Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste

Dossier IA40001576 réalisé en 2013

Fiche

Œuvres contenues

Vocables Saint-Jean-Baptiste
Parties constituantes non étudiées cimetière
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Montfort-en-Chalosse
Adresse Commune : Préchacq-les-Bains
Lieu-dit : L'Église
Cadastre : 2014 A 247

La paroisse est mentionnée vers 1170 dans le Liber rubeus (cartulaire) de la cathédrale de Dax sous le nom de Sanctus Johannes de Pressag. La fondation de l'église, selon Michèle Gaborit (1979), daterait du siècle précédent. Le même auteur avance l'hypothèse d'un plan primitif à abside flanquée de deux absidioles, ouvrant peut-être sur un transept. Si le mur sud actuel, en grande partie refait au XVIe siècle, ne permet pas de vérifier le bien-fondé de l'hypothèse, il est certain que l'absidiole nord, qui a perdu son plan cintré au profit d'un mur plat, est bien contemporaine de l'abside. Elle a été prolongée par la suite vers l'ouest en un collatéral de même longueur que le vaisseau principal ; cet agrandissement est sans doute intervenu entre la fin du XVe siècle et le milieu du XVIe, si l'on en juge par le seul élément datant encore visible sous les enduits, les congés sculptés à motif d'hermine qui ornent le bas des piliers rectangulaires de la nef. Quoi qu'il en soit, ces travaux sont certainement antérieurs à l'incendie de l'édifice supposément perpétré, en même temps que celui de l'abbaye toute proche de Divielle, par les troupes protestantes de Montgommery en 1569. Après le sinistre, l'église aurait subi une importante restauration, principalement sur son flanc sud, qui présente plusieurs étroites fenêtres rectangulaires (actuellement murées) possiblement de cette époque. Les siècles suivants n'apportent que des modifications mineures, à l'exception de la reconstruction (partielle ou totale ?) du clocher en 1810-1813 (adjudication des travaux le 13 mai 1810), du percement de nouvelles fenêtres et de l'ajout d'un décor de stuc (ordre corinthien) dans le chœur au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. L'église a été restaurée extérieurement à la fin des années 1990 (dégagement des fenêtres murées des flancs sud et nord, réfection totale des enduits).

Période(s) Principale : 11e siècle , (?)
Principale : 1ère moitié 16e siècle , (?)
Principale : 1er quart 19e siècle
Dates 1810, daté par source

L'église, implantée au milieu du cimetière, est bâtie en moellon enduit et couverte de tuiles creuses (nef, chevet, sacristie) et d'ardoises (clocher). Le vaisseau originel est une salle rectangulaire prolongée par un chœur en abside semi-circulaire. Le vaisseau est doublé au nord par un collatéral de même longueur, dont la travée orientale est constituée par une absidiole romane, terminée à l'origine en un hémicycle dont l'extrémité est aujourd'hui englobée dans la sacristie qui prolonge le bas-côté. Les deux vaisseaux ouvrent par deux arcades brisées, chanfreinées, sur piliers de section rectangulaire aux angles ornés de congés sculptés. L'intérieur est couvert de plafonds de plâtre à doucine. Un clocher-porche carré couvert d'un toit à l'impériale à flèche sommitale est adossé à l'extrémité occidentale du vaisseau.

Murs calcaire moellon enduit
Toit tuile creuse mécanique, ardoise
Plans plan allongé
Étages 2 vaisseaux
Couvrements lambris de couvrement
Couvertures toit à longs pans croupe ronde
appentis
toit à l'impériale
Techniques sculpture
vitrail
Représentations ornement
Précision représentations

Ornements sculptés des congés des piliers de la nef en forme d'hermine.

Décor d'architecture en plâtre ou stuc dans l'hémicycle du chœur, au-dessus du lambris (supprimé) : pilastres corinthiens reposant sur des culots et supportant un entablement classique à modillons (feuilles d'acanthe), frise d'oves et denticules.

Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 278/5
  • Dons et legs à la fabrique (1812-1880) : Duguis dit Marqueton (1812-1813), Jean Maisonnave (1828-1829), Louis Batbedat (1829), Betzy Salles (1877-1880).

    Archives départementales des Landes : 70 V 278/6
Bibliographie
  • GABORIT Michelle. Les constructions de petit appareil au début de l'art roman dans les édifices religieux de la France du Sud-Ouest (Gers, Gironde, Landes, Lot-et-Garonne, Pyrénées Atlantiques). Thèse d'histoire de l'art : Bordeaux 3, 1979.

    p. 47, 74, 339
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe