Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Martin

Dossier IA33006186 réalisé en 2011

Fiche

Vocables Saint Martin
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive droite) - Saint-Ciers-sur-Gironde
Adresse Commune : Anglade
Cadastre : 1828 C1 1203 ; 2010 C2 245

L´église conserve des éléments romans du 12e siècle, tels que la façade occidentale et la partie de l'ancien chevet en abside. Sous l'Ancien Régime, l'édifice dépendait de l'abbaye Saint-Romain de Blaye. Selon une tradition ancestrale, il était d'usage d'aller en procession à la fontaine de Saint-Martin, probablement située au voisinage de l'église.

En 1823 et 1824 sont effectuées des réparations provisoires au bâtiment qui est en mauvais état, notamment à la charpente, à la toiture et à la couverture du clocher. En 1826 la commune décide d´autres réparations sur l´ensemble de l´édifice, qui sont effectuées par les entrepreneurs François Faure et François Ravet ; en 1827, le conducteur des travaux de l´arrondissement de Blaye Jean Michau souligne que "le tout est très bien fait et que les matériaux qui ont été employés à cette réparation sont de première qualité". La même année, un nouveau maitre-autel est installé et la cloche est refondue en 1832.

Dans la nuit du 11 au 12 décembre 1838, l'église s´écroule suite à l´effondrement de deux piliers soutenant la charpente. Les dégradations sont importantes ; le ministère des Cultes accorde alors à la commune une imposition extraordinaire de 7000 francs, remboursable sur les cinq années à venir. L'architecte blayais David est en charge des réparations, accompagné de l´entrepreneur et charpentier Jean Thomas et du peintre et décorateur Vincent Bon. Des vitraux réalisés par le peintre-verrier bordelais Henri Curcier sont installés en 1849-1850. Dans les années 1850, l'église connaît de nouvelles réparations, notamment des travaux de couverture et un entablement tout autour de la nef et au bas-côté du midi en 1859, sur un devis de l'entrepreneur Audoire (domicilié à Bel Air). La sacristie est reconstruite suite à un incendie en 1935.

La restauration de la façade a été entreprise en 2013-2014, avec la création de nouveaux modillons réalisés par le tailleur de pierre Romain Peuch.

Période(s) Principale : 12e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Auteur(s) Auteur : David André,
André David

Architecte connu à Blaye dans la première moitié du 19e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Bon Vincent, peintre, attribution par source
Auteur : Thomas Jean, charpentier, attribution par source
Auteur : Larqueye Jean, menuisier, attribution par source
Auteur : Michau Jean,
Jean Michau

Connu également sous la graphie Michaud. Conducteur-voyer de l'arrondissement de Blaye, en activité dans les années 1830.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
conducteur de travaux, attribution par source
Auteur : Curcier Henri,
Henri Curcier

Peintre-verrier bordelais, en activité dans les années 1850 à l'adresse 19, rue Vital-Carles.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier, signature

Orientée, présentant un plan allongé, l'église est composée d´une nef à trois travées couverte d´un toit à longs pans flanquée de bas côtés couverts en appentis et d´une abside semi-circulaire enveloppée de la sacristie. La tour du clocher, de plan carré, est implanté au sud de la façade occidentale et est surmontée d´un toit en pavillon couvert de tuiles plates. L´ensemble de l´édifice est recouvert d´enduit, à l'exception de la façade occidentale bâtie en pierre de taille. Cette façade de style roman est percée d´une porte plein-cintre dont le rouleau est surmonté d'une archivolte moulurée portant une agrafe reposant sur des impostes. Une croix en pierre surmonte l´ensemble. La façade est dotée de contreforts aux extrémités et de colonnes engagées à chapiteaux sculptés soutenant une corniche à modillons, également sculptés. Cet ensemble est surmonté par le mur pignon doté d'une baie aveugle et dont le pan sud est coupé par l´élévation de la tour du clocher. A l´intérieur, la nef et les bas-côtés, séparés par des arcades cintrées reposant sur des piliers de base carrée, sont voûtés en berceau. Tout l´ensemble est enduit, seul le plafond du bas-côté nord est lambrissé et peint en bleu. L´accès au clocher s´effectue par un escalier en pierre. Dans le bas-côté nord, au niveau de la première travée, se trouvent les fonts baptismaux. Le chœur abrite un maître-autel et un retable ouvert. L'édifice est éclairé par des fenêtres cintrées et des oculus en partie supérieure.

Murs calcaire
enduit
pierre de taille
moellon
Toit tuile creuse, tuile plate
Plans plan allongé
Couvrements voûte en berceau plein-cintre
Couvertures toit en pavillon
toit à longs pans
appentis
pignon découvert
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier droit, en maçonnerie
États conservations restauré
Techniques sculpture
vitrail
Représentations tête humaine animal fantastique feuille fleur Vierge

Sur la façade occidentale, les chapiteaux et les corbeaux sculptés sont en mauvais état. Un troisième tableau dans la nef représentant une Crucifixion est en restauration lors de l'enquête du 06/10/2011.

Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Documentation complémentaire : réparations à l'église, 1826

    AD Gironde, 2 O 626 : Réparations de l´église, 1826.

    "Aujourd´hui quinze du mois de mai mille huit cent vingt six nous maire et membres du conseil municipal réunis au lieu ordinaire des séances de la mairie d´Anglade, pour délibérer sur les objets qui sont reconnus d´urgente nécessité et indispensables pendant cette session, le maire a donné connaissance au conseil du devis dressé par le sieur Michau conducteur Voyer de l´arrondissement de Blaye relativement aux réparations à faire à l´église d´Anglade, jugées indispensables et nécessaires, laquelle menace ruine, lequel devis s´élève à la somme de six mille neuf cent quatre francs vingt centimes, le conseil considérant qu´il est du devoir des autorités constituées à pourvoir à l´établissement de cet édifice, qu´il y a de grand danger à y exercer actuellement le service divin vu que le lambris tombe par morceau et que l´église est très sombre à peine peut-on y lire surtout dans les temps couverts par le défaut des ouvertures qui sont peu élevées et que le lambris se trouve trop prés des parois de la toiture, il est impossible de les nettoyer à différentes fois de l´année pour les décharger des débris qui tombent sur eux, il devient indispensable d´en élever la toiture tant pour la facilité de les décharger ou nettoyer que pour régulariser la faite des égouts de chaque côté afin que les eaux s´écoulent avec plus de facilité.

    Considérant que dans l´état actuel de la toiture il est impossible de la rendre saine et étanche et éviter les gouttières qui y existent par l´irrégularité de la faite de chaque côté, que dans les temps couverts et sombres on ne peut y voir avec la facilité nécessaire, pour l´exercice du service divin,

    Vu le devis présenté par le sieur Michau conducteur Voyer de l´arrondissement de Blaye pour mettre cet édifice dans un état respectable et décent lequel s´élève à la somme de six mille neuf cent quatre francs vingt centimes.

    Le conseil a délibéré et voté la somme de six mille neuf cent quatre francs vingt centimes qui sont employées aux réparations de l´église d´Anglade dans le cours de cet été et avant l´hiver [...] ».

  • Extrait d'archives : envoi d'un tableau par l'Etat, 1858

    AD Gironde, 2 O 626 : Don d´un tableau, 1858.

    Lettre du sous-préfet au préfet, 16 aout 1858 :

    "Par suite des instructions dans votre dépêche du 11 août courant, j´ai l´honneur d´informer M. le maire et M. le curé d´Anglade que M. le ministre d´État venait d´accorder pour la décoration de l´église d´Anglade un tableau exécuté par Melle Lecran et représentant le sommeil de l´Enfant Jésus.

    J´ai l´honneur de vous transmettre une lettre de M. le curé d´Anglade par laquelle il fait connaître que la fabrique de l´église de cette commune paiera les frais d´emballage et du transport du dit tableau aussitôt sa réception".

  • Documentation complémentaire : description du décor

    1. Vitraux

    Bas côté sud :

    1ère travée : Don de la paroisse / H. Curcier peintre-verrier 19 rue Vital-Carles Bordeaux

    2ème travée : Don de la famille Malengin / H. Curcier peintre-verrier 19 rue Vital-Carles Bordeaux

    3ème travée : Don de Monsieur V.M. / H. Curcier peintre-verrier 19 rue Vital-Carles Bordeaux

    Bas-côté nord :

    1ère travée : Don du marquis de Luppé / H. Curcier peintre-verrier 19 rue Vital-Carles Bordeaux

    2ème travée : Don de Monsieur M.E.C.L. / H. Curcier peintre-verrier 19 rue Vital-Carles Bordeaux

    3ème travée : Don des familles Lalande et de Tayac / H. Curcier peintre-verrier 19 rue Vital-Carles Bordeaux

    2. Peintures

    Dans la nef, deux tableaux : une Nativité et saint Michel terrassant le dragon. Les deux portent l´inscription : « Donné par l´empereur », le premier est suivi de la date de 1858.

    3. Croix monumentale

    Dans la nef : une croix en bois avec Jésus-Christ crucifié est accompagnée d´une plaque sur laquelle il est écrit : « A la mémoire de l´abbé P. Escary curé d´Anglade de 1949 à 1963 / La commune et la paroisse reconnaissantes ».

    4. Autels

    Dans le chœur : maître-autel monumental en faux marbre avec colonne en stuc et voûté en cul-de-four (17e-18e siècle ?).

    Bas-côté nord : autel dédié à la Vierge (17e siècle ?).

    Bas-côté sud : autel dédié à Saint-Joseph.

    5. Fonts Baptismaux

    Pierre décagonale

    Fonts baptismaux sculptés (datant de l´ancien régime ?).

    6. Décor peint

    Bas-côté nord : plafond lambrissé peint en bleu.

    7. Sculpture

    Façade occidentale :

    - chapiteaux : motifs floraux et feuillagés, animal fantastique

    - corbeaux : têtes humaines, motifs géométriques.

    8. Autres

    A l´entrée de l´édifice : deux bénitiers en forme de coquillage tridacne.

  • Auteurs complémentaires

    Mentions d'autres auteurs (AD Gironde, 2 O 626) :

    - Minaud (peintre) : réparation du maître-autel en 1827 ;

    - Deyres (fondeur) : fonte de la cloche en 1832.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Campagne de travaux à l'église, 1823-1834. Emprunts et remboursements, 1839-1848.

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 626
  • Dossiers divers, 1826-1949.

    Archives municipales, Anglade : non coté
Bibliographie
  • COQUILLAS Didier. Les rivages de l'estuaire de la Gironde du Néolithique au Moyen-Age. Thèse d'histoire : Bordeaux 3, 2001.

    Notices, p. 41.
Périodiques
  • AUGIER L. "Dévotions populaires [...]". Société archéologique de Bordeaux, t. VIII, 1881.

    P. 209-210.
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Riberolle Jennifer