Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Martin du Mus

Dossier IA40001587 réalisé en 2014
Vocables Saint-Jean
Parties constituantes non étudiées cimetière
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Mugron
Adresse Commune : Doazit
Lieu-dit : Le Mus
Cadastre : 2014 G 426

Troisième église de la commune de Doazit, Saint-Martin du Mus n'a jamais possédé le prestige des deux autres, Notre-Dame du bourg, chapelle des seigneurs de Doazit, et Saint-Jean d'Aulès, siège de l'archiprêtré de Chalosse. Bâti à proximité d'un site protohistorique (J.-Fr. Massie, 1974) - et non d'un camp gallo-romain comme le croyait J. Ferré (1940) -, l'édifice est de fondation romane pour sa partie la plus ancienne, le chevet semi-circulaire en petit moellon, datable du XIIe ou du XIIIe siècle (la réfection totale de ses baies au XVIIIe siècle et en 1855 ne permet pas une plus grande précision). La nef a sans doute été construite ou remaniée au XIVe siècle, comme en témoignent une fenêtre murée du gouttereau nord et surtout le portail occidental en arc brisé à imposte sculptée. Le petit clocher-tour adossé à l'élévation ouest en est sans doute contemporain (ses fenêtres à coussièges à l'étage semblent confirmer cette datation). Un collatéral a été ajouté au sud, comme souvent dans les églises chalossaises, après la guerre de Cent Ans : sa porte ouest (autrefois crue à tort "porte des cagots"), au linteau en arc segmentaire, et son voûtement à liernes et tiercerons désignent une réalisation dans les dernières décennies du XVe siècle ou au début du siècle suivant. Hormis la construction à une époque indéterminée d'une petite sacristie dans le prolongement du chevet, l'église n'a subi par la suite que des remaniements mineurs, du moins à l'extérieur. L'interdiction dont l'évêque Lanneluc frappe l'édifice en 1842 entraîne la réfection du plafond de la nef l'année suivante, puis une restauration complète de l'intérieur en 1854 (parallèlement à l'achat de mobilier) : les fenêtres du chœur et, en partie, celles du collatéral, sont refaites ou remaniées à cette occasion par le maçon Capdeviolle aîné et garnies de vitraux par le "peintre-vitrier" Dutoya (sans doute Louis Dutoya, de Saint-Sever). "Toutes les peintures de l'église" et "la dorure de la voûte et des autels" sont exécutées en 1861 par le peintre Raymond. Le dernier travail important est le remplacement vers 1920 du plafond de plâtre de la nef par un lambris en bois, aux frais de Gaston Lacaze, propriétaire du château de Candale.

Période(s) Principale : 13e siècle , (?)
Principale : 14e siècle
Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Principale : milieu 19e siècle
Dates 1854, daté par source
Auteur(s) Auteur : Capdeviolle Jean-Baptiste, dit(e) Picuré ou Capdeviolle aîné,
Jean-Baptiste Capdeviolle , dit(e) Picuré ou Capdeviolle aîné

Issu d'une vieille famille de maçons à Aulès (Doazit) connue dès le deuxième quart du XVIIIe siècle ; documenté entre 1840 et 1857.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
maçon, attribution par source
Auteur : Dutoya Louis,
Louis Dutoya

Peintre et verrier documenté à Saint-Sever (Landes) en 1856 et 1858. Un article de La Chalosse, Journal de l'arrondissement de Saint-Sever du 9 mai 1858 mentionne "Louis Dutoya" parmi les principaux "artistes en peinture" de la ville.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre-verrier, attribution par source

L'église est construite sur une éminence occupée par un camp fortifié à double enceinte de terre, d'époque protohistorique. Occupant le quart sud-ouest du cimetière, elle est bâtie (selon G. Croutz) en moellon calcaire blanc, jaune et noir de provenance locale (carrières situées entre l'église et le château voisin de Candale à l'ouest) et entièrement couverte de tuiles creuses. Le débord de la toiture de la nef et du chevet est porté par une série d'aisseliers. La partie la plus ancienne, le chevet roman en hémicycle, auquel s'adosse une petite sacristie légèrement désaxée vers le nord, est prolongée à l'ouest par un vaisseau de même largeur. Celui-ci conserve une unique fenêtre d'origine, haute et étroite, à l'extrémité occidentale du gouttereau nord, ainsi qu'une porte occidentale en arc brisé à imposte sculptée. Couvert d'un plafond lambrissé moderne, il ouvre au sud, par deux grandes arcades légèrement brisées à chanfrein et congés, sur un collatéral de deux travées. Ce bas-côté est couvert de voûtes d'ogives à liernes et tiercerons, percé de deux grandes fenêtres gothiques à lancettes jumelées et réseau, et étayé par trois épais contreforts. Un large porche, régnant sur l'élévation occidentale, est surmonté d'une tour-clocher partiellement bâti en pierre coquillière, aux murs percés d'étroites baies en archère. Les fenêtres de son premier niveau sont dotées de coussièges.

Murs calcaire moellon enduit
Toit tuile creuse
Plans plan allongé
Étages 2 vaisseaux
Couvrements voûte d'ogives
lambris de couvrement
Couvertures toit à longs pans croupe ronde
appentis
toit en pavillon
États conservations mauvais état
Techniques sculpture
Statut de la propriété propriété de la commune (?)

Références documentaires

Documents d'archives
  • Église, presbytère, cimetière, 1840-1936.

    Archives départementales des Landes : 2 O 678
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 3 mars 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 108/7
  • Registre de comptes et délibérations de la fabrique des églises de Doazit (1811-1833).

    Archives paroissiales, Doazit
  • Registre des délibérations de la fabrique des églises du bourg de Doazit et du Mus (1834-1840).

    Archives paroissiales, Doazit
  • Registre des recettes et dépenses de la fabrique de l'église du bourg de Doazit et de Saint-Martin du Mus (1839-1872).

    Archives paroissiales, Doazit
  • Registre des délibérations sur les comptes de l'église du Mus (1841-1882).

    Archives paroissiales, Doazit
  • Livre de compte de la fabrique de Doazit (1872-1923).

    Archives paroissiales, Doazit
Bibliographie
  • "État de l'argenterie remise au district de Saint-Sever". Archives parlementaires 1787-1860. Tome LXXXIV. Paris, 1962.

    p. 341
  • CABANOT Jean, MARQUETTE Jean-Bernard, SUAU Bernadette. Guide pour la visite de quelques églises anciennes de Chalosse. Amis des Églises anciennes des Landes. Dax : Barrouillet, 1987.

    p. 28
Périodiques
  • MASSIE Jean-François. "Les origines du bourg de Doazit". Bulletin de la Société de Borda, 1974, n° 352.

    p. 399-423
Multimedia
  • PRIAM Jean-Pierre, BELLOCQ Dominique. Registre paroissial. Notices, histoire, usages, faits divers, 1838-1850. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/notice.htm

  • FERRÉ Joseph. Regards sur le passé. Monographie historique de Doazit. 1940. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/dzt_jf1.htm

  • LAMAIGNERE Raphaël. Doazit aux trois églises. Essai de reconstitution de l'histoire locale religieuse d'après les documents officiels, par l'Abbé Raphaël Lamaignère de Doazit, curé de Saint-Aubin. 1941. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/dzt_rl.htm

  • DUBEDOUT Philippe. Archiprêtré et archiprêtres de Chalosse. 1993. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/22_archi.htm

  • DUBEDOUT Philippe. La paroisse de Doazit : Mus et Aulès. 1997. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/34_paroi.htm

  • DUBEDOUT Philippe. Les clés de voûte des églises de Doazit. 1996. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/30_voute.htm

  • DUBEDOUT Philippe. Les cloches de Doazit. 1996. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/32_cloch.htm

  • DUBEDOUT Philippe. Les Doazitiens de la Révolution. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/15_revol.htm

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe