Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Martin

Dossier IA40001572 réalisé en 2013

Fiche

Vocables Saint-Martin
Parties constituantes non étudiées cimetière
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Montfort-en-Chalosse
Adresse Commune : Ozourt
Cadastre : 2014 A 25

L'église Saint-Martin (vocable qui atteste l'ancienneté de la paroisse) est de fondation romane, comme le montre son plan originel à vaisseau unique et abside en hémicycle, ainsi que le décor de la petite baie sud (aujourd'hui bouchée) du chevet, sculptée en méplat de deux canidés affrontés. L'édifice a subi par la suite plusieurs modifications et adjonctions, difficilement datables en raison de l'enduit total qui recouvre actuellement les élévations intérieures et extérieures. Le collatéral nord, dépourvu de tout élément datant, dut être ajouté tardivement, vers le XVIe ou le XVIIe siècle. Le clocher, qui présente quelques similitudes avec celui de l'église voisine de Poyartin, pourrait remonter comme lui au XVe siècle. Les travaux menés à partir du milieu du XIXe siècle sont mieux connus grâce au registre paroissial tenu de 1854 à 1971 par les desservants successifs. En 1855-1856 est signalée une importante campagne de rénovation : le collatéral est prolongé d'une travée occidentale et on y installe l'escalier de la tribune, jusque-là placé à l'entrée de la nef ; la charpente délabrée du clocher est refaite et sa couverture remplacée par un toit à l'impériale en ardoise. L'ensemble de l'église reçoit un premier décor peint en 1865 par le peintre bordelais Henry Pouget, qui sera partiellement remplacé en 1937 par les décorateurs mugronnais Meyranx. En 1870, on perce deux nouvelles fenêtres (la baie axiale du chœur et celle du porche). La sacristie est agrandie en 1892. Les modifications apportées par la suite n'affectent pas la structure de l'édifice, mais seulement son décor peint, en grande partie supprimé ou recouvert après 1991.

Période(s) Principale : 12e siècle
Principale : 15e siècle , (?)
Principale : 2e moitié 19e siècle
Dates 1855, daté par source
1892, daté par source
Auteur(s) Auteur : Pouget Henry,
Henry Pouget

Peintre décorateur à Bordeaux sous le Second Empire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, attribution par source
Auteur : Meyranx Jean-Laurent,
Jean-Laurent Meyranx (1876 - )

Peintre-décorateur et photographe, né à Mugron en 1876, fils d'André-Henri (Henry), aussi peintre (1846-1894). Marié à Paris en 1906 à Marie Vollet, dont il eut Joseph-Henri-Albert (1906-1991), photographe à Mugron.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, décorateur, signature

L'église, implantée au milieu du cimetière, est bâtie en moellon enduit et couverte de tuiles creuses (nef, chevet, sacristie) et d'ardoises (toit à l’impériale et flèche du clocher). Le vaisseau originel est une salle rectangulaire prolongée par un chœur en abside semi-circulaire. La petite fenêtre sud de celui-ci (aujourd'hui murée) présente un décor sculpté en méplat de deux canidés affrontés, seul vestige visible de la construction romane du XIIe siècle. Le vaisseau est doublé au nord par un collatéral de même longueur (la travée occidentale est une adjonction de 1855), ouvrant par deux arcades en plein cintre sur piliers de section rectangulaire. Une sacristie prolonge le collatéral à l'est. L'intérieur est couvert de plafonds de plâtre, à doucine pour le vaisseau principal et le chœur, et d'un cul-de-four pour l'abside. Un clocher-tour (sans doute fortifié à l'origine) est adossé à l'extrémité occidentale du vaisseau et un porche carré moderne (ouvert sur ses faces sud et est) à l'angle sud-ouest.

Murs calcaire moellon enduit
calcaire pierre de taille
Toit tuile creuse mécanique, ardoise
Plans plan allongé
Étages 2 vaisseaux
Couvrements lambris de couvrement
Couvertures toit à longs pans
toit à l'impériale
croupe ronde
Techniques sculpture
vitrail
peinture
Représentations animal, chien
Précision représentations

Décor du linteau de la petite baie romane (bouchée) au sud du chevet, sculpté en méplat : deux canidés affrontés. (loups ou chiens ?)

Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Extraits du registre de paroisse d'Ozourt (1854-1971)

    Registre de paroisse d'Ozourt. Propagation de la foi, confrérie du rosaire, confrérie du saint scapulaire, denier de saint Pierre (1854-1971).

    Registre tenu à partir de 1854 par l'abbé Maleplate.

    Travaux à l'église en 1855-1856 : "on a élargi le cintre du bas-côté en face des deux portes d'entrée [...], on a prolongé le bas-côté à partir de la 2e croisée, qui elle-même a été ajoutée, jusqu'au fond [...], le clocher a été dépouillé de sa toiture de bois délabrée [...] et l'on a remis une couverture en ardoise. De plus, l'escalier de la tribune a été ôté de l'entrée et placé au bout du bas-côté."

    Remplacement du calice, acquisition d'un ostensoir, réparation du ciboire. L'ostensoir fut offert par l'abbé Lacroix, de Garrey.

    1860 : nouveau chemin de croix ("tableaux").

    1864 : nouvel autel principal. "La boiserie du rond-point a été complétée."

    1865 : "peintures à fresque de l'église" par le peintre Henry Pouget, de Bordeaux.

    1866 : statue de l'Immaculée Conception, "dite de Pie IX", acquise auprès du fabricant Larroque, de Bordeaux, pour 120 francs, et inaugurée le 6 mai 1866.

    1866 : dorure des vases sacrés (calice, ciboire, ostensoir).

    1869 : don d'un ornement complet en damas blanc.

    1870 : boiserie en pin sur les murs du vaisseau et sur le pilier du bas-côté ; ouverture de deux baies (celle, axiale, de l'abside, et celle près du porche) ; pose de vitraux "avec personnages en buste aux 5 ouvertures des deux nefs et du sanctuaire", "emblèmes de la papauté et les deux cœurs de Jésus et Marie aux deux oculus de la tribune" ; peinture de la chaire : "on a représenté à l'abat-voix les armoiries de Monseigneur Epivent").

    1872 : acquisition de trois ornements (un or et soie, un rouge, un vert) pour 100 francs. le bénitier "est vétuste" : souscription en 1873 pour son remplacement (elle produit 280 francs).

    1873 : achat d'un dais en drap d'or à [Jean-Paul] Candelon, marchand à Tarbes.

    1892 : agrandissement de la sacristie et construction de la "nouvelle armoire".

    1895 : achat d'un ornement noir en soie (80 francs), d'un ornement violet (50 francs), d'un ornement blanc en soie (50 francs), d'un ornement blanc "journalier" (40 francs), d'un drap mortuaire (55 francs). Achat d'une statue du "Christ parlant à St François" (95 francs).

    1900 : "achat d'un autel dédié à la Ste Vierge, en marbre" (700 francs), d'un lustre et de girandoles (130 francs). Don d'une chape blanche. Achat des deux lustres du chœur "par la jeunesse de la paroisse".

    Entre 1914 et 1945 (abbé Gerbet) : don des statues de Notre-Dame de Lourdes (baron de Rivière) et de saint Antoine de Padoue, du chemin de croix (Marie Lapière), des statues de Jeanne d'Arc, de sainte Thérèse [de Lisieux] et de saint Joseph, de la bannière de saint Martin, d'un tabouret d'harmonium (Berthe Mage).

    1937 : peintures décoratives par le peintre Meyranx, de Mugron. Une décoration de tentures feintes était originellement prévue dans le chœur ; Meyranx la remplaça par de fausse arcatures "de dimensions presque égales à celles des niches existantes". Le tout coûta 2000 francs.

    1956 : refonte des deux cloches par le fondeur Fourcade, de Tarbes. Coût respectif des deux cloches : 400 et 120 francs.

    1969 : nouvel autel en marbre de Carrare offert par Gaston Deyroze et consacré le 21 décembre 1969 ; il porte les intiales du titulaire de l'église, saint Martin.

    1971 : restauration des boiseries du chœur.

    [Une photographie de 1960 conservée en annexe montre l'ancien maître-autel de la fin du 17e ou du début du 18e siècle (tombeau en bois, tabernacle à consoles et ailes, dais d'exposition à croix sommitale).

Références documentaires

Documents d'archives
  • Église, presbytère, cimetière, 1840-1938.

    Archives départementales des Landes : 2 O 1558
  • Église et presbytère, réparations, location du presbytère, 1863-1907.

    Archives départementales des Landes : 70 V 253/3
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 253/5
  • AD Landes. 70 V 253/6. Legs à la fabrique (Pierre Mauvoisin et Jean Monet, 1810-1812).

    Archives départementales des Landes : 70 V 253/6
  • Actes de baptême, mariage et spéulture (1801-1819).

    Archives départementales des Landes : 11 J 16
  • Registre de paroisse (1854-1971).

    Archives paroissiales, Ozourt
Bibliographie
  • CHABAS David. Villes et villages des Landes. Capbreton : D. Chabas. Tome I, 1968 ; tome II, 1970 ; tome III, 1972 ; tome IV, 1974.

    tome III, 1972, p. 275
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe