enduit
moellon
pierre de taille
Toit tuile creuse
Plans plan allongé
Couvrements voûte d'arêtes
voûte en berceau
voûte en berceau en anse-de-panier
Couvertures toit à longs pans
appentis
États conservations bon état
Techniques sculpture
Représentations IHS

Mobilier classé : une piéta et un bas-relief (Christ au liens). Mobilier inscrit : un tableau (représentant saint Martin).

Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • AUGIER. Notes sur l'église Saint Martin de Labarde, sur les pieta de Labarde et de Soussans, et sur la pierre de St-Romain de cette dernière paroisse. Extrait des procès-verbaux de visites conservés aux archives diocésaines. Société Archéologique de Bordeaux, 1887, t.12, p. 96 à 99.

    "Procès verbal de 1732. L'église est bâtie toute à neuf de bonne pierre de Saint-Laurent et de bon moellon choisi. Elle a 61 pieds de longueur en œuvre, 43 pieds de largeur, 25 pieds de hauteur ; le sanctuaire est voûté en arête. La nef est lambrissée en cintre, les bas-côtés sont aussi lambrissés, le toit est en bon état. Les fenêtres sont cintrées et garnies de bons barreaux de fer, elles donnent un grand jour.

    L'église est assez grande depuis qu'elle a été rebâtie en 1732 par M. André Berland et à ses dépens.

    L'église et le cimetière sont environnés par les vignes de M. Renac, avocat au Parlement, il n'y a que le devant de l'église qui est un terrain commun.

    Il n'y a point de clocher, le curé est dans le dessein d'en faire bâtir un au devant de la porte de l'église, les fondements sont faits.

    Bancs. Le premier du côté de l'épître est celui de M. de Candalle, seigneur de la paroisse ; le second est celui de M. Dubosc, secrétaire de la ville de Bordeaux ; il n'est point payé ; il appartenait à feu M. Lucinet, son aïeul maternel.

    Du côté de l'évangile sont les bancs de M. de Giscours, seigneur du fief d'un village de la paroisse.

    Il n'y a que M. de Giscours qui ait droit de sépulture. Les registres remontent à l'année 1642, il en manque plusieurs.

    La cure est rectoriée, Mgr l'Archévêque en est collateur. Le revenu était autrefois de près de trois mille livres, il est à présent de quatorze cent à quinze cent livres. Il consiste presque tout en vin qui est une denrée sur laquelle on peut si peu compter que l'an 1731 le curé n'eut que soixante dix livres pour tout revenu. La dîme se paie au treize. Les décimes et les autres impositions s'élèvent à la somme de cent cinquante et une livres.

    Il n' y a point de casuel, le curé n'a jamais rien pris pour les sépultures et les mariages.

    Le lieu principal de la paroisse n'est ni ville, ni bourg, ni village. Il y a 59 feux ou maisons. Il y a trois villages, Labarde, La Bastide et Cantelaude et douze maisons isolées.

    La plupart des paroissiens n'assistant pas à la messe de paroisse les dimanches et fêtes. Comme le bourg de Macau n'a un quart de lieue, qu'on y vend beaucoup de choses les dimanches et qu'il y a beaucoup de cabarets, la plupart y vont presque tous les dimanches.

    La paroisse a un quart de lieue d'étendue, elle confronte à la rivière de la Garonne, à Cantenac, à Arsac et à Macau. Il y a des contestations pour les limites de la paroisse entre le Curé de Labarde d'une part, et Mgr l'évêque du Puy, abbé de Sainte-Croix de Bordeaux, M. le Curé de Macau et M. le Président de Cazaux d'autre part. Le procès est pendant au conseil privé du roy.

    Les seigneurs temporels sont M. de Candalle pour les deux tiers et M. d'Essenault pour un tiers."

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Gironde, 2 O 1983 : Restauration, 1861.

  • AD Gironde, 2 O 1983 : Acquisition de mobilier, 1861-1862.

  • AD Gironde, 2 O 1983 : Fonte d'une cloche, 1863.

  • AC Labarde. Séances de délibérations du Conseil Municipal de 1887 à 1921. Edification d'un clocher à l'église de Labarde Mai 1895.

  • AC Labarde. Séances de délibérations du Conseil Municipal de 1887 à 1921. Édiffication d'un clocher à l'église de Labarde. Abandon définitif du projet. Mai 1895.

Bibliographie
  • BAUREIN, Abbé, MERAN, Georges. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Féret et fils, 1876, t. 1, 2è éd.

    p. 374-381
  • BIRON, Réginald. Guide archéologique illustré du touriste en Gironde . Bordeaux : Féret, 1928.

    p. 91
  • FLOHIC, Jean-Luc. Le patrimoine des communes de la Gironde. Paris : Flohic éd., 2001, t.1.

    p. 543-544
  • HUGON, Pierre. Castelneau-de-Médoc et ses environs, statistique du canton. Paris : Res universis, 1992. Réimpression de l'édition originale publiée en 1857.

    p. 106-107
  • LAROZA, Olivier (mgr). Guide touristique, historique et archéologique de la Gironde . Bordeaux : Féret, 1975.

    p. 154
  • ROUDIE, Paul. L´activité artistique à Bordeaux, en Bordelais et en Bazadais de 1456 à 1550. Bordeaux : SOBODI, 1975. Tome 2.

    p. 380
Périodiques
  • AUGIER. Notes sur l'église Saint Martin de Labarde. Société Archéologique de Bordeaux, 1887, t.12.

    p. 7, p. 97-104
  • LE COR, Louis. Première messe après trois mois de travaux, Sud Ouest. 23 novembre 2009.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Riberolle Jennifer