Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Martin

Dossier IA40001628 réalisé en 2018

Fiche

Œuvres contenues

Vocables Saint-Martin
Parties constituantes non étudiées cimetière
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Tartas est
Adresse Commune : Gouts
Cadastre : 2017 A 7

Le site de Gouts, comme l'ont montré des fouilles en 1975-1977, est peuplé dès le Néolithique. La fondation de la paroisse remonte sans doute au Haut Moyen Âge si on en croit sa dédicace à saint Martin. L'église Sanctus Martinus de Goz, mentionnée à la fin du XIIe siècle dans le Liber rubeus de la cathédrale de Dax, fut donnée en 1009 à l'abbaye de Saint-Sever par le comte Bernard de Gascogne (Du Buisson, Historiae, t. 2, p. 240). L'édifice actuel a probablement été érigé au tournant des XIIe et XIIIe siècles, sur un plan roman à nef unique prolongée par un chœur en abside semi-circulaire, seul vestige encore conservé (très remanié). Le clocher-mur et le porche qui forment le massif occidental, aux murs en pierre de taille d'une épaisseur de 1,50 m, datent sans doute de la fin du Moyen Age. En revanche, le vaisseau nord, de même longueur que la nef, bâti en simple moellon et dont l'épaisseur des murs ne dépasse pas 0,50 m, ne paraît pas antérieur au XVIIe siècle et fut sans doute ajouté en raison de la reprise démographique qui suivit la fin des Guerres de Religion.

Dès la fin du XIXe siècle, l'église menace ruine et doit être interdite. En 1903, le maire Dubourg évoque la nécessité d'une "reconstruction" partielle ou totale de l'édifice. Un rapport non daté de l'architecte diocésain Henri Dépruneaux préconise une restauration a minima (exhaussement de la nef et établissement d'une voûte plate en remplacement du lambris du XVIIe siècle, reconstruction totale du bas-côté, reprise des baies et pose de verrières, etc.). L'essentiel de ce projet informel sera réalisé quelques décennies plus tard.

En 1930, quelques travaux de consolidation et de réfection de la couverture sont effectués par l'entrepreneur Auguste Bayle, de Tartas. Il faut attendre l'année 1934 pour voir entreprendre un remaniement en profondeur de l'édifice, équivalant presque à une reconstruction. Le vaisseau principal est alors exhaussé d'un niveau supplémentaire en légère retraite, percé de fenêtres en tiers-point, qui vient buter à l'ouest contre le pignon du clocher ; les murs du même vaisseau sont enrobés d'une enveloppe de béton, obturant les petites fenêtres rectangulaires du côté nord ; le petit porche à auvent de l'angle sud-ouest est supprimé et remplacé par un porche dans-œuvre à colonnes de béton. Seul le mur nord du collatéral, avec sa porte dite "dous singuinez", n'a pas subi de modifications. L'intérieur est entièrement remanié : le vaisseau principal reçoit une voûte en berceau brisé avec doubleaux sur colonnes adossées et fenêtres à pénétration, le chœur un plafond plat en plâtre. Un mur est établi entre les deux vaisseaux, transformant le collatéral en un simple corridor reliant la chapelle des fonts baptismaux à l'ouest et la sacristie à l'est. Entre les anciens piliers qui portaient les grandes arcades séparant les vaisseaux sont ménagées deux petites chapelles dédiées au Sacré-Cœur et à saint Joseph.

Période(s) Principale : limite 12e siècle 13e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1934, daté par source
Auteur(s) Auteur : Bayle Auguste,
Auguste Bayle

Entrepreneur à Tartas (Landes) dans la première moitié du XXe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source

L'édifice, jusqu'à son remaniement en 1934, était composé de deux courts vaisseaux d'égale longueur, séparés par des grandes arcades en plein cintre sur piliers carrés ; le vaisseau principal, au sud, prolongé par une abside en hémicycle flanquée d'une grande sacristie au nord. En 1934, un mur établi entre les piliers des deux vaisseaux transforme le collatéral nord en simple corridor ; deux chapelles oblongues (Sacré-Cœur à l'est, saint Joseph au sud) s'insèrent entre les anciens piliers. L'élévation occidentale est constituée par un clocher-mur à pignon triangulaire auquel s'adosse un porche rectangulaire, ouvert au sud par une arcade portée par deux piles de béton. Au nord-ouest du porche est adossé l'ancien presbytère de la paroisse, que prolongeait une dépendance au sud, détruite après 1991.

Murs calcaire moyen appareil enduit
béton
Toit tuile creuse mécanique
Plans plan allongé
Étages 2 vaisseaux
Couvrements lambris de couvrement
voûte en berceau brisé
Couvertures toit à longs pans croupe ronde
pignon découvert
Techniques vitrail
Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique de Gouts, 20 février 1906 (AD Landes, 70 V 141/8)

    "Inventaire des biens dépendant de la fabrique paroissiale de Gouts.

    L'an mil neuf cent six, le vingt février à 10 heures du matin, En présence de MM. 1° Jean Carrère, desservant à Gouts, 2° et J. Fargues, J. Castets, Dartiguelongue, Bats et Fosse, membres du conseil de fabrique, demeurant tous à Gouts / Nous, soussigné, Chastang, receveur des domaines à Tartas, dûment commissionné et assermenté, spécialement délégué par le Directeur des Domaines à Mont-de-Marsan, avons procédé ainsi qu'il suit, à l'inventaire descriptif et estimatif des biens de toute nature détenus par la fabrique paroissiale de Gouts.

    Chapitre I. Biens de la fabrique. / 1ent dans l'église. / 1. 1 calice argent doré, pied cuivre, patène argent doré - 25. / 2. 1 ostensoir cuivre doré - 5. / 3. 1 ciboire argent doré, pied cuivre - 20. / 4. 1 armoire-buffet bois de pin, fixée au mur. / 5. 1 id. non fixée, vieille - 2. / 6. 1 grande croix de procession, cuivre argenté - 5. / 7. 2 petites id. id. - 3. / 8. 1 dessus d'autel avec garniture au crochet, fil, doublure rouge - 1. / 9. 1 surplis fil - 3. / 10. 2 surplis de confessionnal coton - 1. / 11. 2 couvertures d'autel vieilles - 1. / 12. 5 devants d'autel, guipure et coton - 2,50. / 13. 12 serviettes fil, usées - 6. / 14. 1 nappe d'autel coton - 0,50. / 15. 1 aube guipure et coton - 2. / 16. 1 aube déchirée - 0,10. / 17. 2 écharpes de bénédiction déchirées - 1. / 18. 5 transparents rouges et bleus pour devants d'autel - 0,50. / 19. 5 amicts - 1. / 20. 5 vases en terre, bouquets en papier doré - 0,50. / 21. 1 boîte en fer blanc pour hosties - 0,10. / 22. 2 vieux missels - 2. / 23. Ornements composés d'une chasuble avec manipule, étole, voile de calice et bourse : 1 blanc à galon jaune passable - 5. / 1 rouge, galon blanc, déchiré - 1. / 1 soie noire déchiré - 1. / 1 velours coton noir, galon blanc - 10. / 1 vert déchiré - 1. / 1 violet soie et coton, galon blanc - 5. / 24. 1 chape soie rouge déchirée - 1. / 25. 1 chape soie blanche défraîchie - 5. / 26. 1 autre ornement simili-or et fleurs, usé - 5. / 27. 1 canon vitré - 2. / 28. 1 encensoir bosselé et 1 navette en cuivre - 1. / 29. 1 petite cloche - 1. / 30. 1 plat en bois - 0,10. / 31. 2 chandeliers en cuivre - 0,50. / 32. 1 petit Christ cuivre argenté - 0,50. / 33. 1 lanterne - 0,25. / 34. 4 vases porcelaine - 0,40. / 35. 1 vieux plumeau - 0,10. / 36. 2 étoles usées et 2 mieux conservées - 3. / 37. 1 table en bois blanc - 1. / 38. 1 bénitier et 1 goupillon en cuivre - 1. / 39. 1 croix en bois doré - 0,50.

    [...] 81. fonds (sic) baptismaux en pierre, couverture et grille en bois, fixés au sol. / 82. 2 échelles en bois blanc - 4. / 83. 1 grand tableau fixé à la tribune. / 81 bis. 1 chemin de croix, 14 petits cadres suspendus au mur - 3,50. / 82 bis. 1 chaire à prêcher, vieille, en chêne, abat-voix, escalier droit, fixée au mur. / 83 bis. Un vieux cadre en bois de dais de procession - 1. / 84. 2 cloches : 1 moyenne et 1 petite. / [...] 3ent Immeubles. / 86. l'enclos du Bigné sis à Gouts comprenant une maison d'habitation avec décharges et jardin s[ecti]on A n° 107 du plan cadastral, contenant 82 a 10 e, provenant à la fabrique d'un legs de Mlle Jeanne Gauzère, décédée à Tartas le 20 décembre 1877, suivant testament reçu par Me Deplane, notaire à Tartas le 12 mai 1877, d'une valeur de 10.000 francs - ci 10.000. Cet enclos est actuellement loué à M. Léon Fargues, propriétaire à Gouts, par bail s[ous] s[eing] p[rivé] du 17 juin 1900 pour 9 ans à partir du 11 9bre 1900, moyennant 206 f 25 par an, charges comprises. / 87. L'église consacrée à l'exercice du culte catholique, très ancienne, construite sur un terrain de 20 ares, ce terrain d'une valeur de 200 francs - 200. / Toutes les évaluations qui précèdent ont été faites par l'agent des domaines soussigné seul.

    En annexe, protestation de la fabrique : "Au début de l'inventaire, la protestation suivante a été produite : "Monsieur le receveur [...]. Gouts, le 20 février 1906. Signé Jean Carrère, curé." Cette protestation est demeurée ci-annexée."

    "Dans le cours des opérations, les 1ers comparants, ayant cessé d'assister à l'inventaire, en l'absence de délégués de leur part, l'inventaire a été continué et terminé en présence de 2 témoins requis sur place, MM. 1° Peyruquéou Félix, maître ébéniste à Tartas, 2° et Badet Julien, maître-tailleur à Tartas. [...]"

    _______________________________________________________

  • Documents concernant la restauration de l'église de Gouts, 1903-1930 (AD Landes, 2 O 844 ; communiqué par Michelle Tastet-Brèthes)

    I. Lettre du maire Dubourg au préfet des Landes, 4 octobre 1903.

    "Gouts, le 4 octobre 1903. / Monsieur le Préfet, / J'ai eu l'honneur, au commencement du mois d'août dernier, de vous envoyer, par l'intermédiaire de M. le Sous-Préfet de St-Sever, un dossier relatif à la reconstruction de l'église de Gouts et à l'interdiction de l'édifice actuel pour cause de sécurité publique. / Ce dossier, déjà présenté au Conseil Général l'année dernière, pour ce qui concerne la reconstruction, et complété suivant les indications de votre administration, devait de nouveau être soumis à l'assemblée départementale, suivant le désir formel du Conseil municipal. / J'ignore, et j'en suis très surpris, quelle suite a été donnée, soit à la demande de reconstruction soumise au Conseil Général, soit à la demande d'interdiction de l'église actuelle nettement formulée par l'assemblée communale de Gouts. / Voulant mettre ma responsabilité et celle de la commune absolument à couvert dans le cas d'accidents possibles entraînés par l'effondrement, soit de la voûte de l'église, soit du clocher, ou pour toute autre cause, je désirerais connaître quelle suite a été donnée aux deux affaires sus-mentionnées. / Comptant sur une prochaine réponse, je vous prie, Monsieur le Préfet, d'accepter... / Le Maire. / Signé : Dubourg."

    II. Rapport de l'architecte Henri Dépruneaux sur la restauration de l'église de Gouts, s.d.

    "Restauration de l'Église de Gouts. Rapport de l'Architecte. / Appelé par le Conseil de Fabrique de l'Église de Gouts à l'effet d'examiner l'édifice et étudier sur place les conditions dans lesquelles pourrait s'effectuer une restauration qui, sans entraîner à une dépense considérable, permettrait de livrer au culte une église suffisante pour les besoins de la population et aménagée d'une manière convenable, nous résumons notre appréciation comme suit : / L'Église de Gouts, comme presque toutes les églises de la région, est de fondation romane du XIIe siècle. Elle a dû être dévastée au moment des guerres de religion et restaurée au XVIIe siècle. Cette restauration s'est faite en conservant les murs du chœur, de la façade Sud et du clocher, murs fort épais (1m25), construits en pierre de taille du pays et solidement établis en fondation. / Il est probable que la construction du bas-côté annexé à l'église du côté nord date de cette époque. Mais cette partie de l'église construite en murs de moellons de 0m50 hourdés en mauvais mortier et mal fondés, est en fort mauvais état et ne peut être restaurée, mais reconstruite. / L'église manque de hauteur, un simple plafond en planches ayant été établi lors de la restauration du XVIIe siècle, à la hauteur de la naissance des anciennes voûtes romanes démolies, c'est à dire à 4m30 de hauteur du sol de l'église. / Il y aurait également lieu d'agrandir les baies éclairant l'église et de remplacer les fenêtres actuelles à petits bois par des vitraux. / Le clocher en pignon triangulaire avec hourds abritant les cloches est en bon état ; sa reconstruction ne s'impose donc pas ; quelques réparations sont seulement nécessaires dans les joints des maçonneries. / En résumé, nous estimons qu'une restauration de l'église de Gouts est parfaitement possible et peut s'effectuer dans des conditions relativement économiques (la dépense pouvant s'élever à onze ou douze mille francs), en limitant le programme de cette restauration aux travaux suivants : / 1° Surélévation de la nef principale de 1m50 environ avec construction d'une voûte plate à grande gorge. / 2° Reconstruction du bas-côté nord et surélévation. / 3° Restauration des fenêtres actuelles avec pose de vitraux neufs. / 4° Démolition de la tribune et construction d'un escalier d'accès au clocher. / 5° Remplacement du carrelage de la nef. / 6° Réparations diverses aux façades et au clocher. / L'Architecte, / H. Dépruneaux."

    III. Extrait du registre des délibérations du conseil municipal de la commune de Gouts, séance du 6 juillet 1930.

    "L'An mil neuf cent trente, le six du mois de juillet, à sept heures du matin, / Le Conseil municipal de la commune de Gouts, dûment convoqué, s'est réuni au lieu ordinaire de ses séances, sous la présidence de M. Mallet, maire, en session extraordinaire. [...] / M. le Maire expose au Conseil que pour se conformer au désir que celui-ci lui avait exprimé, il a fait dresser un projet de réparation de l'église de Gouts et que le montant des dites réparations s'élèvent (sic) à 8000 f. / Le Conseil, considérant que l'église se trouve dans un état qui exige des réparations urgentes et importantes, mais qu'à cause de l'insuffisance de ses ressources la commune est obligée de se borner aux réparations indispensables. / Est d'avis, à la majorité, d'approuver le projet qui lui est soumis, et en vue de sa réalisation autorise M. le Maire de traiter de gré à gré avec M. Bayle Auguste, entrepreneur à Tartas. / Cette somme sera prélevée sur les art. 32 et 8 (entretien des bâtiments communaux) des budgets primitif et additionnel. / Pour extrait conforme / A Gouts le 27 juillet 1930. Le Maire, Mellet."

    IV. "Devis de réparation à l'église de Gouts proposé par M. Bayle Auguste, entrepreneur à Tartas, 25 juillet 1930."

    "7 mètres cubes de bois de charpente chêne et pin à 300 f. - 2.100 f / 100 cortines (?) à 1f50 - 150 / 60 panneaux à 3 f - 180 / 1000 tuiles à 0f50 - 500 / 380 mètres carrés de toiture vernissage à 5f - 1.900 / 40 mètres carrés d'éverite pour le clocher à 18 f - 720 / 18 mètres carrés de plancher à 16f50 - 297 / 10 kg de pointes à 4 f - 40 / 20 kg de boulons de charpente à 4 f - 80 / démolition de la charpente du clocher et échafaudage - 500 / regarnir les murs du clocher, replacer les pierres au ciment, accompagner le mur de l'église du côté du cimetière avec briques jusqu'à hauteur des chevrons, quelques rapiéçages au porche et au plafond / 20 journées de maçon à 30 f - 600 / 35 sacs de chaux à 10 f - 350 / 18 sacs de ciment à 18f50 - 333 / 500 briques à 0f50 - 250. / Total : 8.000 f / A Gouts le 25 juillet 1930. / L'entrepreneur, Bayle. Le Maire, Mallet."

    V. Traité de gré à gré entre la commune de Gouts et l'entrepreneur Auguste Bayle, 27 juillet 1930.

    "Commune de Gouts / Traité de gré à gré : / Entre les soussignés : Monsieur Mallet Jean, Maire de la Commune de Gouts, arrondissement de Dax, département des Landes, agissant au nom de la dite Commune, en exécution d'une délibération du Conseil Municipal en date du 6 juillet 1930 d'une part ; / Et Monsieur Bayle Auguste demeurant à Tartas, entrepreneur, d'autre part, a été convenu et arrêté ce qui suit ; / Art. 1er. M. Bayle Auguste s'engage à exécuter conformément aux indications ci-après, les travaux de réparation à l'église de Gouts. / Art. 2. Les travaux à exécuter comprennent des réparations à la charpente, au toit, au mur et au clocher de l'église de Gouts, conformément au devis ci-joint. / Art. 3. Les matériaux seront de bonne qualité et employés conformément aux règles de l'art. / Art. 4. Les travaux devront être terminés au plus tard le 30 septembre 1930. / Art. 5. Ils seront exécutés moyennant la somme de (8000) huit mille francs, fixée invariablement et à forfait. / Art. 6. La somme de 8000 f. fixée par l'art. 5 sera payée dans le mois qui suivra la réception définitive des travaux. / Art. 7. Les frais de timbre, d'enregistrement et d'expédition auxquels ce marché donnera lieu seront à la charge de l'entrepreneur. / Art. 8. Le présent traité ne sera définitif qu'après avoir été approuvé par M. le Préfet. / Pour copie certifiée conforme, / A Gouts le 27 juillet 1930. / Le Maire, Mallet."

    ________________________________________________________________

Références documentaires

Documents d'archives
  • Église, presbytère, cimetière (1816-1930).

    Archives départementales des Landes : 2 O 844
  • Inventaire des biens dépendant de la paroisse (20 février 1906).

    Archives départementales des Landes : 70 V 141/8
  • Dons et legs à la fabrique (1825-1878) : Marthe Laporterie veuve Gauzère (1825-1827), Jeanne Gauzère (1878).

    Archives départementales des Landes : 70 V 141/10
Documents figurés
  • Vue d'ensemble de l'église depuis le sud-est en 1990, avant restauration.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 282
  • Vue intérieure de l'église en 1990, avant restauration.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 282
Bibliographie
  • Cartulaire de la cathédrale de Dax. "Liber Rubeus" (XIe-XIIe siècles). Texte édité, traduit et annoté par Georges Pon et Jean Cabanot. Dax : Comité d'études sur l'histoire et l'art de la gascogne, 2004.

    p. 432-433
  • DU BUISSON Pierre-Daniel. Historiae monasterii S. Severi libri X Tomus primus Auctore D. Petro Daniele du Buisson (1681). Aire-sur-l'Adour : L. Dehez, 1876.

    p. 140
  • CHABAS David. Villes et villages des Landes. Capbreton : D. Chabas. Tome I, 1968 ; tome II, 1970 ; tome III, 1972 ; tome IV, 1974.

    Capbreton, 1970, t. II, p. 63
Périodiques
  • VIGNAUD Didier. "Gouts (Landes) : de l'Antiquité au Haut Moyen-Age. Données nouvelles de prospections". Archéologie des Pyrénées Occidentales et des Landes, tome 21, 2002.

    p. 97-108
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe