Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Jean d'Aulès

Dossier IA40001586 réalisé en 2014

Fiche

Œuvres contenues

Vocables Saint-Jean
Parties constituantes non étudiées cimetière
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Mugron
Adresse Commune : Doazit
Lieu-dit : Aulès
Cadastre : 2014 B 481-482

Les trois églises que compte aujourd'hui la commune de Doazit (églises Notre-Dame du bourg, Saint-Jean d'Aulès et Saint-Martin du Mus) ont fait l'objet de plusieurs études historiques depuis les années 1930. Saint-Jean d'Aulès fut longtemps la plus importante d'entre elles, car elle était sous l'Ancien Régime (et peut-être déjà au XIVe siècle) le siège du vaste archiprêtré de Chalosse, titre qu'elle perdit à la Révolution avant d'être ravalée au rang de simple annexe de l'église Notre-Dame du bourg, promue église paroissiale après le Concordat de 1801. Le rang éminent tenu par Saint-Jean d'Aulès explique peut-être le soin apporté à sa construction dans le courant du XIIe siècle. De cette époque date le chevet en bel appareil, dont l’arcature extérieure (doublée à l'origine d'une autre, intérieure, murée par la suite) est comparable à celle de Saint-Paul-lès-Dax, tandis que sa sculpture se rapproche davantage, tant dans ses thèmes que dans sa facture, du chantier voisin de Saint-Sever (J. Cabanot, 1987). La nef conserve encore une partie de ses murs romans (bel appareil calcaire en partie basse), mutilés lors de la construction au XIVe siècle d'un puissant clocher-tour fortifié sur l'élévation occidentale et, au siècle suivant, de deux chapelles latérales dédiées respectivement aux saints Sébastien et Michel. Le couvrement, qui consistait à l'origine en un cul-de-four sur l'abside, un berceau sur la travée de chœur et une simple charpente sur la nef, a été remplacé par un voûtement d'ogives à la fin du Moyen Âge, au cours de deux campagnes successives. La première, qui concerne le chœur et la travée orientale de la nef, est certainement contemporaine de la construction d'une chapelle contre le flanc nord du clocher, datée par une inscription de 1435 (sur cette chapelle Saint-Bernard, dite du Domec, voir le dossier consacré à son décor, IM40005620) : le profil des nervures et la sculpture assez fruste des éléments porteurs sont similaires. Les premières travées de la nef, ainsi que les chapelles nord et sud, n'ont été voûtées qu'à la fin du XVe siècle, voire dans les premières années du XVIe. L'édifice n'a guère connu de modifications par la suite, à l'exception de l'ajout d'une sacristie au nord du chœur, peut-être au XVIIIe siècle. Le portail qui ouvre sur le cimetière, et qui est attenant à cette sacristie, pourrait avoir été édifié dans le même temps. Les quelques réparations exécutées au XIXe siècle (notamment en 1857) n'ont guère été poursuivies au siècle suivant ; aussi l'état actuel de l'église, très alarmant, a-t-il nécessité l'étaiement de la chapelle nord, dont la voûte est menacée d'écroulement.

Période(s) Principale : 12e siècle
Principale : 14e siècle
Principale : 2e quart 15e siècle
Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Dates 1435, porte la date
Auteur(s) Personnalité : Domec Arnaud du,
Arnaud du Domec

Frère de Guillaume (Guilhem) du Domec ; érige en 1435 une chapelle en l'église Saint-Jean d'Aulès (Doazit), en application des volontés de son frère défunt.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire, attribution par travaux historiques

L'église est érigée dans une plaine dégagée, au milieu d'un cimetière. La partie la plus ancienne, le chevet roman, est bâtie dans un moyen appareil calcaire régulier jusqu'au cintre des fenêtres, les parties hautes en moellon ayant été reprises lors de la fortification de l'église au XIVe siècle. Le chevet, raidi par quatre contreforts talutés, se signale par son arcature extérieure en plein cintre, sur colonnettes simples ou jumelées (aujourd'hui disparues) surmontées de chapiteaux sculptés, qui était doublée à l'origine (comme à Saint-Paul-lès-Dax) d'une arcature intérieure murée par la suite. Des cinq baies originelles du chevet, encadrées de colonnettes, seule subsiste la fenêtre axiale, les quatre autres ayant été bouchées ou repercées.

La nef, plus large que le chœur, présente elle aussi un bel appareil roman jusqu’aux deux tiers de l'élévation et des parties hautes en moellon. Elle ouvre au nord et au sud par de grandes arcades brisées sur deux chapelles latérales de dimensions inégales : celle du nord (dédiée à saint Sébastien), plus vaste et d'une construction plus soignée, celle du sud (sous le vocable de saint Michel), moins haute et à la mise en œuvre plus fruste. Nef, chœur et chapelles sont couverts de voûtes d'ogives : sexpartites pour l'abside et les deux premières travées de la nef, quadripartites pour la troisième travée de la nef, la travée de chœur et les deux chapelles ; les nervures retombent sur des dosserets, à l'exception de celle des deux premières travées de nef, qui reposent sur des culots figurés.

Le massif occidental est constitué par une grosse tour-clocher, au dernier niveau fortifié (chambre des cloches), étayée à l'ouest par de larges contreforts angulaires et flanquée au sud par une tourelle d'escalier à pans. Son rez-de-chaussée ouvre sur la nef par un portail gothique à voussure en arc brisé (réf. IM40005615). Adossée à son flanc nord, une chapelle carrée (dite de saint Bernard ou du Domec), voûtée d'une croisée d'ogives sur culots, ouvre sur le porche par une porte en arc brisé et par une grande claire-voie à lancettes et tympan à remplage.

L'édifice est entièrement couvert de tuiles creuses : toit à longs pans terminé en croupe ronde pour la nef et le chevet, toits à croupe droite pour les chapelles, toit en pavillon pour le clocher.

Murs calcaire moyen appareil
calcaire moellon enduit
Toit tuile creuse
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements voûte d'ogives
Couvertures toit à longs pans croupe ronde
toit à deux pans
toit en pavillon
États conservations mauvais état
Techniques sculpture
vitrail
Statut de la propriété propriété de la commune (?)
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections classé MH, 2004/11/08
Précisions sur la protection

Arrêté de classement : l'église en totalité (cad. B 482), ainsi que le porche du cimetière qui lui est attenant (cad. B 481).

Références documentaires

Documents d'archives
  • Église, presbytère, cimetière, 1840-1936.

    Archives départementales des Landes : 2 O 678
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 3 mars 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 108/7
  • Legs à la fabrique (Jeanne Ricarrère, 1888-1889).

    Archives départementales des Landes : 70 V 108/8
  • Livre de compte de la fabrique des églises Saint-Jean d'Aulès et Notre-Dame du bourg de Doazit (1729-1793).

    Archives paroissiales, Doazit
  • Registre de comptes et délibérations de la fabrique des églises de Doazit (1811-1833).

    Archives paroissiales, Doazit
  • Registre des délibérations de la fabrique de l'église du bourg de Doazit (1841-1872).

    Archives paroissiales, Doazit
  • Livre de compte de la fabrique de Doazit (1872-1923).

    Archives paroissiales, Doazit
Bibliographie
  • "État de l'argenterie remise au district de Saint-Sever". Archives parlementaires 1787-1860. Tome LXXXIV. Paris, 1962.

    p. 341
  • CABANOT Jean, MARQUETTE Jean-Bernard, SUAU Bernadette. Guide pour la visite de quelques églises anciennes de Chalosse. Amis des Églises anciennes des Landes. Dax : Barrouillet, 1987.

    p. 23-27
  • LERAT Serge (dir.). Landes & Chalosses. Pau : Cairn, 1984.

    tome I, p. 371
  • Dictionnaire des églises de France. Sud-Ouest. Paris : Ed. Robert Laffont, [1967]. Tome 3.

    p. 70
Périodiques
  • D'ANGLADE Alain. "Les Foix-Candale, barons de Doazit en Chalosse". Bulletin de la Société de Borda, 1952.

  • LE GRAND Michel. "La chapelle de l'église d'Aulès, près Doazit, et son inscription gothique". Bulletin de la Société de Borda, 1936.

    p. 87
  • MASSIE Jean-François. "Les origines du bourg de Doazit". Bulletin de la Société de Borda, 1974, n° 352.

    p. 399-423
Multimedia
  • PRIAM Jean-Pierre, BELLOCQ Dominique. Registre paroissial. Notices, histoire, usages, faits divers, 1838-1850. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/notice.htm

  • FERRÉ Joseph. Regards sur le passé. Monographie historique de Doazit. 1940. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/dzt_jf1.htm

  • LAMAIGNERE Raphaël. Doazit aux trois églises. Essai de reconstitution de l'histoire locale religieuse d'après les documents officiels, par l'Abbé Raphaël Lamaignère de Doazit, curé de Saint-Aubin. 1941. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/dzt_rl.htm

  • DUBEDOUT Philippe. Archiprêtré et archiprêtres de Chalosse. 1993. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/22_archi.htm

  • DUBEDOUT Philippe. La paroisse de Doazit : Mus et Aulès. 1997. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/34_paroi.htm

  • DUBEDOUT Philippe. Les clés de voûte des églises de Doazit. 1996. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/30_voute.htm

  • DUBEDOUT Philippe. Les stèles discoïdales de Doazit. 1988. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/30_voute.htm

  • DUBEDOUT Philippe. Les cloches de Doazit. 1996. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/32_cloch.htm

  • DUBEDOUT Philippe. Les Doazitiens de la Révolution. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/15_revol.htm

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe